Le PUCA lance 2 initiatives autour de la crise sanitaire, la ville et l’habitat

Dans le cadre de ses missions de recherche et d’expérimentation au service des politiques publiques urbaines et territoriales, de la qualité architecturale et de la construction durable, le PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture) lance deux projets visant à penser l’après COVID 19 et à tirer de cette crise des enseignements pour l’avenir :

Le premier projet est un appel à contributions auprès de chercheur.se.s et d’expert.e.s visant à interroger les outils et les stratégies d’adaptation des villes et des territoires aux défis environnementaux et sociaux pour faire face, de façon résiliente, à des menaces aux occurrences certaines mais aux formes imprévisibles. Ce recueil de contributions originales est destiné à éclairer les décideurs urbains et constitue une première étape d’une démarche plus large pour examiner, avec du recul, à l’horizon d’une ou deux années, la manière dont les politiques urbaines sont et seront affectées par ces événements.

Pour en savoir plus : La crise sanitaire, la ville et l’habitat : Questions pour la recherche

Le second projet est un appel à candidatures pour la réalisation d’une d’une veille analytique des impacts du COVID-19 dans les domaines de la recherche urbaine.

Pour en savoir plus: Réalisation d’une veille analytique des impacts du COVID-19 dans les domaines de la recherche urbaine.

Un peu d’extérieur à l’intérieur

          Avoir la possibilité de faire entrer un peu d’extérieur à l’intérieur de l’espace résidentiel, à travers un espace ouvert, qui permette de respirer de l’air frais  et de profiter pleinement  du ciel (bleu ou pas), des rayons du soleil, du souffle du vent ou des gouttes de pluie, est un avantage incontestable dont bénéficient la plupart de ceux qui résident en habitat individuel, grâce aux cours intérieures et aux patios dans les habitations orientales introverties, ou grâce aux jardins plus ou moins grands qui accompagnent en général les pavillons, villas et autres types de maisons individuelles aux quatre coins du Monde.  

Dans l’habitat collectif également, à la base, les logements aussi petits soient-ils sont pourvus d’un ou plusieurs espaces ouverts vers l’extérieur : balcons, loggias, voire même parfois des terrasses, sont prévus dans les programmes et donc obligatoirement intégrés dans les conceptions. En effet, architectes et maîtres d’œuvre ne peuvent faire l’impasse sur des éléments aussi essentiels, qui, pour le cas de l’Algérie [1], font partie des prescriptions et recommandations incontournables contenues dans les  cahiers de charges et fiches techniques des projets de logements, toutes catégories confondues (sociaux, participatifs ou promotionnels).

Cependant, dans les faits, d’aucuns semblent penser qu’avoir un petit coin ouvert sur l’extérieur dans son logement n’est pas vraiment indispensable et  que l’on peut s’en passer. Ainsi, il n’est pas rare de trouver des appartements dépourvus de ces espaces privatifs ouverts, qui ont été soit fermés, soit carrément supprimés et réaménagés par les locataires, afin de « gagner » une pièce ou une surface en plus à l’intérieur (transformé en espace cuisine, en petite chambre d’enfant, ou annexé pour agrandir le salon ou autre …). L’exigüité des logements (entre 65 et 70 m² pour un F3 [2], principal type composant les vastes programmes de logements sociaux publics  mis en œuvre depuis le début des années 2000 [3]) ou le manque d’espace habitable, est, en général, l’argument invoqué pour justifier ces interventions qui permettent de récupérer quelques m² (en moyenne  5 m² par balcon ou loggia).

En plus du désastre esthétique résultant de la métamorphose des façades des immeubles, ces opérations de transformation sans autorisations, ni études préalables, réalisées de manière anarchique (puisque chacun fait avec les moyens dont il dispose) engendrent de nombreux problèmes techniques, au niveau des structures et/ou de l’évacuation des eaux usées (en particulier quant les loggias sont transformées en cuisine), mais elles amputent également le logement d’un espace utile (voire indispensable) pour effectuer certaines activités (bricoler ou étendre son linge par exemples).

       Surtout, ce choix de transformations (délibéré mais pas forcément judicieux) prive les habitants concernés d’un lieu d’aération et de détente à domicile. Un endroit privilégié, sorte d’interface entre le dehors et le dedans, permettant de sortir « prendre l’air » tout en restant chez soi, qui revêt aujourd’hui une importance capitale et apparaît même comme une nécessité vitale en ces temps de confinement…. 

 

[1] Le modèle de l’habitat collectif, standardisé, de masse s’est largement diffusé dans la quasi-totalité des villes du pays depuis le milieu des années 1970 à travers la procédure ZHUN (Zone d’Habitat Urbain Nouveau) et continue de s’imposer dans  les importants programmes successifs de logements sociaux. 

[2] La surface moyenne habitable est de 67 m² avec une tolérance de + ou – 3%  selon le cahier des « prescriptions techniques et fonctionnelles applicables aux logements sociaux »   MHUV octobre 2007

[3] Depuis le début des années 2000, la production de logements sociaux a été revue nettement à la hausse à la faveur des plans quinquennaux (2005-2009/ 2010-2014 et 2015-2019), avec, à chaque fois, plus d’un million de logements programmés à travers des formules diversifiées pour tenter de toucher plusieurs catégories sociales. 

 

Pour citer ce billet : « Un peu d’extérieur à l’intérieur »  par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 11 avril  2020            lien :  https://ruralm.hypotheses.org/1762