Colloque annuel 2019 de l’AUF : l’enseignement supérieur et le développement urbain: “Le rôle des établissements d’enseignement supérieur et de recherche de l’espace francophone dans la promotion de la ville durable et l’évolution des mobilités urbaines”

L’AUF (Agence Universitaire de la Francophonie) et ses partenaires mobilisent chaque année des experts internationaux, académiques et professionnels, issus de toutes les régions de la francophonie pour discuter d’un grand sujet qui concerne l’enseignement supérieur et la recherche. 
 
Cette année, le colloque annuel de l’AUF porte sur les questions de développement urbain, et plus précisément sur le rôle susceptible d’être joué par les établissements d’enseignement supérieur et de recherche francophones dans la promotion de la ville durable et l’évolution des mobilités urbaines.
 
Il sera organisé à Dakar, Sénégal, les 21 et 22 octobre 2019. Les inscriptions sont ouvertes sur le site du colloque : https://www.colloqueannuel.auf.org/
 
 
 

Appel à contribution pour la Conférence CODATU XVIII

La prochaine conférence CODATU XVIII aura lieu à Dakar (Sénégal), du 9 au 11 novembre 2020.

L’esprit des conférences CODATU

CODATU est une association à vocation internationale, dont l’objectif est de promouvoir les politiques de mobilité durable à travers des conférences, séminaires, formations et échanges scientifiques portant sur la mobilité urbaine et interurbaine.
Depuis 1980, CODATU organise des conférences internationales tous les deux ans sur le thème du transport urbain dans les pays en développement. Ces événements sont autant d’occasions pour concevoir et proposer des solutions innovantes ou des pistes de recherche adaptées aux contextes de ces pays. Historiquement, chacun de ces événements s’est tenu dans une ville différente localisée en Afrique, en Asie en Amérique Latine ou en Europe. En effet, les villes des pays émergents et en développement connaissent des enjeux spécifiques et doivent concevoir et mettre en place des solutions appropriées aux conditions et aux besoins locaux. En organisant cette conférence en coopération avec des partenaires locaux et internationaux, CODATU entend rassembler des représentants de différents domaines ; académiques, collectivités locales, secteur privé et société civile afin d’engager des discussions sur les questions persistantes et sur les opportunités futures, pour un partage d’expérience nécessaire pour renforcer la coopération internationale.

Thème général

Convergence entre la recherche et les politiques publiques : les enjeux présents et futurs pour la mobilité urbaine des biens et des personnes dans les pays émergents et en développement. Le thème général de la conférence couvre sept thèmes différents (A à G) chacun représentant un enjeu majeur dans les villes concernées. Les différents modes de transport peuvent être abordés indifféremment dans chacun des thèmes.

Les différents thèmes

  • Thème A : Espaces urbains et mobilité
  • Thème B : Nouvelles technologies pour la mobilité urbaine
  • Thème C : Sécurité routière pour tous les usagers de la route
  • Thème D : Transport artisanal
  • Thème E : Modes doux
  • Thème F : Fourniture de services de transport et enjeux de financements
  • Thème G : Le processus complexe de mise en place de nouveaux services de mobilité

Dates importantes

  • Date limite pour la soumission des résumés : 27 Septembre 2019
  • Notification d’acceptation des résumés : 31 Octobre 2019
  • Soumission des articles : 31 Janvier 2020
  • Notification de l’évaluation des articles : 15 Avril 2020
  • Soumission des articles évalués : 15 Juin 2020
  • Inscription “early bird” : 15 Septembre 2020
  • Paiement des frais d’inscription par les auteurs : 1 Septembre 2020
  • Annonce du programme : 1 Octobre 2020
  • Conférence : 9 Novembre 2020

Pour soumettre son résumé: Se connecter à la page d’accueil de Conference Maker : https://editorialexpress.com/cgi-bin/conference/cm.cgi  et suivre la procédure indiquée.

Pour des détails sur les thèmes et en savoir plus sur la procédure et les conditions de participation,  télécharger l’appel en  cliquant sur le fichier: ID14192_APPEL_CONTRIBUTION_CODATU_SEPTEMBRE_2019

 

Le devenir des “nouvelles villes” et des “pôles urbains” retient enfin l’attention

Il semble que la situation des “nouvelles villes” et des “pôles urbains” ait  été au centre des préoccupations des pouvoirs publics puisqu’un communiqué de l’APS (Algérie Presse Service) annonce qu’une réunion interministérielle consacrée à l’examen de l’état des nouvelles villes et pôles urbains, et des perspectives de leur promotion, s’est tenue dimanche 21 juillet.

La situation des “villes nouvelles” (ou si on préfère “nouvelles villes”) de Sidi Abdallah (Alger), Bouinane (Blida), Boughezoul (Médea-Djelfa), El Menia (Ghardaïa), Hassi Messaoud (Ouargla),et des “pôles urbains” Ali Mendjeli et Aïn Nehas (Constantine), Draa Errich (Annaba) et Ahmed Zabana (Oran) a été plus particulièrement abordée.

Le communiqué explique que la situation « a démontré une disparité entre le taux d’avancement des projets de logements et autres structures publiques, indispensables à la vie ordinaire des citoyens, en raison des entraves enregistrées en terme d’assiettes foncières destinées à abriter ces structures, et de certains projets à l’arrêt pour un manque de financement et de coordination entre les secteurs concernés, en sus de l’absence d’une organisation favorable à la gestion et à la coordination des différentes activités au sein des villes et pôles urbains ». La situation complexe et problématique des ces nouveaux espaces urbains est donc enfin officiellement reconnue.

Dans la foulée plusieurs décisions ont été prises (pour le détail, lire l’article de l’APS : http://www.aps.dz/algerie/92268-l-etat-des-nouvelles-villes-et-poles-urbains-au-centre-de-la-reunion-du-conseil-interministeriel  ) pour assurer un suivi efficace du dossier de redynamisation des nouvelles villes et des pôles urbains avec l’accélération de la cadence de leur réalisation.

La création d’un comité ad-hoc avec cinq sous-comités, l’accélération de la concrétisation de la décentralisation de la gestion des nouvelles villes et pôles urbains, l’élaboration d’une étude prospective ou encore la libération de l’investissement dans les structures publiques de proximité sont autant de « décisions » annoncées par le communiqué et en même temps il est question d’organiser, en plus de tout cela, une conférence élargie avec la participation de tous les intervenants, les opérateurs économiques et les experts pour traiter les questions relatives à l’organisation et la gestion des nouvelles villes ainsi que le financement des projets qui y sont réalisés.

Bref, on constate un certain manque de clarté;  beaucoup d’éléments qui font craindre un chevauchement des initiatives et des prérogatives; reste à voir comment tout cela va évoluer et quels seront les impacts réels sur le terrain.

Au-delà des doutes, on peut tout de même apprécier que la problématique du développement urbain tous azimuts engendrés par ces cités composées essentiellement d’habitat collectif extensif, interpelle et retienne enfin l’attention. Quelque soit le nom qu’on leur donne : « ville nouvelle », « nouvelle ville » ou encore « pôle urbain »,  il s’agit de trouver des réponses pragmatiques afin d’essayer d’améliorer ce qui peut encore l’être et d’éviter que ces projets qu’on va parfois jusqu’à présenter comme  « durables », ne restent « durablement » inachevés, en manque d’équipements,  d’infrastructures et de services collectifs et en proie à de multiples problèmes de gestion et d’organisation.

Pour citer ce billet : “Le devenir des nouvelles villes et des pôles urbains retient enfin l’attention”   par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.        le 24 juillet  2019                                              lien :https://ruralm.hypotheses.org/1621

 

Appel à communication pour le séminaire international: “Vivre la ville entre hier et demain”

La faculté des Sciences de la Terre de l’Université Badji Mokhtar d’Annaba organise le Séminaire international 2019 au Département d’Architecture : « Vivre la ville, entre hier et demain » UBMA- FST; qui se tiendra les 24, 25 et 26 Novembre 2019

Extrait de l’argumentaire:

L’avenir du monde réside dans les villes et selon les Nations Unies, d’ici 2050, 50% de la population mondiale y vivra. L’urbanisation qui a pris d’assaut le monde moderne, a véritablement conquis l’espace et transformé une grande partie des villes. Elle semble être imparable, des zones entières sont absorbées par des régions périurbaines qui, à leur tour, se transformeront en zones urbaines et éventuellement, en extensions des villes. Au moment où cela se produit, les personnes et les communautés tentent de s’adapter aux nouveaux modes de vie, aux nouvelles réalités spatiales, à la restriction de l’espace et à la densification excessive des villes…

Le séminaire « Vivre la ville, entre hier et demain » appelle les universitaires, professionnels et acteurs intéressés par la ville à présenter et à confronter leurs travaux lesquels seront complémentaires. La ville multiple ne peut être l’apanage d’une seule spécialité, cette rencontre dénouerait le clivage existant entre les différentes disciplines. Les résultats attendus seront d’ordre méthodologique, tels que des outils d’aide à la décision (stratégique ou technique), d’ordre conceptuel ou encore des retours d’expériences (grilles d’évaluation, …)

Les propositions doivent être envoyées par courriel à l’adresse suivante : ville.hier.demain@gmail.com

Calendrier:

  • 30 juin 2019 : date limite d’envoi des résumés.
  • 14 juillet 2019 : notification aux auteurs de la décision du comité scientifique.
  • 01 septembre 2019 : date limite d’envoi du texte final pour les communications et d’une embauche pour les posters.
  • 04 octobre 2019 : réponse finale d’acceptation.
  • Du 05 au 11 octobre 2019 : confirmation de participation de la part des auteurs.
  • 24, 25 et 26 Novembre 2019 : Tenue du séminaire

Pour télécharger l’argumentaire et en savoir plus : http://www.univ-annaba.dz/relations-exterieures/coop%C3%A9ration-nationale/proc%C3%A9dures/item/864-s%C3%A9minaire-international-2019-du-d%C3%A9partement-d%E2%80%99architecture-%C2%ABvivre-la-ville,-entre-hier-et-demain%C2%BB-ubma-fst-argumentaire

Appel à contribution pour la revue Insaniyat: “La recherche urbaine en Algérie, nouvelles perspectives”

Aperçu de l’argumentaire:

Ce dossier a comme ambition d’impulser et de rendre visible les recherches sur les villes algériennes en privilégiant les contributions qui explorent de nouveaux champs et apportent des savoirs actualisés sur la question urbaine. Cela passe par certains déplacements de l’analyse et un renouvellement des problématiques. Alors que la question des processus de fabrication de la ville a longtemps été centrale, l’analyse des pratiques urbaines en constitue un renouvellement en même temps qu’un prolongement qu’il s’agit de déployer en mettant en perspective différentes dimensions. …..

Soumission et Calendrier
Les articles seront rédigés conformément à la note aux auteurs de la revue Insaniyat
https: //insaniyat.crasc.dz/index.php/fr/notes-aux-auteurs
Les articles proposés (en français ou en arabe) sont à envoyer à l’adresse
suivante : insaniyat.crasc@gmail.com et via ce
lien : https://www.asjp.cerist.dz/en/PresentationRevue/14
Date limite de l’envoi : 1er octobre 2019.

Pour en savoir plus et télécharger l’argumentaire : https://www.crasc.dz/index.php/fr/

Démarche éco-responsable pour la nouvelle Aérogare de l’Aéroport International d’Alger

Vue sur la nouvelle Aérogare
Photo Source : APS (Algérie Presse Service)

La nouvelle Aérogare de l’Aéroport International Haouri Boumediene d’Alger  est entrée en service lundi 29 avril 2019. Cette nouvelle infrastructure, dont les travaux ont débuté en octobre 2014, a été conçue par un bureau d’études britannique et réalisée par une société chinoise.   Implantée sur un terrain de 73 ha, elle a une capacité de 10 millions de passagers par an et  une superficie construite de 200 000 m².

Au-delà des ambitions affichées telles que:  répondre à une meilleure organisation des dessertes, améliorer la qualité des services ou encore devenir un hub aérien qui sera une connexion entre l’Afrique et l’Europe, cette réalisation prend en compte des préoccupations d’ordre écologique.  Cela est mis en avant dans la présentation (voir par exemple :http://www.aps.dz/economie/88767-la-nouvelle-aerogare-d-alger-une-realisation-d-envergure-aux-ambitions-mondiales qui annonce une série de mesures en faveur de la protection de l’environnement en expliquant que la nouvelle aérogare, construite « conformément aux standards internationaux », répond aux normes d’efficacité énergétique et de préservation de l’environnement  avec une structure réfléchie pour que son impact sur l’environnement soit minimal.

Elle est dotée de puits de lumière naturelle pour diminuer la consommation électrique, de réservoirs collecteurs au niveau de la toiture pour récupérer les eaux pluviales qui seront ensuite utilisées notamment  pour l’arrosage des espaces verts et de climatiseurs qui régulent la température à hauteur de 4 mètres pour économiser l’énergie. De plus, des dessertes ferroviaires relient désormais l’aéroport international à la gare d’Agha au centre-ville d’Alger, ce qui devrait inciter les voyageurs et les visiteurs à utiliser ce mode de transport en commun et réduire de fait le trafic routier de et vers l’aéroport.

Meme si l’aéroport d’Alger n’est pas certifié (pour l’instant) par le programme Airport Carbon Accreditation (ACA)*, les mesures prises dans la conception de cette aérogare constituent néanmoins un premier pas vers un développement plus attentif et soucieux de réduire  les impacts néfastes sur le milieu, liés aux activités aéroportuaires (émissions provenant des bâtiments et des infrastructures, des transports de et vers les aéroports, des mouvements  des avions au sol, des réfrigérants etc…) .

Les actions engagées au niveau de la nouvelle aérogare  ouvrent ainsi de nouvelles perspectives pour le secteur aéroportuaire en Algérie, en matière d’efficacité énergétique, d’économie de ressources non renouvelables et de protection de l’environnement ; sachant que selon les experts du GIEC (Le Groupe  intergouvernemental sur l’évolution du climat), l’aviation représenterait 2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre et que les opérations aéroportuaires représentent jusqu’à 5% de ce pourcentage .

*Le programme ACA est un programme global de certification institutionnellement reconnu, pour la gestion des émissions carbone des aéroports. Il a été lancé en 2009 et comporte quatre niveaux de certification couvrant toutes les étapes de la gestion des émissions dans les aéroports: identification, réduction, optimisation et neutralité. Selon ONU Changements climatiques infos, Il y a 12 aéroports en Afrique (dont deux au Maroc : Marrakech Menara Airport et Casablanca Mohammed V International Airport) certifiés à l’un des quatre niveaux de l’Airport Carbon Accreditation, 41 en Asie-Pacifique, 118 en Europe, 8 en Amérique latine et dans les Caraïbes et 34 en Amérique du Nord.

Pour citer ce billet : « Démarche éco-responsable pour la nouvelle Aérogare de l’Aéroport International d’Alger » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 02 Mai 2019     lien :https://ruralm.hypotheses.org/1594

appel à candidature pour la 2e édition des « Trophées de l’Adaptation au Changement Climatique en Méditerranée »

L’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), appuyée par ses partenaires méditerranéens Union pour la Méditerranée (Upm), Plan Bleu, Agence des Villes et des Territoires Méditerranéens durables (AViTeM), lance la 2e édition des « Trophées de l’Adaptation au Changement Climatique en Méditerranée », pour récompenser les meilleures actions en matière d’adaptation.

Date d’ouverture des Trophées : 22 novembre 2018 Date de clôture : 20 mars 2019 Réunion des jurys : mars 2019 Auditions des nominés : avril 2019 Remise des trophées : fin mai 2019 : ECCA (Lisbonne – Portugal) ou fin juin 2019 : Sommet des deux rives (Marseille – France).

Ce concours s’adresse aux acteurs des territoires qui sont inclus dans l’aire bioclimatique méditerranéenne :

  • Collectivité territoriale
  • Agence nationale
  • Université publique
  • ONG en association avec un acteur public local
  • Entreprises, acteurs du secteur privé en association avec un acteur public local

Pour en savoir plus et télécharger la présentation des Trophées en français, en anglais et en arabe : https://www.medadapt-awards.com/

Appel à communication pour les 21èmes Rencontres Internationales en Urbanisme de l’APERAU – STRASBOURG 2019

Les 21èmes Rencontres internationales en urbanisme de l’APERAU se dérouleront du 16 au 21 juin 2019 à Strasbourg. Organisées par la Faculté de Géographie et d’Aménagement de l’Université de Strasbourg, l’Institut de Géo-Aménagement et d’Urbanisme (IGéAU) et le Laboratoire Image, Ville, Environnement (LIVE), cette édition aura pour thème : Métropoles au XXIe siècle : Coupures – coutures – soudures : comment (re)faire la ville ?

Date limite de réception des propositions : le lundi 21 janvier 2019.

Pour en savoir plus: https://aperau2019.sciencesconf.org/

Appel à communication pour le colloque international: “Les dynamiques des recompositions des espaces et de la vie quotidienne dans le processus des urbanisations récentes “

L’Institut de Gestion des Techniques Urbaines GTU de l’Université Larbi Ben M’hidi,
Oum El Bouaghi (Algérie) en collaboration avec le laboratoire de recherche RNAMS
Organise le 21 et le 22 octobre 2019 un colloque international sur le thème:
Les dynamiques des recompositions des espaces et de la vie quotidienne
dans le processus des urbanisations récentes”
Aperçu de l’argumentaire:
En 2009, l’Institut de Gestion des Techniques Urbaines,de l’Université Larbi Ben M’hidi, a organisé un séminaire international sur la manière de faire la ville, le but étant de cerner les processus de construction et de reconfiguration du territoire urbain, pour bien comprendre la ville et bien la penser pour demain . Aujourd’hui, l’Institut veut renouer avec cette expérience en envisageant d’organiser un colloque international dont la problématique s’inscrit dans le sillage de l’argumentaire de l’événement en question , celui
-ci ayant suscité des débats nourris de discussions prolixes mais guère achevées, parce qu’il reste beaucoup à dire , dans un contexte de profondes mutations, étant donné l’ampleur des dynamiques des recompositions spatiales, sociales et sociétales. Car, par –
delà le foisonnement des sujets abordés, et qui n’ont point négligé les préoccupations de l’heure, il n’en demeure pas moins que la référence à l’espace de la vie quotidienne demande encore plus d’attention, celui-ci constituant un primat dans le processus des urbanisations récentes (Belguidoum, 2008)…….
  • Axe 1 : Croissance urbaine et dynamique des territoires
  • Axe 2 : Inégalités socio-spatiales et politiques urbaines
  • Axe 3 : Espaces publics : appropriations, usages, sociabilités, conflits et dysfonctionnements
  • Axe 4 : Débidonvillisation et relogement : nouvelles territorialités, nouvelles identités
  • Axe 5 : Services, commerces, distribution de biens, mobilité, centres et centralités
  • Axe 6 : Environnement, résilience et territoires urbains
Échéancier:
Date limite de réception des propositions de communication : 06 fevrier 2019
Notification d’acceptation des propositions aux auteurs : 06 mars 2019
Date limite de réception des textes définitifs: 06 juin 2019
Notification d’acceptation des textes définitifs: 06 juillet 2019
  • Les propositions de communication et les fiches de participation sont à envoyer impérativement par courrier électronique à l’adresse suivante : colloque.gtu.oeb.2019@gmail.com
  • Lieu du déroulement du colloque: Université Larbi Ben M’hidi, route de Constantine, Oum El Bouaghi, 04000, Algérie.Tél/fax : (213)032 56 34 78

Pour en savoir plus et lire l’argumentaire en entier: ID13540_Appel_colloque oum el bouaghi_2019

Appel à contribution pour un ouvrage collectif : “Oran : mutations sociales et dynamiques urbaines”

Résumé

“L’idée d’un ouvrage sur Oran répond à un besoin évident. Agglomération millionnaire, ville métropole, deuxième ville d’Algérie en nombre d’habitants, ville méditerranéenne par excellence, son essor, son dynamisme et ses mutations interrogent à plus d’un titre. Expression des mutations de la société algérienne, Oran peut être considéré comme un laboratoire des changements sociaux.”

Sans prétendre à l’exhaustivité, l’ouvrage, grâce à la diversité des thèmes présentés, apportera des savoirs nouveaux sur une ville qui s’invente en se projetant dans l’avenir.

Contributions possibles:

  • Le tissu urbain : les distributions socio-spatiales dans la ville
  • La gouvernance urbaine et les enjeux du pouvoir local
  • Vie quotidienne: modes de vie, inscription dans l’espace et dans le temps des pratiques sociales, les loisirs et le temps libre.
  • Les groupes sociaux dans la ville
  • Mixité sociale et les quartiers de l’entre soi (gentrification et quartiers populaires)
  • Les ambiances urbaines et les pratiques de l’espace public
  • L’action collective (les associations, les mouvements sociaux, les luttes urbaines)
  • Les mobilités dans la ville, et leurs différentes échelles (déplacements quotidiens, pratiques des espaces publics, itinéraires et pérégrinations urbaines, et pratiques migratoires)
  • L’architecture et l’urbanisme comme référentiel urbain, impacts sur les modes de vie et les représentations de la ville. La question de la patrimonialisation.
  • Les cultures urbaines (Musique, théâtre, littérature, vie culturelle …)
  • Urbanité et mémoires citadines
  • Le sport (les clubs de foot et les supporters)

Calendrier :

  • Date limite d’arrivée des textes : 30 décembre 2018

  • Avant de soumettre un texte pour évaluation, il est possible d’envoyer une proposition d’article (de 300 à 400 mots).
  • Évaluation des textes : février 2019
  • Retour des textes finalisés : avril 2019
  • Sortie de l’ouvrage : juin 2019

Soumission des articles:

Simultanément aux adresses des coordonnateurs :

Belkacem Benzenine : benzenine(at)hotmail.com

Said Belguidoum : saidbelguidoum(at)gmail.com

Pour lire l’argumentaire et en savoir plus cliquez sur : https://calenda.org/486841   ou  appel_a_contribution_pour_un_ouvrage_collectif