Appel à contribution pour un ouvrage collectif : “Oran : mutations sociales et dynamiques urbaines”

Résumé

“L’idée d’un ouvrage sur Oran répond à un besoin évident. Agglomération millionnaire, ville métropole, deuxième ville d’Algérie en nombre d’habitants, ville méditerranéenne par excellence, son essor, son dynamisme et ses mutations interrogent à plus d’un titre. Expression des mutations de la société algérienne, Oran peut être considéré comme un laboratoire des changements sociaux.”

Sans prétendre à l’exhaustivité, l’ouvrage, grâce à la diversité des thèmes présentés, apportera des savoirs nouveaux sur une ville qui s’invente en se projetant dans l’avenir.

Contributions possibles:

  • Le tissu urbain : les distributions socio-spatiales dans la ville
  • La gouvernance urbaine et les enjeux du pouvoir local
  • Vie quotidienne: modes de vie, inscription dans l’espace et dans le temps des pratiques sociales, les loisirs et le temps libre.
  • Les groupes sociaux dans la ville
  • Mixité sociale et les quartiers de l’entre soi (gentrification et quartiers populaires)
  • Les ambiances urbaines et les pratiques de l’espace public
  • L’action collective (les associations, les mouvements sociaux, les luttes urbaines)
  • Les mobilités dans la ville, et leurs différentes échelles (déplacements quotidiens, pratiques des espaces publics, itinéraires et pérégrinations urbaines, et pratiques migratoires)
  • L’architecture et l’urbanisme comme référentiel urbain, impacts sur les modes de vie et les représentations de la ville. La question de la patrimonialisation.
  • Les cultures urbaines (Musique, théâtre, littérature, vie culturelle …)
  • Urbanité et mémoires citadines
  • Le sport (les clubs de foot et les supporters)

Calendrier :

  • Date limite d’arrivée des textes : 30 décembre 2018

  • Avant de soumettre un texte pour évaluation, il est possible d’envoyer une proposition d’article (de 300 à 400 mots).
  • Évaluation des textes : février 2019
  • Retour des textes finalisés : avril 2019
  • Sortie de l’ouvrage : juin 2019

Soumission des articles:

Simultanément aux adresses des coordonnateurs :

Belkacem Benzenine : benzenine(at)hotmail.com

Said Belguidoum : saidbelguidoum(at)gmail.com

Pour lire l’argumentaire et en savoir plus cliquez sur : https://calenda.org/486841   ou  appel_a_contribution_pour_un_ouvrage_collectif

Quelques chiffres autour de l’évolution de la population urbaine en Algérie

A l’instar de la plupart des pays du monde, le phénomène urbain a pris en Algérie, au cours des dernières décennies,  une ampleur considérable. Le taux d’urbanisation qui était de l’ordre de 13,9 % en 1886 est passé à 21,99% en 1936 pour atteindre 25.05% en 1954, le taux d’accroissement annuel était alors inférieur à 3 % mais il a atteint 4.8 % en 1966. L’accroissement de la population urbaine durant cette période s’est effectué en deux phases dont la première 1954-1962 s’est caractérisée par la désertion des campagnes, durant la guerre de libération nationale, due à la politique de regroupement et à la création de zones interdites par  l’administration coloniale. La seconde phase, de 1962-1966, au lendemain de l’indépendance a entrainé une ruée extraordinaire de ruraux vers les villes désertées par les Européens (O.N.S. – Office National des Statitiques-, 2011). Cet accroissement s’est confirmé durant les décennies suivantes puisque  le taux d’urbanisation sur le territoire national est passé de 31,4% en 1966 à 58,3% en 1998, il était de l’ordre de 66% en 2008,  d’après les résultats du cinquième recensement général de la population et de l’habitat RGHP -2008  (depuis l’indépendance cinq Recensements Généraux de la Population et de l’Habitat ont été réalisés (1966, 1977, 1987, 1998 et 2008).

Selon l’O.N.S. (2011), la population urbaine a toujours crû à des taux supérieurs à ceux de l’accroissement naturel sous l’effet de l’exode rural et du phénomène de reclassement. En effet, entre 1998 et 2008, 55,7% seulement du croît de la population urbaine est dû à l’accroissement naturel de la population alors que les 44,3% restant sont dus à la migration et au reclassement des agglomérations. La progression des grandes villes de plus de 100 000 habitants a pratiquement doublé tous les 10 ans, entre 1977 et 1998, tandis que les conditions économiques et sécuritaires défavorables qu’a connues l’Algérie pendant la décennie 1987-1998 ont encouragé la population à se cantonner dans les centres urbains les plus proches des campagnes ; ce qui a provoqué une forte urbanisation des agglomérations de petites tailles en général et en particulier celles dont la taille est comprise entre 10 000 et 20 000 habitants.

Le taux de croissance de la population agglomérée demeure très fort (2.89% en moyenne par an) en dépit du ralentissement observé depuis 1977 alors que celui de la population rurale a continué sa chute pour atteindre un taux négatif durant la dernière décennie (-0.46%).

Les grandes villes et particulièrement leurs espaces périphériques connaissent des croissances de plus en plus fortes présageant l’apparition d’un phénomène de “suburbanisation” (ce qui est déjà le cas pour la capitale Alger, par exemple), tandis que les villes moyennes (de 50 000 à 100 000 habitants), destination de substitution aux grandes villes, enregistrent une croissance accélérée et que les petites villes (de 20 000 et 50 000 habitants)  continuent à attirer les populations des zones rurales et des agglomérations urbaines de petites tailles. Les perspectives de croissance des villes algériennes (et méditerranéennes) ne font que préfigurer une aggravation de problèmes actuels déjà inquiétants : une consommation foncière excessive (artificialisation des sols, perte irréversible de terres arables); une accélération de la dégradation du patrimoine bâti; une pollution des nappes phréatiques; une gestion des déchets inefficace; et des effets cumulatifs de tous ces facteurs sur les milieux et la santé des populations (Plan Bleu 2012).

L’urbanisation accélérée s’accompagne déjà d’une demande massive de logements et d’infrastructures tandis que les problèmes de gestion urbaine sont récurrents ; et la situation risque de se compliquer encore plus à l’avenir. En effet,  d’après le site de l’Office National des Statistiques (O.N.S.), au 1er janvier 2018, la population résidente totale en Algérie a atteint 42,2 millions d’habitants, et plus de 70% de cette population est urbaine, alors que ce taux devrait atteindre les 85% à l’horizon 2050, comme le montre le graphique ci-dessus (source : ONU- World Urbanization Prospects 2018). Dés lors, des questions telles que celles relatives à la participation des citoyens et plus largement de la société civile (entreprises, associations, etc.) à la définition des besoins, ou celles relatives aux formes que pourraient prendre l’implication des citadins dans la gestion urbaine et/ou le développement local de leurs villes, sont plus que jamais posées…

Pour citer ce billet : «Quelques chiffres autour de l’évolution de la population urbaine en Algérie » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 02 Octobre 2018     lien:https://ruralm.hypotheses.org/1415