Journée nationale de la ville : un séminaire et des annonces

Cette année, la journée nationale de la ville a été plus (re)marquée que d’habitude puisqu’une rencontre nationale sur le thème « la ville algérienne face aux enjeux et défis du développement durable » a été organisée le 20 février 2018 par le Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville (MHUV), au Centre International des Conférences – CIC à Alger.

L’invité d’honneur était l’architecte-urbaniste Christian de Portzamparc, distingué par plusieurs prix (Equerre d’argent, Prix Pritzker, Grand Prix de l’urbanisme) et lauréat du concours pour le futur Parlement algérien.

Une session plénière et  quatre ateliers sur des thématiques désormais  incontournables du développement urbain durable ont été organisés,  à savoir:

  • «Politique de la ville : le cadre juridique face aux nouveaux enjeux et défis» ;
  • «Gestion intégrée de la ville : vers une bonne gouvernance urbaine» ;
  • «Ville intelligente, écologique et résiliente : concepts et faisabilité» et
  • «Economie urbaine : management et mécanismes de financement pour le développement durable des villes».

Au-delà des travaux de ces ateliers dont il serait utile de rendre public les conclusions et les recommandations, il semble intéressant de revenir sur deux annonces qui ont été faites :

–  La première concerne la révision de la loi n°90-29 relative à l’aménagement et l’urbanisme, votée en 1990, il y a donc près de trente ans et qui introduisait les instruments d’urbanisme, PDAU et POS, toujours en vigueur. Si leur mise en œuvre a été  difficile dès le départ, étant donné (entre autres) la grave crise économico-sécuritaire qu’à connue le pays au cours de la décennie 90 ; avec le temps, leur application sur le terrain ne s’est pas avérée plus simple. En effet, ces instruments, sensés organisés l’espace urbain, apparaissent  de plus en plus dépassés par l’ampleur et la complexité des réalités auxquelles sont confrontées les villes algériennes.

–  La seconde annonce est relative à la création d’une École Nationale d’Ingénieurs de la Ville. Ce serait une première en Algérie, et même si on ne sait pas encore quelles seront les modalités de fonctionnement de cette école, c’est néanmoins un signal de la reconnaissance par les pouvoirs publics de l’importance de la formation dans ce domaine (voir par exemple le  billet  https://ruralm.hypotheses.org/1208 )

Si on ne peut préjuger de l’impact réel positif (ou pas) de ces deux mesures sur l’amélioration des conditions de vie urbaine et du cadre bâti, on peut cependant imaginer (si les annonces sont suivis d’effets)  qu’elles apporteront  un souffle nouveau. Elles pourront (peut-être) aider à faire bouger les choses en matière de développement urbain pour tenter d’organiser (enfin) de manière plus significative et concrète, l’action d’aménagement à travers des pratiques et des modes de fabrication urbains, renouvelés, plus soucieux des conséquences économiques, sociales et environnementales à court, moyen et long terme.

Il est permis d’y croire puisque des dates ont été avancées : au cours de son intervention le Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville a fait savoir que son secteur est actuellement en train de réviser la loi sur l’aménagement et l’urbanisme  tandis que le Ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire a indiqué que l’Ecole des Ingénieurs de la Ville serait mise en service à partir de septembre 2018 …. A suivre donc….

Pour citer ce billet: «Journée nationale de la ville : une rencontre et des annonces » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 21 février 2018     lien: https://ruralm.hypotheses.org/1265

Appel à contribution pour la revue Remmm : « Cimetières et tombes à la croisée du religieux, du politique et de l’urbain »

La « Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée » (Remmm) lance un appel à contributions pour son numéro intitulé « Cimetières et tombes à la croisée du religieux, du politique et de l’urbain« ;  Projet de publication proposé par Sepideh Parsapajouh et Mathieu Terrier.

Résumé

Les cimetières et les sépultures constituent un objet privilégié des sciences humaines et sociales. L’anthropologie a toujours accordé une importance majeure aux pratiques et aux espaces funéraires comme témoins des invariants humains et des particularismes culturels (M. Godelier, 2015). L’archéologie, l’épigraphie et la science historique trouvent dans les cimetières et les sépultures des sources matérielles d’information sur la vie des plus anciennes sociétés, leurs changements politiques, économiques et moraux. Pour les sciences religieuses, ces objets s’inscrivent dans des systèmes de pensée et d’action qui leur donnent sens et qu’ils documentent en retour. Pour la philosophie et la sociologie modernes, les cimetières peuvent être vus comme des « hétérotopies » (M. Foucault, 1967), des lieux « inscrits dans l’espace-temps d’une existence alternative, à la fois matérielle et imaginaire » (J.-D. Urbain, 2010).

Objectif du numéro de la REMMM :

La problématique générale portera sur l’imbrication et le poids relatif des enjeux religieux, politiques et urbains dans le devenir des espaces voués aux morts, à travers les contextes différenciés des mondes musulmans. Comment l’État, la religion et la ville se partagent-ils le pouvoir sur les morts et les relations des vivants avec eux ? Quel est le rôle respectif des autorités religieuses (muftîfaqîh), des pouvoirs publics et des visiteurs dans la gestion des cimetières et des tombes ? Comment les espaces funéraires focalisent-ils et reflètent-ils les tensions entre les représentations religieuses, les idéologies politiques et les problématiques urbaines ?

Axes thématiques:

Axe -1- : Problématiques urbaines et spatiales

Axe -2- : Culture religieuse et enjeux rituels

Axe -2- : Conflits et enjeux politiques

Calendrier

Les propositions d’article (4 000 signes maximum), accompagnées d’un court CV, sont à envoyer avant le 1er Avril 2018 à Sepideh Parsapajouh <sepideh.parsapajouh@gmail.com>.

Les auteurs seront contactés au cours du mois suivant. Les articles, rédigés en français ou en anglais et d’un volume maximal de 45 000 signes, doivent être soumis au plus tard le 30 Septembre 2018.

Pour lire l’argumentaire et en savoir plus : http://calenda.org/430120   ou http://journals.openedition.org/remmm/10026