Le risque sismique: une menace permanente sur le Nord algérien

Le 2 Janvier 2018, une secousse tellurique d’une magnitude de 4.3 degrés sur l’échelle de Richter (d’après le CRAAG – Centre de Recherche en Astronomie, Astrophysique et Géophysique)  a été fortement ressentie par les habitants de Blida, mais également par ceux des wilayas limitrophes telles qu’Alger et Tipasa. A peine quarante jours auparavant, le 24 novembre 2017, une autre secousse de l’ordre de 3.6 avait secoué la même région.

En effet, le nord de l’Algérie est une zone d’activité sismique (aussi bien terrestre que marine) élevée comme l’attestent les différents séismes survenus à la fin du 20ème siècle et en ce début de 21ème siècle ; tels que les séismes du 5 octobre 1980 à Chlef, celui du 20/10/ 1989 à Tipasa, celui du 22/12/1999 à Ain temouchent, ou encore celui du 21 mai 2003 à Boumerdes,  pour ne citer que les plus meurtriers et récents. Le pli-faille du Sahel, qui s’étend de Tipasa à Boumerdes fait partie des cinq failles actives identifiées dans la région (en plus de failles potentiellement actives en mer Méditerranée), engendrées par la convergence des plaques tectoniques africaines et eurasiennes. Le taux de rapprochement entre ces plaques est d’environs 4-6 mm/an (Anderson et Jackson, 1987).

Le risque sismique dans cette région est donc avéré et potentiellement lourd de conséquences, en particulier pour les zones urbaines, qui connaissent un croît démographique important, (la population urbaine évolue plus vite que la population totale, deux algériens sur trois vivent en ville). D’après le SNAT, se basant sur le recensement de 2008, la région Nord-Centre, constituée par les wilayas d’Alger, de Tipaza, de Blida et de Boumerdès, enregistre un accroissement dans son poids démographique, tandis qu’un rapport de l’O.N.S. (Office National des Statistiques) datant de 2011 indique que le Nord-centre est deux fois plus dense que le Nord-est et le Nord-ouest du pays qui connait d’une manière générale, un phénomène de littoralisation et de concentration démographique important dans sa partie Nord (près de 80% des habitants).  

Si la nature sismique de la région est prise en compte au niveau du calcul et de la conception des structures des constructions, avec des règles parasismiques (RPA 99/ version 2003) à l’échelle du bâtiment, relativement bien appliquées, dans le cas des constructions publiques, qui bénéficient d’un contrôle obligatoire par les services du C.T.C (Contrôle Technique des Constructions). En revanche, pour les constructions privées, en particulier en ce qui concerne l’habitat, il n’y a quasiment aucun contrôle. Autre élément inquiétant, les impacts de ce risque sismique connu et reconnu, ne sont pas concrètement anticipés au niveau spatial, dans les opérations d’aménagement territorial.

En effet, le Plan Général de Prévention des Risque Majeurs – PGPRM, (s’apparentant aux PPR -Plans de Prévention des Risques- français) institué par la loi n°  04-20 du 25 décembre 2004, relative à la prévention des risques majeurs et à la gestion des catastrophes, sensé fixer l’ensemble des règles et procédures visant à atténuer la vulnérabilité à l’aléa concerné et à prévenir les effets induits, n’est toujours pas en vigueur. Pourtant, la loi n° 04-05 du 14 août 2004 (Modifiant et complétant la loi n° 90-29 du 1er décembre 1990 relative à l’aménagement et l’urbanisme) prescrit, dans le cadre de la prévention, lors de l’élaboration des plans d’aménagement et d’urbanisme, la reprise des prescriptions des Plans Généraux de Prévention des Risques Majeurs et l’identification, entre autres, des zones sismiques classées selon leur degré de vulnérabilité. D’autre part, le décret exécutif n° 05-318 du 10 septembre 2005 (Modifiant et complétant le décret exécutif n° 91-178 du 28 mai 1998) fixant les procédures d’élaboration et d’approbation des POS, ainsi que le contenu des documents y afférents, prévoit l’élaboration d’une carte à l’échelle 1/500° ou 1/1000°, délimitant les zones exposées aux risques naturels et technologiques, accompagnées des rapports techniques y afférents.

Ainsi, la réglementation sous-tendue par l’arsenal législatif existe, à plusieurs niveaux, depuis plus d’une décennie, pour encadrer l’urbanisation, cependant, il manque l’essentiel : la mise en œuvre avec l’application sur le terrain. Cette application s’impose pourtant comme une priorité, et ce, dés les premières phases de l’implantation et de la conception des aménagements urbains, pour être ensuite complétées par les règles parasismiques des constructions, qui devront s’étendre à tous les types de bâtiments publics ou privés, tertiaires ou résidentiels, en particulier dans les zones classées à risques.

La prévention passant par des études sérieuses en amont, demeure, en effet, le moyen le plus sur, pour anticiper d’éventuels tremblements de terre majeurs et réduire au maximum les conséquences souvent désastreuses (nombre de victimes, dégâts matériels, impacts environnementaux….) de ce type de catastrophes identifiées et récurrentes, constituant une menace permanente sur un espace qui abrite l’essentiel des infrastructures et possède la densité de population la plus élevée du pays…

Pour citer ce billet : « Le risque sismique: une menace permanente sur le Nord algérien » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 17 janvier 2018     lien https://ruralm.hypotheses.org/1254

Appel à communications pour le colloque: « La ville moyenne. Quel rôle dans le contexte de la métropolisation »

Un appel à communications est lancé pour le colloque « La ville moyenne. Quel rôle dans le contexte de la métropolisation » (Medium-sized cities and their role in the context of metropolitanisation) qui aura lieu les 18-19 et 20 octobre 2018 à La  Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.

Résumé:

« Bien le phénomène de métropolisation où la grande ville confirme sa primauté et son rôle hégémonique, la ville moyenne reste un niveau très adéquat pour comprendre le fonctionnement d’un territoire. Elle demeure une catégorie de villes d’intérêt important quant aux yeux du gouvernement dans sa région qu’a ceux de la plupart des chercheurs travaillant sur les problématiques relatives aux systèmes urbains et aux constructions territoriales. »

Plusieurs questionnements et axes d’intervention sont proposés à titre indicatif, autour de la notion de « ville moyenne ».

Calendrier et modalités de participation
28/02/2018 : Dernier  délai d’envoi des  résumés
30/03/2018 : Dernier délai de notification d’acceptation des résumés.
10/09/2018 : Dernier délai d’envoi du texte final de la communication
Les résumés ne doivent pas dépasser les 500 mots (y compris les mots clés), écrits sur « Word »,en Times New Roman, caractère12 et seront adressés au coordinateur scientifique du Colloque : seddikfazai@gmail.com

Pour en savoir plus: http://calenda.org/424652