Appel à contribution pour l’ouvrage : L’Algérie au présent

L’IRMC (Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain) lance un appel à contribution pour l’ouvrage  » L’Algérie au présent » sous la direction de Karima Dirèche, Directrice de recherche CNRS.

Résumé

Il n’existe pas, aujourd’hui d’ouvrage de référence qui propose une analyse multidimensionnelle de l’Algérie d’aujourd’hui. Cet ouvrage se propose de combler cette lacune en offrant au lecteur une photographie analytique des dynamiques qui ont marqué l’Algérie de ces vingt dernières années…. Il se propose d’examiner les nouvelles donnes qui tissent les réalités de l’Algérie d’aujourd’hui : redéfinition des enjeux politiques et institutionnels, recomposition des territoires et des espaces économiques, émergences de nouvelles élites politiques et économiques, renforcement des politiques économiques néolibérales, affirmation de nouvelles identités culturelles et religieuses, renforcement des inégalités sociales, renouvellement des débats culturels et intellectuels…

Modalités de soumission

Les propositions de contribution (un titre et une demi-page) son attendues jusqu’au 30 juin 2017. Elles sont à adresser à karima.direche@irmcmaghreb.org et à romain.costa@irmcmaghreb.org. Les contributions devraient être courtes (28.000 signes, 8 pages word) et livrées au plus tard le 30 septembre 2017.

Aménagement urbain durable en Algérie : une nécessaire prise de conscience

En 2008, feu J.J Deluz faisait le constat suivant : “En Algérie, pays où je vis et travaille, il y a deux choses dans l’urbanisme et l’architecture qui sautent aux yeux de toute personne lucide : d’un côté, l’unanimité des opinions converge sur un constat de nullité généralisée des quartiers nouveaux, de l’autre, il y a l’incapacité à y changer quelque chose”.( J.-J. Deluz in « Fantasmes et réalités : Réflexions sur l’architecture » , 2008).

Si l’expression « nullité généralisée » peut paraitre excessive, la médiocrité du paysage urbain algérien, pas seulement celui des dernières extensions, est dénoncée par bien d’autres avis et même par les plus hauts responsables (se référer le discours du Président de la République  lors des Assises de l’Architecture en décembre 2006). En effet, l’observation des aménagements urbains réalisés ces dernières années, dans la plupart des villes du pays, fait ressortir le même manque de réflexion urbanistique, en particulier dans les importants programmes d’habitat, (mais pas seulement) avec la prédominance du modèle extensif. Les contentieux et le manque de réserves foncières mais aussi (surtout ?) la manière dirigiste avec laquelle sont programmés les projets, accordant peu de temps et d’attention à la recherche des conditions d’implantation optimales font que, par facilité, la plupart des projets s’érigent, les uns après les autres, sur les terrains vierges en marges des villes, créant des dynamiques d’étalement urbain programmées.

La question du décalage qui existe entre les réalités du développement urbain tel qu’il est mené aujourd’hui, et les orientations du SNAT et de la politique de la ville basées sur le développement durable, se pose, alors que  des investissements financiers importants sont engagés. Dans les faits, au lieu de développement urbain « durable », les aménagements qui se succèdent, du Nord au Sud du pays, confirment plutôt des choix qui renouent durablement avec les pratiques de « l’urbanisme de masse ». Ainsi, même si, avec une volonté affirmée de concrétisation du développement durable, les pouvoirs publics  tentent d’améliorer le niveau de la dimension sociale en investissant des budgets colossaux pour combler le déficit en logements et en infrastructures ; ils occultent, en revanche, les questions liées à la durabilité en matière d’urbanisme et de construction, et les enjeux sociaux et environnementaux qu’elle soulève.

En effet, s’intéresser à l’intégration des enjeux environnementaux et sociaux dans les pratiques urbaines revient implicitement à se préoccuper des questions relatives à l’urbanisme durable si on considère, comme l’estime Da Cunha A. (2007) que le rôle essentiel du concept d’urbanisme durable est de garantir la qualité de vie urbaine et d’exprimer une prise de conscience des risques sociaux et environnementaux qui pèsent sur l’espace urbain. Précisément, au-delà de la médiocrité du paysage tant dénoncée, il semble nécessaire de prendre conscience des effets néfastes, environnementaux mais également sociaux, d’une stratégie de développement qui peine à améliorer la qualité urbaine de l’existant voir même tend à la détériorer davantage en encourageant  une croissance urbaine démesurée.

Dans le contexte algérien, l’introduction du développement durable, en temps que concept, dans le champ opérationnel de l’aménagement et de la construction est très récente, et elle se matérialise, pour l’instant, plutôt par des réalisations ponctuelles à travers quelques projets, qui sont en cours, et pour la plupart, mises en œuvre dans le cadre du nouveau PDAU d’Alger, à l’horizon 2029, qui a pour objectif la promotion de la durabilité de l’espace urbain et pour slogan « Alger éco-métropole de la Méditerranée et ville jardin ». Cependant, ces réalisations semblent beaucoup relever d’une recherche de visibilité à travers des « effet d’annonce », (une sorte de projets « vitrines » du développement durable qui retiendrait le regard et détournerait l’attention des territoires urbains « ordinaires » et des centaines d’autres opérations en cours). Ces projets « pilotes » sont programmés par injonction des pouvoirs publics, concentrés au niveau de la capitale, et de quelques autres grandes villes (comme à Constantine avec le projet du quartier d’El Menia, présenté comme un éco-quartier), ou à l’échelle du bâtiment, comme avec les 600 logements HPE. C’est toujours l’approche « top-down », qui est privilégiée, puisque les acteurs locaux ne sont pas sollicités dans le processus décisionnel en matière de programmation urbaine. Cette logique où « l’amont régit l’aval » (F.N. Bouchanine, 2004) ne s’inspire pas vraiment de l’esprit du développement durable, qui prône, au contraire, la participation des citoyens dans les décisions relatives à leur milieu de vie.

L’intérêt récent des pouvoirs publics pour le lancement de projets d’aménagement et d’habitat affichant de nouvelles ambitions en matière de développement durable semble donc plus relevé d’une volonté de reproduction de « modèles » urbains présentés comme « durables » qui a lieu au Maghreb (P.A. Barthel, L. Zaki, 2011), que d’une réelle prise de conscience des risques sociaux et environnementaux qui pèsent sur l’espace urbain. Pourtant, d’un autre coté, cet intérêt nouveau peut aussi être considéré comme une brèche qui s’ouvre dans le circuit jusque là très fermé de la production urbaine en Algérie. Il pourrait, dés lors, s’avérer opportun de saisir cette ouverture pour (re)lancer le débat, car les  opérations d’aménagements en Algérie comme d’ailleurs dans d’autres pays du Sud de la Méditerranée, sont proclamés comme « durables » alors même qu’il n’existent aucun système de contrôle, d’évaluation ou de certification du concept (L. Zaki et P.A. Barthel (2011). Bien que sous le vocable de « durables » se retrouvent des expériences très diverses en fonction des approches nationales de développement durable [C. Emelianoff, 2007  explique que, par exemples, les pays scandinaves et de la dorsale européenne ont développé des approches centrées sur les questions énergétiques ; les uns à cause des enjeux climatiques (Scandinavie, Royaume-Uni, Danemark, Pays-Bas) les autres de la rareté du sol (pays alpins), les pays euro-méditerranéens accordent eux plus d’attention au thème de la qualité de vie; l’accent est donc mis sur les espaces publics, le patri­moine, l’identité des lieux], il n’en demeure pas moins que leur mise en œuvre et leurs enjeux, dans tous les cas, remettent en question les modes de fabrication urbaine.

Dans le cas algérien, où les modes de fabrication urbaine en cours depuis plusieurs décennies, ont largement montré leurs limites, il s’agirait d’entrainer une prise de conscience collective sur la nécessité de trouver des traductions opérationnelles pour impulser un changement grâce à une nouvelle conception de la manière d’agir dans et sur l’espace urbain, introduisant de nouvelles pratiques basées sur des relations de concertation, de complémentarité et de respect entre toutes les composantes du milieu urbain afin de remédier à une situation urbaine diagnostiquée comme critique depuis de nombreuses années et qui ne cesse de s’aggraver…

Pour citer ce billet : «Aménagement urbain durable en Algérie : une nécessaire prise de conscience  » par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 11 juin 2017        Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1195

 

Appel à contribution: « La gouvernance urbaine dans les pays du Sud, une opportunité ou un piège ?  » pour le numéro 3 de la revue « Journal international des territoires et des espaces urbains »

Appel à contribution pour le n°3 de la revue « Journal international des territoires et des espaces urbains » de l’université de Carthage (Tunisie) ayant pour thème :La gouvernance urbaine dans les pays du Sud, une opportunité ou un piège ?

Résumé:

« Aujourd’hui, la majorité de la population mondiale vit en ville. Cette réalité est à la fois problématique et riche en opportunités. Dans les pays du Sud, les villes dotées d’une bonne gestion génèrent une croissance et des innovations importantes. En revanche, celles touchées par la corruption aggravent les inégalités urbaines et les ségrégations socio spatiales. Ce numéro du Journal international des territoires et des espaces urbains propose d’appréhender la diversité des expériences en matière de gouvernance urbaine dans les pays du Sud et autres. Dans ce contexte, il semble important d’interroger la gouvernance urbaine en terme social et d’en questionner la dimension solidaire de la ville, le rôle des acteurs institutionnels et des acteurs associatifs et même de la population locale dans les différents modes d’action publique ou privée. »

Axes thématiques

Dans une perspective interdisciplinaire, les personnes intéressées sont encouragées à proposer des articles intégrant au moins un des aspects suivants   :

  • La corruption : phénomène de désorganisation de la planification urbaine ou mode de gestion urbaine ?
  • La décentralisation peut-elle améliorer la gouvernance publique en défavorisant la corruption?
  • L’urbanisation des pays du sud, une opportunité ou un piège ?
  • Acteurs et documents d’urbanisme : actions, enjeux et  limites
  • La convergence entre luttes urbaines et mouvements des populations, notamment autour de l’idée de droit à la ville.

Les propositions d’articles doivent être des productions originales en anglais ou en français en Times N R Taille 11 sans interligne. Les textes font de 30 000 à 40 000 signes. Les propositions d’articles  sont à envoyer au plus tard le 15 septembre 2017 à :

najem_dhaher@yahoo.fr   et à h_abdelhamid2@yahoo.fr

Pour en savoir plus sur les modalités de soumission et lire l’argumentaire: http://calenda.org/406441