A Alger, 2ème séminaire sur l’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment

Alors que le secteur du batiment représente plus de 40 % de la consommation d’énergie de l’Algérie, l’amélioration de l’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment constitue un enjeu majeur,  l’ADEME (Agence Française de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) et l’APRUE (Agence algérienne pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie) ont organisé conjointement à l’Ecole supérieure des affaires (ESA)- Alger le 25 avril 2017, le deuxième séminaire sur l’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment et ont signé, en marge de cette manifestation, leur 4e accord triennal de coopération pour la période 2017-2020. Cet accord sera centré autour de l’efficacité énergétique dans le bâtiment,et aura pour axes de la collaboration à court et moyen terme de :

Appel à contribution pour le Séminaire international : « Gestion urbaine et gouvernance locale »

L’institut de Gestion des Techniques Urbaines (GTU) de l’université de Msila (Algérie) organise un séminaire international sur le thème : « Gestion urbaine et gouvernance locale » les  05-06 Décembre 2017.

Les objectifs de ce séminaire,  réunissant des chercheurs, des organismes, des élus et des associations… sont, entre autres: L’ouverture d’un débat entre les acteurs urbains pour mettre en évidence les questions fondamentales relatives aux problèmes urbains; Le dégagement des recommandations nécessaires à une meilleure gestion de la ville.

Les Axes du séminaire :

  • Gouvernance urbaine et développement local.
  • Gestion des Risques en milieux urbains.
  • Gestion des infrastructures urbaines et des services publics.
  • Techniques urbaines et gestion locale.
  • Urbanisme, habitat et cadre de vie

 Echéancier

  • Date limite d’envoi des résumés :          05 juin 2017
  • Notification d’acceptation :                           05 juillet 2017
  • Date limite de soumission du texte final (full Paper):  25 sept 2017
  • Notification d’acceptation: 17 oct 2017
  • Envois des présentations (power point) :          15 nov 2017

–         Les projets d’intervention devront être envoyés impérativement par e-mail à l’adresse électronique suivante : igtu2017sigugl@gmail.com

Pour en savoir plus et remplir la fiche d’inscription: ID11915_colloques-gtu2017final-1

 

La rive Sud et Est de la Méditerranée : un espace « pluri-vulnérable »

Depuis l’antiquité, le climat et la position géographique du  littoral méditerranéen, situé au carrefour de trois continents, ont favorisé l’implantation de cités (sur les côtes d’Afrique du Nord, se succèdent les phéniciens, les vandales, les grecs, les romains, les arabes, les ottomans (turcs) et les français), dans lesquelles les échanges commerciaux et culturels florissaient. Cependant, c’est une région ou les questions environnementales et de développement se posent avec une particulière acuité (le Plan Bleu, 2009).

En effet, si désormais plus de la moitié de la population mondiale est urbaine, dans les pays du pourtour de la Méditerranée (22  pays riverains), ce sont deux habitants sur trois qui vivent déjà dans les espaces urbains. En même temps, la Méditerranée, en particulier la rive Sud et Est, est et sera plus touchée par le changement climatique que la plupart des autres régions du monde au cours du 21ème siècle.

Les impacts de la hausse des températures, la diminution des précipitations, l’augmentation du nombre et de l’intensité des évènements extrêmes (inondations, glissements de terrain, feux de forêts, séismes etc..) et la hausse possible du niveau de la mer (l’élévation du niveau de la mer est évaluée à 35 cm d’ici la fin du siècle) se superposent et amplifient les pressions liées aux activités humaines déjà existantes sur l’environnement naturel.

La question cruciale de la raréfaction des ressources hydriques et la problématique de la disponibilité de l’eau, dont la demande a doublé depuis cinquante ans (Plan Bleu, 2008) dans le bassin méditerranéen est particulièrement préoccupante, (500 m3/personne/an correspondent au seuil de pénurie d’eau déjà atteint en Algérie, en Libye, à Malte, dans les Territoires Palestiniens, ou encore en Tunisie). En effet, comme le rappelle F. Galland (2009), les pays du pourtour méditerranéen ne disposent que de 3 % des ressources en eau douce de la planète et concentrent plus de la moitié de la population la plus pauvre en eau. Qui plus est, les ressources en eau de la région méditerranéenne sont inégalement réparties, puisque la rive Sud ne détient que 13 % de l’eau douce disponible en Méditerranée.

Cette région est aussi l’un des principaux « sites critiques » de la biodiversité mondiale. Elle rassemble 10% des espèces connues de végétaux supérieurs sur seulement 1,6% de la surface terrestre et 7% des espèces marines sur moins de 0,8% de la superficie des océans. Beaucoup d’entre elles sont endémiques. La mer Méditerranée, mer semi-fermée, entourée de côtes souvent très peuplées et objet d’une fréquentation touristique intensive, est soumise à une forte pression  humaine liée aux activités littorales comme au trafic maritime (elle accueille 30% du trafic fret maritime international et 20 à 25% du transport maritime d’hydrocarbures) qui génère des impacts sur la qualité du milieu marin et sur les écosystèmes.

La menace sismique dans cette région est également permanente, engendrée par la convergence des plaques tectoniques africaines et eurasiennes. Le taux de rapprochement entre ces plaques est d’environs 4-6 mm/an (Anderson et Jackson, 1987). Le risque sismique est lourd de conséquences, en particulier en zone urbaine, qui connaît un croît démographique et un  phénomène de littoralisation important, qui menacent l’équilibre naturel et la préservation des ressources non renouvelables.

Au regard de ces multiples vulnérabilités (ici abordées de manière non exhaustive), la situation du littoral méditerranéen suscite de multiples interrogations et inquiétudes, d’autant plus que l’augmentation de la population urbaine côtière annoncée, est estimée, d’après le Plan Bleu (2008) à 20 millions d’urbains supplémentaires d’ici à 2025, tandis que  près de 50% des côtes pourraient être bétonnées à cet horizon contre 40% en 2000…Des chiffres et des perspectives pour le moins inquiétants qui ne peuvent qu’inciter à tenter d’infléchir une tendance qui ne cesse de se confirmer…

Pour citer ce billet : « Le bassin méditerranéen : un espace « pluri-vulnérable » par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 04 avril 2017        Lien :https://ruralm.hypotheses.org/1174