Ouvrage :  » La justice spatiale et la ville. Regards du Sud « 

 

La justice spatiale et la ville. Regards du Sud

Source :http://www.karthala.com/

A l’heure où l’on parle d’établir « un nouvel agenda urbain » qui promeut « la ville inclusive » et invite à « transformer les villes et en faire des moteurs de lutte contre la pauvreté et l’exclusion » (Habitat III, Déclaration de Quito, octobre 2016) ; la question de « la justice spatiale » semble incontournable, d’où l’intérêt de cet ouvrage, paru en 2014, aux éditions Karthala et qui s’intitule  » La justice spatiale et la ville. Regards du Sud « .
Le livre, fruit du travail de recherche de 25 contributeurs, sur des terrains, essentiellement africains, (dont le Maroc) explore cette notion de « justice spatiale » et postule que « l’injustice sociale se traduit dans l’espace et que réciproquement l’organisation de l’espace est productrice d’injustice sociale. C’est ce que traduit le concept de justice spatiale, c’est-à-dire l’approche spatiale de la justice sociale entendue dans ses différentes dimensions, tant de distribution équitable que de reconnaissance ».
Une recension de l’ouvrage, établie par Catherine Fournet-Guerin  est consultable en ligne sur :https://espacepolitique.revues.org/3423

Le n° 28 des Cahiers d’EMAM « Les espace(s) public(s) en Méditerranée. Mobilisations, médiations & citoyenneté », en ligne

Le n° 28/2016 des Cahiers d’EMAM intitulé « Les espace(s) public(s) en Méditerranée. Mobilisations, médiations & citoyenneté », est en ligne depuis juillet 2016.

Dans ce numéro, coordonné par Nassima Driss (Sociologue et urbaniste, Maître de conférences à l’Université de Rouen), sept pays du bassin méditerranéen (Italie, Malte, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Liban) sont évoqués, avec une ouverture vers les pays du Golfe. Ce numéro thématique vise à décrire et à comprendre les phénomènes sociaux liés à la formation de l’espace public et des espaces publics ainsi que les règles auxquelles ils obéissent. Des contributions portent sur l’espace public au sens politique, tandis que d’autres explorent les espaces publics et les pratiques spatiales en public afin d’identifier des réalités socio-anthropologiques singulières et de saisir les interactions en public dans différentes catégories d’espace.

Pour accéder à la version en ligne : https://emam.revues.org/

 

Inauguration de la « ville nouvelle » de Sidi Abdallah : un « modèle » urbanistique?

sidi-abdallah

Une vue de Sidi Abdallah Source APS (Algérie Presse Service)

La première tranche de la « nouvelle ville » de Sidi Abdellah, a été inaugurée le 11 décembre 2016, par les plus hautes autorités de l’Etat. Situé à 25 km d’Alger, et s’étendant sur une superficie de 7.000 ha, dont 3.000 ha urbanisables et 4.000 ha d’espace protégés, ce projet est sensé disposer de toutes les commodités en matière d’éducation, de santé et de loisirs. Il doit même constituer à l’avenir un «  modèle » pour les nouvelles villes algériennes. C’est, du moins, ce qu’affirme la présentation officielle qui ne tarit pas d’éloges pour ce projet, dont elle souligne même l’orientation en tant que ville « verte » répondant aux « normes internationales » en matière d’écologie.

Cependant, s’il est prévu que des panneaux photovoltaïques soient installés pour l’éclairage public, que contrairement à ce qui se pratiquait auparavant, les cités doivent désormais disposer des commodités nécessaires tels les établissements scolaires, crèches, commerces de proximité, prestations bancaires, postales etc… espaces verts, jardins et espaces de jeux et de loisirs (c’est du moins ce qui est annoncé), et que concernant la propreté des cités, un plan de collecte des ordures a été élaboré ; il n’en demeure pas moins que la production reste très standardisée. Les organismes chargés du contrôle et du suivi préfèrent ici aussi reconduire des modes constructifs et des conceptions ayant fait leurs preuves, et se méfient des innovations qui risquent de compromettre l’avancement des travaux. Sur les 45000 logements prévus à terme (jusqu’en 2018), c’est une première tranche de plus de 3000 logements qui doit être livrée ces jours-ci et le moins que l’on puisse dire, c’est que la prise en compte des réalités socio-environnementales apparait plutôt marginale.

En effet, les considérations d’ordre écologique commencent à peine à faire  officiellement partie des critères de mise en œuvre dans la construction publique de logements (pour les logements HPE voir billet https://ruralm.hypotheses.org/62), et les considérations d’ordre social restent figées dans la vision  du  “tout logement, au plus tôt”, avec une percée de la notion vague de « qualité ». De plus,  on peut se poser des questions sur la pertinence de la création de « villes nouvelles » (ou ce qui est présenté comme tel) alors qu’il y  tant à faire pour gérer et  améliorer le cadre de vie dans les villes existantes, d’autant plus que cette « ville nouvelle », de même que celle de Bouinan d’ailleurs (voir le billet https://ruralm.hypotheses.org/93 ), est située aux portes d’Alger et qu’il est prévu de la doter d’équipements très importants (un pôle santé comportant des technologies de pointe, un pôle  pharmaceutique et biotechnologique, et un pôle universitaire universitaires de 22 000 places pédagogiques ; sont en cours de réalisation), ce qui pose la question de fond de la contradiction avec les orientations du SNAT 2030 et ses objectifs affichés concernant le rééquilibrage territorial et la  déconcentration de la bande Nord. Il semble, au contraire, qu’en pratique, on ne cesse de renforcer l’attractivité de la capitale avec des projets d’envergure.

En tous cas, pour l’instant, au-delà des effets d’annonce, ce projet, dont la livraison totale est prévue pour 2018,  n’apparait pas vraiment différent et s’inscrit plutot dans la lignée des autres projets d’urbanisme de masse en cours de réalisation à la périphérie des grandes villes. Reste à voir comment les choses vont évoluer et comment les habitants vont s’approprier ce nouvel espace urbanisé, qui, de toutes façons, est venu grignoter un peu plus de terrain naturel et accentuer encore l’étalement de la métropole algéroise…

Pour citer ce billet : “Inauguration de la « ville nouvelle » de Sidi Abdallah : un « modèle » urbanistique?”    par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 19 décembre 2016                                         Lien :https://ruralm.hypotheses.org/1113

Appel à communication : Journée des doctorants en urbanisme-aménagement de l’APEREAU

La journée des doctorants de l’APERAU Internationale aura lieu le vendredi 12 mai 2017 à Aix-en-Provence. Les doctorants de tous les laboratoires liés aux formations membres de l’APERAU Internationale, sont invités à proposer une communication. Ces propositions peuvent concerner l’ensemble des sujets de doctorat en aménagement et urbanisme.

Depuis 2010, l’APERAU organise des rencontres doctorales destinées à mettre en exergue les recherches en cours ou finalisées (à Brest en 2010, Constantine et Aix-en-Provence en 2011, Lausanne en 2012, Aix-en-Provence en 2013, Rennes en 2015, et Bruxelles en 2016). Cette septième édition, prévue le vendredi 12 mai, constitue une l’occasion pour les doctorants des laboratoires de recherche liés aux formations membres de l’APERAU de présenter leurs travaux, d’échanger entre eux mais également avec des enseignants-chercheurs et des professionnels de l’urbanisme et de l’aménagement.

Participation : Les doctorants de tous les laboratoires liés aux formations membres de l’APERAU Internationale, sont invités à proposer une communication. Ces propositions peuvent concerner l’ensemble des sujets de doctorat en aménagement et urbanisme.

Calendrier : * 27 janvier 2017 : date-limite d’envoi du résumé de la communication                                   * 17 février 2017 :notification aux auteurs de l’acceptation ou du refus                                   *  2 mai 2017 : date-limite d’envoi du texte de la communication.

Les résumés seront adressés à Séverine Bonnin-Oliveira (severine.bonnin-oliveira@univamu.fr). Pour faciliter le traitement de ces envois, le sujet de l’e-mail comportant la proposition de communication portera l’intitulé « Rencontre des doctorants de l’APERAU ».

Pour en savoir plus et telécharger l »appel : http://www.aperau.org/images/Appel_a_com_journ%C3%A9e_des_doctorants_Aix_2017.pdf