Les communes littorales : des atouts naturels attractifs

tipasa

Photo Bachar k. 2013

La clémence du climat, la verdure et la présence de la mer, constituent des atouts naturels à l’avantage des communes du littoral algérien, d’où l’attrait toujours très fort exercé par ces dernières, et l’une des raisons de la difficulté d’inverser la tendance de la littoralisation pour appliquer la stratégie de rééquilibrage territorial préconisée par le SNAT,  avec le développement volontariste des Hauts-plateaux et du Sud. (photo Bachar k.   2013)

revue Insaniyat : 42 numéros en libre accès

A noter l’inauguration sur revue.org, depuis avril 2013, du site de la revue Insaniyat qui propose quarante-deux numéros librement accessibles en ligne, dont plusieurs traitent de la ville et des territoires urbains.

Insaniyat   insaniyat_160x75  est une revue algérienne inscrite dans un vaste projet anthropologique et de sciences sociales, ouvert aux différentes disciplines ayant pour objet l’homme et la société. Soutenue et éditée par le Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC), elle rend compte, en français ou en arabe, des travaux menés par des chercheurs sur le territoire algérien, au Maghreb et au-delà.

pour visiter le site : http://insaniyat.revues.org/

Session Spéciale Villes Durables en Méditerranée

Un an après Rio+ 20, le 10ème Sommet mondial de la ville durable, Ecocity 2013, se tiendra du 25 au 27 septembre 2013 à Nantes, élue par ailleurs Capitale verte européenne 2013. Il se poursuivra les 27 et 28 septembre par le Sommet mondial des Maires sur le climat, réunissant les villes signataires du Pacte de Mexico sur le climat. L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie, ADEME, partenaire officiel d’Ecocity, organisera plusieurs événements, dont une session spéciale « Villes durables en Méditerranée » qui se tiendra le 25 septembre 2013 de 17h à 19h, à la Cité des Congrès, en salle GH, Foyer Haut.

le programme est disponible  sur :

http://www.espaces-ademe.com/ecocity/Session-Speciale.4.html

Recherche et action au service de la ville durable

Le 6 septembre 2013 aura lieu à Paris, une journée d’étude sur le thème : « Recherche et action au service de la ville durable », qui soulèvera l’importante question de la relation entre la recherche urbaine et la pratique, entre les « chercheurs » et les « professionnels », et ce dans le cadre de la mise en œuvre de la « ville durable » et plus particulièrement dans les villes en développement puisque c’est l’association « AdP – Villes en développement » qui propose cette journée.

L’annonce: 

Alors que « la ruée vers les villes que connaissent les pays en développement »
ne se dément pas, un récent rapport de la Banque Mondiale rappelle que les grandes
concentrations urbaines sont la condition première du développement dans les
pays du Sud. Si les villes constituent des foyers de croissance, de nombreuses
mutations y sont à l’oeuvre. Que savons nous de ces mutations et comment
exploiter ce savoir au service de l’action ?
Les relations entre la recherche urbaine pour les villes en développement et
l’action ne sont pas toujours simples. Existerait-il une difficulté chronique des milieux
de la recherche à produire des résultats scientifiques utilisables par les acteurs
de la coopération ? Ou s’agirait-il d’un problème de communication ? Ces difficultés
s’expliquent sans doute par les différences de formation et la division très rigide
et ancienne des rôles entre recherche et action en France.
Le milieu opérationnel est en droit d’attendre des chercheurs une mise en perspective
théorique et pratique. Les opérateurs et les décideurs sont demandeurs d’un travail
de recherche prospectif sur la ville qui aide à mieux en saisir les enjeux émergents.
Changement climatique et risques, évolutions institutionnelles, disparités sociales
et territoriales, évolution différenciée des différents champs géographiques…
autant de questions où les praticiens ont besoin des chercheurs.
La recherche urbaine a également pour vocation d’assurer un retour sur les
expériences pour tirer des enseignements de l’action. La recherche doit proposer des
pistes pour développer des stratégies innovantes qui inspirent l’action et la réflexion
des acteurs opérationnels. Ceci implique un engagement des autorités publiques
dans le financement de la recherche… et dans l’acceptation d’un droit d’inventaire
exercé par les chercheurs.
La recherche ne relève pas seulement des chercheurs. Les “opérationnels” se dotent
de plus en plus d’outils liés à la recherche-action associant démarches évaluatives
et capitalisation d’expériences. Cette implication est demandée par les bailleurs
de fonds et souhaitée par les acteurs eux-mêmes. Ces réflexions et questionnements
se font toutefois dans des temporalités et sur des financements qui ne permettent
pas toujours d’assurer une démarche parfaitement scientifique et l’intégration
de chercheurs dans les équipes.
Ces différents questionnements sont importants pour les professionnels de la ville
et c’est pourquoi “AdP – Villes en développement” y consacre sa Journée d’études
2013. Le dialogue entre chercheurs et professionnels est indispensable. Comment
établir des passerelles entre les milieux académiques et opérationnels ? Quelles
sont les arènes de discussion et d’échanges possibles ? La Journée 2013 donnera
la parole à toutes les parties prenantes et préparera le travail collectif que l’association
engagera pour préparer la troisième conférence Habitat III, prévue en 2016.

Pour en savoir plus: http://www.ville-developpement.org/

LES ESPACES DE L’ENTRE-DEUX

Encore quelques jours pour répondre à l’appel à contributions du numéro 7 de la revue « Les carnets de géographes », consacré aux ESPACES DE L’ENTRE-DEUX, et qui propose de comprendre et d’analyser quel est cet « entre « ?  Qu’y a‐t‐il « entre » l’urbain et le  rural, le bâti et le non bâti,l’ouvert et le fermé, le dedans et le dehors, le centre et la périphérie, le visible et l’invisible, le formel et l’informel?

L’appel:

« Ce septième numéro des Carnets de Géographes propose d’approcher des espaces de
l’entre‐deux, des  espaces  qui  présentent  des  natures,  des  fonctions,  des  temporalités,  des statuts  incertains, temporaires et/ou  tout  simplement  différents  par  rapport  aux  étendues dans lesquels ils  s’inscrivent: les « blancs »  de  nos  cartes  topographiques  (Vasset, 2007), les interstices  de  nos villes  (Tonnelat,  2003),  les  friches  de  toutes  sortes  (ferroviaires,  agricoles, industrielles notamment), les morceaux d’urbanisations dispersées (Sieverts, 2004), etc.
L’entre‐deux ne se laisse pas facilement nommer, définir, ni délimiter, ni dans l’espace,
ni dans le temps. Espaces de jonction, de transition, résiduels ou de rupture (ouverts/ fermés, bâti/non bâti… ), les espaces de l’entre‐deux voient se déployer des pratiques témoins de leur altérité par rapport au milieu ou au contexte qui les accueille.  Ils sont difficiles à appréhender du  fait de leurs degrés variés d’appropriation, car ils peuvent être éphémères, ancrés dans le
provisoire  (performances artistiques, constructions informelles, camps de  réfugiés…). Ils sontsoumis à des dynamiques juridiques, économiques, sociales, politiques qui construisent, voire consolident, leurs différences: la préservation  (zonages, naturalisation,  frontières, décharges, morceau  d’une  forêt( ?) …),  le contournement  (occupations  illégales,  pratiques  de corruption…), l’altération  (squats…), la  transaction  (lieux  de  rencontre et/ ou  de  dragues,  de circulations, de consommation…).
Etudiés  principalement  par  des  anthropologues  (voir  par  exemple les  travaux  de F.
Bouillon sur les squats ‐ 2011 ou de M. Agiersur les camps de réfugiés ‐ 2008), les espaces de l’entre‐deux interrogent également le regard des géographes car ils participent, en creux, à laconstruction des lieux qui nous entourent et révèlent des processus de transformations socio‐spatiales. Ce  numéro  des  Carnets souhaite  comprendre  et  analyser l’émergence  ou l’affirmation de ces espaces, car ces processus sont susceptibles de renouveler les  modes de catégorisations des espaces et des sociétés.
Quel est cet « entre » ? Qu’y a‐t‐il « entre » l’urbain et le  rural, le bâti et le non bâti,
l’ouvert et le fermé, le dedans et le dehors, le centre et la périphérie, le visible et l’invisible, le
formel et l’informel ? Si tant est que ces catégories aient encore de l’épaisseur ?
De quels désirs ou non désirs, voire rejets, ces espaces sont‐ils le fruit ? Comment sont‐
ils  pratiqués,  vécus ?  Ces espèces  d’espaces dont  G.  Pérec (1974) disait  qu’il  « y  en  a
aujourd’hui  de  toutes  tailles  et  de  toutes  sortes,  pour  tous  les  usages  et  pour  toutes  les fonctions » laissent‐ils  entrevoir  des  processus  de  fabrication  des  lieux  et  des  territoiresinédits, plus collaboratifs(initiatives associatives, familiales, etc.) voire même amener vers des  démarches plus transactionnelles(comme mettant en avant des relations interindividuelles  ou plus collectives et pouvant aller jusqu’au conflit) ? Face aux forces économiques, juridiques ou
politiques  qui  les  conditionnent  ne dévoilent‐ils  pas  des  formes de  négociations  et  de
médiations dans leur maintien ou dans leur mise en œuvre (Di Méo, 1991) ?
Les  espaces  de  l’entre‐deux  peuvent‐ils  et  doivent‐ils  être  pérennisés, 
institutionnalisés  et  délimités  par  la  puissance publique ?  Ne  le  sont‐ils  pas  en  creux ?    S’ils s’inscrivent  dans  les  mutations  des  espaces  contemporains  et  sont  souvent  sollicités  pour participer au renouvellement de l’urbanité, des manières d’être et de faire (Monnet etCapron,2000), et du projet urbain (au sens le plus large possible),sont‐ils pour autant les marqueurs
d’une alternative dans la manière dont les sociétés se projettent en espace ? Ou bien ne sont‐
ils que le signe de marquages, d’appropriations et réappropriations successives et cycliques en
face à face avec des logiques marchandes et institutionnelles ?
Le  caractère  hybride  de  l’objet  du dossier est  l’occasion  pour  les auteurs de  faire  état de nouveaux  terrains d’étude, de nouvelles dynamiques  socio-spatiales, de nouvelles approches théoriques et pratiques.

Les articles, accompagnés d’une présentation succincte de l’auteur sont attendues pour le 1er septembre. La publication du numéro est prévue pour avril 2014.

Pour en savoir plus: http://www.carnetsdegeographes.org/soumettre_article.php

Facing an Unequal World: Challenges for Global Sociology

Un congrès mondial de sociologie est prévu du 13 au 19 juillet 2014 à Yokohama au Japon  qui propose de débattre des défis pour la sociologie mondiale face à un monde inégal.           L’ annonce :             poster-isa-congress2014

Facing an Unequal World: Challenges for Global Sociology

An incredibly sensitive community of academics and professionals such as the International Sociological Association, aware of the social transformations taking place in the world, cannot and should not be absent from a debate on inequality.

The great tradition of multi, inter and transdisciplinary works in which the most complex problems of the present day world are addressed; its unique condition of being  academically, scientifically, regionally, institutionally and organically plural make it ideally qualified to face the challenge of contributing to this international exchange, from which an intellectual and moral force can emerge in order to achieve drastic changes in the manners, forms of reasoning and scopes of the decisions to be taken in the world to ensure the preservation of human life and societies.

Raquel Sosa
ISA Vice-President, Congress Program

  Pour plus d’informations:   http://www.isa-sociology.org/congress2014/#

 

 

Achèvement et mise en conformité des constructions : une loi inappliquée (voire inapplicable ?)

La loi N° 08-15 du 20 juillet 2008, fixant les règles de mise en conformité des constructions et leur achèvement, a été promulguée dans le but de mettre un terme à l’anarchie qui règne dans le domaine de la construction et de l’urbanisme en Algérie. En effet, du Nord au Sud du pays le paysage urbain est dominé par des bâtis inachevés, non conformes aux permis de construire lorsqu’ils existent, ce qui n’est pas toujours le cas, car bien souvent l’habitat individuel auto-construit est produit en dehors des lois et des  réglementations, et ce, même dans les quartiers d’habitat et les lotissements légaux.

Dans les faits, le permis de construire est réduit à une autorisation administrative rarement respectée, les propriétaires procédant à de multiples changements et construisant finalement sans se référer aux plans établis. En même temps, l’investissement dans l’immobilier est le placement qui parait le plus sur, c’est pourquoi les constructions restent inachevées, avec l’idée de rajouter un étage ou une aile ultérieurement pour agrandir la propriété, en faisant fi des règles de l’urbanisme et de la construction. Dans ce cadre bâti médiocre, il n’est pas rare de voir même des « villas » de plusieurs étages,  habitées sans finitions, avec ferraillage toujours en attente et sans aucun document administratif.  Les pratiques informelles ne sont pas le monopole des couches populaires, même les couches plus aisées y ont recours pour satisfaire des ambitions économiques.

???????????????????????????????photo: Bachar k. (2011)

Face à cette transgression quasi-généralisée, l’Etat a décidé d’agir par l’intermédiaire de la loi qui prévoit la prise en charge de  quatre cas:

– les constructions disposant d’un permis de construire et non achevées à la date du 20 juillet 2008.
– les constructions disposant d’un permis de construire mais non conformes au permis de construire délivré.
– Les constructions achevées, réalisées sans permis de construire.
– et enfin les constructions non achevées, réalisées sans permis de construire.

En retirant les documents auprès des administrations habilitées (DUC, APC),  le citoyen est invité à remplir des formulaires et compléter un dossier. Tout cela devait permettre de régulariser les habitations et d’obliger les propriétaires à achever leurs bâtisses, et ce, avant le 20 juillet 2013, date butoir de l’opération, mais en réalité l’ensemble des acteurs urbains semble rester impuissant devant l’ampleur du phénomène. L’échec de l’application de cette loi est avéré, puisque depuis cinq ans, très peu de constructions ont été régularisées ou achevées. La promulgation de la loi semble n’avoir rien changé dans les pratiques, bien que les agents de la police de l’urbanisme soient sensés vérifier les constructions en cours, et qu’aucun  raccordement aux réseaux divers (électricité, eau, gaz) ne doive  être effectué, sans présentation des documents techniques, et vérification de leur conformité.  Des mesures apparemment très peu dissuasives….

Est-ce le manque de moyen humain et matériel, le manque de motivation, ou le manque d’informations et de sensibilisation ? Certainement toutes ces raisons et bien d’autres pourraient être avancées pour expliquer la non application d’une loi, qui de toutes façons paraissait dès le départ difficilement applicable sans un bouleversement total des mentalités.

Pour l’instant, il n’existe aucune statistique officielle sur le nombre de constructions effectivement achevées et/ou régularisées, pourtant le délai d’application de la loi est arrivé à son terme depuis un mois, le minimum serait d’établir au moins un bilan de ce qui a pu être fait à l’échelle nationale, pour en tirer les enseignements et les conclusions qui s’imposent…

B.K.

Pour citer ce billet : “ Achèvement et mise en conformité des constructions : une loi inappliquée (voire inapplicable ?)”    par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb     le 15 aout  2013.    Lienhttp://ruralm.hypotheses.org/177

Un joyau de nature: Le jardin d’Essai d’Alger

Le jardin d'essai d'Alger

Photo Bachar k. 2011

Créé en 1832, sur les plans de l’architecte français Regnier, le jardin d’ Essai d’Alger présente plus d’un millier d’espèces végétales différentes qui se déploient  sur plusieurs dizaine d’hectares. Fermé pour travaux de 2001 à 2009, mais heureusement rouvert depuis Mai 2009, cet espace unique, à la fois  pépinière, centre de recherche et jardin public, constitue un véritable joyau de verdure luxuriante au cœur de la capitale, rehaussé par la présence de la baie d’Alger et de la mer Méditerranée au Nord.

 

 

L’urbanisation et la gestion des villes dans les pays méditerranéens

Bien qu’un peu daté (2001), ce rapport établi par Abdelkafi Djellal (urbaniste, architecte-paysagiste) pour le Plan Bleu et la Commission Méditerranéenne du Développement Durable, propose un regard croisé pour trois pays du Maghreb: la Tunisie, l’Algérie et le Maroc, sur trois grands thèmes: les phénomènes de l’urbanisation, la planification spatiale et la gestion urbaine.

villes_tun-dza-mar

 

L’urbanisation diffuse à l’aune du développement durable

Un appel à contribution pour un numéro des Cahiers de géographie du Québec, à paraitre en décembre 2014, et « visant à explorer les nouvelles manières de concevoir et de faire de l’aménagement rural et périurbain, en tenant compte à la fois de la réalité de l’urbanisation diffuse et des impératifs du développement durable », dont l’argumentaire  parait pertinent, particulièrement pour les pays du  Sud de la Méditerranée, ou les villes s’étalent de manière tentaculaire, et ou les limites urbain/rural sont de plus en plus floues.

L’Argumentaire:

Les territoires ruraux et périurbains subissent, sous la poussée continue de l’urbanisation, d’importantes recompositions : mobilité accrue et multiplication des échanges, utilisation multifonctionnelle des espaces et mutations paysagères, nouvelles sensibilités idéologiques, etc. Dans le même temps, l’agriculture est aussi traversée par une profonde restructuration qui se traduit par l’apparition de modèles agricoles autres (biologique, circuit court, produit de qualité, etc.) à côté de l’agriculture conventionnelle et qui se déploie à des degrés variables selon les territoires. Les modes d’évolution des territoires ruraux et périurbains en sont profondément affectés. De rapports inédits se nouent ainsi entre les activités rurales et urbaines et les territoires qui les accueillent. Surgit du coup, pour les instances responsables de la gestion et de l’aménagement du territoire, la nécessité d’une meilleure intégration et d’une plus grande complémentarité entre la ville et la campagne, entre le développement urbain et la préservation de l’environnement et de l’agriculture, entre habiter et exploiter.

Les exigences d’un développement que l’on veut désormais durable – respect de la capacité de support des écosystèmes, préservation paysagère, cohabitation harmonieuse des usages, acceptabilité sociale, pour ne nommer que celles-là – posent aux autorités publiques un défi d’une ampleur considérable. De nouvelles politiques et des approches innovatrices cherchent à répondre à ce défi situé au cœur de l’aménagement et de l’urbanisme durables. Sur cette base, il apparait pertinent d’examiner plus spécifiquement les politiques récentes et les modalités émergentes d’aménagement qui prennent en compte ces recompositions. Les instances aménagistes avaient pris l’habitude d’isoler les diverses activités dans un système de zonage où l’urbanisation de la campagne apparaissait trop rapidement comme une incongruité, voire une déviation fautive à condamner. L’agriculture, alors souveraine sur son territoire, fut le plus souvent oubliée des instances aménagistes. Or, on assiste aujourd’hui à l’émergence de politiques qui abordent avec un regard moins réprobateur ces mutations et tentent de les accompagner afin de faire advenir des manières inédites d’habiter et, surtout, de cohabiter. L’avènement d’une urbanisation durable tient-il, en effet, essentiellement à la lutte à l’étalement urbain? Si la ville actuelle n’est pas durable, faut-il, pour qu’elle le devienne, qu’elle abandonne complètement son caractère diffus et se résigne qu’à n’être compacte? Une ville diffuse – où ayant les attributs d’une certaine diffusion – ne pourrait-elle pas être durable ou est-ce une option à écarter d’emblée? Parallèlement, dans quelle mesure l’agriculture ne pourrait-elle pas bénéficier du développement d’une nouvelle culture aménagiste à l’égard du territoire agricole?

Considérant les échecs encaissés par la lutte à l’étalement urbain depuis trente ans et la solidité de l’ancrage culturel de l’urbanisation diffuse, n’est-il pas prudent d’envisager, ne serait-ce que temporairement, un aménagement durable de l’urbanisation diffuse? Si oui, quels sont les moyens, actuellement à la disposition de l’urbanisme ou sur sa planche à dessin, qui peuvent être utiles à cet effet ? Et comment concilier ces mesures avec la recherche d’une compacité urbaine, qui, même dans ce contexte, ne perd pas nécessairement sa pertinence? Faut-il alors chercher à orienter l’agriculture vers certains modèles dans ces territoires d’urbanisation diffuse au risque éventuel d’abandonner d’autres territoires à un modèle productiviste dont la durabilité a été profondément remise en cause?

Le numéro thématique envisagé vise ainsi à explorer les nouvelles manières de concevoir et de faire de l’aménagement rural ou périurbain en tenant compte à la fois de la réalité de l’urbanisation diffuse et des impératifs du développement durable. Les réflexions proposées, s’inscrivant dans le cadre d’une géographie appliquée, tenteront de comprendre comment, de nos jours, on conçoit une urbanisation responsable des territoires ruraux et périurbains, où s’effacent les distinctions traditionnelles de la ville et de la campagne et quelles y sont les modalités d’une complémentarité avec les activités agricoles. Ces réflexions seront illustrées par des exemples de politiques ou de projets en milieu rural ou périurbain qui participent du renouvèlement de l’aménagement de ces territoires d’urbanisation diffuse.

La date limite de soumission des contributions : décembre 2013

Pour plus de détails   http://calenda.org/250852