600 logements HPE sur deux millions “d’unités” programmées entre 2010 et 2014

Dans l’objectif de mettre fin à une “crise du logement”, récurrente en Algérie, le secteur de l’habitat a lancé un vaste programme de construction de logements, avec plusieurs formules : LSL (Logement Social Locatif), LSP (Logement Social Participatif, destiné aux catégories moyennes), LLV (Logement Location Vente) ou encore le Logement Rural.

Ainsi, d’après les chiffres officiels, un million “d’unités” ont été construites entre 2005 et 2009, et deux millions sont programmées ou en cours de réalisation dans le cadre du plan quinquennal 2010-2014. Au vu de cet important programme, la volonté  exprimée par les pouvoirs publics de résoudre  définitivement le problème du manque de logements semble sincère, et  nul ne peut nier que  l’accès à un logement décent constitue un préalable fondamental à une amélioration du bien -être et de la qualité de vie.

Cependant, ces logements sont souvent (toujours?) construits dans l’urgence, très peu de temps est accordé aux études, qui sont standardisées, avec pratiquement aucune place pour la réflexion, encore moins pour l’innovation. La manière de “faire du logement” n’a pour ainsi dire pas changer (que ce soit d’un point de vue administratif ou par rapport à la mise en œuvre et aux systèmes constructifs utilisés), mise à part une recherche purement formelle et esthétique au niveau des façades particulièrement.  C’est pourquoi, aujourd’hui, à la périphérie de toutes les villes algériennes, des cités d’habitat à la typologie similaire ont été construites,  du Nord au Sud, et ce malgré la diversité des régions, aussi bien d’un point de vue environnemental que social.

– Les considérations d’ordre environnementales commencent à peine à voir le jour à travers un programme pilote de 600 logements HPE (Haute Performance Environnementale), baptisé “eco-bat”, en cours de réalisation, depuis 2011, au niveau de 11 villes, réparties sur l’ensemble des zones climatiques du pays . Ce projet, élaboré sous l’égide de l’ APRUE (Agence pour la Promotion et la Rationalisation de l’Utilisation de l’Energie),  vise l’amélioration du confort thermique dans les logements et la réduction de la consommation énergétique pour le chauffage et la climatisation.

Les “solutions” sont surtout  d’ordre technique (polystyrène dans la lame d’air, murs en beton de terre stabilisés, menuiseries double-vitrage etc…), un peu également dans la forme architecturale (prolongement des façades projeteuses d’ombre, utilisation de la coupole à El Oued, protections solaires par des saillies sur les façades ), alors que d’un point de vue urbanistique, tout reste à faire, que ce soit au niveau des formes urbaines, ou de l’implantation des projets, toujours faite au grè des disponibilités foncières. Les projets sont en cours et le taux d’avancement varie d’une ville à l’autre. On ne peut donc pas savoir pour le moment quel sera l’impact de ces réalisations et si les techniques testées seront généralisées et comment, en fonction des régions. Evolution à suivre donc…

– Les considérations d’ordre sociales, quant à elles, sont focalisées pour l’instant,  pour permettre à chaque algérien de pouvoir accéder à un logement “décent”, cependant cette politique du “tout logement, au plus tôt” fait craindre des retombées sociales graves, car la satisfaction d’avoir obtenu un logement s’effritera peut-être au fil du temps (cela se ressent déjà, par la revente des logements) et ces cités construites tous azimuts, en marges des villes, risquent d’être mal vécues par leurs habitants. Les expériences des grands ensembles français et allemands, par exemples, construits également dans l’urgence,  pour répondre à une demande importante, aujourd’hui désertés par leurs habitants, doivent impérativement donner à réfléchir….

B.K.

Pour citer ce billet : “600 logements HPE sur deux millions “d’unités” programmées entre 2010 et 2014 ”    par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 15  juillet  2013.                                                   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/62

Les limites “urbain”/ “rural” en question

La question des limites urbain/rural ou encore de la différenciation villes/villages semblent de plus en plus interpeller la communauté scientifique, à l’instar de ces deux rencontres prévues l’une à Alger en novembre 2013 et l’autre à Avignon en janvier 2014:

* Une journée d’études ” l’Algérie dans ses territorialités rurales et urbaines” organisé par le laboratoire LASADET de l’université d’Alger 2, est prévue le 18 novembre 2013. Elle se veut un espace de réflexion autour de l’oeuvre de Djillali Sari et rassemblera les chercheurs en études rurales et urbaines autour des questionnements sur les mutations spatiales et territoriales en cours en Algérie, dans leurs dimensions sociologiques et démographiques.

La date limite de d’envoi des contributions est le 15 septembre 2013, l’annonce est publiée sur http://calenda.org/253076

* Un colloque international  “Aux frontières de l’urbain. Petites villes du monde: émergence, croissance, rôle économique et social, intégration territoriale, gouvernance” est prévu du 22 au 24 janvier 2014, à l’université d’Avignon.Il est organisé par l’UMR 7300 ESPACE et visera à exposer les différentes problématiques concernant le bas de la hiérarchie urbaine et en quoi ces dernières peuvent enrichir le concept urbain. Il abordera notamment la question des limites et des définitions supposées opposer “urbain” et “rural” ou encore “urbain” et “métropolitain“, en allant au delà d’une simple dichotomie “urbain/rural” de plus en plus remise en cause.

L’appel à communications (date limite d’envoi des propositions d’articles 11/10/2013) et de plus amples informations sont disponibles sur le site  http://fronturb2013.sciencesconf.org/

download

Volume 7, 2013 Revue EUE

Le volume 7, 2013  de la revue canadienne EUE, Environnement Urbain/Urban Environment  s’intitule “Villes arabes, Villes durables? Enjeux, circulations et mise à l’épreuve de nouvelles politiques urbaines ” . Il comprend plusieurs contributions qui s’interrogent sur  l’émergence, les enjeux et la mise en œuvre du concept de  développement urbain durable dans les pays arabes, et notamment en Tunisie, à laquelle plusieurs articles sont consacrés.

La version complète du dossier est téléchargeable, en libre accès, sur le site de la revue www.vrm.ca

 

Présentation du territoire algerien

L’ Algérie est une terre de contrastes et de reliefs divers, composée du  littoral méditerranéen, sur une bande Nord de 150 km de large (4% du territoire), puis de vastes plateaux steppiques, formant un ruban de 1000 km de long sur 300 à 350 km de large (9% du territoire) et enfin  les 87% restant sont occupés par les espaces désertiques du Sahara.

Ces quelques ressources bibliographiques présentent le territoire algérien dans sa diversité:

* Programme National d’Action pour l’Environnement et le Développement Durable    PNAE -DD   148 p.     MATE   (2002)

* RNE- 2003 Rapport National sur l’Etat et l’Environnement   465 p.  MATE (Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement)  (2003)

* SNAT  les racines du futur , Synthèse du Schéma National d’Aménagement du Territoire 2030   106 p.     MATE    (2010)

* Armature urbaine – 7ème Recensement Général de la Population et de l’Habitat 2008 – Résultats de l’exploitation exhaustive    ONS (Office National des Statistiques)  (2011)

 

 

Du RURAL vers l’URBAIN

Un carnet de recherche sur la VILLE, ayant pour titre RURAL, cela peut paraitre paradoxal, en fait, il faut se rappeler que l’Algérie était essentiellement rurale il y a quarante à peine, même si le fait urbain y est très ancien. Aujourd’hui plus de 60% de la population vit dans les villes, et les différents recensements de population (en particulier ceux de 1998 et 2008) montrent  que cette tendance est à la hausse.

Comme dans tous les pays du Maghreb, les villes s’étalent, leurs limites sont sans cesse repoussées, grignotant chaque jour un peu plus les espaces agricoles et  naturels environnants, alors que la plus grande partie de la population, issue  du monde rural, tentent tant bien que mal de s’adapter à un mode de vie urbain, de plus en plus mondialisé.

Les conditions climatiques et géographiques spécifiques de ces pays, essentiellement arides et semi-arides, avec cependant une façade maritime sur la Méditerranée, entrainent une littoralisation et crée un déséquilibre,  particulièrement en Algérie ou 65% de la population est concentrée sur la bande Nord, la plus attractive, soit 4% du territoire.

Pour répondre aux problèmes sociaux et particulièrement à ce qu’il est convenu d’appeler “la crise du logement”, d’importants  programmes d’habitat sont lancés,  quantité ne rime pas toujours avec qualité, et de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer le fait que la réflexion urbanistique reste  le parent pauvre de ces opérations.

Ce blog tentera de rendre compte de ces réalités, et de recenser les études et recherches soulevant les multiples interrogations posées par le développement urbain, dans cette région du Monde.

Bachar K.

Pour citer ce billet : “Du RURAL vers l’URBAIN ”    par Keira Bachar.                       Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb   le 11  juillet  2013.       Lien : http://ruralm.hypotheses.org/11

RURAL-M Études sur la ville

Ce carnet propose de rendre compte des réalités urbaines dans les villes maghrébines et en Algérie plus particulièrement, qui sont sujettes à des mutations importantes et rapides.
Cette lecture sera faite à travers le recensement des études et//ou projets urbains et des recherches scientifiques établies dans le domaine du développement urbain au cours des dernières années.