Démarche éco-responsable pour la nouvelle Aérogare de l’Aéroport International d’Alger

Vue sur la nouvelle Aérogare
Photo Source : APS (Algérie Presse Service)

La nouvelle Aérogare de l’Aéroport International Haouri Boumediene d’Alger  est entrée en service lundi 29 avril 2019. Cette nouvelle infrastructure, dont les travaux ont débuté en octobre 2014, a été conçue par un bureau d’études britannique et réalisée par une société chinoise.   Implantée sur un terrain de 73 ha, elle a une capacité de 10 millions de passagers par an et  une superficie construite de 200 000 m².

Au-delà des ambitions affichées telles que:  répondre à une meilleure organisation des dessertes, améliorer la qualité des services ou encore devenir un hub aérien qui sera une connexion entre l’Afrique et l’Europe, cette réalisation prend en compte des préoccupations d’ordre écologique.  Cela est mis en avant dans la présentation (voir par exemple :http://www.aps.dz/economie/88767-la-nouvelle-aerogare-d-alger-une-realisation-d-envergure-aux-ambitions-mondiales qui annonce une série de mesures en faveur de la protection de l’environnement en expliquant que la nouvelle aérogare, construite « conformément aux standards internationaux », répond aux normes d’efficacité énergétique et de préservation de l’environnement  avec une structure réfléchie pour que son impact sur l’environnement soit minimal.

Elle est dotée de puits de lumière naturelle pour diminuer la consommation électrique, de réservoirs collecteurs au niveau de la toiture pour récupérer les eaux pluviales qui seront ensuite utilisées notamment  pour l’arrosage des espaces verts et de climatiseurs qui régulent la température à hauteur de 4 mètres pour économiser l’énergie. De plus, des dessertes ferroviaires relient désormais l’aéroport international à la gare d’Agha au centre-ville d’Alger, ce qui devrait inciter les voyageurs et les visiteurs à utiliser ce mode de transport en commun et réduire de fait le trafic routier de et vers l’aéroport.

Meme si l’aéroport d’Alger n’est pas certifié (pour l’instant) par le programme Airport Carbon Accreditation (ACA)*, les mesures prises dans la conception de cette aérogare constituent néanmoins un premier pas vers un développement plus attentif et soucieux de réduire  les impacts néfastes sur le milieu, liés aux activités aéroportuaires (émissions provenant des bâtiments et des infrastructures, des transports de et vers les aéroports, des mouvements  des avions au sol, des réfrigérants etc…) .

Les actions engagées au niveau de la nouvelle aérogare  ouvrent ainsi de nouvelles perspectives pour le secteur aéroportuaire en Algérie, en matière d’efficacité énergétique, d’économie de ressources non renouvelables et de protection de l’environnement ; sachant que selon les experts du GIEC (Le Groupe  intergouvernemental sur l’évolution du climat), l’aviation représenterait 2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre et que les opérations aéroportuaires représentent jusqu’à 5% de ce pourcentage .

*Le programme ACA est un programme global de certification institutionnellement reconnu, pour la gestion des émissions carbone des aéroports. Il a été lancé en 2009 et comporte quatre niveaux de certification couvrant toutes les étapes de la gestion des émissions dans les aéroports: identification, réduction, optimisation et neutralité. Selon ONU Changements climatiques infos, Il y a 12 aéroports en Afrique (dont deux au Maroc : Marrakech Menara Airport et Casablanca Mohammed V International Airport) certifiés à l’un des quatre niveaux de l’Airport Carbon Accreditation, 41 en Asie-Pacifique, 118 en Europe, 8 en Amérique latine et dans les Caraïbes et 34 en Amérique du Nord.

Pour citer ce billet : « Démarche éco-responsable pour la nouvelle Aérogare de l’Aéroport International d’Alger » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 02 Mai 2019     lien :https://ruralm.hypotheses.org/1594

Quelques chiffres autour de l’évolution de la population urbaine en Algérie

     A l’instar de la plupart des pays du monde, le phénomène urbain a pris en Algérie, au cours des dernières décennies,  une ampleur considérable. Le taux d’urbanisation qui était de l’ordre de 13,9 % en 1886 est passé à 21,99% en 1936 pour atteindre 25.05% en 1954, le taux d’accroissement annuel était alors inférieur à 3 % mais il a atteint 4.8 % en 1966. L’accroissement de la population urbaine [1] durant cette période s’est effectué en deux phases dont la première 1954-1962 s’est caractérisée par la désertion des campagnes, durant la guerre de libération nationale, due à la politique de regroupement et à la création de zones interdites par  l’administration coloniale. La seconde phase, de 1962-1966, au lendemain de l’indépendance a entrainé une ruée extraordinaire de ruraux vers les villes désertées par les Européens (O.N.S. – Office National des Statitiques-, 2011*). Cet accroissement s’est confirmé durant les décennies suivantes puisque  le taux d’urbanisation sur le territoire national est passé de 31,4% en 1966 à 58,3% en 1998, il était de l’ordre de 66% en 2008,  d’après les résultats du cinquième Recensement Général de la Population et de l’Habitat -RGHP -2008  (depuis l’indépendance cinq Recensements Généraux de la Population et de l’Habitat ont été réalisés (1966, 1977, 1987, 1998 et 2008).

Selon l’O.N.S.* (2011), la population urbaine a toujours crû à des taux supérieurs à ceux de l’accroissement naturel sous l’effet de l’exode rural et du phénomène de reclassement. En effet, entre 1998 et 2008, 55,7% seulement du croît de la population urbaine est dû à l’accroissement naturel de la population alors que les 44,3% restant sont dus à la migration et au reclassement des agglomérations. La progression des grandes villes de plus de 100 000 habitants a pratiquement doublé tous les 10 ans, entre 1977 et 1998, tandis que les conditions économiques et sécuritaires défavorables qu’a connues l’Algérie pendant la décennie 1987-1998 ont encouragé la population à se cantonner dans les centres urbains les plus proches des campagnes ; ce qui a provoqué une forte urbanisation des agglomérations de petites tailles en général et en particulier celles dont la taille est comprise entre 10 000 et 20 000 habitants.

Le taux de croissance de la population agglomérée demeure très fort (2.89% en moyenne par an) en dépit du ralentissement observé depuis 1977 alors que celui de la population rurale a continué sa chute pour atteindre un taux négatif durant la dernière décennie (-0.46%).

Les grandes villes |2] et particulièrement leurs espaces périphériques connaissent des croissances de plus en plus fortes présageant l’apparition d’un phénomène de “suburbanisation” (ce qui est déjà le cas pour la capitale Alger, par exemple), tandis que les villes moyennes (de 50 000 à 100 000 habitants), destination de substitution aux grandes villes, enregistrent une croissance accélérée et que les petites villes (de 20 000 et 50 000 habitants)  continuent à attirer les populations des zones rurales et des agglomérations urbaines de petites tailles. Les perspectives de croissance des villes algériennes (et méditerranéennes) ne font que préfigurer une aggravation de problèmes actuels déjà inquiétants : une consommation foncière excessive (artificialisation des sols, perte irréversible de terres arables); une accélération de la dégradation du patrimoine bâti; une pollution des nappes phréatiques; une gestion des déchets inefficace; et des effets cumulatifs de tous ces facteurs sur les milieux et la santé des populations (Plan Bleu 2012).

           L’urbanisation accélérée s’accompagne déjà d’une demande massive de logements et d’infrastructures tandis que les problèmes de gestion urbaine sont récurrents ; et la situation risque de se compliquer encore plus à l’avenir. En effet,  d’après le site de l’Office National des Statistiques (O.N.S.), au 1er janvier 2018, la population résidente totale en Algérie a atteint 42,2 millions d’habitants, et plus de 70% de cette population est urbaine, alors que ce taux devrait atteindre les 85% à l’horizon 2050, comme le montre le graphique ci-dessus (source : ONU- World Urbanization Prospects 2018). Dés lors, des questions telles que celles relatives à la participation des citoyens et plus largement de la société civile (entreprises, associations, etc.) à la définition des besoins, ou celles relatives aux formes que pourraient prendre l’implication des citadins dans la gestion urbaine et/ou le développement local de leurs villes, sont plus que jamais posées…

[1] Les notions d’urbain et de rural peuvent recouvrir des réalités différentes selon les pays), en Algérie, les critères retenus par l’O.N.S.* pour définir le milieu urbain sont les suivants :

  • Un seuil minimum d’habitants fixé à 5000 : une réalité proprement urbaine peut difficilement apparaître en Algérie au dessous de ce chiffre.
  • L’activité économique : On estime que la caractéristique fondamentale d’une ville est que les personnes actives qui y vivent n’exercent pas d’activités agricoles ou du moins dans une très faible proportion (moins de 25 % du total)
  • Les Conditions obligatoires :
  1.                                                     – Raccordement au réseau d’A.E.P.
  2.                                                     – Raccordement au réseau d’Electricité
  3.                                                     – Raccordement au réseau d’Assainissement

          4-   Les conditions complémentaires : trois parmi les cinq suivantes :

  1.                 – L’existence d’un hôpital ou polyclinique
  2.                 – L’existence d’un lycée ou d’un collège d’enseignement moyen
  3.                 – L’existence d’équipements socioculturels (crèches, maisons de jeunes,..)
  4.                – L’existence d’infrastructures de sports et de loisirs (stades, parcs d’attractions, cinémas, théâtres …)
  5.              – L’existence d’équipements administratifs (bureaux de poste, tribunal, certaines administrations …)

[2]  Selon l’article 3 de la loi 06-06 du 20 février 2006 portant loi d’orientation de la ville, il est entendu par Ville : “toute agglomération urbaine ayant une taille de population et disposant de fonctions administratives, économiques, sociales et culturelles”.

* O.N.S. (Office National des Statistiques), 2011   “Armature urbaine – 5ème Recensement Général de la Population et de l’Habitat -2008 – Résultats issus de l’exploitation exhaustive”     214 p. Collections Statistiques N° 163/2011   

Pour citer ce billet : «Quelques chiffres autour de l’évolution de la population urbaine en Algérie » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 02 Octobre 2018     lien:https://ruralm.hypotheses.org/1415

Le projet “Alger, Smart City”

« Alger, Smart City» est le nouveau slogan  qui succède  (ou complète ?) celui d’ « Alger, éco-métropole » lancé au début des années 2010.

C’est un projet géré par la wilaya d’Alger qui est sensé s’appuyer sur l’utilisation et  l’exploitation des technologies de l’information pour gérer les bases de données de et sur la ville, dans le but d’optimiser la gestion opérationnelle urbaine, afin d’améliorer  la qualité de vie de ses citoyens.

Dans le cadre de ce projet, initié en 2017, deux laboratoires « fablab » (ateliers de fabrication numérique) destinés aux startups et aux étudiants porteurs de solutions innovantes ont été mis en place, début 2018 dans des locaux situés au niveau des voûtes d’Alger. Un fablab est un laboratoire de fabrication mettant à disposition un arsenal de machines et d’outils pour la conception et la réalisation de prototypes (passer du concept au prototype) afin de tester les solutions innovantes touchants aux domaines piliers d’une ville intelligente (mobilité, environnement, économie locale).

En même temps, un sommet international ” Smart Cities Global Technology & Investment Summit 2018(http://www.wilaya-alger.dz/fr/sommet-mondial-smart-cities-organise-par-smart-city-alger-pour-evaluer-les-dernieres-technologies-et-strategies-dinvestissement/ ) est prévu au CIC Alger (Centre International de Conférences Alger), les 27 et 28 juin 2018, et pour lequel quelques 4000 participants nationaux et internationaux dans les domaines des technologies modernes et des startups sont annoncés

Dans un pays où les questions urbanistiques sont marginalisées et où il semble toujours aussi difficile d’apporter des solutions aux problèmes, nombreux et variés, auxquels est confrontée la quasi-totalité des villes et plus particulièrement Alger, on peut néanmoins noter une certaine facilité en matière de communication et d’utilisation de références et de concepts internationaux « en vogue »…..

Pour citer ce billet : « Le projet “Alger, Smart City” » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 15 avril 2018     lien https://ruralm.hypotheses.org/1284

Journée nationale de la ville : un séminaire et des annonces

Cette année, la journée nationale de la ville a été plus (re)marquée que d’habitude puisqu’une rencontre nationale sur le thème « la ville algérienne face aux enjeux et défis du développement durable » a été organisée le 20 février 2018 par le Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville (MHUV), au Centre International des Conférences – CIC à Alger.

L’invité d’honneur était l’architecte-urbaniste Christian de Portzamparc, distingué par plusieurs prix (Equerre d’argent, Prix Pritzker, Grand Prix de l’urbanisme) et lauréat du concours pour le futur Parlement algérien.

Une session plénière et  quatre ateliers sur des thématiques désormais  incontournables du développement urbain durable ont été organisés,  à savoir:

  • «Politique de la ville : le cadre juridique face aux nouveaux enjeux et défis» ;
  • «Gestion intégrée de la ville : vers une bonne gouvernance urbaine» ;
  • «Ville intelligente, écologique et résiliente : concepts et faisabilité» et
  • «Economie urbaine : management et mécanismes de financement pour le développement durable des villes».

Au-delà des travaux de ces ateliers dont il serait utile de rendre public les conclusions et les recommandations, il semble intéressant de revenir sur deux annonces qui ont été faites :

–  La première concerne la révision de la loi n°90-29 relative à l’aménagement et l’urbanisme, votée en 1990, il y a donc près de trente ans et qui introduisait les instruments d’urbanisme, PDAU et POS, toujours en vigueur. Si leur mise en œuvre a été  difficile dès le départ, étant donné (entre autres) la grave crise économico-sécuritaire qu’à connue le pays au cours de la décennie 90 ; avec le temps, leur application sur le terrain ne s’est pas avérée plus simple. En effet, ces instruments, sensés organisés l’espace urbain, apparaissent  de plus en plus dépassés par l’ampleur et la complexité des réalités auxquelles sont confrontées les villes algériennes.

–  La seconde annonce est relative à la création d’une École Nationale d’Ingénieurs de la Ville. Ce serait une première en Algérie, et même si on ne sait pas encore quelles seront les modalités de fonctionnement de cette école, c’est néanmoins un signal de la reconnaissance par les pouvoirs publics de l’importance de la formation dans ce domaine (voir par exemple le  billet  https://ruralm.hypotheses.org/1208 )

Si on ne peut préjuger de l’impact réel positif (ou pas) de ces deux mesures sur l’amélioration des conditions de vie urbaine et du cadre bâti, on peut cependant imaginer (si les annonces sont suivis d’effets)  qu’elles apporteront  un souffle nouveau. Elles pourront (peut-être) aider à faire bouger les choses en matière de développement urbain pour tenter d’organiser (enfin) de manière plus significative et concrète, l’action d’aménagement à travers des pratiques et des modes de fabrication urbains, renouvelés, plus soucieux des conséquences économiques, sociales et environnementales à court, moyen et long terme.

Il est permis d’y croire puisque des dates ont été avancées : au cours de son intervention le Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville a fait savoir que son secteur est actuellement en train de réviser la loi sur l’aménagement et l’urbanisme  tandis que le Ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire a indiqué que l’Ecole des Ingénieurs de la Ville serait mise en service à partir de septembre 2018 …. A suivre donc….

Pour citer ce billet: «Journée nationale de la ville : une rencontre et des annonces » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 21 février 2018     lien: https://ruralm.hypotheses.org/1265

Le risque sismique: une menace permanente sur le Nord algérien

Le 2 Janvier 2018, une secousse tellurique d’une magnitude de 4.3 degrés sur l’échelle de Richter (d’après le CRAAG – Centre de Recherche en Astronomie, Astrophysique et Géophysique)  a été fortement ressentie par les habitants de Blida, mais également par ceux des wilayas limitrophes telles qu’Alger et Tipasa. A peine quarante jours auparavant, le 24 novembre 2017, une autre secousse de l’ordre de 3.6 avait secoué la même région.

En effet, le nord de l’Algérie est une zone d’activité sismique (aussi bien terrestre que marine) élevée comme l’attestent les différents séismes survenus à la fin du 20ème siècle et en ce début de 21ème siècle ; tels que les séismes du 5 octobre 1980 à Chlef, celui du 20/10/ 1989 à Tipasa, celui du 22/12/1999 à Ain temouchent, ou encore celui du 21 mai 2003 à Boumerdes,  pour ne citer que les plus meurtriers et récents. Le pli-faille du Sahel, qui s’étend de Tipasa à Boumerdes fait partie des cinq failles actives identifiées dans la région (en plus de failles potentiellement actives en mer Méditerranée), engendrées par la convergence des plaques tectoniques africaines et eurasiennes. Le taux de rapprochement entre ces plaques est d’environs 4-6 mm/an (Anderson et Jackson, 1987).

Le risque sismique dans cette région est donc avéré et potentiellement lourd de conséquences, en particulier pour les zones urbaines, qui connaissent un croît démographique important, (la population urbaine évolue plus vite que la population totale, deux algériens sur trois vivent en ville). D’après le SNAT, se basant sur le recensement de 2008, la région Nord-Centre, constituée par les wilayas d’Alger, de Tipaza, de Blida et de Boumerdès, enregistre un accroissement dans son poids démographique, tandis qu’un rapport de l’O.N.S. (Office National des Statistiques) datant de 2011 indique que le Nord-centre est deux fois plus dense que le Nord-est et le Nord-ouest du pays qui connait d’une manière générale, un phénomène de littoralisation et de concentration démographique important dans sa partie Nord (près de 80% des habitants).  

Si la nature sismique de la région est prise en compte au niveau du calcul et de la conception des structures des constructions, avec des règles parasismiques (RPA 99/ version 2003) à l’échelle du bâtiment, relativement bien appliquées, dans le cas des constructions publiques, qui bénéficient d’un contrôle obligatoire par les services du C.T.C (Contrôle Technique des Constructions). En revanche, pour les constructions privées, en particulier en ce qui concerne l’habitat, il n’y a quasiment aucun contrôle. Autre élément inquiétant, les impacts de ce risque sismique connu et reconnu, ne sont pas concrètement anticipés au niveau spatial, dans les opérations d’aménagement territorial.

En effet, le Plan Général de Prévention des Risque Majeurs – PGPRM, (s’apparentant aux PPR -Plans de Prévention des Risques- français) institué par la loi n°  04-20 du 25 décembre 2004, relative à la prévention des risques majeurs et à la gestion des catastrophes, sensé fixer l’ensemble des règles et procédures visant à atténuer la vulnérabilité à l’aléa concerné et à prévenir les effets induits, n’est toujours pas en vigueur. Pourtant, la loi n° 04-05 du 14 août 2004 (Modifiant et complétant la loi n° 90-29 du 1er décembre 1990 relative à l’aménagement et l’urbanisme) prescrit, dans le cadre de la prévention, lors de l’élaboration des plans d’aménagement et d’urbanisme, la reprise des prescriptions des Plans Généraux de Prévention des Risques Majeurs et l’identification, entre autres, des zones sismiques classées selon leur degré de vulnérabilité. D’autre part, le décret exécutif n° 05-318 du 10 septembre 2005 (Modifiant et complétant le décret exécutif n° 91-178 du 28 mai 1998) fixant les procédures d’élaboration et d’approbation des POS, ainsi que le contenu des documents y afférents, prévoit l’élaboration d’une carte à l’échelle 1/500° ou 1/1000°, délimitant les zones exposées aux risques naturels et technologiques, accompagnées des rapports techniques y afférents.

Ainsi, la réglementation sous-tendue par l’arsenal législatif existe, à plusieurs niveaux, depuis plus d’une décennie, pour encadrer l’urbanisation, cependant, il manque l’essentiel : la mise en œuvre avec l’application sur le terrain. Cette application s’impose pourtant comme une priorité, et ce, dés les premières phases de l’implantation et de la conception des aménagements urbains, pour être ensuite complétées par les règles parasismiques des constructions, qui devront s’étendre à tous les types de bâtiments publics ou privés, tertiaires ou résidentiels, en particulier dans les zones classées à risques.

La prévention passant par des études sérieuses en amont, demeure, en effet, le moyen le plus sur, pour anticiper d’éventuels tremblements de terre majeurs et réduire au maximum les conséquences souvent désastreuses (nombre de victimes, dégâts matériels, impacts environnementaux….) de ce type de catastrophes identifiées et récurrentes, constituant une menace permanente sur un espace qui abrite l’essentiel des infrastructures et possède la densité de population la plus élevée du pays…

Pour citer ce billet : “Le risque sismique: une menace permanente sur le Nord algérien” par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 17 janvier 2018     lien https://ruralm.hypotheses.org/1254

Mieux (re)connaitre l’importance de la formation pour mieux répondre aux enjeux de l’aménagement urbain

L’enseignement de l’aménagement et de l’urbanisme est relativement récent, même si l’art de bâtir des villes remonte à plusieurs siècles avant notre ère. Le vocable « urbanisme » est apparu pour la première fois au milieu du 19ème siècle, en Espagne, dans les travaux de Cerdà (Teoría General de la Urbanización, 1867).

En Grande-Bretagne, l’Université de Liverpool met en place le premier Institut universitaire dédié aux questions d’aménagement en 1909. Du côté de la France, le vote de la loi Cornudet instaure les premiers plans d’urbanisme et entraîne la création d’un Institut des Hautes études urbaines en 1919. Rattaché à la Sorbonne, celui-ci devient en 1924 l’Institut d’Urbanisme de l’Université de Paris (IUUP). De l’autre côté de l’Atlantique, aux États-Unis, le premier programme universitaire dédié au City and Regional Planning est créé à l’Université de Harvard en 1923. Le Massachusetts Institute of Technology suit en 1932. Et, en 1941, c’est au tour de l’Université de Washington à Seattle, en 1945 à Columbia University à New York et à l’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign, non loin de Chicago (Douay  N., 2017).

En Algérie, comme l’explique J.P. Frey (2010),  l’Institut d’Urbanisme de l’Université d’Alger, conçu sur le modèle de celui de Paris, a été créé par décret en date du 11 juillet 1942, il ne commencera à fonctionner qu’au début de l’année 1946… Il a pour objet de coordonner et de développer les recherches concernant l’évolution des villes et plus particulièrement les études intéressant les villes nord-africaines, leur aménagement et leur extension, leur organisation administrative, économique et sociale. Son enseignement s’adressait tant aux techniciens désirant orienter leur activité vers l’urbanisme (architectes, ingénieurs, techniciens ruraux, géomètres, etc.) qu’aux fonctionnaires des services publics appelés à traiter des problèmes intéressant l’urbanisme (municipalités, travaux publics, etc.). L’enseignement comportait au départ trois groupes de cours : histoire et géographie ; droit, sociologie et économie ; technique de l’aménagement des villes.

De manière générale, les formations en urbanisme et aménagement, tout comme celles en architecture et construction, se caractérisent par la dimension pluridisciplinaire des enseignements où les savoirs théoriques et les savoir-faire professionnels se croisent et se complètent à travers, d’une part, les cours et les conférences autour de la connaissance des techniques et de la société et d’autre part, les travaux en atelier construits autour de la pratique du « projet » (notion qui désigne aussi bien  l’activité de conception déployée pour réaliser les plans que le résultat de cette activité, qui sont la réalisation et les plans eux-mêmes). Les enseignements dispensés dans les ateliers privilégient le travail de groupe et les échanges directs entre les étudiants et les professeurs. La formation pratique est (normalement) complétée par des stages qui permettent une meilleure intégration des étudiants dans le milieu professionnel. Les filières formant les futurs professionnels de l’aménagement urbain en particulier, doivent bénéficier de ce mode d’enseignement spécifique, qui associe théorie et pratiques professionnelles, dispensant non seulement des connaissances descriptives, sorte de base culturelle minimale, mais aussi  apportant des instruments cognitifs autant que pratiques, dotant les étudiants de compétences à l’action et la conception (Dumont  M., HDR, 2013).

Cependant, aujourd’hui, en Algérie, il n’existe plus d’Institut d’Urbanisme ; l’enseignement spécifique de la discipline « urbanisme » est intégré dans les différents cursus. Il n’y a pas de diplôme d’urbaniste, mais des formations «d’architecte- urbaniste » ou «d’aménageur» ou encore «de géographe- urbaniste » (T. Souami, 2006). Les conditions de pratiques pédagogiques et l’offre de formation ne sont pas toujours claires sur les compétences visées et sur la variété des différents profils, en particulier au niveau master (les filières de formation en aménagement et géographie, intégrant des domaines de spécialités destinés à former les compétences affectées à la planification, l’aménagement et la gestion des villes sont proposées par une dizaine d’universités à l’échelle nationale, une quinzaine propose des formations en architecture avec diverses options « urbanisme» au niveau master).

Pourtant, l’ampleur et la complexité des problèmes urbains et spatiaux exigent des professionnels ayant reçu une formation solide, condition sine qua non pour tenter d’améliorer une qualité urbaine qui ne cesse de se dégrader, dans un contexte de forte urbanisation (en Algérie, la population urbaine a été multipliée par six passant de moins de quatre millions en 1966, à plus de 22 millions au dernier Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) de 2008, soit deux algériens sur trois). Alors que les mutations urbaines sont importantes, et que le concept de développement durable est devenu incontournable ; l’enjeu est donc de faire en sorte de former des professionnels de l’urbanisme et l’aménagement de l’espace qui puissent répondre au mieux aux situations urbaines actuelles et qui soient capables d’anticiper les changements en cours et à venir aux plans social et environnemental.

A quelques jours de la prochaine rentrée universitaire, il est important de rappeler l’importance de cette filière et la nécessité d’investir dans une meilleure prise en charge des enseignements, d’autant plus que le champ professionnel des urbanistes et des aménageurs, ne jouit pas d’une  véritable reconnaissance, aussi bien de la part des pouvoirs publics que des maîtres d’ouvrage ou de la société civile. Sa structuration effective tarde à se mettre en place, pour preuve l’Association des Aménageurs et Urbanistes Algériens, fondée en 2001, ne dispose toujours pas de l’agrément officiel lui permettant d’agir efficacement (S. Almi, 2011). En effet, dans un champ marqué par la diversité des origines disciplinaires et la variété des profils professionnels (aménageurs- urbanistes, architectes-urbanistes, géographes-urbanistes, ingénieurs-urbanistes etc… mais également tous les autres professionnels se revendiquant comme « spécialistes de l’urbain »)  la question de la qualité de la formation, s’appuyant sur la maitrise de fondamentaux théoriques et pratiques  (un ensemble de références, de connaissances et de savoir-faire, bien défini), sorte de « base commune » à l’ensemble des cursus universitaires se revendiquant du champ de l’aménagement et de l’urbanisme, est prioritaire, pour tenter de répondre aux multiples attentes à l’échelle urbaine mais également sociale et environnementale, dans le contexte de désordre urbain, de difficultés de gestion des infrastructures et services collectifs ; et de manque de réflexion urbanistique prégnant, qui caractérise la plupart des villes algériennes.

Pour citer ce billet : «Mieux (re)connaitre l’importance de la formation pour mieux répondre aux enjeux de l’aménagement urbain » par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 26 aout 2017        Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1208

Aménagement urbain durable en Algérie : une nécessaire prise de conscience

En 2008, feu J.J Deluz faisait le constat suivant : “En Algérie, pays où je vis et travaille, il y a deux choses dans l’urbanisme et l’architecture qui sautent aux yeux de toute personne lucide : d’un côté, l’unanimité des opinions converge sur un constat de nullité généralisée des quartiers nouveaux, de l’autre, il y a l’incapacité à y changer quelque chose”.( J.-J. Deluz in « Fantasmes et réalités : Réflexions sur l’architecture » , 2008).

Si l’expression « nullité généralisée » peut paraitre excessive, la médiocrité du paysage urbain algérien, pas seulement celui des dernières extensions, est dénoncée par bien d’autres avis et même par les plus hauts responsables (se référer le discours du Président de la République  lors des Assises de l’Architecture en décembre 2006). En effet, l’observation des aménagements urbains réalisés ces dernières années, dans la plupart des villes du pays, fait ressortir le même manque de réflexion urbanistique, en particulier dans les importants programmes d’habitat, (mais pas seulement) avec la prédominance du modèle extensif. Les contentieux et le manque de réserves foncières mais aussi (surtout ?) la manière dirigiste avec laquelle sont programmés les projets, accordant peu de temps et d’attention à la recherche des conditions d’implantation optimales font que, par facilité, la plupart des projets s’érigent, les uns après les autres, sur les terrains vierges en marges des villes, créant des dynamiques d’étalement urbain programmées.

La question du décalage qui existe entre les réalités du développement urbain tel qu’il est mené aujourd’hui, et les orientations du SNAT et de la politique de la ville basées sur le développement durable, se pose, alors que  des investissements financiers importants sont engagés. Dans les faits, au lieu de développement urbain « durable », les aménagements qui se succèdent, du Nord au Sud du pays, confirment plutôt des choix qui renouent durablement avec les pratiques de « l’urbanisme de masse ». Ainsi, même si, avec une volonté affirmée de concrétisation du développement durable, les pouvoirs publics  tentent d’améliorer le niveau de la dimension sociale en investissant des budgets colossaux pour combler le déficit en logements et en infrastructures ; ils occultent, en revanche, les questions liées à la durabilité en matière d’urbanisme et de construction, et les enjeux sociaux et environnementaux qu’elle soulève.

En effet, s’intéresser à l’intégration des enjeux environnementaux et sociaux dans les pratiques urbaines revient implicitement à se préoccuper des questions relatives à l’urbanisme durable si on considère, comme l’estime Da Cunha A. (2007) que le rôle essentiel du concept d’urbanisme durable est de garantir la qualité de vie urbaine et d’exprimer une prise de conscience des risques sociaux et environnementaux qui pèsent sur l’espace urbain. Précisément, au-delà de la médiocrité du paysage tant dénoncée, il semble nécessaire de prendre conscience des effets néfastes, environnementaux mais également sociaux, d’une stratégie de développement qui peine à améliorer la qualité urbaine de l’existant voir même tend à la détériorer davantage en encourageant  une croissance urbaine démesurée.

Dans le contexte algérien, l’introduction du développement durable, en temps que concept, dans le champ opérationnel de l’aménagement et de la construction est très récente, et elle se matérialise, pour l’instant, plutôt par des réalisations ponctuelles à travers quelques projets, qui sont en cours, et pour la plupart, mises en œuvre dans le cadre du nouveau PDAU d’Alger, à l’horizon 2029, qui a pour objectif la promotion de la durabilité de l’espace urbain et pour slogan « Alger éco-métropole de la Méditerranée et ville jardin ». Cependant, ces réalisations semblent beaucoup relever d’une recherche de visibilité à travers des « effet d’annonce », (une sorte de projets « vitrines » du développement durable qui retiendrait le regard et détournerait l’attention des territoires urbains « ordinaires » et des centaines d’autres opérations en cours). Ces projets « pilotes » sont programmés par injonction des pouvoirs publics, concentrés au niveau de la capitale, et de quelques autres grandes villes (comme à Constantine avec le projet du quartier d’El Menia, présenté comme un éco-quartier), ou à l’échelle du bâtiment, comme avec les 600 logements HPE. C’est toujours l’approche « top-down », qui est privilégiée, puisque les acteurs locaux ne sont pas sollicités dans le processus décisionnel en matière de programmation urbaine. Cette logique où « l’amont régit l’aval » (F.N. Bouchanine, 2004) ne s’inspire pas vraiment de l’esprit du développement durable, qui prône, au contraire, la participation des citoyens dans les décisions relatives à leur milieu de vie.

L’intérêt récent des pouvoirs publics pour le lancement de projets d’aménagement et d’habitat affichant de nouvelles ambitions en matière de développement durable semble donc plus relevé d’une volonté de reproduction de « modèles » urbains présentés comme « durables » qui a lieu au Maghreb (P.A. Barthel, L. Zaki, 2011), que d’une réelle prise de conscience des risques sociaux et environnementaux qui pèsent sur l’espace urbain. Pourtant, d’un autre coté, cet intérêt nouveau peut aussi être considéré comme une brèche qui s’ouvre dans le circuit jusque là très fermé de la production urbaine en Algérie. Il pourrait, dés lors, s’avérer opportun de saisir cette ouverture pour (re)lancer le débat, car les  opérations d’aménagements en Algérie comme d’ailleurs dans d’autres pays du Sud de la Méditerranée, sont proclamés comme « durables » alors même qu’il n’existent aucun système de contrôle, d’évaluation ou de certification du concept (L. Zaki et P.A. Barthel (2011). Bien que sous le vocable de « durables » se retrouvent des expériences très diverses en fonction des approches nationales de développement durable [C. Emelianoff, 2007  explique que, par exemples, les pays scandinaves et de la dorsale européenne ont développé des approches centrées sur les questions énergétiques ; les uns à cause des enjeux climatiques (Scandinavie, Royaume-Uni, Danemark, Pays-Bas) les autres de la rareté du sol (pays alpins), les pays euro-méditerranéens accordent eux plus d’attention au thème de la qualité de vie; l’accent est donc mis sur les espaces publics, le patri­moine, l’identité des lieux], il n’en demeure pas moins que leur mise en œuvre et leurs enjeux, dans tous les cas, remettent en question les modes de fabrication urbaine.

Dans le cas algérien, où les modes de fabrication urbaine en cours depuis plusieurs décennies, ont largement montré leurs limites, il s’agirait d’entrainer une prise de conscience collective sur la nécessité de trouver des traductions opérationnelles pour impulser un changement grâce à une nouvelle conception de la manière d’agir dans et sur l’espace urbain, introduisant de nouvelles pratiques basées sur des relations de concertation, de complémentarité et de respect entre toutes les composantes du milieu urbain afin de remédier à une situation urbaine diagnostiquée comme critique depuis de nombreuses années et qui ne cesse de s’aggraver…

Pour citer ce billet : «Aménagement urbain durable en Algérie : une nécessaire prise de conscience  » par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 11 juin 2017        Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1195

 

Le bassin méditerranéen : un espace « pluri-vulnérable »

Depuis l’antiquité, le climat et la position géographique du  littoral méditerranéen, situé au carrefour de trois continents, ont favorisé l’implantation de cités (sur les côtes d’Afrique du Nord, se succèdent les phéniciens, les vandales, les grecs, les romains, les arabes, les ottomans (turcs) et les français), dans lesquelles les échanges commerciaux et culturels florissaient. Cependant, c’est une région ou les questions environnementales et de développement se posent avec une particulière acuité (le Plan Bleu, 2009).

En effet, si désormais plus de la moitié de la population mondiale est urbaine, dans les pays du pourtour de la Méditerranée (22  pays riverains), ce sont deux habitants sur trois qui vivent déjà dans les espaces urbains. En même temps, la Méditerranée, en particulier la rive Sud et Est, est et sera plus touchée par le changement climatique que la plupart des autres régions du monde au cours du 21ème siècle.

Les impacts de la hausse des températures, la diminution des précipitations, l’augmentation du nombre et de l’intensité des évènements extrêmes (inondations, glissements de terrain, feux de forêts, séismes etc..) et la hausse possible du niveau de la mer (l’élévation du niveau de la mer est évaluée à 35 cm d’ici la fin du siècle) se superposent et amplifient les pressions liées aux activités humaines déjà existantes sur l’environnement naturel.

La question cruciale de la raréfaction des ressources hydriques et la problématique de la disponibilité de l’eau, dont la demande a doublé depuis cinquante ans (Plan Bleu, 2008) dans le bassin méditerranéen est particulièrement préoccupante, (500 m3/personne/an correspondent au seuil de pénurie d’eau déjà atteint en Algérie, en Libye, à Malte, dans les Territoires Palestiniens, ou encore en Tunisie). En effet, comme le rappelle F. Galland (2009), les pays du pourtour méditerranéen ne disposent que de 3 % des ressources en eau douce de la planète et concentrent plus de la moitié de la population la plus pauvre en eau. Qui plus est, les ressources en eau de la région méditerranéenne sont inégalement réparties, puisque la rive Sud ne détient que 13 % de l’eau douce disponible en Méditerranée.

Cette région est aussi l’un des principaux « sites critiques » de la biodiversité mondiale. Elle rassemble 10% des espèces connues de végétaux supérieurs sur seulement 1,6% de la surface terrestre et 7% des espèces marines sur moins de 0,8% de la superficie des océans. Beaucoup d’entre elles sont endémiques. La mer Méditerranée, mer semi-fermée, entourée de côtes souvent très peuplées et objet d’une fréquentation touristique intensive, est soumise à une forte pression  humaine liée aux activités littorales comme au trafic maritime (elle accueille 30% du trafic fret maritime international et 20 à 25% du transport maritime d’hydrocarbures) qui génère des impacts sur la qualité du milieu marin et sur les écosystèmes.

La menace sismique dans cette région est également permanente, engendrée par la convergence des plaques tectoniques africaines et eurasiennes. Le taux de rapprochement entre ces plaques est d’environs 4-6 mm/an (Anderson et Jackson, 1987). Le risque sismique est lourd de conséquences, en particulier en zone urbaine, qui connaît un croît démographique et un  phénomène de littoralisation important, qui menacent l’équilibre naturel et la préservation des ressources non renouvelables.

Au regard de ces multiples vulnérabilités (ici abordées de manière non exhaustive), la situation du littoral méditerranéen suscite de multiples interrogations et inquiétudes, d’autant plus que l’augmentation de la population urbaine côtière annoncée, est estimée, d’après le Plan Bleu (2008) à 20 millions d’urbains supplémentaires d’ici à 2025, tandis que  près de 50% des côtes pourraient être bétonnées à cet horizon contre 40% en 2000…Des chiffres et des perspectives pour le moins inquiétants qui ne peuvent qu’inciter à tenter d’infléchir une tendance qui ne cesse de se confirmer…

Pour citer ce billet : « Le bassin méditerranéen : un espace « pluri-vulnérable » par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 04 avril 2017        Lien :https://ruralm.hypotheses.org/1174

Inauguration de la « ville nouvelle » de Sidi Abdallah : un « modèle » urbanistique?

sidi-abdallah

Une vue de Sidi Abdallah Source APS (Algérie Presse Service)

La première tranche de la “nouvelle ville” de Sidi Abdellah, a été inaugurée le 11 décembre 2016, par les plus hautes autorités de l’Etat. Situé à 25 km d’Alger, et s’étendant sur une superficie de 7.000 ha, dont 3.000 ha urbanisables et 4.000 ha d’espace protégés, ce projet est sensé disposer de toutes les commodités en matière d’éducation, de santé et de loisirs. Il doit même constituer à l’avenir un «  modèle » pour les nouvelles villes algériennes. C’est, du moins, ce qu’affirme la présentation officielle qui ne tarit pas d’éloges pour ce projet, dont elle souligne même l’orientation en tant que ville “verte” répondant aux « normes internationales » en matière d’écologie.

Cependant, s’il est prévu que des panneaux photovoltaïques soient installés pour l’éclairage public, que contrairement à ce qui se pratiquait auparavant, les cités doivent désormais disposer des commodités nécessaires tels les établissements scolaires, crèches, commerces de proximité, prestations bancaires, postales etc… espaces verts, jardins et espaces de jeux et de loisirs (c’est du moins ce qui est annoncé), et que concernant la propreté des cités, un plan de collecte des ordures a été élaboré ; il n’en demeure pas moins que la production reste très standardisée. Les organismes chargés du contrôle et du suivi préfèrent ici aussi reconduire des modes constructifs et des conceptions ayant fait leurs preuves, et se méfient des innovations qui risquent de compromettre l’avancement des travaux. Sur les 45000 logements prévus à terme (jusqu’en 2018), c’est une première tranche de plus de 3000 logements qui doit être livrée ces jours-ci et le moins que l’on puisse dire, c’est que la prise en compte des réalités socio-environnementales apparait plutôt marginale.

En effet, les considérations d’ordre écologique commencent à peine à faire  officiellement partie des critères de mise en œuvre dans la construction publique de logements (pour les logements HPE voir billet https://ruralm.hypotheses.org/62), et les considérations d’ordre social restent figées dans la vision  du  “tout logement, au plus tôt”, avec une percée de la notion vague de « qualité ». De plus,  on peut se poser des questions sur la pertinence de la création de « villes nouvelles » (ou ce qui est présenté comme tel) alors qu’il y  tant à faire pour gérer et  améliorer le cadre de vie dans les villes existantes, d’autant plus que cette « ville nouvelle », de même que celle de Bouinan d’ailleurs (voir le billet https://ruralm.hypotheses.org/93 ), est située aux portes d’Alger et qu’il est prévu de la doter d’équipements très importants (un pôle santé comportant des technologies de pointe, un pôle  pharmaceutique et biotechnologique, et un pôle universitaire universitaires de 22 000 places pédagogiques ; sont en cours de réalisation), ce qui pose la question de fond de la contradiction avec les orientations du SNAT 2030 et ses objectifs affichés concernant le rééquilibrage territorial et la  déconcentration de la bande Nord. Il semble, au contraire, qu’en pratique, on ne cesse de renforcer l’attractivité de la capitale avec des projets d’envergure.

En tous cas, pour l’instant, au-delà des effets d’annonce, ce projet, dont la livraison totale est prévue pour 2018,  n’apparait pas vraiment différent et s’inscrit plutot dans la lignée des autres projets d’urbanisme de masse en cours de réalisation à la périphérie des grandes villes. Reste à voir comment les choses vont évoluer et comment les habitants vont s’approprier ce nouvel espace urbanisé, qui, de toutes façons, est venu grignoter un peu plus de terrain naturel et accentuer encore l’étalement de la métropole algéroise…

Pour citer ce billet : “Inauguration de la « ville nouvelle » de Sidi Abdallah : un « modèle » urbanistique?”    par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 19 décembre 2016                                         Lien :https://ruralm.hypotheses.org/1113

Une expérience innovante en marge des opérations de logements « standards » : Le ksar de Tafilelt, une nouvelle fois récompensé

main1

photo: Tafilelt.com

Le nouveau ksar de Tafilelt (Tafilelt Tadjdite), un projet d’habitat social, a été initié en 1997 par un promoteur privé (la Société civile immobilière, issue de la fondation « Amidoul »), au sud de Beni Isguen, dans la wilaya de Ghardaia, en s’inspirant de l’habitat traditionnel mozabite et en utilisant les matériaux locaux (la pierre, la chaux, le sable, le plâtre …). Ce projet s’inscrit dans une optique sociale et écologique, dont  le programme initial de 870 logements a été réalisé en cinq tranches, et s’est achevé en 2006 (le nombre est arrivé à 1050 logements actuellement). L’implication des habitants dans la conception et la construction est l’une des particularité de ce projet, qui fut l’un des premiers initiés par un promoteur privé avec l’aide de l’Etat. Les futurs habitants ont pu participer à la construction des maisons, en travaillant sur le chantier, le week-end ou en semaine selon les possibilités, dans une entraide collective, la « touiza », pratique ancestrale dans la vallée, qui met l’intérêt général au cœur de toutes les opérations, complétées aujourd’hui par des actions telles que la gestion des déchets ménagers, la densification et la préservation des espaces verts,  l’épuration naturelle et biologique des eaux usées de la cité ou encore la création d’un parc animalier et végétal des zones désertiques.

Cet ensemble a reçu en 2012, le 3ème prix du concours national d’architecture, ce qui est une reconnaissance pour une réalisation qui a été édifiée un peu en marge des circuits habituels. Il existe ainsi, à petite échelle, quelques expériences  de programmes d’habitat ksouriens intégrés, marquées par une volonté de réaliser de « nouveaux ksour », et de réinterpréter l’héritage urbain et architectural comme c’est le cas pour celui de Tafilelt.

En Algérie, les projets comme le nouveau ksar de Tafilelt sont très (trop) peu nombreux, et font figures d’exceptions dans un paysage urbain dominé par les pratiques uniformisées et uniformisantes (uniformité dans la démarche de mise en œuvre, au niveau de la gestion urbaine, dans les aménagements, les matériaux utilisés, les cahiers des charges et le choix architectural…), pourtant ces projets prouvent que même avant la promulgation des lois dites de « deuxième génération », ayant pour cadre le développement durable, le souci de mieux répondre aux réalités socio-environnementales n’était pas totalement absent des actions urbaines. D’ailleurs, outre le prix décerné par l’Etat algérien en 2012, le Ksar de Tafilelt est cité comme exemple dans un rapport de 2010 établit par l’Institut de La Méditerranée sur  « Les autorités locales et régionales dans la nouvelle gouvernance méditerranéenne », et  un autre rapport de 2009, toujours de l’Institut de La Méditérannée,  intitulé « Vers des quartiers durables méditerranéens- Evaluation qualitative des expériences de développement : durable »  pour le projet CAT-MED, qui n’hésite pas  à le qualifier comme étant digne des éco-quartiers européens.

Le ksar de Tafilelt avait obtenu également le premier prix de la ligue arabe de l’Environnement en 2014 et il vient d’etre encore récompensé du “coup de cœur des internautes City” lundi 14 novembre 2016 à Marrakech (Maroc) suite à un vote des internautes (plus de 600 voix des professionnels du monde). Cette consécration a été obtenue lors de la première édition du concours Green City Solutions Awards, organisée par le réseau Construction 21 qui milite pour la promotion des constructions et quartiers innovants et durables, à l’occasion de la 22e session de la Conférence des Parties (COP 22) de Marrakech.

Au-delà des appréciations et des récompenses, ce qui peut-être retenu de cette expérience, c’est la possibilité  institutionnelle de pouvoir aménager à l’initiative de la population locale, selon des critères spécifiques au site. En plus du résultat urbain et architectural obtenu, appréciable et original, du prix de revient jugé économique, c’est aussi le caractère participatif (Etat, bénéficiaires, et l’association Amidoul, pour une participation pas seulement financière) de la formule qui est intéressant, et le fait que cela ait pu se faire malgré une politique de l’habitat rigide laissant peu de place aux innovations et à la diversification des intervenants.

Pour en savoir plus sur ce projet :http://tafilelt.com/site/ et http://www.construction21.org/france/articles/fr/laureat-coup-de-coeur-city-gbcsawards-2016–cite-tafilelt-tajdite-algerie.html

Pour citer ce billet : « Une expérience innovante en marge des opérations de logements « standards » : Le ksar de Tafilelt,    une nouvelle fois récompensé»    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 22 novembre 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1101