Aménagement urbain durable en Algérie : une nécessaire prise de conscience

En 2008, feu J.J Deluz faisait le constat suivant : “En Algérie, pays où je vis et travaille, il y a deux choses dans l’urbanisme et l’architecture qui sautent aux yeux de toute personne lucide : d’un côté, l’unanimité des opinions converge sur un constat de nullité généralisée des quartiers nouveaux, de l’autre, il y a l’incapacité à y changer quelque chose”.( J.-J. Deluz in « Fantasmes et réalités : Réflexions sur l’architecture » , 2008).

Si l’expression « nullité généralisée » peut paraitre excessive, la médiocrité du paysage urbain algérien, pas seulement celui des dernières extensions, est dénoncée par bien d’autres avis et même par les plus hauts responsables (se référer le discours du Président de la République  lors des Assises de l’Architecture en décembre 2006). En effet, l’observation des aménagements urbains réalisés ces dernières années, dans la plupart des villes du pays, fait ressortir le même manque de réflexion urbanistique, en particulier dans les importants programmes d’habitat, (mais pas seulement) avec la prédominance du modèle extensif. Les contentieux et le manque de réserves foncières mais aussi (surtout ?) la manière dirigiste avec laquelle sont programmés les projets, accordant peu de temps et d’attention à la recherche des conditions d’implantation optimales font que, par facilité, la plupart des projets s’érigent, les uns après les autres, sur les terrains vierges en marges des villes, créant des dynamiques d’étalement urbain programmées.

La question du décalage qui existe entre les réalités du développement urbain tel qu’il est mené aujourd’hui, et les orientations du SNAT et de la politique de la ville basées sur le développement durable, se pose, alors que  des investissements financiers importants sont engagés. Dans les faits, au lieu de développement urbain « durable », les aménagements qui se succèdent, du Nord au Sud du pays, confirment plutôt des choix qui renouent durablement avec les pratiques de « l’urbanisme de masse ». Ainsi, même si, avec une volonté affirmée de concrétisation du développement durable, les pouvoirs publics  tentent d’améliorer le niveau de la dimension sociale en investissant des budgets colossaux pour combler le déficit en logements et en infrastructures ; ils occultent, en revanche, les questions liées à la durabilité en matière d’urbanisme et de construction, et les enjeux sociaux et environnementaux qu’elle soulève.

En effet, s’intéresser à l’intégration des enjeux environnementaux et sociaux dans les pratiques urbaines revient implicitement à se préoccuper des questions relatives à l’urbanisme durable si on considère, comme l’estime Da Cunha A. (2007) que le rôle essentiel du concept d’urbanisme durable est de garantir la qualité de vie urbaine et d’exprimer une prise de conscience des risques sociaux et environnementaux qui pèsent sur l’espace urbain. Précisément, au-delà de la médiocrité du paysage tant dénoncée, il semble nécessaire de prendre conscience des effets néfastes, environnementaux mais également sociaux, d’une stratégie de développement qui peine à améliorer la qualité urbaine de l’existant voir même tend à la détériorer davantage en encourageant  une croissance urbaine démesurée.

Dans le contexte algérien, l’introduction du développement durable, en temps que concept, dans le champ opérationnel de l’aménagement et de la construction est très récente, et elle se matérialise, pour l’instant, plutôt par des réalisations ponctuelles à travers quelques projets, qui sont en cours, et pour la plupart, mises en œuvre dans le cadre du nouveau PDAU d’Alger, à l’horizon 2029, qui a pour objectif la promotion de la durabilité de l’espace urbain et pour slogan « Alger éco-métropole de la Méditerranée et ville jardin ». Cependant, ces réalisations semblent beaucoup relever d’une recherche de visibilité à travers des « effet d’annonce », (une sorte de projets « vitrines » du développement durable qui retiendrait le regard et détournerait l’attention des territoires urbains « ordinaires » et des centaines d’autres opérations en cours). Ces projets « pilotes » sont programmés par injonction des pouvoirs publics, concentrés au niveau de la capitale, et de quelques autres grandes villes (comme à Constantine avec le projet du quartier d’El Menia, présenté comme un éco-quartier), ou à l’échelle du bâtiment, comme avec les 600 logements HPE. C’est toujours l’approche « top-down », qui est privilégiée, puisque les acteurs locaux ne sont pas sollicités dans le processus décisionnel en matière de programmation urbaine. Cette logique où « l’amont régit l’aval » (F.N. Bouchanine, 2004) ne s’inspire pas vraiment de l’esprit du développement durable, qui prône, au contraire, la participation des citoyens dans les décisions relatives à leur milieu de vie.

L’intérêt récent des pouvoirs publics pour le lancement de projets d’aménagement et d’habitat affichant de nouvelles ambitions en matière de développement durable semble donc plus relevé d’une volonté de reproduction de « modèles » urbains présentés comme « durables » qui a lieu au Maghreb (P.A. Barthel, L. Zaki, 2011), que d’une réelle prise de conscience des risques sociaux et environnementaux qui pèsent sur l’espace urbain. Pourtant, d’un autre coté, cet intérêt nouveau peut aussi être considéré comme une brèche qui s’ouvre dans le circuit jusque là très fermé de la production urbaine en Algérie. Il pourrait, dés lors, s’avérer opportun de saisir cette ouverture pour (re)lancer le débat, car les  opérations d’aménagements en Algérie comme d’ailleurs dans d’autres pays du Sud de la Méditerranée, sont proclamés comme « durables » alors même qu’il n’existent aucun système de contrôle, d’évaluation ou de certification du concept (L. Zaki et P.A. Barthel (2011). Bien que sous le vocable de « durables » se retrouvent des expériences très diverses en fonction des approches nationales de développement durable [C. Emelianoff, 2007  explique que, par exemples, les pays scandinaves et de la dorsale européenne ont développé des approches centrées sur les questions énergétiques ; les uns à cause des enjeux climatiques (Scandinavie, Royaume-Uni, Danemark, Pays-Bas) les autres de la rareté du sol (pays alpins), les pays euro-méditerranéens accordent eux plus d’attention au thème de la qualité de vie; l’accent est donc mis sur les espaces publics, le patri­moine, l’identité des lieux], il n’en demeure pas moins que leur mise en œuvre et leurs enjeux, dans tous les cas, remettent en question les modes de fabrication urbaine.

Dans le cas algérien, où les modes de fabrication urbaine en cours depuis plusieurs décennies, ont largement montré leurs limites, il s’agirait d’entrainer une prise de conscience collective sur la nécessité de trouver des traductions opérationnelles pour impulser un changement grâce à une nouvelle conception de la manière d’agir dans et sur l’espace urbain, introduisant de nouvelles pratiques basées sur des relations de concertation, de complémentarité et de respect entre toutes les composantes du milieu urbain afin de remédier à une situation urbaine diagnostiquée comme critique depuis de nombreuses années et qui ne cesse de s’aggraver…

Pour citer ce billet : «Aménagement urbain durable en Algérie : une nécessaire prise de conscience  » par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 11 juin 2017        Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1195

 

La rive Sud et Est de la Méditerranée : un espace « pluri-vulnérable »

Depuis l’antiquité, le climat et la position géographique du  littoral méditerranéen, situé au carrefour de trois continents, ont favorisé l’implantation de cités (sur les côtes d’Afrique du Nord, se succèdent les phéniciens, les vandales, les grecs, les romains, les arabes, les ottomans (turcs) et les français), dans lesquelles les échanges commerciaux et culturels florissaient. Cependant, c’est une région ou les questions environnementales et de développement se posent avec une particulière acuité (le Plan Bleu, 2009).

En effet, si désormais plus de la moitié de la population mondiale est urbaine, dans les pays du pourtour de la Méditerranée (22  pays riverains), ce sont deux habitants sur trois qui vivent déjà dans les espaces urbains. En même temps, la Méditerranée, en particulier la rive Sud et Est, est et sera plus touchée par le changement climatique que la plupart des autres régions du monde au cours du 21ème siècle.

Les impacts de la hausse des températures, la diminution des précipitations, l’augmentation du nombre et de l’intensité des évènements extrêmes (inondations, glissements de terrain, feux de forêts, séismes etc..) et la hausse possible du niveau de la mer (l’élévation du niveau de la mer est évaluée à 35 cm d’ici la fin du siècle) se superposent et amplifient les pressions liées aux activités humaines déjà existantes sur l’environnement naturel.

La question cruciale de la raréfaction des ressources hydriques et la problématique de la disponibilité de l’eau, dont la demande a doublé depuis cinquante ans (Plan Bleu, 2008) dans le bassin méditerranéen est particulièrement préoccupante, (500 m3/personne/an correspondent au seuil de pénurie d’eau déjà atteint en Algérie, en Libye, à Malte, dans les Territoires Palestiniens, ou encore en Tunisie). En effet, comme le rappelle F. Galland (2009), les pays du pourtour méditerranéen ne disposent que de 3 % des ressources en eau douce de la planète et concentrent plus de la moitié de la population la plus pauvre en eau. Qui plus est, les ressources en eau de la région méditerranéenne sont inégalement réparties, puisque la rive Sud ne détient que 13 % de l’eau douce disponible en Méditerranée.

Cette région est aussi l’un des principaux « sites critiques » de la biodiversité mondiale. Elle rassemble 10% des espèces connues de végétaux supérieurs sur seulement 1,6% de la surface terrestre et 7% des espèces marines sur moins de 0,8% de la superficie des océans. Beaucoup d’entre elles sont endémiques. La mer Méditerranée, mer semi-fermée, entourée de côtes souvent très peuplées et objet d’une fréquentation touristique intensive, est soumise à une forte pression  humaine liée aux activités littorales comme au trafic maritime (elle accueille 30% du trafic fret maritime international et 20 à 25% du transport maritime d’hydrocarbures) qui génère des impacts sur la qualité du milieu marin et sur les écosystèmes.

La menace sismique dans cette région est également permanente, engendrée par la convergence des plaques tectoniques africaines et eurasiennes. Le taux de rapprochement entre ces plaques est d’environs 4-6 mm/an (Anderson et Jackson, 1987). Le risque sismique est lourd de conséquences, en particulier en zone urbaine, qui connaît un croît démographique et un  phénomène de littoralisation important, qui menacent l’équilibre naturel et la préservation des ressources non renouvelables.

Au regard de ces multiples vulnérabilités (ici abordées de manière non exhaustive), la situation du littoral méditerranéen suscite de multiples interrogations et inquiétudes, d’autant plus que l’augmentation de la population urbaine côtière annoncée, est estimée, d’après le Plan Bleu (2008) à 20 millions d’urbains supplémentaires d’ici à 2025, tandis que  près de 50% des côtes pourraient être bétonnées à cet horizon contre 40% en 2000…Des chiffres et des perspectives pour le moins inquiétants qui ne peuvent qu’inciter à tenter d’infléchir une tendance qui ne cesse de se confirmer…

Pour citer ce billet : « Le bassin méditerranéen : un espace « pluri-vulnérable » par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 04 avril 2017        Lien :https://ruralm.hypotheses.org/1174

Inauguration de la « ville nouvelle » de Sidi Abdallah : un « modèle » urbanistique?

sidi-abdallah

Une vue de Sidi Abdallah Source APS (Algérie Presse Service)

La première tranche de la « nouvelle ville » de Sidi Abdellah, a été inaugurée le 11 décembre 2016, par les plus hautes autorités de l’Etat. Situé à 25 km d’Alger, et s’étendant sur une superficie de 7.000 ha, dont 3.000 ha urbanisables et 4.000 ha d’espace protégés, ce projet est sensé disposer de toutes les commodités en matière d’éducation, de santé et de loisirs. Il doit même constituer à l’avenir un «  modèle » pour les nouvelles villes algériennes. C’est, du moins, ce qu’affirme la présentation officielle qui ne tarit pas d’éloges pour ce projet, dont elle souligne même l’orientation en tant que ville « verte » répondant aux « normes internationales » en matière d’écologie.

Cependant, s’il est prévu que des panneaux photovoltaïques soient installés pour l’éclairage public, que contrairement à ce qui se pratiquait auparavant, les cités doivent désormais disposer des commodités nécessaires tels les établissements scolaires, crèches, commerces de proximité, prestations bancaires, postales etc… espaces verts, jardins et espaces de jeux et de loisirs (c’est du moins ce qui est annoncé), et que concernant la propreté des cités, un plan de collecte des ordures a été élaboré ; il n’en demeure pas moins que la production reste très standardisée. Les organismes chargés du contrôle et du suivi préfèrent ici aussi reconduire des modes constructifs et des conceptions ayant fait leurs preuves, et se méfient des innovations qui risquent de compromettre l’avancement des travaux. Sur les 45000 logements prévus à terme (jusqu’en 2018), c’est une première tranche de plus de 3000 logements qui doit être livrée ces jours-ci et le moins que l’on puisse dire, c’est que la prise en compte des réalités socio-environnementales apparait plutôt marginale.

En effet, les considérations d’ordre écologique commencent à peine à faire  officiellement partie des critères de mise en œuvre dans la construction publique de logements (pour les logements HPE voir billet https://ruralm.hypotheses.org/62), et les considérations d’ordre social restent figées dans la vision  du  “tout logement, au plus tôt”, avec une percée de la notion vague de « qualité ». De plus,  on peut se poser des questions sur la pertinence de la création de « villes nouvelles » (ou ce qui est présenté comme tel) alors qu’il y  tant à faire pour gérer et  améliorer le cadre de vie dans les villes existantes, d’autant plus que cette « ville nouvelle », de même que celle de Bouinan d’ailleurs (voir le billet https://ruralm.hypotheses.org/93 ), est située aux portes d’Alger et qu’il est prévu de la doter d’équipements très importants (un pôle santé comportant des technologies de pointe, un pôle  pharmaceutique et biotechnologique, et un pôle universitaire universitaires de 22 000 places pédagogiques ; sont en cours de réalisation), ce qui pose la question de fond de la contradiction avec les orientations du SNAT 2030 et ses objectifs affichés concernant le rééquilibrage territorial et la  déconcentration de la bande Nord. Il semble, au contraire, qu’en pratique, on ne cesse de renforcer l’attractivité de la capitale avec des projets d’envergure.

En tous cas, pour l’instant, au-delà des effets d’annonce, ce projet, dont la livraison totale est prévue pour 2018,  n’apparait pas vraiment différent et s’inscrit plutot dans la lignée des autres projets d’urbanisme de masse en cours de réalisation à la périphérie des grandes villes. Reste à voir comment les choses vont évoluer et comment les habitants vont s’approprier ce nouvel espace urbanisé, qui, de toutes façons, est venu grignoter un peu plus de terrain naturel et accentuer encore l’étalement de la métropole algéroise…

Pour citer ce billet : “Inauguration de la « ville nouvelle » de Sidi Abdallah : un « modèle » urbanistique?”    par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 19 décembre 2016                                         Lien :https://ruralm.hypotheses.org/1113

Une expérience innovante en marge des opérations de logements « standards » : Le ksar de Tafilelt, une nouvelle fois récompensé

main1

photo: Tafilelt.com

Le nouveau ksar de Tafilelt (Tafilelt Tadjdite), un projet d’habitat social, a été initié en 1997 par un promoteur privé (la Société civile immobilière, issue de la fondation « Amidoul »), au sud de Beni Isguen, dans la wilaya de Ghardaia, en s’inspirant de l’habitat traditionnel mozabite et en utilisant les matériaux locaux (la pierre, la chaux, le sable, le plâtre …). Ce projet s’inscrit dans une optique sociale et écologique, dont  le programme initial de 870 logements a été réalisé en cinq tranches, et s’est achevé en 2006 (le nombre est arrivé à 1050 logements actuellement). L’implication des habitants dans la conception et la construction est l’une des particularité de ce projet, qui fut l’un des premiers initiés par un promoteur privé avec l’aide de l’Etat. Les futurs habitants ont pu participer à la construction des maisons, en travaillant sur le chantier, le week-end ou en semaine selon les possibilités, dans une entraide collective, la « touiza », pratique ancestrale dans la vallée, qui met l’intérêt général au cœur de toutes les opérations, complétées aujourd’hui par des actions telles que la gestion des déchets ménagers, la densification et la préservation des espaces verts,  l’épuration naturelle et biologique des eaux usées de la cité ou encore la création d’un parc animalier et végétal des zones désertiques.

Cet ensemble a reçu en 2012, le 3ème prix du concours national d’architecture, ce qui est une reconnaissance pour une réalisation qui a été édifiée un peu en marge des circuits habituels. Il existe ainsi, à petite échelle, quelques expériences  de programmes d’habitat ksouriens intégrés, marquées par une volonté de réaliser de « nouveaux ksour », et de réinterpréter l’héritage urbain et architectural comme c’est le cas pour celui de Tafilelt.

En Algérie, les projets comme le nouveau ksar de Tafilelt sont très (trop) peu nombreux, et font figures d’exceptions dans un paysage urbain dominé par les pratiques uniformisées et uniformisantes (uniformité dans la démarche de mise en œuvre, au niveau de la gestion urbaine, dans les aménagements, les matériaux utilisés, les cahiers des charges et le choix architectural…), pourtant ces projets prouvent que même avant la promulgation des lois dites de « deuxième génération », ayant pour cadre le développement durable, le souci de mieux répondre aux réalités socio-environnementales n’était pas totalement absent des actions urbaines. D’ailleurs, outre le prix décerné par l’Etat algérien en 2012, le Ksar de Tafilelt est cité comme exemple dans un rapport de 2010 établit par l’Institut de La Méditerranée sur  « Les autorités locales et régionales dans la nouvelle gouvernance méditerranéenne », et  un autre rapport de 2009, toujours de l’Institut de La Méditérannée,  intitulé « Vers des quartiers durables méditerranéens- Evaluation qualitative des expériences de développement : durable »  pour le projet CAT-MED, qui n’hésite pas  à le qualifier comme étant digne des éco-quartiers européens.

Le ksar de Tafilelt avait obtenu également le premier prix de la ligue arabe de l’Environnement en 2014 et il vient d’etre encore récompensé du « coup de cœur des internautes City » lundi 14 novembre 2016 à Marrakech (Maroc) suite à un vote des internautes (plus de 600 voix des professionnels du monde). Cette consécration a été obtenue lors de la première édition du concours Green City Solutions Awards, organisée par le réseau Construction 21 qui milite pour la promotion des constructions et quartiers innovants et durables, à l’occasion de la 22e session de la Conférence des Parties (COP 22) de Marrakech.

Au-delà des appréciations et des récompenses, ce qui peut-être retenu de cette expérience, c’est la possibilité  institutionnelle de pouvoir aménager à l’initiative de la population locale, selon des critères spécifiques au site. En plus du résultat urbain et architectural obtenu, appréciable et original, du prix de revient jugé économique, c’est aussi le caractère participatif (Etat, bénéficiaires, et l’association Amidoul, pour une participation pas seulement financière) de la formule qui est intéressant, et le fait que cela ait pu se faire malgré une politique de l’habitat rigide laissant peu de place aux innovations et à la diversification des intervenants.

Pour en savoir plus sur ce projet :http://tafilelt.com/site/ et http://www.construction21.org/france/articles/fr/laureat-coup-de-coeur-city-gbcsawards-2016–cite-tafilelt-tajdite-algerie.html

Pour citer ce billet : « Une expérience innovante en marge des opérations de logements « standards » : Le ksar de Tafilelt,    une nouvelle fois récompensé»    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 22 novembre 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1101

A propos de la prévention et de la protection sur les chantiers

Quand on aborde le sujet  du bâtiment et des travaux publics au Maghreb et dans les pays dits «  en développement »,  on entend souvent parler du manque de moyens financiers, du manque de qualité des travaux exécutés, du manque de savoir- faire technique, du manque de matériaux de construction, du manque de main d’œuvre qualifiée, du manque de respect des délais impartis pour la réalisation des travaux,  mais on entend moins souvent parler du manque de prévention et de protection des ouvriers sur les chantiers. Pourtant le secteur du BTP est l’un des plus accidentogène, puisque d’après l’Organisation Internationale du Travail (OIT), environs un décès se produit toutes les dix minutes dans le secteur du bâtiment dans le monde.

En Algérie par exemple, pays en plein développement, où les chantiers de construction publics et privés,  prolifèrent aux quatre coins du territoire, les chefs d’entreprises de BTP, en particulier ceux des milliers de petites entreprises privées, embauchent  des dizaines de milliers d’ouvriers (spécialisés ou non) précaires,  anonymes, non déclarés, qui sont exposés à de nombreux risques et accidents, alors que les règles les plus élémentaires de protection (à commencer par les plus simples comme une tenue vestimentaire adéquate) et de sécurité (comme des échafaudages sécurisés et des planchers protégés ) sont ignorées et bafouées, dans l’indifférence générale.

Pourtant, le pays est doté (comme dans beaucoup d’autres domaines) d’un arsenal de textes législatifs non négligeable, relatifs à la sécurité en milieu professionnel, qui définissent un ensemble de dispositions visant à assurer de meilleures conditions d’hygiène, de sécurité et de médecine du travail (entre autres   la loi n°88-07 du 27/01/1988 relative à l’hygiène, la sécurité et la médecine du travail). De plus, l’Organisme de Prévention des Risques Professionnels dans les Activités du Bâtiment, des Travaux Publics et de l’Hydraulique par abréviation « OPREBATPH » a été crée par le décret exécutif n° 06-223 du 21 Juin 2006. C’est un établissement public à caractère industriel et commercial, placé sous la tutelle du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, dont la mission principale est de contribuer à la promotion de la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles dans les activités du BTPH. Cependant, dans les faits, les mesures de prévention et de sécurité ne sont pas respectées  sur les chantiers, les travailleurs sont, pour une bonne partie d’entre eux, recrutés « au noir » (c’est le cas, quasiment toujours, dans les projets privés qui ne sont généralement pas contrôlés par les services sociaux), c’est-à-dire sans aucune couverture sociale. La plupart des ouvriers ne possèdent même pas les équipements de base : ils travaillent têtes nues, mains nues, n’ont évidemment pas de chaussures de sécurité, et le nombre d’heures de travail réglementaire est souvent largement dépassé.

L’état des lieux en matière de prévention est tout à fait critique et la question est occultée la plupart du temps par les petits entrepreneurs (mais aussi souvent par bon nombre des plus grands et par les pouvoirs publics eux-mêmes) qui pensent que la prévention est une source de dépenses alors que ce serait plutôt une source d’économie (les ouvriers blessées sur les chantiers sont souvent soignés sans déclaration réglementaire, en partie au frais de l’entrepreneur, qui ,de toutes façons paye un très lourd tribut moral) et d’amélioration de la productivité puisqu’un travailleur bien équipé travaille mieux et plus. En même temps, une meilleure prise en charge des ouvriers sur les chantiers entrainerait certainement un regain d’intérêt pour ces emplois qui sont aujourd’hui boudés par les jeunes et les entreprises peinent à recruter malgré le chômage.

D’ailleurs, est-il vraiment raisonnable de parler de gains et de dépenses quand la santé d’un être humain est en jeu ? Est-il normal qu’encore en 2016, alors que l’on ne cesse de parler de « développement humain » et de « développement durable », et que  des sommes colossales sont engagées dans des projets sensés améliorer le bien-être des habitants, les conditions de travail sur les chantiers soient si déplorables, que les ouvriers soient si mal protégés, si mal assurés, si mal équipés et qu’en voulant gagner leur  vie, ils risquent de la perdre ou de rester invalides, alors que cela aurait pu être évité?

Pour citer ce billet : « A propos de la prévention et de la protection sur les chantiers   »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 11 novembre 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1096

 

Alger, « Capitale sans bidonvilles » s’expose à New-York

Tandis que l’opération d’éradication de l’habitat précaire se poursuit à Alger, une exposition, intitulée « Alger, première capitale africaine sans bidonvilles » a été organisée lundi 24 octobre 2016 au siège des Nations Unies à New-York, en marge d’un évènement de haut niveau sur « Le nouvel agenda urbain et l’avenir des villes« , qui s’est tenu mardi 25 octobre 2016 à l’ONU  et au cours duquel le Wali d’Alger a animé une conférence sur les actions menées par la Wilaya d’Alger pour l’éradication des bidonvilles.

Cette rencontre fait suite à la Conférence Habitat III qui a eu lieu du  17 au 20 octobre   à Quito (Équateur) du 17 au 20 octobre 2016 sur le thème : Le développement urbain durable : l’avenir de l’urbanisation ? Après Habitat I à Vancouver (Canada) en 1976 et Habitat II à Istanbul (Turquie) en 1996, Habitat III est la troisième conférence des Nations Unies sur le logement et le développement urbain durable, qui avait pour objectif de favoriser l’engagement mondial en faveur d’un nouvel agenda urbain, et a été adopté à Quito (pour en savoir plus :  https://habitat3.org/).

L’expérience de la wilaya d’Alger en matière de relogement était donc à l’honneur et ses actions présentées comme « une avancée historique dans la réalisation des objectifs de développement durable à l’horizon 2030 ».  Les chiffres sont, certes, très positifs : le nombre global des familles relogées depuis le lancement des opérations de relogement en juillet 2014 a atteint près de 46.000 familles à la fin de la quatrième phase de la 21ème opération de relogement qui a débuté en septembre 2016, ainsi, par exemple, en octobre 2015,  « Erramli » l’un des plus grand bidonvilles de la capitale, situé dans la commune de Gué de Constantine a été évacué et 4500 familles ont été relogées. Cependant, si d’une part, il y a consensus sur le fait que l’accès a un logement « décent » représente sans aucun doute une priorité en matière d’amélioration des conditions de vie et de lutte contre les inégalités, d’autre part, le recours quasi exclusif à la typologie des « grands ensembles» et à l’urbanisme extensif pose la question (maintes fois abordée dans les billets de ce carnet), de la pertinence et de la cohérence des choix urbanistiques, eu égard à une meilleure intégration des aspects sociaux et environnementaux dans les pratiques urbaines, intégration, par ailleurs indissociable de la recherche d’un développement urbain qui se voudrait « durable ».

La réponse à cette question, centrale pour l’avenir des villes, pourrait (devrait ?) occuper une place privilégiée dans l’ordre du jour, d’un «  nouvel agenda urbain algérien », qui pourrait, pourquoi pas, être mis en place, dans le sillage de l’engagement mondial en faveur du nouvel agenda urbain préconisé par la Conférence Habitat III.

Pour citer ce billet : « Alger, « Capitale sans bidonvilles », s’expose à New-York »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 26 octobre 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1080

La politique de la ville en Algérie

La Loi n°06-06 du 20/02/2006 portant loi d’orientation de la ville  vise à définir la politique de la ville dans le cadre de la politique de l’aménagement du territoire et du développement durable ; elle est conçue et élaborée suivant un processus concerté et coordonné, elle est mise en œuvre dans le cadre de la déconcentration, de la décentralisation et de  la gestion de proximité. Cette loi comporte plusieurs volets : concernant le volet urbain, elle a pour objectifs, entre autre, la maîtrise de la croissance urbaine, la correction des déséquilibres urbains, la restructuration, la réhabilitation et la modernisation du tissu urbain pour le rendre fonctionnel. Concernant le volet social, elle vise, entre autre, la lutte contre la dégradation de la vie dans les quartiers, la promotion et la préservation de l’hygiène et de la santé publique. Pour le volet de la gestion, elle a pour objectif de promouvoir la bonne gouvernance par, entre autre, la réaffirmation de la responsabilité des pouvoirs publics et la participation du mouvement associatif et des citoyens dans la gestion de leur ville. Par ailleurs la Loi conforte les instruments de planification urbaine déjà existants « PDAU et POS », dans leur rôle.

Selon l’article 03 de la loi 06-06, portant orientation de la ville, il est entendu par « ville », toute agglomération urbaine ayant une taille de population et disposant de fonctions administratives, économiques, sociales et culturelles. La loi n° 01-20 du 12/12/01 relative à l’aménagement et au développement durable du territoire; définissait la métropole, l’aire métropolitaine, la grande ville, la ville nouvelle et la zone urbaine sensible, tandis que la loi 06-06 définit la ville moyenne, la petite ville, l’agglomération urbaine et le quartier, en indiquant à l’article 05 (dont les modalités d’application sont sensées être fixées par voie réglementaires), qu’outre leur classement selon la taille de leur population, les villes sont classées selon leurs fonctions et leur rayonnement au niveau local, régional, national et international particulièrement leur patrimoine historique, culturel et architectural.

En juillet 2013, lors d’une journée d’étude sur la ville initiée par le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et de la Ville [1] (MATEV), le Ministre reconnaissait la dégradation du cadre urbain et « les problèmes liés entre autres à la qualité du cadre de vie, aux inégalités sociales entre les quartiers et les territoires, et à une gestion urbaine de proximité peu efficiente » et il expliquait que son département visait à « produire un référentiel partagé de la politique de la ville et à mettre à disposition des acteurs publics une vision globale et intégrée de la politique de la ville, en mesure de pallier les déséquilibres existants, d’assurer une croissance harmonieuse des villes et de planifier le développement durable des villes». Est donc mise en cause l’absence d’une vision globale et intégrée de la politique la ville. Pourtant, la politique de la ville a été instituée depuis 2006,  par la loi 06-06 du 20 février 2006 portant loi d’orientation de la ville, dont l’objet principal est de fixer les dispositions particulières visant à définir les éléments de la politique de la ville dans le cadre de la politique de l’aménagement du territoire et du développement durable. Elle est sensée être mise en œuvre dans le cadre de la déconcentration, de la décentralisation et de la gestion de proximité (article 1er). Cette loi explicite la politique de la ville à travers 29 articles, déclinés au sein de 06 chapitres :

  • Les principes généraux,
  • Les définitions et les classifications des villes,
  • Le cadre et les objectifs,
  • Les acteurs et les compétences,
  • Les instruments et les organes (ce chapitre se décline en 06 section : instruments de planification spatiale et urbaine, instruments de planification et d’orientation sectoriels, instruments de partenariats, instruments d’information, de suivi et d’évaluation, instruments de financement, et enfin l’observatoire national de la ville.
  • Les dispositions finales.

La politique de la ville est « définie » à l’article 14 qui indique : les pouvoirs publics définissent la politique de la ville en :

  • arrêtant une stratégie tout en fixant les priorités pour le développement durable de la ville
  • réunissant les conditions de concertation et de débat entre les différents intervenants dans la politique de la ville ;
  • arrêtant les normes et les indicateurs urbains ainsi que les éléments d’encadrement, d’évaluation et de correction des programmes et actions arrêtés ;
  • trouvant des solutions pour la réhabilitation de la ville, la requalification de ses ensembles immobiliers et la restructuration des zones urbaines sensibles ;
  • concevant et en mettant en œuvre des politiques de sensibilisation et d’information destinées aux citoyens ;
  • mettant en place les instruments d’intervention et d’aide à la prise de décision pour la promotion de la ville ;
  • favorisant le partenariat entre l’Etat, les collectivités territoriales et les opérateurs économiques et sociaux pour la mise en œuvre des programmes de la politique de la ville
  • veillant à la cohérence des instruments liés à la politique de la ville et en assurant le contrôle et l’évaluation de sa mise en œuvre.

La politique de la ville est réaffirmée par le SNAT (Schéma National d’Aménagement du Territoire), qui propose en plus des objectifs, une stratégie et  un programme d’action  (Tableau -1-)

           OBJECTIFS

         STRATEGIE

 PROGRAMME  D’ACTION

Mettre en place une ville algérienne qualitative, compétitive, attractive et durable, capable de répondre aux besoins de ses habitants et aux mutations productives ainsi que de contribuer à une véritable culture et identité urbaine.

– Promouvoir une ville durable

-Assurer la qualité et le renouvellement de la forme urbaine

-Adapter la ville aux exigences des activités économiques

-Préserver et valoriser l’écosystème urbain

-Mettre la ville « hors risques »

-Maitriser la gestion urbaine

-Lutter contre les exclusions et les marginalisations et mettre à niveau les « Zones Urbaines à Handicaps » (Z.U.H)

– La rénovation urbaine

-Le rattrapage et la rénovation des Zones Urbaines à Handicaps (Z.U.H.)

-La réforme de la gestion et du management urbains

Tableau -1-     « PAT 18 » : le renouvellement urbain et la politique de la ville                    Etabli par Bachar k. d’après la synthèse SNAT 2030, les racines du futur (2011)

Il semble qu’il existe donc bien une « vision globale » et un programme d’action. Chacune des trois actions du programme d’action est  explicitée de manière plus détaillée, et la politique de la ville, consacrée par la loi 06-06, est présentée comme l’une des déclinaisons territoriales du SNAT, visant  à orienter et à coordonner toutes les interventions et particulièrement celles relatives à :

  • l’urbanisme ;
  • la maîtrise des plans de transport, de déplacement et de circulation ;
  • la bonne gestion des services de base liés à l’environnement, la sécurité, les réseaux divers, l’aménagement urbain, l’amélioration du cadre de vie et le système productif qui fait vivre la ville.

Cependant, malgré une politique de la ville aux objectifs définis par la loi, et confirmés par le SNAT, le décalage entre les objectifs affichés et les réalités urbaines demeure, d’où la necessité de mettre en place les conditions pour passer à l’action afin de réduire ce décalage…

[1] Ce ministère est redevenu le MATE depuis septembre 2013, tandis que « la ville » « passait » au ministère l’Habitat et de l’Urbanisme. Un changement symptomatique du malaise à trouver une « place » stable pour la ville et ses problématiques en Algérie.

Pour citer ce billet : « La politique de la ville en Algérie »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 21 octobre 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1065

Aménagement urbain en milieu steppique

steppe

Chantier de construction en zone steppique     Photo : Bachar k. 2014

Les  Hauts-plateaux algériens s’étendent d’Est en Ouest sur un espace intermédiaire entre le Nord et le Sud du pays. Ils représentent 9% du territoire, et constituent un tampon entre l’Algérie côtière et l’Algérie saharienne. Dans toute cette zone à l’écosystème steppique, la principale menace est la désertification, aggravée par les conséquences de l’aridité climatique et par l’impact des activités humaines sur le milieu naturel. La forte pression démographique soumet le milieu à une exploitation excessive et engendre une intensification des besoins des populations en matière de logements et d’infrastructures qui est à l’origine des mutations socio-urbaines importantes qu’a connues la région steppique au cours des dernières décennies.

La désertification n’est pas une avancée du désert mais une dégradation des zones semi-arides fragilisées. Elle affecte l’environnement et le mode de vie des populations rurales mais également urbaines car la progression rapide de l’ensablement concerne la quasi-totalité du territoire, menaçant aussi bien les terres agricoles que les agglomérations. Ses effets ont des retentissements locaux et globaux : diminution de la biodiversité, des ressources en eau, dégradation des aménagements etc…

Intégrer la lutte contre la désertification, comme norme d’action en milieu urbain et non plus seulement en milieu rural ou naturel (comme cela est le cas avec les actions de mise en défens et autres menées par le HCDS –Haut Commissariat au Développement de la Steppe- par exemple) semble dés lors constituer une piste de réflexion puis d’action pertinente, qui permettrait de tenter d’inverser, au moins en partie, la tendance à la dégradation des écosystèmes steppiques.

Les aménagements urbains pourraient jouer un rôle positif en créant un micro-climat  protégeant de la menace de la désertification, en améliorant le couvert végétal et la biodiversité, dont la tendance à la diminution, est aujourd’hui problématique et il est admis que l’urgence de la lutte contre la désertification de la steppe, à l’écosystème aride et semi-aride est imposée par la nature du processus qui tend à s’accélérer lui-même.

Pour citer ce billet : « Aménagement urbain en milieu steppique »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 28 août 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1020

De la gestion problématique des ressources hydriques en milieu saharien

Les ressources en eau de l’Algérie sont limitées. Elles sont évaluées à 19.2milliards de m3, dont 12.4 milliards de m3 d’eau de surface (répartie essentiellement sur la partie Nord du pays), 1.9 milliards de m3 d’eau souterraine au Nord et 4.9 milliards de m3, exploitables dans le Sud (PNAE-DD, 2002). Ainsi, bien que pauvre en eau de  surface, le Sahara n’est pas dépourvu de ressources hydriques, puisqu’il contient de vastes nappes profondes, mais elles ont l’inconvénient majeur de n’être pas (ou peu) renouvelables.

Les recherches aquifères qui révélèrent ces ressources en eau fossile, au niveau de la nappe albienne, datent du début des années 1950. Cette découverte des eaux de la nappe profonde, devenue la principale ressource en eau de la région, entraîna la multiplication des forages de grandes profondeurs, entre 350 et 500 m, et la généralisation de l’usage des motopompes, en constante augmentation, pour répondre à la forte demande.

oued mzab

L’Oued M’zab qui traverse la ville de Ghardaia Photo Bachar k. 2014

Historiquement, en milieu saharien, l’eau a constitué historiquement le facteur essentiel de développement des oasis, puisque la présence de cette ressource était fondamentale pour la pratique de l’agriculture irriguée et notamment celle du palmier. Non seulement, les oueds environnants constituaient le prolongement des territoires des cités, mais le rythme de l’eau était aussi et surtout le facteur principal qui conditionnait la localisation, l’implantation et la structuration des villes (B. Benyoucef, 2009).

Avant la découverte des ressources hydrauliques souterraines profondes, la rareté de l’eau représentait une contrainte pour l’urbanisation, et une rigoureuse maîtrise de la gestion des ressources hydriques était appliquée. Chaque région du Sahara avait un mode de mobilisation de l’eau qui lui était propre : oasis à Foggaras dans le Touat ; oasis à Ghout dans le Souf tandis qu’au M’zab, la technique hydraulique ancestrale est le captage des eaux de ruissellement par la dérivation de l’Oued et l’exploitation des eaux de crues, au profit de l’irrigation et autres besoins, tout en modérant leur puissance. Ces systèmes, complets de l’amont à l’aval, permettaient de valoriser chaque goutte de pluie reçue. Chaque ksar,  avec son environnement immédiat où se développait une palmeraie,  était doté d’un système hydraulique de captage, de stockage et de distribution pour s’accommoder et  tirer avantage des eaux de crue, tout en se protégeant des inondations.

Aujourd’hui, ces systèmes sont ébranlés et les mécanismes de gestion séculaires des eaux de crues sont remis en cause  avec le développement urbain non maîtrisé.  Les crues s’avèrent parfois dévastatrices, et ont régulièrement affectées plusieurs villes du Sud au cours des dernières décennies (Ghardaia en 1991, 1994, 2004, 2008 ; Tamanrasset en 2002, Adrar en 2004, Illizi en 2006 etc…). En effet, les crues bénéfiques autrefois s’avèrent désormais meurtrières et dévastatrices.                                                   Si les ressources sont devenues importantes au Sahara algérien, la consommation l’est également, aussi bien pour les besoins urbains, en constante augmentation, que pour l’agriculture, car l’évapo-transpiration est forte, en particulier en été, et les cultures sans irrigations sont exclues. Ainsi, au  Sahara, aucun territoire agricole ne peut résister et perdurer s’il ne bénéficie pas d’une irrigation.

En milieu urbain, comme le relève M. Cote (2005), les villes sahariennes semblent avoir aujourd’hui, de gros problèmes avec l’eau, mais moins au niveau de la ressource, que de la gestion ; moins au niveau de l’approvisionnement que de l’assainissement. Ainsi, le phénomène d’hydromorphie (saturation des pores d’un sol en eau sur une période plus ou moins longue) est une préoccupation environnementale majeure. Dans ces régions, l’endoréisme exclut le drainage des eaux excédentaires vers les océans. Le cycle de l’eau, qui au cours des siècles avait conservé un certain équilibre, avec la stabilité démographique et la modestie des moyens de prélèvement, est aujourd’hui profondément modifié par les forages profonds et l’urbanisation massive (D. Dubost, G. Moguedet, 2002), entraînant une surconsommation et un excès de rejet des eaux usées qui gonfle l’aquifère superficiel. Les zones d’hydromorphie et de salinité ainsi engendrées, sont aggravées par l’occurrence des pluies fortes et soudaines, et nuisent aux aménagements urbains et à la fertilité des oasis. L’hydromorphie entraînant l’évaporation, la salinité ne fait qu’augmenter, entraînant un processus de désertification par le sel, dû non au manque d’eau mais à son excès (D. Dubost, G. Moguedet, 2002). C’est pourquoi, également, l’alimentation en eau potable est privilégiée à partir des forages profonds, où  le niveau de salinité est faible.

La problématique de l’eau est l’une des principales préoccupations environnementales, si les réserves souterraines profondes sont importantes, elles ne sont néanmoins pas inépuisables. Cependant, la réflexion sur une gestion rationnelle des ressources hydriques n’est pas uniquement une question d’équité inter-generationnelle, elle relève également de la préservation de l’équilibre du cycle hydraulique saharien, fortement perturbé aujourd’hui par l’ampleur du phénomène urbain.

Pour citer ce billet : « De la gestion problématique des ressources hydriques en milieu saharien »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 08 juillet 2016.     Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1002

Le nouveau PDAU d’Alger approuvé

Au terme  d’une longue phase d’études qui a duré plus de huit années, et après avoir  été exposé dans chaque commune de la wilaya d’Alger,  durant la période consacrée à l’enquête publique, allant du 15 février au 30 mars 2015, soit pendant 45 jours,  le PDAU  (Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme) de la capitale, à l’horizon 2030 (devenu 2035 aujourd’hui), a été présenté et  approuvé à la majorité lors d’une session ordinaire de l’ APW  (Assemblée Populaire de Wilaya d’Alger) le 11 mai 2016. Le PDAU se veut un instrument légal et obligatoire de planification spatiale et de gestion urbaine.                         Ce plan directeur détermine des prévisions d’urbanisme et des règles de gestion. Il fixe les orientations fondamentales de l’aménagement du territoire d’une ou de plusieurs communes. C’est le bureau d’études portugais Parque Expo 98 SA, intervenant également dans plusieurs pays, spécialisé  dans les projets de planification et de renouvellement urbain, qui a été chargé, depuis 2007, de coordonner un groupe plurisdisciplinaire pour travailler sur ce nouveau PDAU intercommunal d’Alger (il étudie les 57 communes de la wilaya), qui inclut une vision stratégique et de nombreux projets structurants (plusieurs de ces projets ont fait l’objet d’appels d’offres internationaux et sont en cours de réalisation à Alger : Universités, écoles supérieures, stades, quartiers d’affaires, sièges sociaux, parkings à étages…) et ont été intégrés au  master  plan (plan stratégique).                                                                                                                            

Source : http://www.parqueexpo.pt

Source : http://www.parqueexpo.pt

Pour Alger, le PDAU  prévoit zéro hectare de terres agricoles à l’urbanisation et entend assurer la défense de ce patrimoine en promouvant une politique volontariste de renouvellement urbain. La capitale semble donc être l’objet de toutes les attentions des pouvoirs publics qui ambitionnent  d’en faire  une « éco-métropole », sous l’impulsion de ce nouveau PDAU (versus master plan et vision stratégique) et  du projet en cours de l’Aménagement de la baie d’Alger, qui prévoit une promenade longue de plus de 50 km créant un espace public face à la mer, sur toute la longueur de la baie.

Les visions et les intentions ont été exprimées à travers les plans, les maquettes et les images de synthèse, reste maintenant à s’atteler et à se mobiliser pour tenter de les traduire au mieux dans la réalité …

Pour citer ce billet : « Le nouveau PDAU d’Alger approuvé »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 11 mai  2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/972