Aménagement et crise sanitaire : Faciliter l’adaptation aux nouvelles réalités

        L’aménagement de l’espace est un domaine intimement lié à la vie de la société, sensible à ses évolutions, intégrant les besoins des individus et respectant les priorités et les réalités du moment. Sa pratique suppose d’observer et de comprendre pour pouvoir anticiper, prévoir, planifier, programmer, projeter afin d’accompagner, de faciliter, d’exécuter et de mettre en œuvre le déroulement de la vie quotidienne à travers les transformations du contexte physique et spatial, aux différentes échelles d’intervention qu’elles soient architecturales ou urbanistiques. L’acte d’aménagement intervient sur l’espace en le façonnant par et pour l’organisation des activités répondant aux besoins et aux transformations de la société et aux dynamiques sociales, économiques, culturelles …qui la traversent.

Aujourd’hui la réalité est celle de la pandémie et le mot d’ordre est la distanciation physique que les actions d’aménagement peuvent accompagner de différentes manières à travers des dispositifs temporaires légers, faciles à installer et à retirer : éléments de marquage au sol (bandes adhésives, stickers etc…) pour indiquer  les distances à respecter, vitres amovibles de séparation en plexiglas ou autre, chaines et cordons de sécurité, installation de distributeurs de gel et produits désinfectants, espacements des stands dans les foires et marchés, condamnation de robinets dans les espaces de toilettes et de sièges dans les transports etc…  Concernant les déplacements, les effets de l’impératif de la distanciation affectent  les  possibilités de transport et donc la mobilité de tous.

En Algérie particulièrement, suite aux mesures prises par les pouvoirs publics, les capacités d’accueil dans les  transports en commun (bus dans la plupart des villes, tramways dans les plus grandes villes, métro à Alger) sont réduites considérablement  et le nombre  de passagers  restreint (un siège sur deux est condamné et on accepte pas ou peu de personnes debout) tandis que les  taxis urbains collectifs (sorte de covoiturage urbain très répandu dans de nombreuses villes du pays) sont redevenus individuels et  ne peuvent plus transporter différentes personnes allant dans la même direction. Dans ces conditions, l’engouement pour la voiture individuelle qui était déjà important dans le pays ne peut  que s’amplifier, d’autant plus que l’utilisation des deux-roues est peu développée.  Ce contexte sanitaire avec son lot de restrictions imposées dans les transports publics pourraient être justement l’occasion de miser  sur  le développement d’autres  modes de déplacement  en encourageant, par exemple, l’utilisation des deux-roues et du  vélo en particulier à l’image de ce qui se passe ailleurs dans le Monde. Pour ce faire, il faudrait  que ces équipements soient disponibles sur le marché, ce qui n’est pas le cas actuellement, et cette option, pourtant intéressante socialement, économiquement et écologiquement semble (pour l’instant) très peu envisagée.

En attendant, la solution pour se déplacer du  plus grand nombre demeure, plus que jamais, la marche à pieds, étant donné la diminution drastique de l’offre de transport en commun et en l’absence d’autre moyen mis à disposition. L’avantage que l’on pourrait trouver à cet état de fait, étant donné la situation,  est la faiblesse du rayon de déplacement et donc  la diminution du  risque de propagation du virus. Dans ces conditions, une meilleures prise en charge des aménagements pour piétons pour aider  à respecter les mesures  barrière s’avère indispensable :  élargissement des trottoirs, plots de structuration de l’espace, (ré)aménagement des espaces en plein air avec  éléments indicateurs de distances, renforcement de la signalisation et installation de pancartes rappelant la conduite à tenir dans les espaces publics…. Autant de mesure d’aménagement qui devront être renforcées, en particulier en prévision des rentrées universitaire et scolaire prévues à partir de la fin du mois d’Aout 2020.

La rentrée de cette année sera inédite, les mesures barrières seront probablement toujours en vigueur (étant donné que la propagation du virus est toujours très active), et des aménagements provisoires seront nécessaires pour accompagner le retour des milliers d’acteurs du secteur (enseignants, étudiants, élèves, personnel administratif etc….) dans les meilleures conditions possibles et en respectant la distanciation physique. Le respect de cette distanciation (de un mètre minimum) risque de s’avérer difficile, surtout en Algérie où le manque de places pédagogiques est patent et où les classes existantes sont souvent surchargées. Les aménagements de classes temporaires pourraient constituer une alternative, à l’image des hôpitaux de campagne, établissements de soins provisoires mis en place en cas catastrophe. Ces classes démontables installées dans les établissements scolaires ou universitaires pour pallier les insuffisances temporaires de capacités d’accueil, sont en structures légères provisoires  (bâtiments modulaires d’occasion ou structures en tissus de types tentes,  par exemples). Ne nécessitant pas un investissement important, installés dans la cour ou à proximité des établissements, ces espaces temporaires permettraient de diviser l’effectif des classes pour pouvoir accueillir tous les élèves avec des conditions minimales de sécurité.  La question de la gestion de l’effectif et du temps de travail des enseignants pourrait être résolue par un réaménagement des emplois du temps avec réduction de la durée des séances et/ou en complétant en partie par  l’enseignement à distance. Les avantages de ce type d’installations sont, entre autres, la rapidité de montage des structures et la  facilité de remise en état des lieux  dés la fin de l’état de crise.

Encore plus proche, dans quelques jours, avec la fête de l’Aid El Adha, la question (qui n’est d’ailleurs pas nouvelle) du contrôle et de l’organisation du rituel du sacrifice, se pose, avec encore plus d’acuité que d’habitude. En ces temps de propagation du virus, il est impératif de prendre des mesures plus strictes, pour éviter le laxisme, le bricolage et même le désordre  observés à chaque fois, puisque chacun est livré à lui-même et se débrouille comme il peut, étant donné le manque de structures dédiées à la prise en charge de ce rendez-vous annuel. C’est pourquoi, cette année, de nouveaux usages pourraient (devraient) être impulsés afin de mieux encadrer le déroulement de cette opération en  expérimentant, par exemple,  la mise en place, au niveau des quartiers, de structures provisoires destinées à l’abattage des moutons (des espaces réservés, avec points d’eau, matériel et personnes qualifiées). Une multiplication d’abattoirs temporaires   permettraient de mieux organiser et contrôler le processus d‘abattage et serait un moyen pour réduire le risque probable d’augmentation du nombre de contaminations due à de mauvaises conditions d’hygiène et d’éviter les rassemblements anarchiques, qui ne manqueront pas de se former,  sans distanciation.

      Les choix d’aménagement influencent les comportements. Les stratégies retenues définissent les actions à mettre en œuvre et ont pour objectif  (en principe) d’adapter au mieux l’espace aux besoins des habitants et d’apporter des réponses aux problématiques posées. En cette période sensible, en Algérie, comme ailleurs, l’enjeu est  de faire les choix judicieux afin de prendre le plus tôt possible,  les dispositions adéquates pour répondre aux priorités et permettre la reprise des activités, tout en intégrant les exigences de l’application des mesures de prévention rendues obligatoires par la situation sanitaire. Des actions d’aménagement pertinentes, réfléchies en amont pour alléger les contraintes peuvent largement y contribuer à travers une approche souple, basée sur  des installations légères, faciles à mettre en place et peu onéreuses, afin d’aider chaque individu  à mieux appliquer les gestes barrières et à respecter la distanciation physique pour retrouver une vie (presque) normale tout en tenant compte des risques toujours présents.

b.k.

Pour citer ce billet : “Aménagement et crise sanitaire : Faciliter l’adaptation aux nouvelles réalités ”    par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb     le 24 juillet 2020.    Lien https://ruralm.hypotheses.org/1786

Une lecture de la loi relative à l’achèvement et la mise en conformité des constructions

              En Algérie, le paysage urbain est lourdement stigmatisé par un bâti de qualité médiocre due à des travaux d’exécution non encadrés, en manque de savoir-faire et de respect des règles. En effet, l’auto-construction, demeure la démarche la plus courante des propriétaires qui s’appuient sur les filières informelles pour construire, aussi bien en ce qui concerne la main d’œuvre que pour l’achat des matériaux. Le nombre de constructions inachevées (en cours de construction, de transformation, de rénovation ou de reconstruction observables aux quatre coins du pays) est toujours aussi important et les transgressions de la norme prennent plusieurs formes et sont généralisées. Les milieux populaires ne sont pas les seuls à recourir à l’informel, les nouvelles couches moyennes et supérieures, celles issues des nouvelles dynamiques économiques enclenchées après l’indépendance, en font aussi un instrument dans leurs stratégies résidentielles tant sur le plan des pratiques constructives que des moyens d’accès aux lotissements pavillonnaires (S. Belguidoum et N. Mouazziz, 2011).

Devant ce constat, la loi N° 08-15 a été promulguée en juillet 2008, afin de tenter d’apporter une amélioration à la qualité urbanistique, architecturale et technique du cadre bâti (MHUV, 2015), cependant, elle est toujours inappliquée (voir billet http://ruralm.hypotheses.org/177). Près d’une décennie après sa promulgation, son inefficacité est, d’une part, visible sur le terrain, à travers le paysage urbain négativement impacté par l’apparence des constructions inachevées, et d’autre part, avérée par les reports successifs de sa date d’échéance (au départ prévue pour août 2012, cette échéance a été reportée à août 2013 puis à août 2016, et enfin à août 2019).

Cette loi, au-delà des blocages qui empêchent son application, porte plusieurs objectifs et enjeux qu’il parait intéressant de tenter de clarifier :

       Selon son intitulé, la loi comporte deux volets, applicables aux constructions entamées avant 2008:

  • le premier volet concerne l’achèvement des constructions inachevées. D’après l’article 2 de la loi, il est entendu par « achèvement de la construction»,  la réalisation complète de l’ossature, des façades, des viabilités et des aménagements y afférents
  • le second volet concerne la mise en conformité des constructions. Toujours d’après l’article 2: « la mise en conformité » désigne l’acte administratif par lequel est régularisée toute construction achevée ou non achevée au regard de la législation et de la réglementation relative à l’occupation des sols et aux règles d’urbanisme ;

Selon l’article 15, la mise en conformité, comprend quatre cas :

 – 1 –  les constructions non achevées pourvues d’un permis de construire ;

– 2 – les constructions pourvues d’un permis de construire et qui sont non conformes aux prescriptions du permis délivré ;

– 3 –  les constructions achevées dont le propriétaire n’a pas obtenu de permis de construire

-4 – les constructions inachevées dont le propriétaire n’a pas obtenu de permis de construire.

Les enjeux prioritaires de la loi se rapportent donc à ces deux volets principaux :

  • L’achèvement des constructions: il s’agit d’actions concrètes permettant de finaliser les constructions non achevées depuis plusieurs années, pour des raisons économiques (manque de moyens) ou par choix stratégique (finalisation reportée en vue d’une extension, de l’ajout d’étages, introduction d’activités etc…) et qui dominent et enlaidissent le paysage urbain de la plupart (toutes ?) des villes. Ces interventions pratiques, directement visibles sur le terrain constituent une priorité pour l’instauration d’un cadre bâti esthétique et harmonieusement aménagé (article 1er).
  • La mise en conformité des constructions : il s’agit de procédures administratives (dossiers à déposer, demandes à remplir, explicitées dans les articles de la loi, en fonction des quatre cas concernés) ayant pour but de mettre les citoyens en règle vis-à-vis de la loi. L’obtention des différents permis et/ou autorisation selon les cas, est une exigence (d’après la loi) en vue de la finalisation des constructions inachevées.

Les deux volets (achèvement et mise en conformité) sont liés, de manière inégale, en fonction des cas :

  • Pour le cas N°1: le propriétaire de la construction non achevée possède déjà un permis de construire, la loi prévoit de lui accorder un permis d’achèvement (art.19).  Pourtant ce permis d’achèvement n’apparait pas vraiment nécessaire puisque le permis de construire est déjà établi. Le citoyen aurait plutôt besoin d’un encadrement technique voire économique, afin de passer à l’action concrète sur le terrain. La procédure, pour ce cas, pourrait être allégée au maximum.
  • Pour le cas N°2: le propriétaire de la construction achevée possède un permis de construire mais qui la construction achevée est non conforme aux prescriptions de celui-ci, la loi prévoit la délivrance d’un certificat de conformité (art.20). Il s’agit d’une régularisation administrative, en vue de l’obtention d’un certificat de conformité, en principe, pas de travaux de chantier, aucune construction n’est nécessaire puisque la bâtisse est déjà finalisée.  
  • Pour le cas N°3: le propriétaire de la construction achevée n’a pas obtenu auparavant un permis de construire, il peut bénéficier d’un permis de construire, à titre de régularisation (art.21). C’est également une régularisation administrative sans nécessité de construction.
  • Pour le cas N°4: le propriétaire de la construction non achevée n’ayant pas obtenu auparavant un permis de construire peut bénéficier, à titre de régularisation, d’un permis d’achèvement (art.22). C’est un cas qui relève à la fois de l’action de construction sur le terrain et de la régularisation administrative. Ces constructions non seulement dégradent le paysage urbain par leur inachèvement qui dure, et en plus elles sont illégales.

En résumé, nous avons à faire à deux catégories de cas:

  • La première catégorie: comprend les constructions inachevées avec permis de construire (cas n°1) ou sans permis de construire (cas n°4)) qui affectent directement et négativement l’environnement urbain (avec des façades inachevées, des ferraillages en attente etc…).
  • La seconde catégorie: celle des constructions achevées mais avec des problèmes vis-à-vis du permis de construire (non conforme (cas n°2)  ou inexistant (cas n°3°)). Dans cette catégorie l’aspect extérieur des constructions ne dégrade pas forcément le paysage urbain. La situation doit être régularisée administrativement, en principe, sans recours à la construction.

     Les enjeux de la mise en conformité et surtout de l’achèvement des constructions relèvent du constat de la médiocrité du paysage urbain et de la dégradation du cadre bâti, ils ouvrent un front pratique (l’achèvement) qui a un impact direct sur l’amélioration du cadre bâti et un front administratif (la mise en conformité), qui relève du cadre légal.

Si on considère que l’enjeu prioritaire de la loi est d’arriver à améliorer significativement la qualité du cadre bâti et de l’environnement urbain, il s’agit aujourd’hui de s’inscrire dans des démarches plus pragmatiques en définissant, au préalable, une stratégie qui permettrait de mettre en œuvre, par étapes, des actions concrètes sur le terrain.

B.K.

Pour citer ce billet : “Une lecture de la loi relative à l’achèvement et la mise en conformité des constructions ”    par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb     le 06 juillet 2020.    Lien : http://ruralm.hypotheses.org/1779

 

Un peu d’extérieur à l’intérieur

          Avoir la possibilité de faire entrer un peu d’extérieur à l’intérieur de l’espace résidentiel, à travers un espace ouvert, qui permette de respirer de l’air frais  et de profiter pleinement  du ciel (bleu ou pas), des rayons du soleil, du souffle du vent ou des gouttes de pluie, est un avantage incontestable dont bénéficient la plupart de ceux qui résident en habitat individuel, grâce aux cours intérieures et aux patios dans les habitations orientales introverties, ou grâce aux jardins plus ou moins grands qui accompagnent en général les pavillons, villas et autres types de maisons individuelles aux quatre coins du Monde.  

Dans l’habitat collectif également, à la base, les logements aussi petits soient-ils sont pourvus d’un ou plusieurs espaces ouverts vers l’extérieur : balcons, loggias, voire même parfois des terrasses, sont prévus dans les programmes et donc obligatoirement intégrés dans les conceptions. En effet, architectes et maîtres d’œuvre ne peuvent faire l’impasse sur des éléments aussi essentiels, qui, pour le cas de l’Algérie [1], font partie des prescriptions et recommandations incontournables contenues dans les  cahiers de charges et fiches techniques des projets de logements, toutes catégories confondues (sociaux, participatifs ou promotionnels).

Cependant, dans les faits, d’aucuns semblent penser qu’avoir un petit coin ouvert sur l’extérieur dans son logement n’est pas vraiment indispensable et  que l’on peut s’en passer. Ainsi, il n’est pas rare de trouver des appartements dépourvus de ces espaces privatifs ouverts, qui ont été soit fermés, soit carrément supprimés et réaménagés par les locataires, afin de « gagner » une pièce ou une surface en plus à l’intérieur (transformé en espace cuisine, en petite chambre d’enfant, ou annexé pour agrandir le salon ou autre …). L’exigüité des logements (entre 65 et 70 m² pour un F3 [2], principal type composant les vastes programmes de logements sociaux publics  mis en œuvre depuis le début des années 2000 [3]) ou le manque d’espace habitable, est, en général, l’argument invoqué pour justifier ces interventions qui permettent de récupérer quelques m² (en moyenne  5 m² par balcon ou loggia).

En plus du désastre esthétique résultant de la métamorphose des façades des immeubles, ces opérations de transformation sans autorisations, ni études préalables, réalisées de manière anarchique (puisque chacun fait avec les moyens dont il dispose) engendrent de nombreux problèmes techniques, au niveau des structures et/ou de l’évacuation des eaux usées (en particulier quant les loggias sont transformées en cuisine), mais elles amputent également le logement d’un espace utile (voire indispensable) pour effectuer certaines activités (bricoler ou étendre son linge par exemples).

       Surtout, ce choix de transformations (délibéré mais pas forcément judicieux) prive les habitants concernés d’un lieu d’aération et de détente à domicile. Un endroit privilégié, sorte d’interface entre le dehors et le dedans, permettant de sortir « prendre l’air » tout en restant chez soi, qui revêt aujourd’hui une importance capitale et apparaît même comme une nécessité vitale en ces temps de confinement…. 

 

[1] Le modèle de l’habitat collectif, standardisé, de masse s’est largement diffusé dans la quasi-totalité des villes du pays depuis le milieu des années 1970 à travers la procédure ZHUN (Zone d’Habitat Urbain Nouveau) et continue de s’imposer dans  les importants programmes successifs de logements sociaux. 

[2] La surface moyenne habitable est de 67 m² avec une tolérance de + ou – 3%  selon le cahier des « prescriptions techniques et fonctionnelles applicables aux logements sociaux »   MHUV octobre 2007

[3] Depuis le début des années 2000, la production de logements sociaux a été revue nettement à la hausse à la faveur des plans quinquennaux (2005-2009/ 2010-2014 et 2015-2019), avec, à chaque fois, plus d’un million de logements programmés à travers des formules diversifiées pour tenter de toucher plusieurs catégories sociales. 

 

Pour citer ce billet : « Un peu d’extérieur à l’intérieur »  par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 11 avril  2020            lien :  https://ruralm.hypotheses.org/1762

La ville « en transition » en attendant la ville « durable »…

La « ville durable » – comme le développement durable, dont elle est la traduction mais aussi un des moyens – n’existe pas encore…. C’est pourquoi, dans l’état actuel de la situation et des réalisations, des chercheurs comme C. Emelianoff et A. Levy (2011)[1], préfèrent parler de villes en transition vers cette « ville durable » souhaitée…L’accent est surtout mis sur la dimension environnementale et sur la problématique climatique.    Dans le sillage du DD, c’est aujourd’hui la notion de transition écologique et  énergétique qui tend à se généraliser dans un contexte international marqué par :

  • une urbanisation planétaire amplifiée par la pression démographique et les flux migratoires internationaux ;
  • des changements environnementaux globaux (changements climatiques, raréfaction des ressources naturelles, écosystèmes menacés) ;
  • et une mondialisation croissante des échanges (de biens, de personnes et de flux immatériels).                                                                                                           Le mot de transition, qui signifie « état intermédiaire » ou encore « passage graduel » s’est généralisé dans le domaine des études urbaines, depuis une dizaine d’année, notamment à partir du mouvement des villes en transition lancé en 2005 par Rob Hopkins. Ce professeur britannique de permaculture (signifiant « agriculture permanente ») a lancé ce mouvement et développer un mode d’action qui vise à concevoir des systèmes (urbains ou agricoles, mais cela peut- être appliqué à n’importe quel système) en s’inspirant du milieu naturel ou biomimétisme – Le biomimétisme consiste à s’inspirer du vivant et tirer parti des solutions et inventions qui y sont produites-. En prenant les systèmes biologiques comme modèles, certaines recherches ont démontré la possibilité de réconcilier les activités industrielles et le développement économique avec la préservation de l’environnement, des ressources et de la biodiversité ou écomimétisme et de la tradition. Il a inventé, expérimenté à Totness (Angleterre), puis théorisé – à travers son « Manuel de la transition » publié en 2008 – une des voies majeures de la transition qui est celle de la résilience des communautés locales.

La  résilience étant la capacité de persister et de s’adapter, appliquée à la ville, cette notion peut être définie comme la capacité d’un système urbain à absorber une perturbation et à retrouver ses fonctions à la suite de cette perturbation.S’inspirant de l’expérience de Rob Hopkins, il y a aujourd’hui, d’après les données consultables sur le site http://www.transitionnetwork.org/initiatives, plus de 2 000 initiatives de Transition dans le monde, en 50 pays; qui ont pour modes d’action privilégiés:

  • la relocalisation des activités,
  • l’utilisation des ressources locales,
  • le recyclage, circuits courts,
  • le développement d’énergies alternatives,
  • la sobriété et descente énergétique,
  • l’agriculture en ville, jardins partagés, permaculture,
  • les monnaies locales,
  • le financement participatif, coopératives de production ou d’achat …

Cependant, comme l’explique A. Donzel (2013)[2], la transition écologique, ne se réduit pas à une gestion purement technique du métabolisme urbain (dans le sens d’une plus grande sobriété énergétique, d’une diminution des émissions polluantes et des déchets, d’une préservation de la biodiversité et des paysages, etc.)  par une optimisation de la gestion de ses flux d’énergie, de matières ou de déchets.                                                C’est pourquoi une définition élargie de la ville en transition a vu le jour, abordant l’écosystème urbain dans ses déterminations, non seulement techniques (performance énergétique et énergies renouvelables par exemples), mais aussi économiques, sociales, politiques ou culturelles.                                                                                   La notion de « ville en transition » s’est alors imposée comme un cadre conceptuel intégrant trois grands types de préoccupations :

  • la gouvernance politique des villes,
  • leur viabilité économique
  • et leur habitabilité écologique.                                                                                                                                                                                                                        J. Theys (2017)[3] ajoute que si la transition énergétique a des objectifs clairs et faciles à identifier : sobriété et performance énergétique, énergies renouvelables, diminution des émissions polluantes …, ce n’est pas le cas de la transition écologique qui n’a pas de définition stabilisée. Cependant, ce concept comporte plusieurs idées directrices assez largement partagées :                                            
  • le constat que les limites écologiques ont été déjà franchies dans plusieurs domaines entre autres pour le climat, les sols, les océans ou la biodiversité
  • L’importance de transformer les modes de vie et de développement, les relations à la nature, les rapports au temps, à l’économie ou à la technique etc…   

Chaque ville est ainsi susceptible d’apporter des réponses particulières à la transition écologique en fonction de sa situation, ses ressources et de ses attentes en matière de développement urbain.                                                                                                  Dés lors, chaque ville doit faire son propre cheminement (sa propre « transition » donc) pour atteindre cet horizon ou ce but qu’est la ville « durable » (ou encore « viable », « inclusive », « soutenable », « intelligente », «verte», « aimable », «solidaire» etc… , les qualificatifs ne manquent pas…),, avec les étapes et les passages, plus ou moins semés d’embûches, qui correspondent à ses réalités, à ses problématiques, aux conditions et aux capacités économiques, sociales et environnementales de son milieu et de ses lieux,  aux besoins et aux aspirations de ses habitants…

[1] Emelianoff C., Levy A., (2011), « Quelle ville durable ? », éditorial », Espaces et sociétés « Quelle ville durable », n°147, 2011/4, 232 p.

[2] Donzel A., (2013) «  Comment l’écologie vient à la ville en Méditerranée ? Une comparaison entre Barcelone, Marseille et Sfax »  revue EUE Environnement Urbain Urban Environment N° 7-2013 177p.

[3] Theys J., (2017)  « Des transitions à la transition écologique/ Débats et controverses autour de la notion de transition » Colloque « Eduquer et former au monde de demain », 11 avril 2017   ESPE Clermont-Auvergne (France)

Pour citer ce billet : “La ville « en transition » en attendant « la ville durable« …”   par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.        le 16 janvier 2020            lien :https://ruralm.hypotheses.org/?p=1650

Le devenir des « nouvelles villes » et des « pôles urbains » retient enfin l’attention

Il semble que la situation des « nouvelles villes » et des « pôles urbains » ait  été au centre des préoccupations des pouvoirs publics puisqu’un communiqué de l’APS (Algérie Presse Service) annonce qu’une réunion interministérielle consacrée à l’examen de l’état des nouvelles villes et pôles urbains, et des perspectives de leur promotion, s’est tenue dimanche 21 juillet.

La situation des « villes nouvelles » (ou si on préfère « nouvelles villes ») de Sidi Abdallah (Alger), Bouinane (Blida), Boughezoul (Médea-Djelfa), El Menia (Ghardaïa), Hassi Messaoud (Ouargla),et des « pôles urbains » Ali Mendjeli et Aïn Nehas (Constantine), Draa Errich (Annaba) et Ahmed Zabana (Oran) a été plus particulièrement abordée.

Le communiqué explique que la situation « a démontré une disparité entre le taux d’avancement des projets de logements et autres structures publiques, indispensables à la vie ordinaire des citoyens, en raison des entraves enregistrées en terme d’assiettes foncières destinées à abriter ces structures, et de certains projets à l’arrêt pour un manque de financement et de coordination entre les secteurs concernés, en sus de l’absence d’une organisation favorable à la gestion et à la coordination des différentes activités au sein des villes et pôles urbains ». La situation complexe et problématique des ces nouveaux espaces urbains est donc enfin officiellement reconnue.

Dans la foulée plusieurs décisions ont été prises (pour le détail, lire l’article de l’APS : http://www.aps.dz/algerie/92268-l-etat-des-nouvelles-villes-et-poles-urbains-au-centre-de-la-reunion-du-conseil-interministeriel  ) pour assurer un suivi efficace du dossier de redynamisation des nouvelles villes et des pôles urbains avec l’accélération de la cadence de leur réalisation.

La création d’un comité ad-hoc avec cinq sous-comités, l’accélération de la concrétisation de la décentralisation de la gestion des nouvelles villes et pôles urbains, l’élaboration d’une étude prospective ou encore la libération de l’investissement dans les structures publiques de proximité sont autant de « décisions » annoncées par le communiqué et en même temps il est question d’organiser, en plus de tout cela, une conférence élargie avec la participation de tous les intervenants, les opérateurs économiques et les experts pour traiter les questions relatives à l’organisation et la gestion des nouvelles villes ainsi que le financement des projets qui y sont réalisés.

Bref, on constate un certain manque de clarté;  beaucoup d’éléments qui font craindre un chevauchement des initiatives et des prérogatives; reste à voir comment tout cela va évoluer et quels seront les impacts réels sur le terrain.

Au-delà des doutes, on peut tout de même apprécier que la problématique du développement urbain tous azimuts engendrés par ces cités composées essentiellement d’habitat collectif extensif, interpelle et retienne enfin l’attention. Quelque soit le nom qu’on leur donne : « ville nouvelle », « nouvelle ville » ou encore « pôle urbain »,  il s’agit de trouver des réponses pragmatiques afin d’essayer d’améliorer ce qui peut encore l’être et d’éviter que ces projets qu’on va parfois jusqu’à présenter comme  « durables », ne restent « durablement » inachevés, en manque d’équipements,  d’infrastructures et de services collectifs et en proie à de multiples problèmes de gestion et d’organisation.

Pour citer ce billet : « Le devenir des nouvelles villes et des pôles urbains retient enfin l’attention »   par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.        le 24 juillet  2019                                              lien :https://ruralm.hypotheses.org/1621

 

Appel à contribution pour la revue Insaniyat: « La recherche urbaine en Algérie, nouvelles perspectives »

Aperçu de l’argumentaire:

Ce dossier a comme ambition d’impulser et de rendre visible les recherches sur les villes algériennes en privilégiant les contributions qui explorent de nouveaux champs et apportent des savoirs actualisés sur la question urbaine. Cela passe par certains déplacements de l’analyse et un renouvellement des problématiques. Alors que la question des processus de fabrication de la ville a longtemps été centrale, l’analyse des pratiques urbaines en constitue un renouvellement en même temps qu’un prolongement qu’il s’agit de déployer en mettant en perspective différentes dimensions. …..

Soumission et Calendrier
Les articles seront rédigés conformément à la note aux auteurs de la revue Insaniyat
https: //insaniyat.crasc.dz/index.php/fr/notes-aux-auteurs
Les articles proposés (en français ou en arabe) sont à envoyer à l’adresse
suivante : insaniyat.crasc@gmail.com et via ce
lien : https://www.asjp.cerist.dz/en/PresentationRevue/14
Date limite de l’envoi : 1er octobre 2019.

Pour en savoir plus et télécharger l’argumentaire : https://www.crasc.dz/index.php/fr/

Démarche éco-responsable pour la nouvelle Aérogare de l’Aéroport International d’Alger

Vue sur la nouvelle Aérogare
Photo Source : APS (Algérie Presse Service)

La nouvelle Aérogare de l’Aéroport International Haouri Boumediene d’Alger  est entrée en service lundi 29 avril 2019. Cette nouvelle infrastructure, dont les travaux ont débuté en octobre 2014, a été conçue par un bureau d’études britannique et réalisée par une société chinoise.   Implantée sur un terrain de 73 ha, elle a une capacité de 10 millions de passagers par an et  une superficie construite de 200 000 m².

Au-delà des ambitions affichées telles que:  répondre à une meilleure organisation des dessertes, améliorer la qualité des services ou encore devenir un hub aérien qui sera une connexion entre l’Afrique et l’Europe, cette réalisation prend en compte des préoccupations d’ordre écologique.  Cela est mis en avant dans la présentation (voir par exemple :http://www.aps.dz/economie/88767-la-nouvelle-aerogare-d-alger-une-realisation-d-envergure-aux-ambitions-mondiales qui annonce une série de mesures en faveur de la protection de l’environnement en expliquant que la nouvelle aérogare, construite « conformément aux standards internationaux », répond aux normes d’efficacité énergétique et de préservation de l’environnement  avec une structure réfléchie pour que son impact sur l’environnement soit minimal.

Elle est dotée de puits de lumière naturelle pour diminuer la consommation électrique, de réservoirs collecteurs au niveau de la toiture pour récupérer les eaux pluviales qui seront ensuite utilisées notamment  pour l’arrosage des espaces verts et de climatiseurs qui régulent la température à hauteur de 4 mètres pour économiser l’énergie. De plus, des dessertes ferroviaires relient désormais l’aéroport international à la gare d’Agha au centre-ville d’Alger, ce qui devrait inciter les voyageurs et les visiteurs à utiliser ce mode de transport en commun et réduire de fait le trafic routier de et vers l’aéroport.

Meme si l’aéroport d’Alger n’est pas certifié (pour l’instant) par le programme Airport Carbon Accreditation (ACA)*, les mesures prises dans la conception de cette aérogare constituent néanmoins un premier pas vers un développement plus attentif et soucieux de réduire  les impacts néfastes sur le milieu, liés aux activités aéroportuaires (émissions provenant des bâtiments et des infrastructures, des transports de et vers les aéroports, des mouvements  des avions au sol, des réfrigérants etc…) .

Les actions engagées au niveau de la nouvelle aérogare  ouvrent ainsi de nouvelles perspectives pour le secteur aéroportuaire en Algérie, en matière d’efficacité énergétique, d’économie de ressources non renouvelables et de protection de l’environnement ; sachant que selon les experts du GIEC (Le Groupe  intergouvernemental sur l’évolution du climat), l’aviation représenterait 2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre et que les opérations aéroportuaires représentent jusqu’à 5% de ce pourcentage .

*Le programme ACA est un programme global de certification institutionnellement reconnu, pour la gestion des émissions carbone des aéroports. Il a été lancé en 2009 et comporte quatre niveaux de certification couvrant toutes les étapes de la gestion des émissions dans les aéroports: identification, réduction, optimisation et neutralité. Selon ONU Changements climatiques infos, Il y a 12 aéroports en Afrique (dont deux au Maroc : Marrakech Menara Airport et Casablanca Mohammed V International Airport) certifiés à l’un des quatre niveaux de l’Airport Carbon Accreditation, 41 en Asie-Pacifique, 118 en Europe, 8 en Amérique latine et dans les Caraïbes et 34 en Amérique du Nord.

Pour citer ce billet : « Démarche éco-responsable pour la nouvelle Aérogare de l’Aéroport International d’Alger » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 02 Mai 2019     lien :https://ruralm.hypotheses.org/1594

Quelques chiffres autour de l’évolution de la population urbaine en Algérie

     A l’instar de la plupart des pays du monde, le phénomène urbain a pris en Algérie, au cours des dernières décennies,  une ampleur considérable. Le taux d’urbanisation qui était de l’ordre de 13,9 % en 1886 est passé à 21,99% en 1936 pour atteindre 25.05% en 1954, le taux d’accroissement annuel était alors inférieur à 3 % mais il a atteint 4.8 % en 1966. L’accroissement de la population urbaine [1] durant cette période s’est effectué en deux phases dont la première 1954-1962 s’est caractérisée par la désertion des campagnes, durant la guerre de libération nationale, due à la politique de regroupement et à la création de zones interdites par  l’administration coloniale. La seconde phase, de 1962-1966, au lendemain de l’indépendance a entrainé une ruée extraordinaire de ruraux vers les villes désertées par les Européens (O.N.S. – Office National des Statitiques-, 2011*). Cet accroissement s’est confirmé durant les décennies suivantes puisque  le taux d’urbanisation sur le territoire national est passé de 31,4% en 1966 à 58,3% en 1998, il était de l’ordre de 66% en 2008,  d’après les résultats du cinquième Recensement Général de la Population et de l’Habitat -RGHP -2008  (depuis l’indépendance cinq Recensements Généraux de la Population et de l’Habitat ont été réalisés (1966, 1977, 1987, 1998 et 2008).

Selon l’O.N.S.* (2011), la population urbaine a toujours crû à des taux supérieurs à ceux de l’accroissement naturel sous l’effet de l’exode rural et du phénomène de reclassement. En effet, entre 1998 et 2008, 55,7% seulement du croît de la population urbaine est dû à l’accroissement naturel de la population alors que les 44,3% restant sont dus à la migration et au reclassement des agglomérations. La progression des grandes villes de plus de 100 000 habitants a pratiquement doublé tous les 10 ans, entre 1977 et 1998, tandis que les conditions économiques et sécuritaires défavorables qu’a connues l’Algérie pendant la décennie 1987-1998 ont encouragé la population à se cantonner dans les centres urbains les plus proches des campagnes ; ce qui a provoqué une forte urbanisation des agglomérations de petites tailles en général et en particulier celles dont la taille est comprise entre 10 000 et 20 000 habitants.

Le taux de croissance de la population agglomérée demeure très fort (2.89% en moyenne par an) en dépit du ralentissement observé depuis 1977 alors que celui de la population rurale a continué sa chute pour atteindre un taux négatif durant la dernière décennie (-0.46%).

Les grandes villes |2] et particulièrement leurs espaces périphériques connaissent des croissances de plus en plus fortes présageant l’apparition d’un phénomène de « suburbanisation » (ce qui est déjà le cas pour la capitale Alger, par exemple), tandis que les villes moyennes (de 50 000 à 100 000 habitants), destination de substitution aux grandes villes, enregistrent une croissance accélérée et que les petites villes (de 20 000 et 50 000 habitants)  continuent à attirer les populations des zones rurales et des agglomérations urbaines de petites tailles. Les perspectives de croissance des villes algériennes (et méditerranéennes) ne font que préfigurer une aggravation de problèmes actuels déjà inquiétants : une consommation foncière excessive (artificialisation des sols, perte irréversible de terres arables); une accélération de la dégradation du patrimoine bâti; une pollution des nappes phréatiques; une gestion des déchets inefficace; et des effets cumulatifs de tous ces facteurs sur les milieux et la santé des populations (Plan Bleu 2012).

           L’urbanisation accélérée s’accompagne déjà d’une demande massive de logements et d’infrastructures tandis que les problèmes de gestion urbaine sont récurrents ; et la situation risque de se compliquer encore plus à l’avenir. En effet,  d’après le site de l’Office National des Statistiques (O.N.S.), au 1er janvier 2018, la population résidente totale en Algérie a atteint 42,2 millions d’habitants, et plus de 70% de cette population est urbaine, alors que ce taux devrait atteindre les 85% à l’horizon 2050, comme le montre le graphique ci-dessus (source : ONU- World Urbanization Prospects 2018). Dés lors, des questions telles que celles relatives à la participation des citoyens et plus largement de la société civile (entreprises, associations, etc.) à la définition des besoins, ou celles relatives aux formes que pourraient prendre l’implication des citadins dans la gestion urbaine et/ou le développement local de leurs villes, sont plus que jamais posées…

[1] Les notions d’urbain et de rural peuvent recouvrir des réalités différentes selon les pays), en Algérie, les critères retenus par l’O.N.S.* pour définir le milieu urbain sont les suivants :

  • Un seuil minimum d’habitants fixé à 5000 : une réalité proprement urbaine peut difficilement apparaître en Algérie au dessous de ce chiffre.
  • L’activité économique : On estime que la caractéristique fondamentale d’une ville est que les personnes actives qui y vivent n’exercent pas d’activités agricoles ou du moins dans une très faible proportion (moins de 25 % du total)
  • Les Conditions obligatoires :
  1.                                                     – Raccordement au réseau d’A.E.P.
  2.                                                     – Raccordement au réseau d’Electricité
  3.                                                     – Raccordement au réseau d’Assainissement

          4-   Les conditions complémentaires : trois parmi les cinq suivantes :

  1.                 – L’existence d’un hôpital ou polyclinique
  2.                 – L’existence d’un lycée ou d’un collège d’enseignement moyen
  3.                 – L’existence d’équipements socioculturels (crèches, maisons de jeunes,..)
  4.                – L’existence d’infrastructures de sports et de loisirs (stades, parcs d’attractions, cinémas, théâtres …)
  5.              – L’existence d’équipements administratifs (bureaux de poste, tribunal, certaines administrations …)

[2]  Selon l’article 3 de la loi 06-06 du 20 février 2006 portant loi d’orientation de la ville, il est entendu par Ville : « toute agglomération urbaine ayant une taille de population et disposant de fonctions administratives, économiques, sociales et culturelles ».

* O.N.S. (Office National des Statistiques), 2011   « Armature urbaine – 5ème Recensement Général de la Population et de l’Habitat -2008 – Résultats issus de l’exploitation exhaustive »     214 p. Collections Statistiques N° 163/2011   

Pour citer ce billet : «Quelques chiffres autour de l’évolution de la population urbaine en Algérie » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 02 Octobre 2018     lien:https://ruralm.hypotheses.org/1415

Le projet “Alger, Smart City”

« Alger, Smart City» est le nouveau slogan  qui succède  (ou complète ?) celui d’ « Alger, éco-métropole » lancé au début des années 2010.

C’est un projet géré par la wilaya d’Alger qui est sensé s’appuyer sur l’utilisation et  l’exploitation des technologies de l’information pour gérer les bases de données de et sur la ville, dans le but d’optimiser la gestion opérationnelle urbaine, afin d’améliorer  la qualité de vie de ses citoyens.

Dans le cadre de ce projet, initié en 2017, deux laboratoires « fablab » (ateliers de fabrication numérique) destinés aux startups et aux étudiants porteurs de solutions innovantes ont été mis en place, début 2018 dans des locaux situés au niveau des voûtes d’Alger. Un fablab est un laboratoire de fabrication mettant à disposition un arsenal de machines et d’outils pour la conception et la réalisation de prototypes (passer du concept au prototype) afin de tester les solutions innovantes touchants aux domaines piliers d’une ville intelligente (mobilité, environnement, économie locale).

En même temps, un sommet international  » Smart Cities Global Technology & Investment Summit 2018 » (http://www.wilaya-alger.dz/fr/sommet-mondial-smart-cities-organise-par-smart-city-alger-pour-evaluer-les-dernieres-technologies-et-strategies-dinvestissement/ ) est prévu au CIC Alger (Centre International de Conférences Alger), les 27 et 28 juin 2018, et pour lequel quelques 4000 participants nationaux et internationaux dans les domaines des technologies modernes et des startups sont annoncés

Dans un pays où les questions urbanistiques sont marginalisées et où il semble toujours aussi difficile d’apporter des solutions aux problèmes, nombreux et variés, auxquels est confrontée la quasi-totalité des villes et plus particulièrement Alger, on peut néanmoins noter une certaine facilité en matière de communication et d’utilisation de références et de concepts internationaux « en vogue »…..

Pour citer ce billet : « Le projet “Alger, Smart City » » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 15 avril 2018     lien https://ruralm.hypotheses.org/1284

Journée nationale de la ville : un séminaire et des annonces

Cette année, la journée nationale de la ville a été plus (re)marquée que d’habitude puisqu’une rencontre nationale sur le thème « la ville algérienne face aux enjeux et défis du développement durable » a été organisée le 20 février 2018 par le Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville (MHUV), au Centre International des Conférences – CIC à Alger.

L’invité d’honneur était l’architecte-urbaniste Christian de Portzamparc, distingué par plusieurs prix (Equerre d’argent, Prix Pritzker, Grand Prix de l’urbanisme) et lauréat du concours pour le futur Parlement algérien.

Une session plénière et  quatre ateliers sur des thématiques désormais  incontournables du développement urbain durable ont été organisés,  à savoir:

  • «Politique de la ville : le cadre juridique face aux nouveaux enjeux et défis» ;
  • «Gestion intégrée de la ville : vers une bonne gouvernance urbaine» ;
  • «Ville intelligente, écologique et résiliente : concepts et faisabilité» et
  • «Economie urbaine : management et mécanismes de financement pour le développement durable des villes».

Au-delà des travaux de ces ateliers dont il serait utile de rendre public les conclusions et les recommandations, il semble intéressant de revenir sur deux annonces qui ont été faites :

–  La première concerne la révision de la loi n°90-29 relative à l’aménagement et l’urbanisme, votée en 1990, il y a donc près de trente ans et qui introduisait les instruments d’urbanisme, PDAU et POS, toujours en vigueur. Si leur mise en œuvre a été  difficile dès le départ, étant donné (entre autres) la grave crise économico-sécuritaire qu’à connue le pays au cours de la décennie 90 ; avec le temps, leur application sur le terrain ne s’est pas avérée plus simple. En effet, ces instruments, sensés organisés l’espace urbain, apparaissent  de plus en plus dépassés par l’ampleur et la complexité des réalités auxquelles sont confrontées les villes algériennes.

–  La seconde annonce est relative à la création d’une École Nationale d’Ingénieurs de la Ville. Ce serait une première en Algérie, et même si on ne sait pas encore quelles seront les modalités de fonctionnement de cette école, c’est néanmoins un signal de la reconnaissance par les pouvoirs publics de l’importance de la formation dans ce domaine (voir par exemple le  billet  https://ruralm.hypotheses.org/1208 )

Si on ne peut préjuger de l’impact réel positif (ou pas) de ces deux mesures sur l’amélioration des conditions de vie urbaine et du cadre bâti, on peut cependant imaginer (si les annonces sont suivis d’effets)  qu’elles apporteront  un souffle nouveau. Elles pourront (peut-être) aider à faire bouger les choses en matière de développement urbain pour tenter d’organiser (enfin) de manière plus significative et concrète, l’action d’aménagement à travers des pratiques et des modes de fabrication urbains, renouvelés, plus soucieux des conséquences économiques, sociales et environnementales à court, moyen et long terme.

Il est permis d’y croire puisque des dates ont été avancées : au cours de son intervention le Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville a fait savoir que son secteur est actuellement en train de réviser la loi sur l’aménagement et l’urbanisme  tandis que le Ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire a indiqué que l’Ecole des Ingénieurs de la Ville serait mise en service à partir de septembre 2018 …. A suivre donc….

Pour citer ce billet: «Journée nationale de la ville : une rencontre et des annonces » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 21 février 2018     lien: https://ruralm.hypotheses.org/1265