Appel à contribution pour le colloque international « La ville moyenne. Quel rôle dans le contexte de la Métropolisation » à Tunis

L’unité de recherche « Régionalisation, Développement Régional et Urbain » organise un colloque international sur le thème : « La ville moyenne. Quel rôle dans le contexte de la Métropolisation ». Du 18 au 20 octobre 2018 à la Faculté des sciences Humaines et Sociales de Tunis ( Tunisie) .

Résumé:

Bien le phénomène de métropolisation où la grande ville confirme sa primauté et son rôle hégémonique, la ville moyenne reste un niveau très adéquat pour comprendre le fonctionnement d’un territoire. Elle demeure une catégorie de villes d’intérêt important quant aux yeux du gouvernement dans sa région qu’a ceux de la plupart des chercheurs travaillant sur les problématiques relatives aux systèmes urbains et aux constructions territoriales.

Axes d’intervention (aperçu):

La diversité des questionnements relatifs à la ville moyenne autorise des démarches différenciées : des monographies, des analyses thématiques, des approches diachroniques, des approches comparatives…

Le colloque sera un cadre pour :

  • Etablir un bilan des acquis et des questions en suspens relatifs à la ville moyenne ;
  • Réunir des scientifiques de différentes disciplines et de différents points de vue pour réfléchir sur la pertinence du concept et sa portée opératoire ;
  • Présenter des résultats de recherches et des avancées sur certains aspects de la question. Le champ d’intervention est pluridisciplinaire…

Calendrier et modalités de participation

  • 31/03/2018 : Dernier délai d’envoi des résumés
  • 30/04/2018 : Dernier délai de notification d’acceptation des résumés.
  • 10/09/2018 : Dernier délai d’envoi du texte final de la communication

Les résumés ne doivent pas dépasser les 500 mots (y compris les mots clés), écrits sur « Word »,en Times New Roman, caractère12 et seront adressés au coordinateur scientifique du Colloque : seddikfazai@gmail.com

Pour en savoir plus :  http://www.ens.rnu.tn/publication/16262?lang=en   ou   http://calenda.org/424652

Appel à contribution pour le colloque international « Smart cities » à Constantine

Le laboratoire « de l’architecture à l’urbanisme. Technique, espace et société » (LAUTES), de l‘Université de Constantine 3 (Algérie) organise un colloque international sur le thème des « Smart cities »  les  6/7/8 Novembre 2018 à Constantine.

Résumé:

Ce colloque, organisé par le laboratoire « de l’architecture à l’urbanisme. Technique, espace et société » (AUTES), nourri du croisement de regards et de disciplines, se veut une confrontation coopérative pour construire une vision collective inédite et multi-acteurs (entre opérateurs, urbanistes, architectes, aménageurs, chefs d’entreprises, usagers…) entre les praticiens de l’urbain.

Argumentaire (extrait):

Deux thèmes dépendant directement des mutations des villes vont structurer la réflexion sur le futur de celles-ci, et qui va évoluer vers l’affirmation d’une nouvelle tendance des villes.

D’une part, « l’explosion urbaine », cette locution pour désigner la très forte accélération de l’urbanisation dans le monde se manifeste par un accroissement de la population urbaine, une augmentation des tailles des villes et une mutation des activités de celles-ci. D’autre part « la nouvelle révolution des NTlCs » qui constitue un enjeu important pour l’avenir des villes et mettant  en avant la smart city, qui se manifeste par la ville techno-centrée ou celle qui s’appuie sur les NTICs pour atteindre une plus grande efficacité de gestion.

Ces deux phénomènes sont, depuis quelques années, à l’origine de la réflexion sur la création des villes intelligentes. Tout en alimentant les discours politiques et scientifiques, ces smart-cities sont devenues le centre d’intérêt de bien des chercheurs scientifiques, faiseurs de la ville ….

Dates importantes:

  • Date limite de soumission des résumés : 10 Avril 2018.
  • Date limite de notification d’acceptation des résumés: 10 Mai 2018.
  • Date limite de soumission des textes et posters : 10 Aout 2018.
  • Date limite de décisions finales et notification aux auteurs : 31 août 2017.
  • Date du colloque : le 6/7/8 Novembre 2018.

Modalités de soumission des propositions:

Sous forme de communication ou  de poster, les propositions doivent être rédigées en français (langue officielle du colloque), en anglais ou en arabe et doivent être adressées à:

  • labo.autes@gmail.com
  • colloque.smartcity@gmail.com

Pour en savoir plus : https://calenda.org/437054ou cliquez sur le fichier colloque_18_3_

Appel à contribution pour la revue Remmm : « Cimetières et tombes à la croisée du religieux, du politique et de l’urbain »

La « Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée » (Remmm) lance un appel à contributions pour son numéro intitulé « Cimetières et tombes à la croisée du religieux, du politique et de l’urbain« ;  Projet de publication proposé par Sepideh Parsapajouh et Mathieu Terrier.

Résumé

Les cimetières et les sépultures constituent un objet privilégié des sciences humaines et sociales. L’anthropologie a toujours accordé une importance majeure aux pratiques et aux espaces funéraires comme témoins des invariants humains et des particularismes culturels (M. Godelier, 2015). L’archéologie, l’épigraphie et la science historique trouvent dans les cimetières et les sépultures des sources matérielles d’information sur la vie des plus anciennes sociétés, leurs changements politiques, économiques et moraux. Pour les sciences religieuses, ces objets s’inscrivent dans des systèmes de pensée et d’action qui leur donnent sens et qu’ils documentent en retour. Pour la philosophie et la sociologie modernes, les cimetières peuvent être vus comme des « hétérotopies » (M. Foucault, 1967), des lieux « inscrits dans l’espace-temps d’une existence alternative, à la fois matérielle et imaginaire » (J.-D. Urbain, 2010).

Objectif du numéro de la REMMM :

La problématique générale portera sur l’imbrication et le poids relatif des enjeux religieux, politiques et urbains dans le devenir des espaces voués aux morts, à travers les contextes différenciés des mondes musulmans. Comment l’État, la religion et la ville se partagent-ils le pouvoir sur les morts et les relations des vivants avec eux ? Quel est le rôle respectif des autorités religieuses (muftîfaqîh), des pouvoirs publics et des visiteurs dans la gestion des cimetières et des tombes ? Comment les espaces funéraires focalisent-ils et reflètent-ils les tensions entre les représentations religieuses, les idéologies politiques et les problématiques urbaines ?

Axes thématiques:

Axe -1- : Problématiques urbaines et spatiales

Axe -2- : Culture religieuse et enjeux rituels

Axe -2- : Conflits et enjeux politiques

Calendrier

Les propositions d’article (4 000 signes maximum), accompagnées d’un court CV, sont à envoyer avant le 1er Avril 2018 à Sepideh Parsapajouh <sepideh.parsapajouh@gmail.com>.

Les auteurs seront contactés au cours du mois suivant. Les articles, rédigés en français ou en anglais et d’un volume maximal de 45 000 signes, doivent être soumis au plus tard le 30 Septembre 2018.

Pour lire l’argumentaire et en savoir plus : http://calenda.org/430120   ou http://journals.openedition.org/remmm/10026

Appel à communications pour le colloque: « La ville moyenne. Quel rôle dans le contexte de la métropolisation »

Un appel à communications est lancé pour le colloque « La ville moyenne. Quel rôle dans le contexte de la métropolisation » (Medium-sized cities and their role in the context of metropolitanisation) qui aura lieu les 18-19 et 20 octobre 2018 à La  Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.

Résumé:

« Bien le phénomène de métropolisation où la grande ville confirme sa primauté et son rôle hégémonique, la ville moyenne reste un niveau très adéquat pour comprendre le fonctionnement d’un territoire. Elle demeure une catégorie de villes d’intérêt important quant aux yeux du gouvernement dans sa région qu’a ceux de la plupart des chercheurs travaillant sur les problématiques relatives aux systèmes urbains et aux constructions territoriales. »

Plusieurs questionnements et axes d’intervention sont proposés à titre indicatif, autour de la notion de « ville moyenne ».

Calendrier et modalités de participation
28/02/2018 : Dernier  délai d’envoi des  résumés
30/03/2018 : Dernier délai de notification d’acceptation des résumés.
10/09/2018 : Dernier délai d’envoi du texte final de la communication
Les résumés ne doivent pas dépasser les 500 mots (y compris les mots clés), écrits sur « Word »,en Times New Roman, caractère12 et seront adressés au coordinateur scientifique du Colloque : seddikfazai@gmail.com

Pour en savoir plus: http://calenda.org/424652

Le numéro 16/2017 de L’Année du Maghreb : « Etats et territoires du politique »; en ligne

Sous la direction de Jean-Philippe Bras et Aude Signoles, le numéro 16/2017, de la revue L’Année du Maghreb, avec un dossier intitulé « Etats et territoires du politique » est consultable en ligne.

« La « décentralisation » fait partie des modalités de changement promues par les bailleurs de fonds internationaux au Maghreb pour, d’une part, dégrossir les administrations centrales tentaculaires des États et, d’autre part, ouvrir le jeu politique local dans le sens d’une démocratisation des régimes politiques de la région….La question examinée dans ce dossier est celle des effets des mobilisations populaires sur la production d’une nouvelle donne territoriale, en focalisant l’analyse tant sur les modalités des mobilisations politiques que sur le décryptage des réponses apportées par les autorités publiques à la crise politique dans sa dimension territoriale. Or, faire face à une telle interrogation ne relève pas de l’évidence, dès lors que les mobilisations populaires des « printemps arabes » peuvent être lues comme une demande, à la fois, d’autonomie locale et d’un «plus d’État» ».

Les articles proposés sont consultables, en texte intégral, sur :https://anneemaghreb.revues.org/

 

Parution de l’ouvrage : Un siècle d’urbanisme, le devenir de la ville marocaine

L’ouvrage « Un siècle d’urbanisme – Le devenir de la ville marocaine »  de Mustapha Chouiki est paru au mois de mai 2017, aux éditions L’Harmattan.

Le résumé:

Cet ouvrage qui se veut une lecture globale se présente sous forme d’un essai synthétique articulé en trois niveaux superposés et complémentaires. Le premier niveau est chronologique et vise à éclairer le processus de capitalisation associant l’héritage précolonial, à l’apport du protectorat, et aux dynamiques urbaines postcoloniales. Le second est celui d’une lecture sectorielle se focalisant autour du parcours de la politique urbaine, de la planification urbaine, et de l’armature urbaine, dans leurs luctuations conjoncturelles, et la constance de leurs fondements. Le troisième se rapporte à une lecture synthétique partant des enseignements de tout un siècle, pour aboutir à une ébauche du devenir de la ville marocaine, en passant par une évaluation des acquis et des rendez-vous manqués.

Cette synthèse qui s’écarte d’un grand nombre d’idées reçues, ne s’attèle pas à démontrer l’ampleur du poids du legs colonial, mais elle cherche à l’associer aux pesanteurs du présent, qui se conjuguent pour consacrer la ville comme enjeu majeur sur tous les plans, en lui accordant un poids croissant de foyer de reproduction du projet de société retenu au début du XXe siècle, pour l’ensemble du pays. Ainsi, cet ouvrage se veut une contribution au renouvellement du débat sur la question urbaine, et à l’actualisation de la pensée sous-tendant l’acte d’urbaniser et l’interprétation de la réalité urbaine.

L’auteur:

Mustapha Chouiki est Docteur d ’Etat en géographie urbaine, et  professeur à la retraite de l ’Université de Casablanca, où il a fondé et dirigé un laboratoire de recherche, où il a mené et dirigé des recherches sur la ville, pendant plus de trente ans. Il a été responsable d ’un Master en Développement urbain et d ’un Doctorat en urbanisme et Aménagement. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles sur l’urbanisation. Il a participé à de nombreuses rencontres et programmes scientifiques au Maroc, au Maghreb, au Moyen Orient, et en Europe.

Pour lire un extrait du livre : http://liseuse.harmattan.fr/978-2-343-10500-0

 

Le no 29 des Cahiers d’EMAM : « Villes nouvelles au Maghreb. Discours et réalités  » ; en ligne

Ce no 29 des Cahiers d’EMAM, sous la direction de Pierre Signoles, consacré aux Villes nouvelles au Maghreb. Discours et réalités ne résulte pas d’un appel à contributions qui aurait été préalablement diffusé. Les auteurs qui y figurent ont en effet été directement contactés par le coordinateur du numéro, en ce que, à divers titres et dans une relative simultanéité temporelle, ils avaient conduit des recherches sur le sujet….Les villes nouvelles explorées se situent exclusivement au Maroc et en Algérie. L’absence de la Tunisie n’est le fait d’aucun ostracisme : le pays n’a jamais initié de politique de villes nouvelles et ce n’est que depuis très peu de temps que, en ce pays, leur création est envisagée.

Qu’ils développent des études de cas ou se situent sur un plan plus large, qu’ils se fondent sur des observations et des enquêtes de terrain ou qu’ils procèdent « de l’intérieur », les travaux réunis dans ces Cahiers no 29 proposent une analyse critique des politiques nationales dans lesquelles les programmes de villes nouvelles s’inscrivent. Ils interrogent aussi sur les processus de décision et sur les modalités de mise en œuvre de ces politiques publiques.

Pour télécharger et lire les articles de ce numéro : https://emam.revues.org/1315

Appel à contribution: « La gouvernance urbaine dans les pays du Sud, une opportunité ou un piège ?  » pour le numéro 3 de la revue « Journal international des territoires et des espaces urbains »

Appel à contribution pour le n°3 de la revue « Journal international des territoires et des espaces urbains » de l’université de Carthage (Tunisie) ayant pour thème :La gouvernance urbaine dans les pays du Sud, une opportunité ou un piège ?

Résumé:

« Aujourd’hui, la majorité de la population mondiale vit en ville. Cette réalité est à la fois problématique et riche en opportunités. Dans les pays du Sud, les villes dotées d’une bonne gestion génèrent une croissance et des innovations importantes. En revanche, celles touchées par la corruption aggravent les inégalités urbaines et les ségrégations socio spatiales. Ce numéro du Journal international des territoires et des espaces urbains propose d’appréhender la diversité des expériences en matière de gouvernance urbaine dans les pays du Sud et autres. Dans ce contexte, il semble important d’interroger la gouvernance urbaine en terme social et d’en questionner la dimension solidaire de la ville, le rôle des acteurs institutionnels et des acteurs associatifs et même de la population locale dans les différents modes d’action publique ou privée. »

Axes thématiques

Dans une perspective interdisciplinaire, les personnes intéressées sont encouragées à proposer des articles intégrant au moins un des aspects suivants   :

  • La corruption : phénomène de désorganisation de la planification urbaine ou mode de gestion urbaine ?
  • La décentralisation peut-elle améliorer la gouvernance publique en défavorisant la corruption?
  • L’urbanisation des pays du sud, une opportunité ou un piège ?
  • Acteurs et documents d’urbanisme : actions, enjeux et  limites
  • La convergence entre luttes urbaines et mouvements des populations, notamment autour de l’idée de droit à la ville.

Les propositions d’articles doivent être des productions originales en anglais ou en français en Times N R Taille 11 sans interligne. Les textes font de 30 000 à 40 000 signes. Les propositions d’articles  sont à envoyer au plus tard le 15 septembre 2017 à :

najem_dhaher@yahoo.fr   et à h_abdelhamid2@yahoo.fr

Pour en savoir plus sur les modalités de soumission et lire l’argumentaire: http://calenda.org/406441

La rive Sud et Est de la Méditerranée : un espace « pluri-vulnérable »

Depuis l’antiquité, le climat et la position géographique du  littoral méditerranéen, situé au carrefour de trois continents, ont favorisé l’implantation de cités (sur les côtes d’Afrique du Nord, se succèdent les phéniciens, les vandales, les grecs, les romains, les arabes, les ottomans (turcs) et les français), dans lesquelles les échanges commerciaux et culturels florissaient. Cependant, c’est une région ou les questions environnementales et de développement se posent avec une particulière acuité (le Plan Bleu, 2009).

En effet, si désormais plus de la moitié de la population mondiale est urbaine, dans les pays du pourtour de la Méditerranée (22  pays riverains), ce sont deux habitants sur trois qui vivent déjà dans les espaces urbains. En même temps, la Méditerranée, en particulier la rive Sud et Est, est et sera plus touchée par le changement climatique que la plupart des autres régions du monde au cours du 21ème siècle.

Les impacts de la hausse des températures, la diminution des précipitations, l’augmentation du nombre et de l’intensité des évènements extrêmes (inondations, glissements de terrain, feux de forêts, séismes etc..) et la hausse possible du niveau de la mer (l’élévation du niveau de la mer est évaluée à 35 cm d’ici la fin du siècle) se superposent et amplifient les pressions liées aux activités humaines déjà existantes sur l’environnement naturel.

La question cruciale de la raréfaction des ressources hydriques et la problématique de la disponibilité de l’eau, dont la demande a doublé depuis cinquante ans (Plan Bleu, 2008) dans le bassin méditerranéen est particulièrement préoccupante, (500 m3/personne/an correspondent au seuil de pénurie d’eau déjà atteint en Algérie, en Libye, à Malte, dans les Territoires Palestiniens, ou encore en Tunisie). En effet, comme le rappelle F. Galland (2009), les pays du pourtour méditerranéen ne disposent que de 3 % des ressources en eau douce de la planète et concentrent plus de la moitié de la population la plus pauvre en eau. Qui plus est, les ressources en eau de la région méditerranéenne sont inégalement réparties, puisque la rive Sud ne détient que 13 % de l’eau douce disponible en Méditerranée.

Cette région est aussi l’un des principaux « sites critiques » de la biodiversité mondiale. Elle rassemble 10% des espèces connues de végétaux supérieurs sur seulement 1,6% de la surface terrestre et 7% des espèces marines sur moins de 0,8% de la superficie des océans. Beaucoup d’entre elles sont endémiques. La mer Méditerranée, mer semi-fermée, entourée de côtes souvent très peuplées et objet d’une fréquentation touristique intensive, est soumise à une forte pression  humaine liée aux activités littorales comme au trafic maritime (elle accueille 30% du trafic fret maritime international et 20 à 25% du transport maritime d’hydrocarbures) qui génère des impacts sur la qualité du milieu marin et sur les écosystèmes.

La menace sismique dans cette région est également permanente, engendrée par la convergence des plaques tectoniques africaines et eurasiennes. Le taux de rapprochement entre ces plaques est d’environs 4-6 mm/an (Anderson et Jackson, 1987). Le risque sismique est lourd de conséquences, en particulier en zone urbaine, qui connaît un croît démographique et un  phénomène de littoralisation important, qui menacent l’équilibre naturel et la préservation des ressources non renouvelables.

Au regard de ces multiples vulnérabilités (ici abordées de manière non exhaustive), la situation du littoral méditerranéen suscite de multiples interrogations et inquiétudes, d’autant plus que l’augmentation de la population urbaine côtière annoncée, est estimée, d’après le Plan Bleu (2008) à 20 millions d’urbains supplémentaires d’ici à 2025, tandis que  près de 50% des côtes pourraient être bétonnées à cet horizon contre 40% en 2000…Des chiffres et des perspectives pour le moins inquiétants qui ne peuvent qu’inciter à tenter d’infléchir une tendance qui ne cesse de se confirmer…

Pour citer ce billet : « Le bassin méditerranéen : un espace « pluri-vulnérable » par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 04 avril 2017        Lien :https://ruralm.hypotheses.org/1174

Appel à contribution pour le colloque international: « Droit à la ville au Sud, expériences citadines et rationalités de gouvernement »

Colloque international : « Droit à la ville au Sud, expériences citadines et rationalités de gouvernement »    

Université Paris Diderot, CESSMA, 15-16-17 novembre 2017

Résumé

Ce colloque international propose de travailler la notion de droit à la ville depuis les villes du Sud. Il s’attache à en restituer la portée critique et souhaite soumettre à la réflexion collective la notion de droit à la ville de fait, forgée dans le cadre d’un programme de recherche collaboratif, DALVAA. Il invite donc des participants de disciplines et d’institutions variées, à engager un dialogue sur le rôle des expériences citadines dans la mise en ordre socio-spatiale des villes du Sud. 
Annonce : « ……… Les contributions pourront porter sur des études de cas liées aux différentes thématiques s’inscrivant dans les débats soulevés par le droit à la ville. Les approches théoriques pourront questionner les enjeux de la mobilisation en sciences sociales de la notion de droit à la ville et de sa dimension normative. Une attention sera également portée aux contributions épistémologiques et sur la manière dont les travaux sur les villes du Sud peuvent, et à quelles conditions, s’emparer d’une notion élaborée et travaillée à partir des villes du Nord.  Le colloque s’ouvrira à des travaux sur le Nord dans la mesure où la communication comportera une dimension comparative avec les villes du Sud. »

Les langues du colloque sont le français et l’anglais. Des propositions de communications en espagnol et en portugais seront examinées dans la mesure où elles peuvent être appuyées sur des supports visuels (de type diapositives) rédigés en français ou en anglais.

Modalités de soumission

Les propositions de communications doivent être envoyées à l’adresse suivante : colloquedalv2017@gmail.com   au plus tard le 4 mai 2017

Elles se composeront d’un titre, d’un résumé de 500 mots maximum, d’une rapide présentation du ou des auteurs (nom, affiliation, adresse électronique) et d’une bibliographie indicative

Offre de bourse

Un système de soutien financier (partiel) est proposé aux chercheurs de tous statuts, souhaitant communiquer et ne bénéficiant pas de modes de financement de la part de leur institution de rattachement. Seront prioritaires les demandes émanant de chercheurs précaires.

Pour en savoir plus : https://dalvaa.hypotheses.org/colloque-2017 

http://calenda.org/398920