Appel à contribution: « La gouvernance urbaine dans les pays du Sud, une opportunité ou un piège ?  » pour le numéro 3 de la revue « Journal international des territoires et des espaces urbains »

Appel à contribution pour le n°3 de la revue « Journal international des territoires et des espaces urbains » de l’université de Carthage (Tunisie) ayant pour thème :La gouvernance urbaine dans les pays du Sud, une opportunité ou un piège ?

Résumé:

« Aujourd’hui, la majorité de la population mondiale vit en ville. Cette réalité est à la fois problématique et riche en opportunités. Dans les pays du Sud, les villes dotées d’une bonne gestion génèrent une croissance et des innovations importantes. En revanche, celles touchées par la corruption aggravent les inégalités urbaines et les ségrégations socio spatiales. Ce numéro du Journal international des territoires et des espaces urbains propose d’appréhender la diversité des expériences en matière de gouvernance urbaine dans les pays du Sud et autres. Dans ce contexte, il semble important d’interroger la gouvernance urbaine en terme social et d’en questionner la dimension solidaire de la ville, le rôle des acteurs institutionnels et des acteurs associatifs et même de la population locale dans les différents modes d’action publique ou privée. »

Axes thématiques

Dans une perspective interdisciplinaire, les personnes intéressées sont encouragées à proposer des articles intégrant au moins un des aspects suivants   :

  • La corruption : phénomène de désorganisation de la planification urbaine ou mode de gestion urbaine ?
  • La décentralisation peut-elle améliorer la gouvernance publique en défavorisant la corruption?
  • L’urbanisation des pays du sud, une opportunité ou un piège ?
  • Acteurs et documents d’urbanisme : actions, enjeux et  limites
  • La convergence entre luttes urbaines et mouvements des populations, notamment autour de l’idée de droit à la ville.

Les propositions d’articles doivent être des productions originales en anglais ou en français en Times N R Taille 11 sans interligne. Les textes font de 30 000 à 40 000 signes. Les propositions d’articles  sont à envoyer au plus tard le 15 septembre 2017 à :

najem_dhaher@yahoo.fr   et à h_abdelhamid2@yahoo.fr

Pour en savoir plus sur les modalités de soumission et lire l’argumentaire: http://calenda.org/406441

La rive Sud et Est de la Méditerranée : un espace « pluri-vulnérable »

Depuis l’antiquité, le climat et la position géographique du  littoral méditerranéen, situé au carrefour de trois continents, ont favorisé l’implantation de cités (sur les côtes d’Afrique du Nord, se succèdent les phéniciens, les vandales, les grecs, les romains, les arabes, les ottomans (turcs) et les français), dans lesquelles les échanges commerciaux et culturels florissaient. Cependant, c’est une région ou les questions environnementales et de développement se posent avec une particulière acuité (le Plan Bleu, 2009).

En effet, si désormais plus de la moitié de la population mondiale est urbaine, dans les pays du pourtour de la Méditerranée (22  pays riverains), ce sont deux habitants sur trois qui vivent déjà dans les espaces urbains. En même temps, la Méditerranée, en particulier la rive Sud et Est, est et sera plus touchée par le changement climatique que la plupart des autres régions du monde au cours du 21ème siècle.

Les impacts de la hausse des températures, la diminution des précipitations, l’augmentation du nombre et de l’intensité des évènements extrêmes (inondations, glissements de terrain, feux de forêts, séismes etc..) et la hausse possible du niveau de la mer (l’élévation du niveau de la mer est évaluée à 35 cm d’ici la fin du siècle) se superposent et amplifient les pressions liées aux activités humaines déjà existantes sur l’environnement naturel.

La question cruciale de la raréfaction des ressources hydriques et la problématique de la disponibilité de l’eau, dont la demande a doublé depuis cinquante ans (Plan Bleu, 2008) dans le bassin méditerranéen est particulièrement préoccupante, (500 m3/personne/an correspondent au seuil de pénurie d’eau déjà atteint en Algérie, en Libye, à Malte, dans les Territoires Palestiniens, ou encore en Tunisie). En effet, comme le rappelle F. Galland (2009), les pays du pourtour méditerranéen ne disposent que de 3 % des ressources en eau douce de la planète et concentrent plus de la moitié de la population la plus pauvre en eau. Qui plus est, les ressources en eau de la région méditerranéenne sont inégalement réparties, puisque la rive Sud ne détient que 13 % de l’eau douce disponible en Méditerranée.

Cette région est aussi l’un des principaux « sites critiques » de la biodiversité mondiale. Elle rassemble 10% des espèces connues de végétaux supérieurs sur seulement 1,6% de la surface terrestre et 7% des espèces marines sur moins de 0,8% de la superficie des océans. Beaucoup d’entre elles sont endémiques. La mer Méditerranée, mer semi-fermée, entourée de côtes souvent très peuplées et objet d’une fréquentation touristique intensive, est soumise à une forte pression  humaine liée aux activités littorales comme au trafic maritime (elle accueille 30% du trafic fret maritime international et 20 à 25% du transport maritime d’hydrocarbures) qui génère des impacts sur la qualité du milieu marin et sur les écosystèmes.

La menace sismique dans cette région est également permanente, engendrée par la convergence des plaques tectoniques africaines et eurasiennes. Le taux de rapprochement entre ces plaques est d’environs 4-6 mm/an (Anderson et Jackson, 1987). Le risque sismique est lourd de conséquences, en particulier en zone urbaine, qui connaît un croît démographique et un  phénomène de littoralisation important, qui menacent l’équilibre naturel et la préservation des ressources non renouvelables.

Au regard de ces multiples vulnérabilités (ici abordées de manière non exhaustive), la situation du littoral méditerranéen suscite de multiples interrogations et inquiétudes, d’autant plus que l’augmentation de la population urbaine côtière annoncée, est estimée, d’après le Plan Bleu (2008) à 20 millions d’urbains supplémentaires d’ici à 2025, tandis que  près de 50% des côtes pourraient être bétonnées à cet horizon contre 40% en 2000…Des chiffres et des perspectives pour le moins inquiétants qui ne peuvent qu’inciter à tenter d’infléchir une tendance qui ne cesse de se confirmer…

Pour citer ce billet : « Le bassin méditerranéen : un espace « pluri-vulnérable » par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 04 avril 2017        Lien :https://ruralm.hypotheses.org/1174

Appel à contribution pour le colloque international: « Droit à la ville au Sud, expériences citadines et rationalités de gouvernement »

Colloque international : « Droit à la ville au Sud, expériences citadines et rationalités de gouvernement »    

Université Paris Diderot, CESSMA, 15-16-17 novembre 2017

Résumé

Ce colloque international propose de travailler la notion de droit à la ville depuis les villes du Sud. Il s’attache à en restituer la portée critique et souhaite soumettre à la réflexion collective la notion de droit à la ville de fait, forgée dans le cadre d’un programme de recherche collaboratif, DALVAA. Il invite donc des participants de disciplines et d’institutions variées, à engager un dialogue sur le rôle des expériences citadines dans la mise en ordre socio-spatiale des villes du Sud. 
Annonce : « ……… Les contributions pourront porter sur des études de cas liées aux différentes thématiques s’inscrivant dans les débats soulevés par le droit à la ville. Les approches théoriques pourront questionner les enjeux de la mobilisation en sciences sociales de la notion de droit à la ville et de sa dimension normative. Une attention sera également portée aux contributions épistémologiques et sur la manière dont les travaux sur les villes du Sud peuvent, et à quelles conditions, s’emparer d’une notion élaborée et travaillée à partir des villes du Nord.  Le colloque s’ouvrira à des travaux sur le Nord dans la mesure où la communication comportera une dimension comparative avec les villes du Sud. »

Les langues du colloque sont le français et l’anglais. Des propositions de communications en espagnol et en portugais seront examinées dans la mesure où elles peuvent être appuyées sur des supports visuels (de type diapositives) rédigés en français ou en anglais.

Modalités de soumission

Les propositions de communications doivent être envoyées à l’adresse suivante : colloquedalv2017@gmail.com   au plus tard le 4 mai 2017

Elles se composeront d’un titre, d’un résumé de 500 mots maximum, d’une rapide présentation du ou des auteurs (nom, affiliation, adresse électronique) et d’une bibliographie indicative

Offre de bourse

Un système de soutien financier (partiel) est proposé aux chercheurs de tous statuts, souhaitant communiquer et ne bénéficiant pas de modes de financement de la part de leur institution de rattachement. Seront prioritaires les demandes émanant de chercheurs précaires.

Pour en savoir plus : https://dalvaa.hypotheses.org/colloque-2017 

http://calenda.org/398920

Concours vidéo: Quel devenir pour les villes du Sud ?

Concours Vidéo – Adp – Villes en développement 

AdP-Villes en Développement organise la 1e édition du concours vidéo Villes en développement. Ce concours est destiné à valoriser les pratiques des jeunes professionnels. Il vise à faire connaître un renouvellement des pratiques et à questionner sur des problématiques liées aux territoires.

Les films apporteront des éclairages au regard du thème traité : présenter une pratique innovante, un projet mis en œuvre, une étude ou une recherche appliquée, une approche multi-disciplinaires, etc. Sont ainsi recevables toutes les vidéos qui abordent le développement urbain dans les villes des pays en développement.

Pour Consulter toutes les informations dans le règlement du concours :

pdf Concours Video 2017 – Règlement (495 KB)

 

Appel à contribution pour le colloque international : »La société civile et la transition démocratique; expériences comparées »

Le CAREP (Centre Arabe des Recherches et de l’Etude des Politiques) organise un colloque international ayant pour thème :

La société civile et la transition démocratique; expériences comparées

à Tunis, les 12-13-14 Octobre 2017

Appel à contribution:

RÉSUMÉ

Les changements politiques que connaissent plusieurs pays, surtout arabes, et les périodes de transition politique, font apparaitre la fin du monopole du champ politique par l’État. Les organisations de la société civile s’accaparent de plus en plus de pouvoir de par leurs capacités mobilisatrices. On assiste à l’émergence de nouveaux acteurs civils qui exercent des missions et des rôles autant divers qu’inhabituels, ce qui peut être considéré comme une dépossession des rôles traditionnels de l’État. En fait, la société civile contribue à la rotation des élites, assure une fonction socio-éducative et contribue fortement à consolider le processus démocratique nouvellement initié. Il s’agit de comparer les différentes expériences, d’expliciter les étendues mais aussi d’un autre côté de réfléchir sur le concept de société civile, de clarifier ses contours, de comprendre les polémiques qu’il suscite.

Dates

  • Date du colloque : 12-13-14 Octobre 2017

  • Date limite de l’envoi des résumés : 15 Mars 2017

  • Notification des résultats des évaluations : 31 Mars 2017
  • Date limite de soumission du texte final (full paper) : 10 Septembre 2017

Pour télécharger l’appel à contribution, connaitre les conditions de participation et en savoir plus: http://calenda.org/389696  ou  la_societe_civile_et_la_transition_democratique

Le numéro 123/2014 de la revue « Mediterranée »: « La qualité environnementale en milieu urbain; Évaluation pluridisciplinaire

Les articles du numéro 123/2014 de la revue « Méditerranée » ayant pour thème: « La qualité environnementale en milieu urbain :Évaluation pluridisciplinaire » sont consultables en ligne sur le portail Cairn.info.

Ce numéro de la revue « Méditerranée » rassemble des études en géographie, écologie, urbanisme, paysage… qui interrogent la qualité environnementale du cadre de vie dans 15 villes d’Europe et du Bassin méditerranéen; dont deux articles sur la ville d’Alger :

« La recherche d’intercommunalité par l’évaluation des performances environnementales locales à Alger ‪(Ewa Berezowska-Azzag et al.) et « Le concept de « corridors écologiques » en milieux urbains: enjeux et contraintes d’une approche de requalification environnementale : Les exemples de renaturation de l’Oued El Harrach (Alger) et du Ruisseau des Aygalades (Marseille) » (Ewa Berezowska-Azzag et Mohamed Srir).

Le numéro propose de mettre en question les approches normatives qui sous-tendent aujourd’hui les produits immobiliers ou urbanistiques qui mobilisent la notion de « haute qualité environnementale », ainsi que le discours consensuel sur la « ville durable »…

Pour en savoir plus et consulter les articles : https://mediterranee.revues.org/7291 et http://www.cairn.info/revue-mediterranee-2014-2.htm

Ouvrage :  » La justice spatiale et la ville. Regards du Sud « 

 

La justice spatiale et la ville. Regards du Sud

Source :http://www.karthala.com/

A l’heure où l’on parle d’établir « un nouvel agenda urbain » qui promeut « la ville inclusive » et invite à « transformer les villes et en faire des moteurs de lutte contre la pauvreté et l’exclusion » (Habitat III, Déclaration de Quito, octobre 2016) ; la question de « la justice spatiale » semble incontournable, d’où l’intérêt de cet ouvrage, paru en 2014, aux éditions Karthala et qui s’intitule  » La justice spatiale et la ville. Regards du Sud « .
Le livre, fruit du travail de recherche de 25 contributeurs, sur des terrains, essentiellement africains, (dont le Maroc) explore cette notion de « justice spatiale » et postule que « l’injustice sociale se traduit dans l’espace et que réciproquement l’organisation de l’espace est productrice d’injustice sociale. C’est ce que traduit le concept de justice spatiale, c’est-à-dire l’approche spatiale de la justice sociale entendue dans ses différentes dimensions, tant de distribution équitable que de reconnaissance ».
Une recension de l’ouvrage, établie par Catherine Fournet-Guerin  est consultable en ligne sur :https://espacepolitique.revues.org/3423

A propos de la prévention et de la protection sur les chantiers

Quand on aborde le sujet  du bâtiment et des travaux publics au Maghreb et dans les pays dits «  en développement »,  on entend souvent parler du manque de moyens financiers, du manque de qualité des travaux exécutés, du manque de savoir- faire technique, du manque de matériaux de construction, du manque de main d’œuvre qualifiée, du manque de respect des délais impartis pour la réalisation des travaux,  mais on entend moins souvent parler du manque de prévention et de protection des ouvriers sur les chantiers. Pourtant le secteur du BTP est l’un des plus accidentogène, puisque d’après l’Organisation Internationale du Travail (OIT), environs un décès se produit toutes les dix minutes dans le secteur du bâtiment dans le monde.

En Algérie par exemple, pays en plein développement, où les chantiers de construction publics et privés,  prolifèrent aux quatre coins du territoire, les chefs d’entreprises de BTP, en particulier ceux des milliers de petites entreprises privées, embauchent  des dizaines de milliers d’ouvriers (spécialisés ou non) précaires,  anonymes, non déclarés, qui sont exposés à de nombreux risques et accidents, alors que les règles les plus élémentaires de protection (à commencer par les plus simples comme une tenue vestimentaire adéquate) et de sécurité (comme des échafaudages sécurisés et des planchers protégés ) sont ignorées et bafouées, dans l’indifférence générale.

Pourtant, le pays est doté (comme dans beaucoup d’autres domaines) d’un arsenal de textes législatifs non négligeable, relatifs à la sécurité en milieu professionnel, qui définissent un ensemble de dispositions visant à assurer de meilleures conditions d’hygiène, de sécurité et de médecine du travail (entre autres   la loi n°88-07 du 27/01/1988 relative à l’hygiène, la sécurité et la médecine du travail). De plus, l’Organisme de Prévention des Risques Professionnels dans les Activités du Bâtiment, des Travaux Publics et de l’Hydraulique par abréviation « OPREBATPH » a été crée par le décret exécutif n° 06-223 du 21 Juin 2006. C’est un établissement public à caractère industriel et commercial, placé sous la tutelle du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, dont la mission principale est de contribuer à la promotion de la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles dans les activités du BTPH. Cependant, dans les faits, les mesures de prévention et de sécurité ne sont pas respectées  sur les chantiers, les travailleurs sont, pour une bonne partie d’entre eux, recrutés « au noir » (c’est le cas, quasiment toujours, dans les projets privés qui ne sont généralement pas contrôlés par les services sociaux), c’est-à-dire sans aucune couverture sociale. La plupart des ouvriers ne possèdent même pas les équipements de base : ils travaillent têtes nues, mains nues, n’ont évidemment pas de chaussures de sécurité, et le nombre d’heures de travail réglementaire est souvent largement dépassé.

L’état des lieux en matière de prévention est tout à fait critique et la question est occultée la plupart du temps par les petits entrepreneurs (mais aussi souvent par bon nombre des plus grands et par les pouvoirs publics eux-mêmes) qui pensent que la prévention est une source de dépenses alors que ce serait plutôt une source d’économie (les ouvriers blessées sur les chantiers sont souvent soignés sans déclaration réglementaire, en partie au frais de l’entrepreneur, qui ,de toutes façons paye un très lourd tribut moral) et d’amélioration de la productivité puisqu’un travailleur bien équipé travaille mieux et plus. En même temps, une meilleure prise en charge des ouvriers sur les chantiers entrainerait certainement un regain d’intérêt pour ces emplois qui sont aujourd’hui boudés par les jeunes et les entreprises peinent à recruter malgré le chômage.

D’ailleurs, est-il vraiment raisonnable de parler de gains et de dépenses quand la santé d’un être humain est en jeu ? Est-il normal qu’encore en 2016, alors que l’on ne cesse de parler de « développement humain » et de « développement durable », et que  des sommes colossales sont engagées dans des projets sensés améliorer le bien-être des habitants, les conditions de travail sur les chantiers soient si déplorables, que les ouvriers soient si mal protégés, si mal assurés, si mal équipés et qu’en voulant gagner leur  vie, ils risquent de la perdre ou de rester invalides, alors que cela aurait pu être évité?

Pour citer ce billet : « A propos de la prévention et de la protection sur les chantiers   »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 11 novembre 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1096

 

Colloque international : Quelles ambiances urbaines dans les oasis de la Méditerranée ?

Le colloque « Quelles ambiances urbaines dans les oasis de la Méditerranée ?  » aura lieu les 17 et 18 octobre 2016 à l’Hotel Sidi Bou Said (Tunis, Tunisie).

Ce colloque souhaite interroger l’urbanisation des oasis de la Méditerranée à travers la question des ambiances afin de rendre compte d’un ensemble d’enjeux touchant à la gouvernance urbaine contemporaine et aux conceptions actuelles de l’aménagement des cités oasiennes.

Il est ouvert au public dans la mesure des places disponibles après inscription à travers le questionnaire en ligne suivant  https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeWGUKZXJ4L

Jx7etBu9WIgC8zPKo0YGPvkHL7iKRCMD8ZoG4g/viewform 

Pour en savoir plus et consulter le programme : http://calenda.org/378892  ou  https://zerka.hypotheses.org/658#more-658

Transition énergétique en Méditerranée : scénario 2040

Un document de synthèse des travaux réalisés dans le cadre de la coopération entre L’Agence méditerranéenne des agences nationales de maîtrise de l’énergie (MEDENER), l’Observatoire méditerranéen de l’énergie (OME) et l’ADEME, pour l’élaboration d’un Scénario de Transition énergétique en Méditerranée est téléchargeable sur le site de l’ADEME, rubrique Mediathèque : http://www.ademe.fr/transition-energetique-mediterranee-scenario-2040 ou téléchargeable ici : trans-ener-20p-fr-15-sept-n01

Ces travaux ont été présentés à l’occasion de la 4e conférence internationale de MEDENER, « Accélération de la Transition énergétique en Méditerranée, vers un nouveau mix énergétique durable », organisée en partenariat avec l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (APRUE), le 25 mai 2016 à Alger. Pour la conférence MedCOP sur le Climat à Tanger du 18 et 19 juillet 2016, les travaux réévaluent l’impact énergétique des Contributions déterminées au niveau national (CDN) soumises par chaque pays méditerranéen à l’accord de Paris sur le climat au regard du scénario transition énergétique 2040, afin d’inscrire tous les pays de la région de la Méditerranée sur une trajectoire de +2 ℃ à l’horizon 2040.