Inauguration de la « ville nouvelle » de Sidi Abdallah : un « modèle » urbanistique?

sidi-abdallah

Une vue de Sidi Abdallah Source APS (Algérie Presse Service)

La première tranche de la “nouvelle ville” de Sidi Abdellah, a été inaugurée le 11 décembre 2016, par les plus hautes autorités de l’Etat. Situé à 25 km d’Alger, et s’étendant sur une superficie de 7.000 ha, dont 3.000 ha urbanisables et 4.000 ha d’espace protégés, ce projet est sensé disposer de toutes les commodités en matière d’éducation, de santé et de loisirs. Il doit même constituer à l’avenir un «  modèle » pour les nouvelles villes algériennes. C’est, du moins, ce qu’affirme la présentation officielle qui ne tarit pas d’éloges pour ce projet, dont elle souligne même l’orientation en tant que ville “verte” répondant aux « normes internationales » en matière d’écologie.

Cependant, s’il est prévu que des panneaux photovoltaïques soient installés pour l’éclairage public, que contrairement à ce qui se pratiquait auparavant, les cités doivent désormais disposer des commodités nécessaires tels les établissements scolaires, crèches, commerces de proximité, prestations bancaires, postales etc… espaces verts, jardins et espaces de jeux et de loisirs (c’est du moins ce qui est annoncé), et que concernant la propreté des cités, un plan de collecte des ordures a été élaboré ; il n’en demeure pas moins que la production reste très standardisée. Les organismes chargés du contrôle et du suivi préfèrent ici aussi reconduire des modes constructifs et des conceptions ayant fait leurs preuves, et se méfient des innovations qui risquent de compromettre l’avancement des travaux. Sur les 45000 logements prévus à terme (jusqu’en 2018), c’est une première tranche de plus de 3000 logements qui doit être livrée ces jours-ci et le moins que l’on puisse dire, c’est que la prise en compte des réalités socio-environnementales apparait plutôt marginale.

En effet, les considérations d’ordre écologique commencent à peine à faire  officiellement partie des critères de mise en œuvre dans la construction publique de logements (pour les logements HPE voir billet https://ruralm.hypotheses.org/62), et les considérations d’ordre social restent figées dans la vision  du  “tout logement, au plus tôt”, avec une percée de la notion vague de « qualité ». De plus,  on peut se poser des questions sur la pertinence de la création de « villes nouvelles » (ou ce qui est présenté comme tel) alors qu’il y  tant à faire pour gérer et  améliorer le cadre de vie dans les villes existantes, d’autant plus que cette « ville nouvelle », de même que celle de Bouinan d’ailleurs (voir le billet https://ruralm.hypotheses.org/93 ), est située aux portes d’Alger et qu’il est prévu de la doter d’équipements très importants (un pôle santé comportant des technologies de pointe, un pôle  pharmaceutique et biotechnologique, et un pôle universitaire universitaires de 22 000 places pédagogiques ; sont en cours de réalisation), ce qui pose la question de fond de la contradiction avec les orientations du SNAT 2030 et ses objectifs affichés concernant le rééquilibrage territorial et la  déconcentration de la bande Nord. Il semble, au contraire, qu’en pratique, on ne cesse de renforcer l’attractivité de la capitale avec des projets d’envergure.

En tous cas, pour l’instant, au-delà des effets d’annonce, ce projet, dont la livraison totale est prévue pour 2018,  n’apparait pas vraiment différent et s’inscrit plutot dans la lignée des autres projets d’urbanisme de masse en cours de réalisation à la périphérie des grandes villes. Reste à voir comment les choses vont évoluer et comment les habitants vont s’approprier ce nouvel espace urbanisé, qui, de toutes façons, est venu grignoter un peu plus de terrain naturel et accentuer encore l’étalement de la métropole algéroise…

Pour citer ce billet : “Inauguration de la « ville nouvelle » de Sidi Abdallah : un « modèle » urbanistique?”    par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 19 décembre 2016                                         Lien :https://ruralm.hypotheses.org/1113

7ème édition du salon international de la construction et de la gestion urbaine : “Oran Expo B.T.P.H.”

La 7ème édition du salon international de la construction et de la gestion urbaine “ORAN EXPO BTPH”  se tiendra du 10 au 13 Octobre 2016 au centre de conventions Mhamed ben Ahmed ,El Akid Lotfi à Oran (Algerie).

A noter, en marge du salon, la journée de conférences du Mercredi 11 Octobre sur le thème : Bâtiments et villes durables : Enjeu de la lutte contre le changement climatique

Pour en savoir plus : http://www.oranexpobtph.com/oranexpo/?page_id=436

Le nouveau PDAU d’Alger approuvé

Au terme  d’une longue phase d’études qui a duré plus de huit années, et après avoir  été exposé dans chaque commune de la wilaya d’Alger,  durant la période consacrée à l’enquête publique, allant du 15 février au 30 mars 2015, soit pendant 45 jours,  le PDAU  (Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme) de la capitale, à l’horizon 2030 (devenu 2035 aujourd’hui), a été présenté et  approuvé à la majorité lors d’une session ordinaire de l’ APW  (Assemblée Populaire de Wilaya d’Alger) le 11 mai 2016. Le PDAU se veut un instrument légal et obligatoire de planification spatiale et de gestion urbaine.                         Ce plan directeur détermine des prévisions d’urbanisme et des règles de gestion. Il fixe les orientations fondamentales de l’aménagement du territoire d’une ou de plusieurs communes. C’est le bureau d’études portugais Parque Expo 98 SA, intervenant également dans plusieurs pays, spécialisé  dans les projets de planification et de renouvellement urbain, qui a été chargé, depuis 2007, de coordonner un groupe plurisdisciplinaire pour travailler sur ce nouveau PDAU intercommunal d’Alger (il étudie les 57 communes de la wilaya), qui inclut une vision stratégique et de nombreux projets structurants (plusieurs de ces projets ont fait l’objet d’appels d’offres internationaux et sont en cours de réalisation à Alger : Universités, écoles supérieures, stades, quartiers d’affaires, sièges sociaux, parkings à étages…) et ont été intégrés au  master  plan (plan stratégique).                                                                                                                            

Source : http://www.parqueexpo.pt

Source : http://www.parqueexpo.pt

Pour Alger, le PDAU  prévoit zéro hectare de terres agricoles à l’urbanisation et entend assurer la défense de ce patrimoine en promouvant une politique volontariste de renouvellement urbain. La capitale semble donc être l’objet de toutes les attentions des pouvoirs publics qui ambitionnent  d’en faire  une « éco-métropole », sous l’impulsion de ce nouveau PDAU (versus master plan et vision stratégique) et  du projet en cours de l’Aménagement de la baie d’Alger, qui prévoit une promenade longue de plus de 50 km créant un espace public face à la mer, sur toute la longueur de la baie.

Les visions et les intentions ont été exprimées à travers les plans, les maquettes et les images de synthèse, reste maintenant à s’atteler et à se mobiliser pour tenter de les traduire au mieux dans la réalité …

Pour citer ce billet : « Le nouveau PDAU d’Alger approuvé »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 11 mai  2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/972

19ème salon International du Bâtiment, des Matériaux de Construction et des Travaux Publics (BATIMATEC)

Le 19ème salon International du Bâtiment, des Matériaux de Construction et des Travaux Publics (BATIMATEC) se déroulera du 03 au 07 mai 2016 au Palais des Expositions des Pins Maritimes à Alger.

En marge des expositions (plus de 1000 exposants sont annoncés en provenance de 25 pays), plusieurs journées techniques avec de nombreuses conférences sont prévues.

Pour en savoir plus et télécharger le programme des journées techniques: http://www.batimatecexpo.com/

Alger : une élimination totale (et définitive ?) des bidonvilles de la capitale, officiellement annoncée pour 2016

Nouvelle image (1)

Opération de relogement Photo APS – Archives

Dans le cadre du programme de Résorption de l’Habitat Précaire (RHP) et de l’évacuation des immeubles menaçant ruine,  ainsi que des caves et des terrasses illicitement transformées en espaces d’habitation, les autorités locales de la wilaya d’Alger ont amorcé, le 16 décembre 2015, le lancement de la 20ème phase du relogement, qui doit toucher 6000 familles d’ici fin 2016.
Le programme pour Alger, porte sur la réalisation de près de 85 000 « unités » de logements essentiellement de type socio-locatif  collectif, destinées à reloger à terme 73 000 familles (recensées en 2007).
Les différentes campagnes de relogement, débutées en juin 2014, largement suivies et relayées par les médias nationaux, en particulier les journaux télévisés, ont permis de reloger, à ce jour, plus de 30 000 familles, dans des cités de grands ensembles, situées dans différentes zones périphériques des communes de la wilaya d’Alger, mais également des wilayas de Blida ou Boumerdes.                           Les pouvoirs publics qui annoncent vouloir faire d’Alger, une capitale sans bidonvilles,  d’ici fin 2016, ont investi des budgets colossaux dans les projets de construction de logements. Les questions (urbaines, sociales, environnementales…) posées par ce mode de production massif, intensif, standardisé, peu soucieux des spécificités socio-environnementales du milieu, ont été plusieurs fois abordées dans les billets de ce carnet. Pourtant, il faut peut-être nuancer le propos car l’ampleur du  problème, avec  l’explosion démographique que connait le pays (11 millions d’habitants en 1962, 40 millions en 2015),  est telle que la demande en logements est toujours largement supérieure à l’offre, d’où l’urgence de la situation, et le choix des responsables de miser sur la quantité « d’unités produites », et  d’aller « le plus vite possible », quitte à (re)produire les mêmes manières de faire (voire les mêmes erreurs..).

Ainsi, les habitants des « bidonvilles » qui  sont relogés dans ces nouveaux « pôles urbains », construits à la hâte, deviennent désormais des habitants de « cellule type » dans des  «unitévilles », et sont souvent partagés entre la satisfaction  d’avoir enfin obtenu  le logement  décent, promis et tant attendu ;  et la déception de se retrouver loin de leur environnement habituel,  dans des cités, dans la majorité des cas, encore sous-équipées et mal desservies par les transports en commun.

Si les besoins sont immenses et l’urgence réelle, fallait-il, pour autant, généraliser la même stratégie basée sur les mêmes modes opérationnels rigides, déjà expérimentés par le passé et largement critiqués? Une (petite) partie des importants moyens humains et financiers engagés dans la construction des millions « d’unités » réalisées à l’échelle nationale, depuis le début des années 2000, n’aurait-elle pas pu (du), être consacrée, à une véritable réflexion afin de pallier à l’absence de vision urbanistique et tenter de fabriquer la ville autrement que par une juxtaposition d’extensions répétitives, consommatrices de ressources et génératrices de nouvelles formes de ségrégations spatiale et sociale? Des interrogations qui reviennent inévitablement au sujet de l’habitat en Algérie, même en faisant un effort pour nuancer le propos …

Pour citer ce billet :  “Alger : une élimination totale (et définitive ?) des bidonvilles de la capitale, officiellement annoncée pour 2016”     par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 28 décembre 2015.      Lien:  http://ruralm.hypotheses.org/881

Ouverture à Alger des assises nationales sur l’aménagement du territoire

Les assises nationales sur l’aménagement du territoire se tiennent à Alger depuis hier, 14 décembre 2015, pour évaluer le Schéma National d’Aménagement du Territoire SNAT 2030, avec pour slogan : «La dynamique territoriale : une alternative pour un développement économique durable».

Le SNAT à l’horizon 2030, révisable tous les cinq ans, a été institué par la loi n° 01-20 du 12/12/2001 relative à l’aménagement et au Développement Durable du territoire, et approuvé par la loi n°  10-02 du 29 juin 2010  (l’élaboration de ce Schéma, a nécessité plus d’une décennie, entre temps l’intitulé est passé de SNAT 2025 à SNAT 2030). Officiellement, sept ateliers de travail, se pencheront pendant deux jours, sur  ” l’évaluation  de la situation générale du  SNAT,  la première phase du Schéma directeur d’aménagement touristique (SDAT, 2030),  la consolidation des orientations stratégiques du SNAT en tant que facteur de dynamique socio-économique générateur de richesse au niveau des territoires, et enfin  l’élaboration d’une feuille de route pour le développement du tourisme en Algérie“.

Le SNAT 2030 est l’instrument qui est sensé traduire et mettre en forme les orientations stratégiques de développement durable du territoire et constitue le  cadre de référence de l’action publique (document de synthèse, 2011) , en vertu de l’article 2 de la loi n° 10-02 du 29/06/2010, portant approbation du SNAT, qui stipule que : « les départements ministériels ainsi que les collectivités territoriales et les entreprises nationales et locales, sont tenus au respect des normes et règles du schéma national d’aménagement du territoire dans l’élaboration de leur projets et plans ».

La question est de savoir comment  cet “instrument” est  utilisé concrètement, autrement dit : comment les “orientations stratégiques de développement durable du territoire”  se traduisent dans les actions mises en oeuvre sur le terrain? Souhaitons que ces assises apportent un début de réponse ….

b.k.

Pour citer ce billet :  “Ouverture à Alger des assises nationales sur l’aménagement du territoire”     par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 15 décembre 2015. Lien http://ruralm.hypotheses.org/870

6ème salon international de la construction et de la gestion urbaine – Oran du 12 au 15 octobre 2015

Le  salon Oran Expo, salon international de la construction et de la gestion urbaine  se tient du 12 au 15 octobre 2015, à cette occasion, le nouveau Stade d’Oran, conçu par Thomas Sheehan et Salah Saidoune, sera présenté au public, mardi 13 octobre dans la matinée.

Ce projet d’envergure fait partie du programme d’aménagement d’un site de 100 hectares entièrement dédié au sport et au bien-être, en cours de réalisation dans le cadre de la préparation d’Oran  pour organiser  les jeux méditerranéens, en 2021. 

D’après les organisateurs de cette manifestation, les infrastructures d’accueil, qui sont déjà  implantés dans la ville à travers les nombreux hôtels existants et le nouveau centre des convention, sont appelés à se développer encore plus ; les équipements culturels doivent être réhabilités, et la restauration du  patrimoine  bâti, entamée depuis quelques années, doit continuer; ainsi que l’entretien des  espaces publics urbains de la ville.

 

Des immeubles imprimés en 3D bientot au Maghreb?

Depuis quelques mois l’impression en 3D a franchi une étape tout à fait remarquable puisqu’elle permet désormais de construire des bâtiments!  En effet la société chinoise Winsun, basée à Shangai, a réussi à fabriquer, en 24 heures les premiers prototypes de maisons de 200m² à l’aide d’une imprimante géante, au mois de mars 2014.  Elle vient de frapper encore plus fort en réalisant, en janvier 2015 avec la même technique un immeuble de cinq étages. Cette technique est décrite comme éco-responsable puisqu’elle utilise comme “encre” pour l’imprimante (c’est à dire le matériau de construction), une mixture à base de déchets de construction recyclés, ce qui est, à priori, un avantage indéniable.Bientôt des immeubles issus de l’impression 3D au Maroc ?photo du batiment de cinq étages construit en janvier 2015 à Suzhou (ville située dans  l’est de la Chine)                                                                                                                              © Winsun

L’entreprise ne semble apparemment pas décidée à s’arrêter en si bon chemin puisque son PDG annonçait lors d’une conférence de presse, que sa société ambitionnait d’implanter plusieurs usines d’impression en 3D, dans plusieurs pays. Au cours des trois prochaines années, Winsun Global devrait ainsi construire des usines en Arabie Saoudite, aux Emirats Arabes Unis, au Qatar,  aux Etats-Unis, mais également au Maroc et en Tunisie  ainsi que dans plus de 20 autres pays. Elle va fournir des logements bon marché pour les familles à faible revenu. Les premières imprimantes 3D sont déjà prêtes à être expédiées à l’étranger.  La création d’usines dans le désert est même envisagée pour la fabrication d’imprimantes 3D à base de sable.

Cette technologie n’en est encore qu’à ses débuts mais elle pourrait bien révolutionner le monde de la construction d’où l’importance de commencer dés à présent à réfléchir et à se poser les bonnes questions sur les avantages et les inconvénients (aussi bien économiques, que sociaux et environnementaux) de ce qui semble être bien parti pour devenir “la norme” dans un avenir peut-être pas si lointain ….

b.k.

Pour citer ce billet : “Des immeubles imprimés en 3D bientôt au Maghreb?”                  par Keira Bachar.  Publié sur RURAL-M –  Etudes sur la ville Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb    le 1 fevrier 2015.   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/677

 

Offre de foncier public dans le Sud et les Hauts-plateaux : Tirer les leçons des opérations antérieures

Afin de répondre aux demandes de la population en matière de logements, les pouvoirs publics algériens se sont engagés dans un important programme  de logements sociaux dont la mise en œuvre pose beaucoup de questions (se référer les billets précédents relatifs à ce sujet, sur ce blog), particulièrement  en ce qui concerne la consommation des ressources foncières et l’intégration socio-spatiale des nouvelles cités. Cependant, depuis peu, un nouveau front d’urbanisation extensive est en train de se mettre en place  dans  les wilayas du Sud et des Hauts-plateaux. En effet, les instructions interministérielles du 1er décembre 2012 et du 7 juillet 2014, relatives au développement de l’offre de foncier public  dans le Sud et dans les Hauts-plateaux, valident la mise en lotissement de plusieurs centaines d’hectares pour l’octroi de parcelles de terrains individuelles, avec une aide financière, au profit des citoyens qui répondent aux conditions fixées, afin qu’ils puissent construire eux-mêmes leur habitation dans le cadre de l’auto-construction.

Cette opération, lancée suite à des mouvements sociaux de protestation dans plusieurs villes du Sud,  n’est pas sans rappeler les opérations antérieures de distribution de lots de terrains à bâtir, qui ont eu pour résultat un appauvrissement de la qualité des espaces urbains, composés de quartiers entiers en manque d’infrastructures de viabilisation (que les programmes d’amélioration urbaine tentent aujourd’hui tant bien que mal de combler) et d’équipements publics, en plus d’avoir engendrer un paysage urbain médiocre. Les auto-constructeurs, souvent peu soucieux de l’application des règles de l’art de bâtir, construisent chacun  à sa guise et selon ses moyens, en l’absence quasi-totale d’encadrement et de suivi technique des chantiers. Auto-construction rime avec laisser-faire dans l’immense majorité des cas.

Malgré cet état des lieux connu et largement dénoncé,  les dispositions prises dans le cadre de cette nouvelle opération d’envergure  ne semblent pas différentes des précédentes. A titre d’exemple, et comme le rapporte l’APS (Algerie Presse Service), une première opération d’attribution de 10 718 parcelles, de 250 à 300m² chacune, destinées à l’auto-construction, avec une aide de l’Etat, a été lancée le 11/12/2014 à travers l’ensemble des communes de la wilaya de Ghardaïa, et le total doit atteindre 17 276 lots d’ici la fin du mois de décembre 2014. Cette annonce qui peut satisfaire les demandeurs de terrain à bâtir,  ne peut qu’inquiéter les nombreux partisans d’une urbanisation maitrisée et réfléchie, d’autant plus que pour répondre à la problématique de l’intégration au site, une méthode peu efficace, déjà mise en œuvre par le passé, est préconisée : les bénéficiaires sont sensés construire  en respectant l’une des trois variantes préparées par les services de l’Urbanisme afin de préserver le cachet architectural de la région. Si l’intention de s’inspirer de l’architecture des ksour, mondialement reconnue, est légitime, en revanche, la manière de faire laisse sceptique. En effet, les permis de construire établis selon des plans types à respecter (en théorie) ont déjà été expérimentés, ainsi, par exemple, la distribution des lots sociaux dans les années 1980, était accompagnée par des bons pour les matériaux de construction et par un permis de construire à suivre « impérativement ». Pourtant quasiment personne n’a respecté les plans, comme le prouve le désordre urbanistique et architectural qui règne dans les quartiers d’habitat individuel auto-construit, au cours des trente ou quarante dernières années, aussi bien à Ghardaia que dans les autres villes algériennes.

Etant donné la manière dont les choses se présentent, la situation aura du mal à s’améliorer et le risque est grand de la voir même s’aggraver d’un point de vue urbanistique et architectural, mais également d’un point de vue social et environnemental. Plutôt que d’imposer des formes « à reproduire » (dont on sait d’ailleurs, par expérience, qu’elles ne seront pas réalisées), l’enjeu ne serait-il pas plutôt de tenter d’infléchir les mentalités, en créant les conditions d’une prise de conscience et d’une implication collectives afin de (re)donner la priorité à la compréhension du milieu et, pour le cas de Ghardaia particulièrement, de retrouver l’esprit qui animait les bâtisseurs de la vallée  du Mzab ?

On ne peut s’empêcher de se demander pourquoi on revient toujours à des « solutions » qui ont pourtant déjà montré  leurs limites. Ne serait-il pas judicieux d’expérimenter des modes de faire innovants (au moins à petite échelle, dans le cadre d’opérations ponctuelles) au lieu d’investir massivement dans des « formules déjà testées » au risque de refaire encore les mêmes erreurs ?

B.K.

Pour citer ce billet : “Offre de foncier public dans le Sud et les Hauts-plateaux : Tirer les leçons des opérations antérieures”   par Keira Bachar.  Publié sur RURAL-M –  Etudes sur la ville –  Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb   le 22 décembre 2014.             Lien : http://ruralm.hypotheses.org/671

Relogement, la bombe à retardement

L’article qui suit a été publié dans le quotidien El Watan du 08 novembre 2013, il illustre bien les craintes que fait naitre la politique “de production de logements” qui est en cours en Algérie, focalisant l’essentiel de l’attention et des moyens  alors que la mise en place d’une véritable  politique “de la ville” est occultée dans les faits même si la loi existe.

——————————————————————–

Des scènes de batailles rangées au milieu des tours. Des habitants terrorisés et impuissants. Si les forces de sécurité mettent en cause les gangs, l’alcool et la drogue, les professionnels de l’urbanisme pointent du doigt la politique de relogement systématique dans les cités-dortoirs.

Dimanche 3 novembre, des appartements de Baraki, dans la banlieue d’Alger, brûlent. Au pied des immeubles, les habitants de deux bâtiments voisins s’affrontent à coups de sabre et de pistolets de détresse. La police arrête une vingtaine de personnes, mais personne n’est dupe, les violences recommenceront. A Aïn El Malha, Dély Ibrahim ou Birtouta, ces affrontements font partie du quotidien des habitants. Les habitants mettent systématiquement en cause des «relogés» qui ne seraient «pas d’ici». Mais au-delà des populations, l’urbanisme est l’une des causes la flambée de violence. Continuer la lecture