Le devenir des “nouvelles villes” et des “pôles urbains” retient enfin l’attention

Il semble que la situation des “nouvelles villes” et des “pôles urbains” ait  été au centre des préoccupations des pouvoirs publics puisqu’un communiqué de l’APS (Algérie Presse Service) annonce qu’une réunion interministérielle consacrée à l’examen de l’état des nouvelles villes et pôles urbains, et des perspectives de leur promotion, s’est tenue dimanche 21 juillet.

La situation des “villes nouvelles” (ou si on préfère “nouvelles villes”) de Sidi Abdallah (Alger), Bouinane (Blida), Boughezoul (Médea-Djelfa), El Menia (Ghardaïa), Hassi Messaoud (Ouargla),et des “pôles urbains” Ali Mendjeli et Aïn Nehas (Constantine), Draa Errich (Annaba) et Ahmed Zabana (Oran) a été plus particulièrement abordée.

Le communiqué explique que la situation « a démontré une disparité entre le taux d’avancement des projets de logements et autres structures publiques, indispensables à la vie ordinaire des citoyens, en raison des entraves enregistrées en terme d’assiettes foncières destinées à abriter ces structures, et de certains projets à l’arrêt pour un manque de financement et de coordination entre les secteurs concernés, en sus de l’absence d’une organisation favorable à la gestion et à la coordination des différentes activités au sein des villes et pôles urbains ». La situation complexe et problématique des ces nouveaux espaces urbains est donc enfin officiellement reconnue.

Dans la foulée plusieurs décisions ont été prises (pour le détail, lire l’article de l’APS : http://www.aps.dz/algerie/92268-l-etat-des-nouvelles-villes-et-poles-urbains-au-centre-de-la-reunion-du-conseil-interministeriel  ) pour assurer un suivi efficace du dossier de redynamisation des nouvelles villes et des pôles urbains avec l’accélération de la cadence de leur réalisation.

La création d’un comité ad-hoc avec cinq sous-comités, l’accélération de la concrétisation de la décentralisation de la gestion des nouvelles villes et pôles urbains, l’élaboration d’une étude prospective ou encore la libération de l’investissement dans les structures publiques de proximité sont autant de « décisions » annoncées par le communiqué et en même temps il est question d’organiser, en plus de tout cela, une conférence élargie avec la participation de tous les intervenants, les opérateurs économiques et les experts pour traiter les questions relatives à l’organisation et la gestion des nouvelles villes ainsi que le financement des projets qui y sont réalisés.

Bref, on constate un certain manque de clarté;  beaucoup d’éléments qui font craindre un chevauchement des initiatives et des prérogatives; reste à voir comment tout cela va évoluer et quels seront les impacts réels sur le terrain.

Au-delà des doutes, on peut tout de même apprécier que la problématique du développement urbain tous azimuts engendrés par ces cités composées essentiellement d’habitat collectif extensif, interpelle et retienne enfin l’attention. Quelque soit le nom qu’on leur donne : « ville nouvelle », « nouvelle ville » ou encore « pôle urbain »,  il s’agit de trouver des réponses pragmatiques afin d’essayer d’améliorer ce qui peut encore l’être et d’éviter que ces projets qu’on va parfois jusqu’à présenter comme  « durables », ne restent « durablement » inachevés, en manque d’équipements,  d’infrastructures et de services collectifs et en proie à de multiples problèmes de gestion et d’organisation.

Pour citer ce billet : “Le devenir des nouvelles villes et des pôles urbains retient enfin l’attention”   par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.        le 24 juillet  2019                                              lien :https://ruralm.hypotheses.org/1621

 

Démarche éco-responsable pour la nouvelle Aérogare de l’Aéroport International d’Alger

Vue sur la nouvelle Aérogare
Photo Source : APS (Algérie Presse Service)

La nouvelle Aérogare de l’Aéroport International Haouri Boumediene d’Alger  est entrée en service lundi 29 avril 2019. Cette nouvelle infrastructure, dont les travaux ont débuté en octobre 2014, a été conçue par un bureau d’études britannique et réalisée par une société chinoise.   Implantée sur un terrain de 73 ha, elle a une capacité de 10 millions de passagers par an et  une superficie construite de 200 000 m².

Au-delà des ambitions affichées telles que:  répondre à une meilleure organisation des dessertes, améliorer la qualité des services ou encore devenir un hub aérien qui sera une connexion entre l’Afrique et l’Europe, cette réalisation prend en compte des préoccupations d’ordre écologique.  Cela est mis en avant dans la présentation (voir par exemple :http://www.aps.dz/economie/88767-la-nouvelle-aerogare-d-alger-une-realisation-d-envergure-aux-ambitions-mondiales qui annonce une série de mesures en faveur de la protection de l’environnement en expliquant que la nouvelle aérogare, construite « conformément aux standards internationaux », répond aux normes d’efficacité énergétique et de préservation de l’environnement  avec une structure réfléchie pour que son impact sur l’environnement soit minimal.

Elle est dotée de puits de lumière naturelle pour diminuer la consommation électrique, de réservoirs collecteurs au niveau de la toiture pour récupérer les eaux pluviales qui seront ensuite utilisées notamment  pour l’arrosage des espaces verts et de climatiseurs qui régulent la température à hauteur de 4 mètres pour économiser l’énergie. De plus, des dessertes ferroviaires relient désormais l’aéroport international à la gare d’Agha au centre-ville d’Alger, ce qui devrait inciter les voyageurs et les visiteurs à utiliser ce mode de transport en commun et réduire de fait le trafic routier de et vers l’aéroport.

Meme si l’aéroport d’Alger n’est pas certifié (pour l’instant) par le programme Airport Carbon Accreditation (ACA)*, les mesures prises dans la conception de cette aérogare constituent néanmoins un premier pas vers un développement plus attentif et soucieux de réduire  les impacts néfastes sur le milieu, liés aux activités aéroportuaires (émissions provenant des bâtiments et des infrastructures, des transports de et vers les aéroports, des mouvements  des avions au sol, des réfrigérants etc…) .

Les actions engagées au niveau de la nouvelle aérogare  ouvrent ainsi de nouvelles perspectives pour le secteur aéroportuaire en Algérie, en matière d’efficacité énergétique, d’économie de ressources non renouvelables et de protection de l’environnement ; sachant que selon les experts du GIEC (Le Groupe  intergouvernemental sur l’évolution du climat), l’aviation représenterait 2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre et que les opérations aéroportuaires représentent jusqu’à 5% de ce pourcentage .

*Le programme ACA est un programme global de certification institutionnellement reconnu, pour la gestion des émissions carbone des aéroports. Il a été lancé en 2009 et comporte quatre niveaux de certification couvrant toutes les étapes de la gestion des émissions dans les aéroports: identification, réduction, optimisation et neutralité. Selon ONU Changements climatiques infos, Il y a 12 aéroports en Afrique (dont deux au Maroc : Marrakech Menara Airport et Casablanca Mohammed V International Airport) certifiés à l’un des quatre niveaux de l’Airport Carbon Accreditation, 41 en Asie-Pacifique, 118 en Europe, 8 en Amérique latine et dans les Caraïbes et 34 en Amérique du Nord.

Pour citer ce billet : « Démarche éco-responsable pour la nouvelle Aérogare de l’Aéroport International d’Alger » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 02 Mai 2019     lien :https://ruralm.hypotheses.org/1594

Le projet “Alger, Smart City”

« Alger, Smart City» est le nouveau slogan  qui succède  (ou complète ?) celui d’ « Alger, éco-métropole » lancé au début des années 2010.

C’est un projet géré par la wilaya d’Alger qui est sensé s’appuyer sur l’utilisation et  l’exploitation des technologies de l’information pour gérer les bases de données de et sur la ville, dans le but d’optimiser la gestion opérationnelle urbaine, afin d’améliorer  la qualité de vie de ses citoyens.

Dans le cadre de ce projet, initié en 2017, deux laboratoires « fablab » (ateliers de fabrication numérique) destinés aux startups et aux étudiants porteurs de solutions innovantes ont été mis en place, début 2018 dans des locaux situés au niveau des voûtes d’Alger. Un fablab est un laboratoire de fabrication mettant à disposition un arsenal de machines et d’outils pour la conception et la réalisation de prototypes (passer du concept au prototype) afin de tester les solutions innovantes touchants aux domaines piliers d’une ville intelligente (mobilité, environnement, économie locale).

En même temps un sommet international ” Smart Cities Global Technology & Investment Summit 2018(http://www.wilaya-alger.dz/fr/sommet-mondial-smart-cities-organise-par-smart-city-alger-pour-evaluer-les-dernieres-technologies-et-strategies-dinvestissement/ ) est prévu au CIC Alger (Centre International de Conférences Alger), les 27et 28 juin 2018, et pour lequel quelques 4000 participants nationaux et internationaux dans les domaines des technologies modernes et des startups sont annoncés

Dans un pays où les questions urbanistiques sont marginalisées et où il semble toujours aussi difficile d’apporter des solutions aux problèmes, nombreux et variés, auxquels sont confrontés la quasi-totalité des villes et plus particulièrement Alger, il faut néanmoins relever une certaine facilité en matière de communication et d’utilisation de références et de concepts internationaux « en vogue »…..

Pour citer ce billet : « Le projet “Alger, Smart City” » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 15 avril 2018     lien https://ruralm.hypotheses.org/1284

Appel à contribution pour le colloque international “Smart cities” à Constantine

Le laboratoire « de l’architecture à l’urbanisme. Technique, espace et société » (LAUTES), de l‘Université de Constantine 3 (Algérie) organise un colloque international sur le thème des “Smart cities”  les  6/7/8 Novembre 2018 à Constantine.

Résumé:

Ce colloque, organisé par le laboratoire « de l’architecture à l’urbanisme. Technique, espace et société » (AUTES), nourri du croisement de regards et de disciplines, se veut une confrontation coopérative pour construire une vision collective inédite et multi-acteurs (entre opérateurs, urbanistes, architectes, aménageurs, chefs d’entreprises, usagers…) entre les praticiens de l’urbain.

Argumentaire (extrait):

Deux thèmes dépendant directement des mutations des villes vont structurer la réflexion sur le futur de celles-ci, et qui va évoluer vers l’affirmation d’une nouvelle tendance des villes.

D’une part, « l’explosion urbaine », cette locution pour désigner la très forte accélération de l’urbanisation dans le monde se manifeste par un accroissement de la population urbaine, une augmentation des tailles des villes et une mutation des activités de celles-ci. D’autre part « la nouvelle révolution des NTlCs » qui constitue un enjeu important pour l’avenir des villes et mettant  en avant la smart city, qui se manifeste par la ville techno-centrée ou celle qui s’appuie sur les NTICs pour atteindre une plus grande efficacité de gestion.

Ces deux phénomènes sont, depuis quelques années, à l’origine de la réflexion sur la création des villes intelligentes. Tout en alimentant les discours politiques et scientifiques, ces smart-cities sont devenues le centre d’intérêt de bien des chercheurs scientifiques, faiseurs de la ville ….

Dates importantes:

  • Date limite de soumission des résumés : 10 Avril 2018.
  • Date limite de notification d’acceptation des résumés: 10 Mai 2018.
  • Date limite de soumission des textes et posters : 10 Aout 2018.
  • Date limite de décisions finales et notification aux auteurs : 31 août 2017.
  • Date du colloque : le 6/7/8 Novembre 2018.

Modalités de soumission des propositions:

Sous forme de communication ou  de poster, les propositions doivent être rédigées en français (langue officielle du colloque), en anglais ou en arabe et doivent être adressées à:

  • labo.autes@gmail.com
  • colloque.smartcity@gmail.com

Pour en savoir plus : https://calenda.org/437054ou cliquez sur le fichier colloque_18_3_

Journée nationale de la ville : un séminaire et des annonces

Cette année, la journée nationale de la ville a été plus (re)marquée que d’habitude puisqu’une rencontre nationale sur le thème « la ville algérienne face aux enjeux et défis du développement durable » a été organisée le 20 février 2018 par le Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville (MHUV), au Centre International des Conférences – CIC à Alger.

L’invité d’honneur était l’architecte-urbaniste Christian de Portzamparc, distingué par plusieurs prix (Equerre d’argent, Prix Pritzker, Grand Prix de l’urbanisme) et lauréat du concours pour le futur Parlement algérien.

Une session plénière et  quatre ateliers sur des thématiques désormais  incontournables du développement urbain durable ont été organisés,  à savoir:

  • «Politique de la ville : le cadre juridique face aux nouveaux enjeux et défis» ;
  • «Gestion intégrée de la ville : vers une bonne gouvernance urbaine» ;
  • «Ville intelligente, écologique et résiliente : concepts et faisabilité» et
  • «Economie urbaine : management et mécanismes de financement pour le développement durable des villes».

Au-delà des travaux de ces ateliers dont il serait utile de rendre public les conclusions et les recommandations, il semble intéressant de revenir sur deux annonces qui ont été faites :

–  La première concerne la révision de la loi n°90-29 relative à l’aménagement et l’urbanisme, votée en 1990, il y a donc près de trente ans et qui introduisait les instruments d’urbanisme, PDAU et POS, toujours en vigueur. Si leur mise en œuvre a été  difficile dès le départ, étant donné (entre autres) la grave crise économico-sécuritaire qu’à connue le pays au cours de la décennie 90 ; avec le temps, leur application sur le terrain ne s’est pas avérée plus simple. En effet, ces instruments, sensés organisés l’espace urbain, apparaissent  de plus en plus dépassés par l’ampleur et la complexité des réalités auxquelles sont confrontées les villes algériennes.

–  La seconde annonce est relative à la création d’une École Nationale d’Ingénieurs de la Ville. Ce serait une première en Algérie, et même si on ne sait pas encore quelles seront les modalités de fonctionnement de cette école, c’est néanmoins un signal de la reconnaissance par les pouvoirs publics de l’importance de la formation dans ce domaine (voir par exemple le  billet  https://ruralm.hypotheses.org/1208 )

Si on ne peut préjuger de l’impact réel positif (ou pas) de ces deux mesures sur l’amélioration des conditions de vie urbaine et du cadre bâti, on peut cependant imaginer (si les annonces sont suivis d’effets)  qu’elles apporteront  un souffle nouveau. Elles pourront (peut-être) aider à faire bouger les choses en matière de développement urbain pour tenter d’organiser (enfin) de manière plus significative et concrète, l’action d’aménagement à travers des pratiques et des modes de fabrication urbains, renouvelés, plus soucieux des conséquences économiques, sociales et environnementales à court, moyen et long terme.

Il est permis d’y croire puisque des dates ont été avancées : au cours de son intervention le Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville a fait savoir que son secteur est actuellement en train de réviser la loi sur l’aménagement et l’urbanisme  tandis que le Ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire a indiqué que l’Ecole des Ingénieurs de la Ville serait mise en service à partir de septembre 2018 …. A suivre donc….

Pour citer ce billet: «Journée nationale de la ville : une rencontre et des annonces » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 21 février 2018     lien: https://ruralm.hypotheses.org/1265

Salon International des Energies Renouvelables, des Energies Propres et du Développement Durable “Era Oran 2017”

Le 8ème Salon international des énergies propres, des énergies renouvelables et du développement durable, «Era 2017», se déroulera les lundi 23, mardi 24 et mercredi 25 octobre 2017, au Centre des conventions d’Oran.

Le Salon « Era » accompagne le programme national de développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique en Algérie.

Le programme de ce Salon de trois jours comporte un cycle de conférences avec des spécialistes et chercheurs algériens et étrangers qui aborderont, entre autres, dans leurs communications, l’état des lieux en Algérie en matière de capacités de production électrique installées et en projet,ainsi que l’introduction des énergies renouvelables dans les politiques énergétiques de divers secteurs (énergie, ressources en eau, agriculture, habitat).

Pour en savoir plus et voir le programme des communications : http://era.dz/era/programme/

8ème Edition du Salon International de la Construction et de la Gestion Urbaine “ORAN EXPO BTPH”

la 8ème Edition du Salon International de la Construction et de la Gestion Urbaine “ORAN EXPO BTPH”, aura lieu du 09 au 12 octobre 2017 au niveau du Centre de Convention d’Oran. En marge du salon,  plusieurs conférences sont programmées et une journée thématique  consacrée à la pratique de la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage urbaine, est prévue pour le 10 octobre.

Aménagement urbain durable en Algérie : une nécessaire prise de conscience

En 2008, feu J.J Deluz faisait le constat suivant : “En Algérie, pays où je vis et travaille, il y a deux choses dans l’urbanisme et l’architecture qui sautent aux yeux de toute personne lucide : d’un côté, l’unanimité des opinions converge sur un constat de nullité généralisée des quartiers nouveaux, de l’autre, il y a l’incapacité à y changer quelque chose”.( J.-J. Deluz in « Fantasmes et réalités : Réflexions sur l’architecture » , 2008).

Si l’expression « nullité généralisée » peut paraitre excessive, la médiocrité du paysage urbain algérien, pas seulement celui des dernières extensions, est dénoncée par bien d’autres avis et même par les plus hauts responsables (se référer le discours du Président de la République  lors des Assises de l’Architecture en décembre 2006). En effet, l’observation des aménagements urbains réalisés ces dernières années, dans la plupart des villes du pays, fait ressortir le même manque de réflexion urbanistique, en particulier dans les importants programmes d’habitat, (mais pas seulement) avec la prédominance du modèle extensif. Les contentieux et le manque de réserves foncières mais aussi (surtout ?) la manière dirigiste avec laquelle sont programmés les projets, accordant peu de temps et d’attention à la recherche des conditions d’implantation optimales font que, par facilité, la plupart des projets s’érigent, les uns après les autres, sur les terrains vierges en marges des villes, créant des dynamiques d’étalement urbain programmées.

La question du décalage qui existe entre les réalités du développement urbain tel qu’il est mené aujourd’hui, et les orientations du SNAT et de la politique de la ville basées sur le développement durable, se pose, alors que  des investissements financiers importants sont engagés. Dans les faits, au lieu de développement urbain « durable », les aménagements qui se succèdent, du Nord au Sud du pays, confirment plutôt des choix qui renouent durablement avec les pratiques de « l’urbanisme de masse ». Ainsi, même si, avec une volonté affirmée de concrétisation du développement durable, les pouvoirs publics  tentent d’améliorer le niveau de la dimension sociale en investissant des budgets colossaux pour combler le déficit en logements et en infrastructures ; ils occultent, en revanche, les questions liées à la durabilité en matière d’urbanisme et de construction, et les enjeux sociaux et environnementaux qu’elle soulève.

En effet, s’intéresser à l’intégration des enjeux environnementaux et sociaux dans les pratiques urbaines revient implicitement à se préoccuper des questions relatives à l’urbanisme durable si on considère, comme l’estime Da Cunha A. (2007) que le rôle essentiel du concept d’urbanisme durable est de garantir la qualité de vie urbaine et d’exprimer une prise de conscience des risques sociaux et environnementaux qui pèsent sur l’espace urbain. Précisément, au-delà de la médiocrité du paysage tant dénoncée, il semble nécessaire de prendre conscience des effets néfastes, environnementaux mais également sociaux, d’une stratégie de développement qui peine à améliorer la qualité urbaine de l’existant voir même tend à la détériorer davantage en encourageant  une croissance urbaine démesurée.

Dans le contexte algérien, l’introduction du développement durable, en temps que concept, dans le champ opérationnel de l’aménagement et de la construction est très récente, et elle se matérialise, pour l’instant, plutôt par des réalisations ponctuelles à travers quelques projets, qui sont en cours, et pour la plupart, mises en œuvre dans le cadre du nouveau PDAU d’Alger, à l’horizon 2029, qui a pour objectif la promotion de la durabilité de l’espace urbain et pour slogan « Alger éco-métropole de la Méditerranée et ville jardin ». Cependant, ces réalisations semblent beaucoup relever d’une recherche de visibilité à travers des « effet d’annonce », (une sorte de projets « vitrines » du développement durable qui retiendrait le regard et détournerait l’attention des territoires urbains « ordinaires » et des centaines d’autres opérations en cours). Ces projets « pilotes » sont programmés par injonction des pouvoirs publics, concentrés au niveau de la capitale, et de quelques autres grandes villes (comme à Constantine avec le projet du quartier d’El Menia, présenté comme un éco-quartier), ou à l’échelle du bâtiment, comme avec les 600 logements HPE. C’est toujours l’approche « top-down », qui est privilégiée, puisque les acteurs locaux ne sont pas sollicités dans le processus décisionnel en matière de programmation urbaine. Cette logique où « l’amont régit l’aval » (F.N. Bouchanine, 2004) ne s’inspire pas vraiment de l’esprit du développement durable, qui prône, au contraire, la participation des citoyens dans les décisions relatives à leur milieu de vie.

L’intérêt récent des pouvoirs publics pour le lancement de projets d’aménagement et d’habitat affichant de nouvelles ambitions en matière de développement durable semble donc plus relevé d’une volonté de reproduction de « modèles » urbains présentés comme « durables » qui a lieu au Maghreb (P.A. Barthel, L. Zaki, 2011), que d’une réelle prise de conscience des risques sociaux et environnementaux qui pèsent sur l’espace urbain. Pourtant, d’un autre coté, cet intérêt nouveau peut aussi être considéré comme une brèche qui s’ouvre dans le circuit jusque là très fermé de la production urbaine en Algérie. Il pourrait, dés lors, s’avérer opportun de saisir cette ouverture pour (re)lancer le débat, car les  opérations d’aménagements en Algérie comme d’ailleurs dans d’autres pays du Sud de la Méditerranée, sont proclamés comme « durables » alors même qu’il n’existent aucun système de contrôle, d’évaluation ou de certification du concept (L. Zaki et P.A. Barthel (2011). Bien que sous le vocable de « durables » se retrouvent des expériences très diverses en fonction des approches nationales de développement durable [C. Emelianoff, 2007  explique que, par exemples, les pays scandinaves et de la dorsale européenne ont développé des approches centrées sur les questions énergétiques ; les uns à cause des enjeux climatiques (Scandinavie, Royaume-Uni, Danemark, Pays-Bas) les autres de la rareté du sol (pays alpins), les pays euro-méditerranéens accordent eux plus d’attention au thème de la qualité de vie; l’accent est donc mis sur les espaces publics, le patri­moine, l’identité des lieux], il n’en demeure pas moins que leur mise en œuvre et leurs enjeux, dans tous les cas, remettent en question les modes de fabrication urbaine.

Dans le cas algérien, où les modes de fabrication urbaine en cours depuis plusieurs décennies, ont largement montré leurs limites, il s’agirait d’entrainer une prise de conscience collective sur la nécessité de trouver des traductions opérationnelles pour impulser un changement grâce à une nouvelle conception de la manière d’agir dans et sur l’espace urbain, introduisant de nouvelles pratiques basées sur des relations de concertation, de complémentarité et de respect entre toutes les composantes du milieu urbain afin de remédier à une situation urbaine diagnostiquée comme critique depuis de nombreuses années et qui ne cesse de s’aggraver…

Pour citer ce billet : «Aménagement urbain durable en Algérie : une nécessaire prise de conscience  » par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 11 juin 2017        Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1195

 

A Alger, 2ème séminaire sur l’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment

Alors que le secteur du batiment représente plus de 40 % de la consommation d’énergie de l’Algérie, l’amélioration de l’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment constitue un enjeu majeur,  l’ADEME (Agence Française de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) et l’APRUE (Agence algérienne pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie) ont organisé conjointement à l’Ecole supérieure des affaires (ESA)- Alger le 25 avril 2017, le deuxième séminaire sur l’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment et ont signé, en marge de cette manifestation, leur 4e accord triennal de coopération pour la période 2017-2020. Cet accord sera centré autour de l’efficacité énergétique dans le bâtiment,et aura pour axes de la collaboration à court et moyen terme de :

Inauguration de la « ville nouvelle » de Sidi Abdallah : un « modèle » urbanistique?

sidi-abdallah

Une vue de Sidi Abdallah Source APS (Algérie Presse Service)

La première tranche de la “nouvelle ville” de Sidi Abdellah, a été inaugurée le 11 décembre 2016, par les plus hautes autorités de l’Etat. Situé à 25 km d’Alger, et s’étendant sur une superficie de 7.000 ha, dont 3.000 ha urbanisables et 4.000 ha d’espace protégés, ce projet est sensé disposer de toutes les commodités en matière d’éducation, de santé et de loisirs. Il doit même constituer à l’avenir un «  modèle » pour les nouvelles villes algériennes. C’est, du moins, ce qu’affirme la présentation officielle qui ne tarit pas d’éloges pour ce projet, dont elle souligne même l’orientation en tant que ville “verte” répondant aux « normes internationales » en matière d’écologie.

Cependant, s’il est prévu que des panneaux photovoltaïques soient installés pour l’éclairage public, que contrairement à ce qui se pratiquait auparavant, les cités doivent désormais disposer des commodités nécessaires tels les établissements scolaires, crèches, commerces de proximité, prestations bancaires, postales etc… espaces verts, jardins et espaces de jeux et de loisirs (c’est du moins ce qui est annoncé), et que concernant la propreté des cités, un plan de collecte des ordures a été élaboré ; il n’en demeure pas moins que la production reste très standardisée. Les organismes chargés du contrôle et du suivi préfèrent ici aussi reconduire des modes constructifs et des conceptions ayant fait leurs preuves, et se méfient des innovations qui risquent de compromettre l’avancement des travaux. Sur les 45000 logements prévus à terme (jusqu’en 2018), c’est une première tranche de plus de 3000 logements qui doit être livrée ces jours-ci et le moins que l’on puisse dire, c’est que la prise en compte des réalités socio-environnementales apparait plutôt marginale.

En effet, les considérations d’ordre écologique commencent à peine à faire  officiellement partie des critères de mise en œuvre dans la construction publique de logements (pour les logements HPE voir billet https://ruralm.hypotheses.org/62), et les considérations d’ordre social restent figées dans la vision  du  “tout logement, au plus tôt”, avec une percée de la notion vague de « qualité ». De plus,  on peut se poser des questions sur la pertinence de la création de « villes nouvelles » (ou ce qui est présenté comme tel) alors qu’il y  tant à faire pour gérer et  améliorer le cadre de vie dans les villes existantes, d’autant plus que cette « ville nouvelle », de même que celle de Bouinan d’ailleurs (voir le billet https://ruralm.hypotheses.org/93 ), est située aux portes d’Alger et qu’il est prévu de la doter d’équipements très importants (un pôle santé comportant des technologies de pointe, un pôle  pharmaceutique et biotechnologique, et un pôle universitaire universitaires de 22 000 places pédagogiques ; sont en cours de réalisation), ce qui pose la question de fond de la contradiction avec les orientations du SNAT 2030 et ses objectifs affichés concernant le rééquilibrage territorial et la  déconcentration de la bande Nord. Il semble, au contraire, qu’en pratique, on ne cesse de renforcer l’attractivité de la capitale avec des projets d’envergure.

En tous cas, pour l’instant, au-delà des effets d’annonce, ce projet, dont la livraison totale est prévue pour 2018,  n’apparait pas vraiment différent et s’inscrit plutot dans la lignée des autres projets d’urbanisme de masse en cours de réalisation à la périphérie des grandes villes. Reste à voir comment les choses vont évoluer et comment les habitants vont s’approprier ce nouvel espace urbanisé, qui, de toutes façons, est venu grignoter un peu plus de terrain naturel et accentuer encore l’étalement de la métropole algéroise…

Pour citer ce billet : “Inauguration de la « ville nouvelle » de Sidi Abdallah : un « modèle » urbanistique?”    par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 19 décembre 2016                                         Lien :https://ruralm.hypotheses.org/1113