A propos Keira Bachar

Après un parcours professionnel d'architecte, chargée de conception, dans une société publique de construction, d'architecture et d'urbanisme, un master 2 puis un parcours doctoral m'ont ouvert les portes du monde de la recherche, que je continue à explorer ...

Démarche éco-responsable pour la nouvelle Aérogare de l’Aéroport International d’Alger

Vue sur la nouvelle Aérogare
Photo Source : APS (Algérie Presse Service)

La nouvelle Aérogare de l’Aéroport International Haouri Boumediene d’Alger  est entrée en service lundi 29 avril 2019. Cette nouvelle infrastructure, dont les travaux ont débuté en octobre 2014, a été conçue par un bureau d’études britannique et réalisée par une société chinoise.   Implantée sur un terrain de 73 ha, elle a une capacité de 10 millions de passagers par an et  une superficie construite de 200 000 m².

Au-delà des ambitions affichées telles que:  répondre à une meilleure organisation des dessertes, améliorer la qualité des services ou encore devenir un hub aérien qui sera une connexion entre l’Afrique et l’Europe, cette réalisation prend en compte des préoccupations d’ordre écologique.  Cela est mis en avant dans la présentation (voir par exemple :http://www.aps.dz/economie/88767-la-nouvelle-aerogare-d-alger-une-realisation-d-envergure-aux-ambitions-mondiales qui annonce une série de mesures en faveur de la protection de l’environnement en expliquant que la nouvelle aérogare, construite « conformément aux standards internationaux », répond aux normes d’efficacité énergétique et de préservation de l’environnement  avec une structure réfléchie pour que son impact sur l’environnement soit minimal.

Elle est dotée de puits de lumière naturelle pour diminuer la consommation électrique, de réservoirs collecteurs au niveau de la toiture pour récupérer les eaux pluviales qui seront ensuite utilisées notamment  pour l’arrosage des espaces verts et de climatiseurs qui régulent la température à hauteur de 4 mètres pour économiser l’énergie. De plus, des dessertes ferroviaires relient désormais l’aéroport international à la gare d’Agha au centre-ville d’Alger, ce qui devrait inciter les voyageurs et les visiteurs à utiliser ce mode de transport en commun et réduire de fait le trafic routier de et vers l’aéroport.

Meme si l’aéroport d’Alger n’est pas certifié (pour l’instant) par le programme Airport Carbon Accreditation (ACA)*, les mesures prises dans la conception de cette aérogare constituent néanmoins un premier pas vers un développement plus attentif et soucieux de réduire  les impacts néfastes sur le milieu, liés aux activités aéroportuaires (émissions provenant des bâtiments et des infrastructures, des transports de et vers les aéroports, des mouvements  des avions au sol, des réfrigérants etc…) .

Les actions engagées au niveau de la nouvelle aérogare  ouvrent ainsi de nouvelles perspectives pour le secteur aéroportuaire en Algérie, en matière d’efficacité énergétique, d’économie de ressources non renouvelables et de protection de l’environnement ; sachant que selon les experts du GIEC (Le Groupe  intergouvernemental sur l’évolution du climat), l’aviation représenterait 2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre et que les opérations aéroportuaires représentent jusqu’à 5% de ce pourcentage .

*Le programme ACA est un programme global de certification institutionnellement reconnu, pour la gestion des émissions carbone des aéroports. Il a été lancé en 2009 et comporte quatre niveaux de certification couvrant toutes les étapes de la gestion des émissions dans les aéroports: identification, réduction, optimisation et neutralité. Selon ONU Changements climatiques infos, Il y a 12 aéroports en Afrique (dont deux au Maroc : Marrakech Menara Airport et Casablanca Mohammed V International Airport) certifiés à l’un des quatre niveaux de l’Airport Carbon Accreditation, 41 en Asie-Pacifique, 118 en Europe, 8 en Amérique latine et dans les Caraïbes et 34 en Amérique du Nord.

Pour citer ce billet : « Démarche éco-responsable pour la nouvelle Aérogare de l’Aéroport International d’Alger » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 02 Mai 2019     lien :https://ruralm.hypotheses.org/1594

appel à candidature pour la 2e édition des « Trophées de l’Adaptation au Changement Climatique en Méditerranée »

L’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), appuyée par ses partenaires méditerranéens Union pour la Méditerranée (Upm), Plan Bleu, Agence des Villes et des Territoires Méditerranéens durables (AViTeM), lance la 2e édition des « Trophées de l’Adaptation au Changement Climatique en Méditerranée », pour récompenser les meilleures actions en matière d’adaptation.

Date d’ouverture des Trophées : 22 novembre 2018 Date de clôture : 20 mars 2019 Réunion des jurys : mars 2019 Auditions des nominés : avril 2019 Remise des trophées : fin mai 2019 : ECCA (Lisbonne – Portugal) ou fin juin 2019 : Sommet des deux rives (Marseille – France).

Ce concours s’adresse aux acteurs des territoires qui sont inclus dans l’aire bioclimatique méditerranéenne :

  • Collectivité territoriale
  • Agence nationale
  • Université publique
  • ONG en association avec un acteur public local
  • Entreprises, acteurs du secteur privé en association avec un acteur public local

Pour en savoir plus et télécharger la présentation des Trophées en français, en anglais et en arabe : https://www.medadapt-awards.com/

Appel à communication pour les 21èmes Rencontres Internationales en Urbanisme de l’APERAU – STRASBOURG 2019

Les 21èmes Rencontres internationales en urbanisme de l’APERAU se dérouleront du 16 au 21 juin 2019 à Strasbourg. Organisées par la Faculté de Géographie et d’Aménagement de l’Université de Strasbourg, l’Institut de Géo-Aménagement et d’Urbanisme (IGéAU) et le Laboratoire Image, Ville, Environnement (LIVE), cette édition aura pour thème : Métropoles au XXIe siècle : Coupures – coutures – soudures : comment (re)faire la ville ?

Date limite de réception des propositions : le lundi 21 janvier 2019.

Pour en savoir plus: https://aperau2019.sciencesconf.org/

Appel à communication pour le colloque international: « Les dynamiques des recompositions des espaces et de la vie quotidienne dans le processus des urbanisations récentes « 

L’Institut de Gestion des Techniques Urbaines GTU de l’Université Larbi Ben M’hidi,
Oum El Bouaghi (Algérie) en collaboration avec le laboratoire de recherche RNAMS
Organise le 21 et le 22 octobre 2019 un colloque international sur le thème:
« Les dynamiques des recompositions des espaces et de la vie quotidienne
dans le processus des urbanisations récentes »
Aperçu de l’argumentaire:
En 2009, l’Institut de Gestion des Techniques Urbaines,de l’Université Larbi Ben M’hidi, a organisé un séminaire international sur la manière de faire la ville, le but étant de cerner les processus de construction et de reconfiguration du territoire urbain, pour bien comprendre la ville et bien la penser pour demain . Aujourd’hui, l’Institut veut renouer avec cette expérience en envisageant d’organiser un colloque international dont la problématique s’inscrit dans le sillage de l’argumentaire de l’événement en question , celui
-ci ayant suscité des débats nourris de discussions prolixes mais guère achevées, parce qu’il reste beaucoup à dire , dans un contexte de profondes mutations, étant donné l’ampleur des dynamiques des recompositions spatiales, sociales et sociétales. Car, par –
delà le foisonnement des sujets abordés, et qui n’ont point négligé les préoccupations de l’heure, il n’en demeure pas moins que la référence à l’espace de la vie quotidienne demande encore plus d’attention, celui-ci constituant un primat dans le processus des urbanisations récentes (Belguidoum, 2008)…….
  • Axe 1 : Croissance urbaine et dynamique des territoires
  • Axe 2 : Inégalités socio-spatiales et politiques urbaines
  • Axe 3 : Espaces publics : appropriations, usages, sociabilités, conflits et dysfonctionnements
  • Axe 4 : Débidonvillisation et relogement : nouvelles territorialités, nouvelles identités
  • Axe 5 : Services, commerces, distribution de biens, mobilité, centres et centralités
  • Axe 6 : Environnement, résilience et territoires urbains
Échéancier:
Date limite de réception des propositions de communication : 06 fevrier 2019
Notification d’acceptation des propositions aux auteurs : 06 mars 2019
Date limite de réception des textes définitifs: 06 juin 2019
Notification d’acceptation des textes définitifs: 06 juillet 2019
  • Les propositions de communication et les fiches de participation sont à envoyer impérativement par courrier électronique à l’adresse suivante : colloque.gtu.oeb.2019@gmail.com
  • Lieu du déroulement du colloque: Université Larbi Ben M’hidi, route de Constantine, Oum El Bouaghi, 04000, Algérie.Tél/fax : (213)032 56 34 78

Pour en savoir plus et lire l’argumentaire en entier: ID13540_Appel_colloque oum el bouaghi_2019

Appel à contribution pour un ouvrage collectif : « Oran : mutations sociales et dynamiques urbaines »

Résumé

« L’idée d’un ouvrage sur Oran répond à un besoin évident. Agglomération millionnaire, ville métropole, deuxième ville d’Algérie en nombre d’habitants, ville méditerranéenne par excellence, son essor, son dynamisme et ses mutations interrogent à plus d’un titre. Expression des mutations de la société algérienne, Oran peut être considéré comme un laboratoire des changements sociaux. »

Sans prétendre à l’exhaustivité, l’ouvrage, grâce à la diversité des thèmes présentés, apportera des savoirs nouveaux sur une ville qui s’invente en se projetant dans l’avenir.

Contributions possibles:

  • Le tissu urbain : les distributions socio-spatiales dans la ville
  • La gouvernance urbaine et les enjeux du pouvoir local
  • Vie quotidienne: modes de vie, inscription dans l’espace et dans le temps des pratiques sociales, les loisirs et le temps libre.
  • Les groupes sociaux dans la ville
  • Mixité sociale et les quartiers de l’entre soi (gentrification et quartiers populaires)
  • Les ambiances urbaines et les pratiques de l’espace public
  • L’action collective (les associations, les mouvements sociaux, les luttes urbaines)
  • Les mobilités dans la ville, et leurs différentes échelles (déplacements quotidiens, pratiques des espaces publics, itinéraires et pérégrinations urbaines, et pratiques migratoires)
  • L’architecture et l’urbanisme comme référentiel urbain, impacts sur les modes de vie et les représentations de la ville. La question de la patrimonialisation.
  • Les cultures urbaines (Musique, théâtre, littérature, vie culturelle …)
  • Urbanité et mémoires citadines
  • Le sport (les clubs de foot et les supporters)

Calendrier :

  • Date limite d’arrivée des textes : 30 décembre 2018

  • Avant de soumettre un texte pour évaluation, il est possible d’envoyer une proposition d’article (de 300 à 400 mots).
  • Évaluation des textes : février 2019
  • Retour des textes finalisés : avril 2019
  • Sortie de l’ouvrage : juin 2019

Soumission des articles:

Simultanément aux adresses des coordonnateurs :

Belkacem Benzenine : benzenine(at)hotmail.com

Said Belguidoum : saidbelguidoum(at)gmail.com

Pour lire l’argumentaire et en savoir plus cliquez sur : https://calenda.org/486841   ou  appel_a_contribution_pour_un_ouvrage_collectif

Quelques chiffres autour de l’évolution de la population urbaine en Algérie

     A l’instar de la plupart des pays du monde, le phénomène urbain a pris en Algérie, au cours des dernières décennies,  une ampleur considérable. Le taux d’urbanisation qui était de l’ordre de 13,9 % en 1886 est passé à 21,99% en 1936 pour atteindre 25.05% en 1954, le taux d’accroissement annuel était alors inférieur à 3 % mais il a atteint 4.8 % en 1966. L’accroissement de la population urbaine [1] durant cette période s’est effectué en deux phases dont la première 1954-1962 s’est caractérisée par la désertion des campagnes, durant la guerre de libération nationale, due à la politique de regroupement et à la création de zones interdites par  l’administration coloniale. La seconde phase, de 1962-1966, au lendemain de l’indépendance a entrainé une ruée extraordinaire de ruraux vers les villes désertées par les Européens (O.N.S. – Office National des Statitiques-, 2011*). Cet accroissement s’est confirmé durant les décennies suivantes puisque  le taux d’urbanisation sur le territoire national est passé de 31,4% en 1966 à 58,3% en 1998, il était de l’ordre de 66% en 2008,  d’après les résultats du cinquième Recensement Général de la Population et de l’Habitat -RGHP -2008  (depuis l’indépendance cinq Recensements Généraux de la Population et de l’Habitat ont été réalisés (1966, 1977, 1987, 1998 et 2008).

Selon l’O.N.S.* (2011), la population urbaine a toujours crû à des taux supérieurs à ceux de l’accroissement naturel sous l’effet de l’exode rural et du phénomène de reclassement. En effet, entre 1998 et 2008, 55,7% seulement du croît de la population urbaine est dû à l’accroissement naturel de la population alors que les 44,3% restant sont dus à la migration et au reclassement des agglomérations. La progression des grandes villes de plus de 100 000 habitants a pratiquement doublé tous les 10 ans, entre 1977 et 1998, tandis que les conditions économiques et sécuritaires défavorables qu’a connues l’Algérie pendant la décennie 1987-1998 ont encouragé la population à se cantonner dans les centres urbains les plus proches des campagnes ; ce qui a provoqué une forte urbanisation des agglomérations de petites tailles en général et en particulier celles dont la taille est comprise entre 10 000 et 20 000 habitants.

Le taux de croissance de la population agglomérée demeure très fort (2.89% en moyenne par an) en dépit du ralentissement observé depuis 1977 alors que celui de la population rurale a continué sa chute pour atteindre un taux négatif durant la dernière décennie (-0.46%).

Les grandes villes |2] et particulièrement leurs espaces périphériques connaissent des croissances de plus en plus fortes présageant l’apparition d’un phénomène de « suburbanisation » (ce qui est déjà le cas pour la capitale Alger, par exemple), tandis que les villes moyennes (de 50 000 à 100 000 habitants), destination de substitution aux grandes villes, enregistrent une croissance accélérée et que les petites villes (de 20 000 et 50 000 habitants)  continuent à attirer les populations des zones rurales et des agglomérations urbaines de petites tailles. Les perspectives de croissance des villes algériennes (et méditerranéennes) ne font que préfigurer une aggravation de problèmes actuels déjà inquiétants : une consommation foncière excessive (artificialisation des sols, perte irréversible de terres arables); une accélération de la dégradation du patrimoine bâti; une pollution des nappes phréatiques; une gestion des déchets inefficace; et des effets cumulatifs de tous ces facteurs sur les milieux et la santé des populations (Plan Bleu 2012).

           L’urbanisation accélérée s’accompagne déjà d’une demande massive de logements et d’infrastructures tandis que les problèmes de gestion urbaine sont récurrents ; et la situation risque de se compliquer encore plus à l’avenir. En effet,  d’après le site de l’Office National des Statistiques (O.N.S.), au 1er janvier 2018, la population résidente totale en Algérie a atteint 42,2 millions d’habitants, et plus de 70% de cette population est urbaine, alors que ce taux devrait atteindre les 85% à l’horizon 2050, comme le montre le graphique ci-dessus (source : ONU- World Urbanization Prospects 2018). Dés lors, des questions telles que celles relatives à la participation des citoyens et plus largement de la société civile (entreprises, associations, etc.) à la définition des besoins, ou celles relatives aux formes que pourraient prendre l’implication des citadins dans la gestion urbaine et/ou le développement local de leurs villes, sont plus que jamais posées…

[1] Les notions d’urbain et de rural peuvent recouvrir des réalités différentes selon les pays), en Algérie, les critères retenus par l’O.N.S.* pour définir le milieu urbain sont les suivants :

  • Un seuil minimum d’habitants fixé à 5000 : une réalité proprement urbaine peut difficilement apparaître en Algérie au dessous de ce chiffre.
  • L’activité économique : On estime que la caractéristique fondamentale d’une ville est que les personnes actives qui y vivent n’exercent pas d’activités agricoles ou du moins dans une très faible proportion (moins de 25 % du total)
  • Les Conditions obligatoires :
  1.                                                     – Raccordement au réseau d’A.E.P.
  2.                                                     – Raccordement au réseau d’Electricité
  3.                                                     – Raccordement au réseau d’Assainissement

          4-   Les conditions complémentaires : trois parmi les cinq suivantes :

  1.                 – L’existence d’un hôpital ou polyclinique
  2.                 – L’existence d’un lycée ou d’un collège d’enseignement moyen
  3.                 – L’existence d’équipements socioculturels (crèches, maisons de jeunes,..)
  4.                – L’existence d’infrastructures de sports et de loisirs (stades, parcs d’attractions, cinémas, théâtres …)
  5.              – L’existence d’équipements administratifs (bureaux de poste, tribunal, certaines administrations …)

[2]  Selon l’article 3 de la loi 06-06 du 20 février 2006 portant loi d’orientation de la ville, il est entendu par Ville : « toute agglomération urbaine ayant une taille de population et disposant de fonctions administratives, économiques, sociales et culturelles ».

* O.N.S. (Office National des Statistiques), 2011   « Armature urbaine – 5ème Recensement Général de la Population et de l’Habitat -2008 – Résultats issus de l’exploitation exhaustive »     214 p. Collections Statistiques N° 163/2011   

Pour citer ce billet : «Quelques chiffres autour de l’évolution de la population urbaine en Algérie » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 02 Octobre 2018     lien:https://ruralm.hypotheses.org/1415

Appel à contribution pour le colloque : « Le Sahara, territoire fragile et convoité »

Appel à contribution pour le colloque «  Le Sahara, territoire fragile et convoité  » organisé à Tozeur (Tunisie) du 20 au 22 fevrier 2019.

Résumé:

« L’évolution de l’urbanisation et de ses paysages induits dans les zones désertiques de beaucoup de pays du Sud a conduit, dans les dernières années, à de nouvelles formes de territorialisation de l’action publique et de la gouvernance à travers lesquelles les agglomérations sahariennes ont pu affirmer un positionnement souvent mitigé. Aujourd’hui, l’action publique en matière d’aménagement et de développement urbains dans ces territoires fragiles et convoités connaît des mutations sensibles notamment dans les pays du Maghreb. Occupés par une population locale en difficulté économique, le développement, dans ces espaces sous contraintes et précaires, représente, aujourd’hui, une problématique à part entière. En effet, avec un potentiel en termes d’aménités naturelles et culturelles, l’environnement humain et les écosystèmes oasiens sont confrontés à un ensemble de facteurs liés à la modification des pratiques de gestion traditionnelles, à des stratégies de patrimonialisation et de mise en tourisme souvent incontrôlées. »

Calendrier:

  • 15 Octobre : date limite d’envoi des propositions
  • 20 octobre 2018 : Réponse du comité scientifique du colloque : refus/acceptation ; communication classique/poster/participation à une table ronde.
  • 30 Janvier 2019 : envoi des textes complets (30 000 caractères espaces compris maximum)
  • 15 février : Dépôt en ligne du programme du colloque
  • 20-22 Février 2019 : colloque
  • Octobre 2019 : publication dans un ouvrage collectif des textes sélectionnés du colloque.

Pour en savoir plus: https://calenda.org/463829

Colloque international: « Aménagement et développement des territoires: Entre gouvernance, dynamiques économiques et protection de l’environnement « 

L’Université Badji Mokhtar – Annaba – Algérie, la Faculté des sciences de la terre, le Département d’Aménagement et  le Laboratoire de Recherche « Analyses Urbaines et Environnementales »  organisent  le Colloque International: « Aménagement et développement des territoires : Entre gouvernance, dynamiques économiques
et protection de l’environnement »
prévu à Annaba  le 11, 12 et 13 Novembre 2018.

Objectifs du colloque :
– Revisiter les notions de Gouvernance, de Territoire et de développement pour
percevoir les nouvelles entrées enregistrées dans ces domaines et capitaliser les
résultats des travaux scientifiques et des expériences de différents acteurs (chercheurs,
acteurs de développement, société civile, collectivités territoriales,… etc.)
– Appréhender et examiner les dynamiques nouvelles, à la fois économiques, sociales et
environnementales indispensables au développement des territoires.
– Enregistrer et synthétiser les dernières évolutions sur les modes de coopération entre
acteurs en termes de coordinations, de partenariats sur des expériences territoriales

Principaux thèmes du colloque :
Axe 1: les inégalités sociospatiales et l’aménagement.
Axe 2: Politiques publiques et coordination entre acteurs.
Axe 3: Économie sociale et solidaire et le développement local.
Axe 4: Décentralisation et développement territorial.
Axe 5: La gouvernance territoriale et développement local.
Axe 6: Les dynamiques économiques d’un développement territorial.
Axe 7: Tourisme, attractivité et protection de l’environnement.
Axe 8: Rôle de la société civile dans la gouvernance territoriale.

Pour en savoir plus sur le calendrier et lire l’argumentaire: http://www.univ-annaba.dz/relations-exterieures/manifestations-scientifiques/manifestation-nationale/item/687-colloque-international-am%C3%A9nagement-et-d%C3%A9veloppement-des-territoires-entre-gouvernance,-dynamiques-%C3%A9conomiques-et-protection-de-l%E2%80%99environnement

ou cliquer : COLLOQUE_ANNABA_2018_Appel__communication-web_4

Appel à contribution pour la revue « Insaniyat » : « Participation citoyenne et habitante : quel apport au développement social et urbain ? »

Dans le cadre de sa politique éditoriale, la revue Insaniyat, (revue algérienne d’Anthropologie et de Sciences Sociales) lance un appel à contribution sur la thématique de la participation citoyenne et habitante au développement social et urbain. Cet intérêt pour la participation, sous ses différentes acceptions théoriques et déclinaisons pratiques correspond au besoin qui se fait sentir depuis quelques années de rendre visible un certain nombre de travaux universitaires et d’expériences de terrain non documentées réalisées dans le contexte national ….

La participation, a constitué en quelque sorte le point d’achoppement de toutes les entreprises de mise en relation problématique de l’entre-deux entre la logique d’une action publique excessivement centralisée d’une part et des logiques de fonctionnement fragmentaires des populations locales d’autre part. Elle constitue de ce fait un puissant révélateur de la nature du lien social et politique qui se construit dans notre pays.

Le propos de ce numéro thématique est de présenter un tableau plus ou moins exhaustif de la manière dont a été prise en charge cette question à partir des questionnements généraux issus des débats internationaux sur la question.

Dans cet ordre d’idées, cette publication propose d’articuler les contributions des auteurs autour des trois questionnements suivants :

  1. Comment se présente le travail de déconstruction et/ou de reconstruction de la problématique de la participation citoyenne et habitante, à l’aune de l’évolution des débats internationaux et régionaux sur la question ? Comment se présente cette question à la lumière de retours d’expériences, d’évaluation de la mise en œuvre de projets affichant explicitement ou implicitement leur caractère participatif ? Et quels sont les lieux, institutions, projets où se déploient les démarches participatives aux différentes échelles territoriales ?
  2. Existe-t-il de « bonnes pratiques » participatives et, le cas échéant, peut-on montrer dans quelles conditions elles ont pu « prendre » dans les systèmes de jeux d’acteurs locaux ? Dans quelle mesure la mise en œuvre des démarches participatives a contribué à améliorer l’efficacité de l’action publique, dans ses volets de production de plus de qualité urbaine à des moindres coûts sociaux, économiques et politiques ? Est-il envisageable d’identifier la nature du savoir-faire que l’on peut tirer des expériences participatives ?
  3. Quelle est la part allouée à la participation dans la conception et la réalisation des projets de développement social et urbain en Algérie ? Dans quelle mesure cela est faisable, et dans quelles conditions conceptuelles et méthodologiques ? Comment cerner objectivement la nature des contraintes à la participation : contraintes politiques, institutionnelles, organisationnelles et culturelles ? Est-il envisageable de discuter, d’un point de vue opérationnel et technique, de la manière selon laquelle on pourrait impulser des méthodes plus concertées et collaboratives dans les actes de fabrication de l’urbain ?
  • Coordonnateurs du numéro:  Madani Safar-Zitoun  et Mariam Chabou-Othmani
  • Délai de soumission des articles: 30 septembre 2018
  • Les propositions d’articles doivent être envoyées conformément à la note aux auteurs de la revue   Insaniyat : https://insaniyat.crasc.dz/index.php/fr/notes-aux-auteurs

Pour en savoir plus et télécharger l’appel à contribution : https://insaniyat.crasc.dz/index.php/fr/insaniyat/appels-%C3%A0-contribution/1723-participation-citoyenne-et-habitante-quel-apport-au-d%C3%A9veloppement-social-et-urbain-2 ou http://www.crasc.dz/index.php/fr/

Le projet “Alger, Smart City”

« Alger, Smart City» est le nouveau slogan  qui succède  (ou complète ?) celui d’ « Alger, éco-métropole » lancé au début des années 2010.

C’est un projet géré par la wilaya d’Alger qui est sensé s’appuyer sur l’utilisation et  l’exploitation des technologies de l’information pour gérer les bases de données de et sur la ville, dans le but d’optimiser la gestion opérationnelle urbaine, afin d’améliorer  la qualité de vie de ses citoyens.

Dans le cadre de ce projet, initié en 2017, deux laboratoires « fablab » (ateliers de fabrication numérique) destinés aux startups et aux étudiants porteurs de solutions innovantes ont été mis en place, début 2018 dans des locaux situés au niveau des voûtes d’Alger. Un fablab est un laboratoire de fabrication mettant à disposition un arsenal de machines et d’outils pour la conception et la réalisation de prototypes (passer du concept au prototype) afin de tester les solutions innovantes touchants aux domaines piliers d’une ville intelligente (mobilité, environnement, économie locale).

En même temps, un sommet international  » Smart Cities Global Technology & Investment Summit 2018 » (http://www.wilaya-alger.dz/fr/sommet-mondial-smart-cities-organise-par-smart-city-alger-pour-evaluer-les-dernieres-technologies-et-strategies-dinvestissement/ ) est prévu au CIC Alger (Centre International de Conférences Alger), les 27 et 28 juin 2018, et pour lequel quelques 4000 participants nationaux et internationaux dans les domaines des technologies modernes et des startups sont annoncés

Dans un pays où les questions urbanistiques sont marginalisées et où il semble toujours aussi difficile d’apporter des solutions aux problèmes, nombreux et variés, auxquels est confrontée la quasi-totalité des villes et plus particulièrement Alger, on peut néanmoins noter une certaine facilité en matière de communication et d’utilisation de références et de concepts internationaux « en vogue »…..

Pour citer ce billet : « Le projet “Alger, Smart City » » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 15 avril 2018     lien https://ruralm.hypotheses.org/1284