A propos Keira Bachar

Après un parcours professionnel d'architecte, chargée de conception, dans une société publique de construction, d'architecture et d'urbanisme, un master 2 puis un parcours doctoral m'ont ouvert les portes du monde de la recherche, que je continue à explorer ...

Quelques chiffres autour de l’évolution de la population urbaine en Algérie

A l’instar de la plupart des pays du monde, le phénomène urbain a pris en Algérie, au cours des dernières décennies,  une ampleur considérable. Le taux d’urbanisation qui était de l’ordre de 13,9 % en 1886 est passé à 21,99% en 1936 pour atteindre 25.05% en 1954, le taux d’accroissement annuel était alors inférieur à 3 % mais il a atteint 4.8 % en 1966. L’accroissement de la population urbaine durant cette période s’est effectué en deux phases dont la première 1954-1962 s’est caractérisée par la désertion des campagnes, durant la guerre de libération nationale, due à la politique de regroupement et à la création de zones interdites par  l’administration coloniale. La seconde phase, de 1962-1966, au lendemain de l’indépendance a entrainé une ruée extraordinaire de ruraux vers les villes désertées par les Européens (O.N.S. – Office National des Statitiques-, 2011). Cet accroissement s’est confirmé durant les décennies suivantes puisque  le taux d’urbanisation sur le territoire national est passé de 31,4% en 1966 à 58,3% en 1998, il était de l’ordre de 66% en 2008,  d’après les résultats du cinquième recensement général de la population et de l’habitat RGHP -2008  (depuis l’indépendance cinq Recensements Généraux de la Population et de l’Habitat ont été réalisés (1966, 1977, 1987, 1998 et 2008).

Selon l’O.N.S. (2011), la population urbaine a toujours crû à des taux supérieurs à ceux de l’accroissement naturel sous l’effet de l’exode rural et du phénomène de reclassement. En effet, entre 1998 et 2008, 55,7% seulement du croît de la population urbaine est dû à l’accroissement naturel de la population alors que les 44,3% restant sont dus à la migration et au reclassement des agglomérations. La progression des grandes villes de plus de 100 000 habitants a pratiquement doublé tous les 10 ans, entre 1977 et 1998, tandis que les conditions économiques et sécuritaires défavorables qu’a connues l’Algérie pendant la décennie 1987-1998 ont encouragé la population à se cantonner dans les centres urbains les plus proches des campagnes ; ce qui a provoqué une forte urbanisation des agglomérations de petites tailles en général et en particulier celles dont la taille est comprise entre 10 000 et 20 000 habitants.

Le taux de croissance de la population agglomérée demeure très fort (2.89% en moyenne par an) en dépit du ralentissement observé depuis 1977 alors que celui de la population rurale a continué sa chute pour atteindre un taux négatif durant la dernière décennie (-0.46%).

Les grandes villes et particulièrement leurs espaces périphériques connaissent des croissances de plus en plus fortes présageant l’apparition d’un phénomène de « suburbanisation » (ce qui est déjà le cas pour la capitale Alger, par exemple), tandis que les villes moyennes (de 50 000 à 100 000 habitants), destination de substitution aux grandes villes, enregistrent une croissance accélérée et que les petites villes (de 20 000 et 50 000 habitants)  continuent à attirer les populations des zones rurales et des agglomérations urbaines de petites tailles. Les perspectives de croissance des villes algériennes (et méditerranéennes) ne font que préfigurer une aggravation de problèmes actuels déjà inquiétants : une consommation foncière excessive (artificialisation des sols, perte irréversible de terres arables); une accélération de la dégradation du patrimoine bâti; une pollution des nappes phréatiques; une gestion des déchets inefficace; et des effets cumulatifs de tous ces facteurs sur les milieux et la santé des populations (Plan Bleu 2012).

L’urbanisation accélérée s’accompagne déjà d’une demande massive de logements et d’infrastructures tandis que les problèmes de gestion urbaine sont récurrents ; et la situation risque de se compliquer encore plus à l’avenir. En effet,  d’après le site de l’Office National des Statistiques (O.N.S.), au 1er janvier 2018, la population résidente totale en Algérie a atteint 42,2 millions d’habitants, et plus de 70% de cette population est urbaine, alors que ce taux devrait atteindre les 85% à l’horizon 2050, comme le montre le graphique ci-dessus (source : ONU- World Urbanization Prospects 2018). Dés lors, des questions telles que celles relatives à la participation des citoyens et plus largement de la société civile (entreprises, associations, etc.) à la définition des besoins, ou celles relatives aux formes que pourraient prendre l’implication des citadins dans la gestion urbaine et/ou le développement local de leurs villes, sont plus que jamais posées…

Pour citer ce billet : «Quelques chiffres autour de l’évolution de la population urbaine en Algérie » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 02 Octobre 2018     lien:https://ruralm.hypotheses.org/1415

Appel à contribution pour le colloque : « Le Sahara, territoire fragile et convoité »

Appel à contribution pour le colloque «  Le Sahara, territoire fragile et convoité  » organisé à Tozeur (Tunisie) du 20 au 22 fevrier 2019.

Résumé:

« L’évolution de l’urbanisation et de ses paysages induits dans les zones désertiques de beaucoup de pays du Sud a conduit, dans les dernières années, à de nouvelles formes de territorialisation de l’action publique et de la gouvernance à travers lesquelles les agglomérations sahariennes ont pu affirmer un positionnement souvent mitigé. Aujourd’hui, l’action publique en matière d’aménagement et de développement urbains dans ces territoires fragiles et convoités connaît des mutations sensibles notamment dans les pays du Maghreb. Occupés par une population locale en difficulté économique, le développement, dans ces espaces sous contraintes et précaires, représente, aujourd’hui, une problématique à part entière. En effet, avec un potentiel en termes d’aménités naturelles et culturelles, l’environnement humain et les écosystèmes oasiens sont confrontés à un ensemble de facteurs liés à la modification des pratiques de gestion traditionnelles, à des stratégies de patrimonialisation et de mise en tourisme souvent incontrôlées. »

Calendrier:

  • 15 Octobre : date limite d’envoi des propositions
  • 20 octobre 2018 : Réponse du comité scientifique du colloque : refus/acceptation ; communication classique/poster/participation à une table ronde.
  • 30 Janvier 2019 : envoi des textes complets (30 000 caractères espaces compris maximum)
  • 15 février : Dépôt en ligne du programme du colloque
  • 20-22 Février 2019 : colloque
  • Octobre 2019 : publication dans un ouvrage collectif des textes sélectionnés du colloque.

Pour en savoir plus: https://calenda.org/463829

Colloque international: « Aménagement et développement des territoires: Entre gouvernance, dynamiques économiques et protection de l’environnement « 

L’Université Badji Mokhtar – Annaba – Algérie, la Faculté des sciences de la terre, le Département d’Aménagement et  le Laboratoire de Recherche « Analyses Urbaines et Environnementales »  organisent  le Colloque International: « Aménagement et développement des territoires : Entre gouvernance, dynamiques économiques
et protection de l’environnement »
prévu à Annaba  le 11, 12 et 13 Novembre 2018.

Objectifs du colloque :
– Revisiter les notions de Gouvernance, de Territoire et de développement pour
percevoir les nouvelles entrées enregistrées dans ces domaines et capitaliser les
résultats des travaux scientifiques et des expériences de différents acteurs (chercheurs,
acteurs de développement, société civile, collectivités territoriales,… etc.)
– Appréhender et examiner les dynamiques nouvelles, à la fois économiques, sociales et
environnementales indispensables au développement des territoires.
– Enregistrer et synthétiser les dernières évolutions sur les modes de coopération entre
acteurs en termes de coordinations, de partenariats sur des expériences territoriales

Principaux thèmes du colloque :
Axe 1: les inégalités sociospatiales et l’aménagement.
Axe 2: Politiques publiques et coordination entre acteurs.
Axe 3: Économie sociale et solidaire et le développement local.
Axe 4: Décentralisation et développement territorial.
Axe 5: La gouvernance territoriale et développement local.
Axe 6: Les dynamiques économiques d’un développement territorial.
Axe 7: Tourisme, attractivité et protection de l’environnement.
Axe 8: Rôle de la société civile dans la gouvernance territoriale.

Pour en savoir plus sur le calendrier et lire l’argumentaire: http://www.univ-annaba.dz/relations-exterieures/manifestations-scientifiques/manifestation-nationale/item/687-colloque-international-am%C3%A9nagement-et-d%C3%A9veloppement-des-territoires-entre-gouvernance,-dynamiques-%C3%A9conomiques-et-protection-de-l%E2%80%99environnement

ou cliquer : COLLOQUE_ANNABA_2018_Appel__communication-web_4

Appel à contribution pour la revue « Insaniyat » : « Participation citoyenne et habitante : quel apport au développement social et urbain ? »

Dans le cadre de sa politique éditoriale, la revue Insaniyat, (revue algérienne d’Anthropologie et de Sciences Sociales) lance un appel à contribution sur la thématique de la participation citoyenne et habitante au développement social et urbain. Cet intérêt pour la participation, sous ses différentes acceptions théoriques et déclinaisons pratiques correspond au besoin qui se fait sentir depuis quelques années de rendre visible un certain nombre de travaux universitaires et d’expériences de terrain non documentées réalisées dans le contexte national ….

La participation, a constitué en quelque sorte le point d’achoppement de toutes les entreprises de mise en relation problématique de l’entre-deux entre la logique d’une action publique excessivement centralisée d’une part et des logiques de fonctionnement fragmentaires des populations locales d’autre part. Elle constitue de ce fait un puissant révélateur de la nature du lien social et politique qui se construit dans notre pays.

Le propos de ce numéro thématique est de présenter un tableau plus ou moins exhaustif de la manière dont a été prise en charge cette question à partir des questionnements généraux issus des débats internationaux sur la question.

Dans cet ordre d’idées, cette publication propose d’articuler les contributions des auteurs autour des trois questionnements suivants :

  1. Comment se présente le travail de déconstruction et/ou de reconstruction de la problématique de la participation citoyenne et habitante, à l’aune de l’évolution des débats internationaux et régionaux sur la question ? Comment se présente cette question à la lumière de retours d’expériences, d’évaluation de la mise en œuvre de projets affichant explicitement ou implicitement leur caractère participatif ? Et quels sont les lieux, institutions, projets où se déploient les démarches participatives aux différentes échelles territoriales ?
  2. Existe-t-il de « bonnes pratiques » participatives et, le cas échéant, peut-on montrer dans quelles conditions elles ont pu « prendre » dans les systèmes de jeux d’acteurs locaux ? Dans quelle mesure la mise en œuvre des démarches participatives a contribué à améliorer l’efficacité de l’action publique, dans ses volets de production de plus de qualité urbaine à des moindres coûts sociaux, économiques et politiques ? Est-il envisageable d’identifier la nature du savoir-faire que l’on peut tirer des expériences participatives ?
  3. Quelle est la part allouée à la participation dans la conception et la réalisation des projets de développement social et urbain en Algérie ? Dans quelle mesure cela est faisable, et dans quelles conditions conceptuelles et méthodologiques ? Comment cerner objectivement la nature des contraintes à la participation : contraintes politiques, institutionnelles, organisationnelles et culturelles ? Est-il envisageable de discuter, d’un point de vue opérationnel et technique, de la manière selon laquelle on pourrait impulser des méthodes plus concertées et collaboratives dans les actes de fabrication de l’urbain ?
  • Coordonnateurs du numéro:  Madani Safar-Zitoun  et Mariam Chabou-Othmani
  • Délai de soumission des articles: 30 septembre 2018
  • Les propositions d’articles doivent être envoyées conformément à la note aux auteurs de la revue   Insaniyat : https://insaniyat.crasc.dz/index.php/fr/notes-aux-auteurs

Pour en savoir plus et télécharger l’appel à contribution : https://insaniyat.crasc.dz/index.php/fr/insaniyat/appels-%C3%A0-contribution/1723-participation-citoyenne-et-habitante-quel-apport-au-d%C3%A9veloppement-social-et-urbain-2 ou http://www.crasc.dz/index.php/fr/

Le projet “Alger, Smart City”

« Alger, Smart City» est le nouveau slogan  qui succède  (ou complète ?) celui d’ « Alger, éco-métropole » lancé au début des années 2010.

C’est un projet géré par la wilaya d’Alger qui est sensé s’appuyer sur l’utilisation et  l’exploitation des technologies de l’information pour gérer les bases de données de et sur la ville, dans le but d’optimiser la gestion opérationnelle urbaine, afin d’améliorer  la qualité de vie de ses citoyens.

Dans le cadre de ce projet, initié en 2017, deux laboratoires « fablab » (ateliers de fabrication numérique) destinés aux startups et aux étudiants porteurs de solutions innovantes ont été mis en place, début 2018 dans des locaux situés au niveau des voûtes d’Alger. Un fablab est un laboratoire de fabrication mettant à disposition un arsenal de machines et d’outils pour la conception et la réalisation de prototypes (passer du concept au prototype) afin de tester les solutions innovantes touchants aux domaines piliers d’une ville intelligente (mobilité, environnement, économie locale).

En même temps un sommet international  » Smart Cities Global Technology & Investment Summit 2018 » (http://www.wilaya-alger.dz/fr/sommet-mondial-smart-cities-organise-par-smart-city-alger-pour-evaluer-les-dernieres-technologies-et-strategies-dinvestissement/ ) est prévu au CIC Alger (Centre International de Conférences Alger), les 27et 28 juin 2018, et pour lequel quelques 4000 participants nationaux et internationaux dans les domaines des technologies modernes et des startups sont annoncés

Dans un pays où les questions urbanistiques sont marginalisées et où il semble toujours aussi difficile d’apporter des solutions aux problèmes, nombreux et variés, auxquels sont confrontés la quasi-totalité des villes et plus particulièrement Alger, il faut néanmoins relever une certaine facilité en matière de communication et d’utilisation de références et de concepts internationaux « en vogue »…..

Pour citer ce billet : « Le projet “Alger, Smart City » » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 15 avril 2018     lien https://ruralm.hypotheses.org/1284

Appel à contribution pour le colloque international « La ville moyenne. Quel rôle dans le contexte de la Métropolisation » à Tunis

L’unité de recherche « Régionalisation, Développement Régional et Urbain » organise un colloque international sur le thème : « La ville moyenne. Quel rôle dans le contexte de la Métropolisation ». Du 18 au 20 octobre 2018 à la Faculté des sciences Humaines et Sociales de Tunis ( Tunisie) .

Résumé:

Bien le phénomène de métropolisation où la grande ville confirme sa primauté et son rôle hégémonique, la ville moyenne reste un niveau très adéquat pour comprendre le fonctionnement d’un territoire. Elle demeure une catégorie de villes d’intérêt important quant aux yeux du gouvernement dans sa région qu’a ceux de la plupart des chercheurs travaillant sur les problématiques relatives aux systèmes urbains et aux constructions territoriales.

Axes d’intervention (aperçu):

La diversité des questionnements relatifs à la ville moyenne autorise des démarches différenciées : des monographies, des analyses thématiques, des approches diachroniques, des approches comparatives…

Le colloque sera un cadre pour :

  • Etablir un bilan des acquis et des questions en suspens relatifs à la ville moyenne ;
  • Réunir des scientifiques de différentes disciplines et de différents points de vue pour réfléchir sur la pertinence du concept et sa portée opératoire ;
  • Présenter des résultats de recherches et des avancées sur certains aspects de la question. Le champ d’intervention est pluridisciplinaire…

Calendrier et modalités de participation

  • 31/03/2018 : Dernier délai d’envoi des résumés
  • 30/04/2018 : Dernier délai de notification d’acceptation des résumés.
  • 10/09/2018 : Dernier délai d’envoi du texte final de la communication

Les résumés ne doivent pas dépasser les 500 mots (y compris les mots clés), écrits sur « Word »,en Times New Roman, caractère12 et seront adressés au coordinateur scientifique du Colloque : seddikfazai@gmail.com

Pour en savoir plus :  http://www.ens.rnu.tn/publication/16262?lang=en   ou   http://calenda.org/424652

Appel à contribution pour le colloque international « Smart cities » à Constantine

Le laboratoire « de l’architecture à l’urbanisme. Technique, espace et société » (LAUTES), de l‘Université de Constantine 3 (Algérie) organise un colloque international sur le thème des « Smart cities »  les  6/7/8 Novembre 2018 à Constantine.

Résumé:

Ce colloque, organisé par le laboratoire « de l’architecture à l’urbanisme. Technique, espace et société » (AUTES), nourri du croisement de regards et de disciplines, se veut une confrontation coopérative pour construire une vision collective inédite et multi-acteurs (entre opérateurs, urbanistes, architectes, aménageurs, chefs d’entreprises, usagers…) entre les praticiens de l’urbain.

Argumentaire (extrait):

Deux thèmes dépendant directement des mutations des villes vont structurer la réflexion sur le futur de celles-ci, et qui va évoluer vers l’affirmation d’une nouvelle tendance des villes.

D’une part, « l’explosion urbaine », cette locution pour désigner la très forte accélération de l’urbanisation dans le monde se manifeste par un accroissement de la population urbaine, une augmentation des tailles des villes et une mutation des activités de celles-ci. D’autre part « la nouvelle révolution des NTlCs » qui constitue un enjeu important pour l’avenir des villes et mettant  en avant la smart city, qui se manifeste par la ville techno-centrée ou celle qui s’appuie sur les NTICs pour atteindre une plus grande efficacité de gestion.

Ces deux phénomènes sont, depuis quelques années, à l’origine de la réflexion sur la création des villes intelligentes. Tout en alimentant les discours politiques et scientifiques, ces smart-cities sont devenues le centre d’intérêt de bien des chercheurs scientifiques, faiseurs de la ville ….

Dates importantes:

  • Date limite de soumission des résumés : 10 Avril 2018.
  • Date limite de notification d’acceptation des résumés: 10 Mai 2018.
  • Date limite de soumission des textes et posters : 10 Aout 2018.
  • Date limite de décisions finales et notification aux auteurs : 31 août 2017.
  • Date du colloque : le 6/7/8 Novembre 2018.

Modalités de soumission des propositions:

Sous forme de communication ou  de poster, les propositions doivent être rédigées en français (langue officielle du colloque), en anglais ou en arabe et doivent être adressées à:

  • labo.autes@gmail.com
  • colloque.smartcity@gmail.com

Pour en savoir plus : https://calenda.org/437054ou cliquez sur le fichier colloque_18_3_

« Jalons pour une sociologie des ingénieurs au Maghreb » et « Propriété et société en Algérie contemporaine. Quelles approches ? »

Deux ouvrages publiés sur OpenEdition Books, collection Livres de l’IREMAM, disponibles en libre accés :

Présentation:

La propriété au sens large englobe aussi bien des droits, des relations que des façons d’occuper un espace en le faisant sien. Elle est une porte d’entrée privilégiée pour saisir les mutations de la société algérienne contemporaine. Cela n’a pas échappé aux chercheurs depuis le XIXe siècle. Dans des contextes scientifiques et idéologiques très différents, les rapports entre propriété et société en Algérie sont même sans cesse remis sur le métier. Plusieurs disciplines – parmi lesquelles le droit, l’histoire et la géographie, l’économie, la sociologie ou l’anthropologie – s’y sont penchées à tour de rôle, empruntant et se répondant les unes aux autres. Depuis une trentaine d’années, cependant, les occasions de croiser les approches sur ce thème – à propos de l’Algérie tout particulièrement – se font plus rares, sans que le besoin n’ait disparu pour autant. Les contributions du présent ouvrage s’inscrivent dans ce renouvellement permanent et visent au dialogue entre les disciplines. Elles déconstruisent des discours coloniaux ou postcoloniaux, nous plonge au cœur de processus d’appropriation. Elles donnent à voir des ruptures et des continuités inattendues dans les relations de propriété.

Consultable en libre accés sur : http://books.openedition.org/iremam/3323

Présentation:

La propriété au sens large englobe aussi bien des droits, des relations que des façons d’occuper un espace en le faisant sien. Elle est une porte d’entrée privilégiée pour saisir les mutations de la société algérienne contemporaine. Cela n’a pas échappé aux chercheurs depuis le XIXe siècle. Dans des contextes scientifiques et idéologiques très différents, les rapports entre propriété et société en Algérie sont même sans cesse remis sur le métier. Plusieurs disciplines – parmi lesquelles le droit, l’histoire et la géographie, l’économie, la sociologie ou l’anthropologie – s’y sont penchées à tour de rôle, empruntant et se répondant les unes aux autres. Depuis une trentaine d’années, cependant, les occasions de croiser les approches sur ce thème – à propos de l’Algérie tout particulièrement – se font plus rares, sans que le besoin n’ait disparu pour autant. Les contributions du présent ouvrage s’inscrivent dans ce renouvellement permanent et visent au dialogue entre les disciplines. Elles déconstruisent des discours coloniaux ou postcoloniaux, nous plonge au cœur de processus d’appropriation. Elles donnent à voir des ruptures et des continuités inattendues dans les relations de propriété.

Consultable en libre accés sur :http://books.openedition.org/iremam/3614

Journée nationale de la ville : un séminaire et des annonces

Cette année, la journée nationale de la ville a été plus (re)marquée que d’habitude puisqu’une rencontre nationale sur le thème « la ville algérienne face aux enjeux et défis du développement durable » a été organisée le 20 février 2018 par le Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville (MHUV), au Centre International des Conférences – CIC à Alger.

L’invité d’honneur était l’architecte-urbaniste Christian de Portzamparc, distingué par plusieurs prix (Equerre d’argent, Prix Pritzker, Grand Prix de l’urbanisme) et lauréat du concours pour le futur Parlement algérien.

Une session plénière et  quatre ateliers sur des thématiques désormais  incontournables du développement urbain durable ont été organisés,  à savoir:

  • «Politique de la ville : le cadre juridique face aux nouveaux enjeux et défis» ;
  • «Gestion intégrée de la ville : vers une bonne gouvernance urbaine» ;
  • «Ville intelligente, écologique et résiliente : concepts et faisabilité» et
  • «Economie urbaine : management et mécanismes de financement pour le développement durable des villes».

Au-delà des travaux de ces ateliers dont il serait utile de rendre public les conclusions et les recommandations, il semble intéressant de revenir sur deux annonces qui ont été faites :

–  La première concerne la révision de la loi n°90-29 relative à l’aménagement et l’urbanisme, votée en 1990, il y a donc près de trente ans et qui introduisait les instruments d’urbanisme, PDAU et POS, toujours en vigueur. Si leur mise en œuvre a été  difficile dès le départ, étant donné (entre autres) la grave crise économico-sécuritaire qu’à connue le pays au cours de la décennie 90 ; avec le temps, leur application sur le terrain ne s’est pas avérée plus simple. En effet, ces instruments, sensés organisés l’espace urbain, apparaissent  de plus en plus dépassés par l’ampleur et la complexité des réalités auxquelles sont confrontées les villes algériennes.

–  La seconde annonce est relative à la création d’une École Nationale d’Ingénieurs de la Ville. Ce serait une première en Algérie, et même si on ne sait pas encore quelles seront les modalités de fonctionnement de cette école, c’est néanmoins un signal de la reconnaissance par les pouvoirs publics de l’importance de la formation dans ce domaine (voir par exemple le  billet  https://ruralm.hypotheses.org/1208 )

Si on ne peut préjuger de l’impact réel positif (ou pas) de ces deux mesures sur l’amélioration des conditions de vie urbaine et du cadre bâti, on peut cependant imaginer (si les annonces sont suivis d’effets)  qu’elles apporteront  un souffle nouveau. Elles pourront (peut-être) aider à faire bouger les choses en matière de développement urbain pour tenter d’organiser (enfin) de manière plus significative et concrète, l’action d’aménagement à travers des pratiques et des modes de fabrication urbains, renouvelés, plus soucieux des conséquences économiques, sociales et environnementales à court, moyen et long terme.

Il est permis d’y croire puisque des dates ont été avancées : au cours de son intervention le Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville a fait savoir que son secteur est actuellement en train de réviser la loi sur l’aménagement et l’urbanisme  tandis que le Ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire a indiqué que l’Ecole des Ingénieurs de la Ville serait mise en service à partir de septembre 2018 …. A suivre donc….

Pour citer ce billet: «Journée nationale de la ville : une rencontre et des annonces » par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.    le 21 février 2018     lien: https://ruralm.hypotheses.org/1265

Appel à contribution pour la revue Remmm : « Cimetières et tombes à la croisée du religieux, du politique et de l’urbain »

La « Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée » (Remmm) lance un appel à contributions pour son numéro intitulé « Cimetières et tombes à la croisée du religieux, du politique et de l’urbain« ;  Projet de publication proposé par Sepideh Parsapajouh et Mathieu Terrier.

Résumé

Les cimetières et les sépultures constituent un objet privilégié des sciences humaines et sociales. L’anthropologie a toujours accordé une importance majeure aux pratiques et aux espaces funéraires comme témoins des invariants humains et des particularismes culturels (M. Godelier, 2015). L’archéologie, l’épigraphie et la science historique trouvent dans les cimetières et les sépultures des sources matérielles d’information sur la vie des plus anciennes sociétés, leurs changements politiques, économiques et moraux. Pour les sciences religieuses, ces objets s’inscrivent dans des systèmes de pensée et d’action qui leur donnent sens et qu’ils documentent en retour. Pour la philosophie et la sociologie modernes, les cimetières peuvent être vus comme des « hétérotopies » (M. Foucault, 1967), des lieux « inscrits dans l’espace-temps d’une existence alternative, à la fois matérielle et imaginaire » (J.-D. Urbain, 2010).

Objectif du numéro de la REMMM :

La problématique générale portera sur l’imbrication et le poids relatif des enjeux religieux, politiques et urbains dans le devenir des espaces voués aux morts, à travers les contextes différenciés des mondes musulmans. Comment l’État, la religion et la ville se partagent-ils le pouvoir sur les morts et les relations des vivants avec eux ? Quel est le rôle respectif des autorités religieuses (muftîfaqîh), des pouvoirs publics et des visiteurs dans la gestion des cimetières et des tombes ? Comment les espaces funéraires focalisent-ils et reflètent-ils les tensions entre les représentations religieuses, les idéologies politiques et les problématiques urbaines ?

Axes thématiques:

Axe -1- : Problématiques urbaines et spatiales

Axe -2- : Culture religieuse et enjeux rituels

Axe -2- : Conflits et enjeux politiques

Calendrier

Les propositions d’article (4 000 signes maximum), accompagnées d’un court CV, sont à envoyer avant le 1er Avril 2018 à Sepideh Parsapajouh <sepideh.parsapajouh@gmail.com>.

Les auteurs seront contactés au cours du mois suivant. Les articles, rédigés en français ou en anglais et d’un volume maximal de 45 000 signes, doivent être soumis au plus tard le 30 Septembre 2018.

Pour lire l’argumentaire et en savoir plus : http://calenda.org/430120   ou http://journals.openedition.org/remmm/10026