Retour sur une référence devenue incontournable au Nord comme au Sud : Le développement urbain durable

Des problèmes urbains existent dans les pays du Nord comme dans ceux du Sud, et la recherche d’un développement plus durable est aujourd’hui une référence incontournable à l’échelle planétaire, pourtant, si les concepts et les objectifs du développement durable sont par nature universels, leur application ne peut-être que différenciée en fonction des terrains étudiés, et l’ordre des priorités du développement durable au sein des pays à faible revenus ou moins développés se différencie de celui souvent privilégié dans les pays riches, les dimensions humaines et économiques constituent des enjeux cruciaux qui occultent encore, en partie, les préoccupations environnementales (B. Boidin ; 2004),

Ainsi, en Europe, de nouvelles règles, normes et labels régissent désormais la construction et l’urbanisme; en Amérique du Nord, c’est la recherche de la maîtrise de l’étalement urbain qui domine le débat et dans les pays dits « en développement » la recherche du développement économique l’emporte souvent sur la dimension sociale tandis que la dimension environnementale est quasi-absente malgré son importance pour la santé et le bien-être des populations.

En Europe 

En Europe, dès 1990, parait le Livre Vert sur l’environnement urbain, et c’est dans son prolongement que la Commission Européenne en collaboration avec le Groupe d’Experts Européens[1] sur l’Environnement a initié, en 1993, le projet « Villes Durables Européennes »,  qui a encouragé une réflexion approfondie sur la durabilité dans les établissements humains européens. Le Rapport (1996), principal résultat concret de ce projet, a pour thème central l’application des mécanismes et outils nécessaires à sa mise en œuvre, ainsi que la synthèse et la diffusion des enseignement du concept de durabilité en zone urbaine, à travers toute l’Europe, et la détermination des enseignements de la Campagne des villes européennes durables, dont la première conférence se tient en 1994, à Aalborg, au Danemark, avec pour issue l’élaboration de la Charte des Villes Européennes pour la Durabilité ou Charte d’Aalborg, qui se décline en plusieurs points et insiste sur le potentiel et le pouvoir des villes de résoudre un certain nombre de problèmes écologiques et sociaux et les incite à se réapproprier un projet politique.  Par la signature de cette charte et son adoption en Conseil Municipal, les villes européennes qui participent à cette Campagne, s’engagent à soutenir la programme de l’Action 21 et à élaborer des plans d’action globaux à moyen et long terme en vue de garantir la durabilités des villes européennes (campagne des villes européennes durables, documents clés 1994-99). La ratification de cette Charte affirme également la volonté des villes de se joindre au réseau européen et d’user de leur pouvoir pour promouvoir des stratégies de développement durable s’adaptant à leurs contextes et situations propres.

La Campagne se poursuit par la deuxième conférence qui a lieu à Lisbonne en 1996, puis par les conférences régionales de Turku, Sofia, La Haye et Séville entre 1998 et 2000 qui prennent en compte les spécificités géographiques des pays participants, et enfin la conférence de Hanovre, en Allemagne en Février 2000.  A chaque fois les propositions sont complétées ou précisées.

Dans ce sillage, de nombreuses initiatives voient le jour, en particulier en Europe du Nord, ou depuis plus d’une dizaine d’années, des quartiers « durables » s’édifient, intégrant les différentes dimensions du développement durable, et qui sont souvent implantés sur des sites en régénération urbaine, anciennes friches industrielles, portuaires ou militaires, ce qui illustre la volonté de renouvellement urbain, basée sur l’idée de « refaire la ville sur la ville », plutôt que d’en repousser les frontières, en investissant des espaces vierges ou agricoles. Ces quartiers représentent à la fois des terrains d’expérimentations pour des technologies innovantes, et une manière de concevoir l’urbanisme et l’architecture, intégrant de nouvelles préoccupations.

Ces opérations, que l’on peut qualifier de «réalisations pilotes», semblent jouer un rôle démonstratif, et ouvrir la voie mais elles ne sont que l’un des aspects de la ville durable, la notion étant beaucoup plus large et complexe, incluant tous les enjeux relatifs à la gestion de l’existant en intégrant aux paramètres économiques, des objectifs environnementaux mais aussi sociaux. De nombreux auteurs ont ainsi souligné les contradictions qui sous-tendent la notion de ville durable, qui cherche à concilier des tendances parfois antagonistes.Cependant, aujourd’hui, certaines tendances se confirment, ainsi des quartiers dits « durables » sont en construction ou en programmation dans toute l’Europe, il semble même qu’un courant nommé « Urbanisme Durable » soit né. Comme l’explique C. Emelianoff (2007),  l’Urbanisme Durable est essentiellement expérimental, l’importance des contextes et des cultures locales n’autorise pas une grille de lecture unique, mais on peut penser qu’un tournant urbanistique est amorcé, caractérisé par un habitat et un urbanisme à basse émission. Au nom de la rationalité écologique, de nouvelles règles, normes et labels, sont introduits dans la construction, tandis que la compacité, la densité, la mixité fonctionnelle et la mobilité douce véhiculent les préoccupations énergétiques dans l’urbanisme, tout en fabriquant des environnements plus conviviaux et en intégrant la nature au maximum.

Les enjeux sociaux et culturels, et la recherche de la mixité sociale constitue également les fondements de l’urbanisme durable, pourtant la durabilité écologique domine encore souvent la durabilité sociale, c’est pourquoi, l’enjeu d’un urbanisme durable réside moins dans la réalisation de quartiers pilotes que dans la gestion de l’existant, les choix politiques privilégiant rarement la remise à niveau d’environnements pauvres ou la réhabilitation des tissus existants. De même, le danger est d’assimiler les enjeux de la durabilité à de nouveaux défis techniques, qui ne peuvent suffire à changer les comportements des habitants, dont les modes de vie, de consommation, les choix citadins, déterminent bien plus sûrement l’avenir urbain (C. Emelianoff, 2007).

En Amérique du Nord 

En Amérique du Nord, les problématiques de développement durable portées par des courants comme le  « New urbanism » sont venues se greffer sur la préoccupation de l’étalement urbain, qui est largement partagée depuis plusieurs décennies, les associations environnementalistes étant nombreuses et puissantes.

Aux Etats-Unis, où le débat existe depuis  les années 1960-1970, mais aussi au Canada, une grande partie de la population réside dans l’espace suburbain, en particulier les couches aisées et moyennes, qui préfère s’éloigner de la ville compacte, synonyme de promiscuité et où sont majoritairement installées les minorités ethniques, pour des espaces aux densités plus faibles et plus proches de la nature. La croissance des villes selon un mode lâche et discontinu, est favorisée par une infrastructure routière et autoroutière performante et des contraintes limitées en matière d’affectation du sol à l’urbanisation, qui entraînent une importante consommation d’espace, pris sur les zones agricoles et les espaces naturels, pour satisfaire non seulement les besoins résidentiels mais aussi toutes les autres fonctions. L’accroissement des capacités de production et de consommation de biens et de services ayant engendré la multiplication d’espaces importants dédiés entre autre, aux commerces, services ou lieux de loisirs et de récréation. 

C’est pourquoi, comme l’explique J. Chevalier (2005 ; 2010), l’étalement urbain dénommé «urban sprawl » ou suburbanisation est l’un des éléments clé du débat concernant les problèmes urbains et environnementaux, et la manière dont la ville étasunienne ou canadienne s’est façonnée a toujours suscitée le développement d’une pensée critique. Progressivement s’est imposée l’idée d’un meilleur contrôle de la croissance spatiale en la conduisant de manière plus « raisonnée » ou « intelligente ». C’est ainsi que s’est constituée et homogénéisée, surtout durant la dernière décennie du 20ème siècle, une  réelle convergence autour des objectifs de « smart growth » ou croissance intelligente, qui cherche à mieux maîtriser l’expansion spatiale et à réduire les externalités environnementales négatives, à travers un modèle urbain plus compact, comportant des centralités plus variées, une offre diversifiée de transports et une mixité des fonctions.

Plusieurs états aux Etats-Unis et provinces au Canada, ont choisi de légiférer pour introduire des principes tendant d’une part à limiter ou contrôler l’expansion spatiale et d’autre part à promouvoir et reconquérir des territoires anciennement urbanisés. Ces législations insistent aussi sur la nécessaire prise en compte des espaces naturels et des terres agricoles ; toutefois, elles prennent des formes différentes selon les états et les résultats sont  inégaux, mais les progrès localisés sont indéniables. Cependant il n’y a toujours pas de solutions politiques et techniques de planification territoriale fiable et reproductible et il n’est pas assuré que le processus d’étalement ralentisse vraiment.

Parallèlement aux initiatives de « Smart growth » et parfois couplée avec elles, une autre perspective existe, celle de la « sustainability », que l’on peut traduire par « durabilité » ou « soutenabilité », faisant plus référence à la manière dont le développement durable est formulé depuis la conférence de Rio de Janeiro de 1992, et dans laquelle l’approche spatialiste n’est que l’une des dimensions. La « Sustainability » qui a pour origine le milieu des universités et de la recherche, ainsi que les objectifs de grandes associations environnementalistes, est transposée au monde urbain, sous les termes de « urban sustainability » ou « durabilité urbaine », qui a pour objectif de construire de nouveaux rapports entre ville et nature, en introduisant la nature en ville et en instaurant une gestion durable des ressources naturelles, en développant des stratégies et programmes concernant entre autres la pollution de l’air et de l’eau, les transports, la gestion et le recyclage de déchets,  l’économie d’énergie etc.…  

En même temps, ces initiatives de « smart growth » et/ou de « sustainability » mettent parfois en avant une recherche de moyens pour rendre la ville plus agréable, exprimé par le concept, beaucoup plus centré sur le bien-être humain de « livability » ou « agréablement vivable », ce qui permet de faire accepter plus facilement les changements pour la préservation de la nature et des ressources, et le contrôle de la croissance spatiale. 

La recherche d’un développement plus durable mobilise donc, puisqu’un flot de littérature et de rapports ont été établit depuis 1986, avant même le rapport de la Commission Brundtland (1987), ces divers écrits retranscrivent et commentent les nombreuses expériences faites pour avancer vers la durabilité que ce soit en terme d’éco-villages, de lois anti-pollutions ou autres initiatives. Une bibliographie de 1992, concernant les villes durables, contenait déjà plus de quatre-cents titres, dont un grand nombre de canadiens. Aux Etats-Unis, un Conseil de la Durabilité, comprenant 25 membres représentants du gouvernement, de l’industrie et des groupes environnementaux, a été crée dés 1993, et le Canada possède également un Conseil du Développement Durable (L. Blassingame ; 1998) .

Ainsi, en Amérique du Nord, même si le changement dans les mentalités tarde à s’effectuer, les populations demeurant très attachées à leur mode de vie, dépendant de l’automobile, et si le problème de la ségrégation entre populations aisées des périphéries et populations pauvres des villes-centres est toujours d’actualité, il n’en demeure pas moins que les initiatives de « smart growth », tentent de donner une réponse à la problématique de l’étalement et de la gestion de la croissance urbaine, et que la mise en pratique des objectifs du développement durable est recherchée, en particulier, à travers les politiques de « sustainability ».

Dans les pays du Sud 

Dans les pays  du  Sud, la problématique  est différente, car l’ambition des objectifs du développement durable, se trouve confrontée sur le terrain des pays en développement, à la difficulté d’améliorer simultanément et significativement le niveau de chaque dimension, la priorité étant souvent accordée au développement économique et social, au détriment de la dimension environnementale (D. Boidin ; 2004).

Paradoxalement, cette dimension environnementale et son amélioration sont un élément crucial pour le devenir des villes de ces pays. En effet, arriver à établir une qualité de vie citadine signifie à la fois préserver les ressources naturelles et le patrimoine bâti, mais également la santé des individus, la cohésion sociale et l’urbanité (J.C. Bolay, Y.Pedrazzini et A.Rabinovich ; 2000).

En Amérique Latine, par exemple, les effets des grands rendez-vous internationaux sur l’environnement et l’urbanisation, en particulier les sommets de Rio et d’Istanbul, se font sentir, tant sur le plan institutionnel que technique, par la mise en place de politiques nationales, régionales et locales et de plans d’action préservant les ressources naturelles et guidant les pouvoirs publics dans les priorités d’investissements en infrastructures urbaines. Cependant, la question demeure posée quant à l’application de telles politiques et de leur cohérence, d’où des initiatives proposant de passer d’une approche verticalisée (Top down Approch) à une appréhension des problèmes, centrée sur la demande sociale et une analyse de la capacité des habitants à faire face aux transformations (Bottom up Approch).

La situation est d’autant plus complexe que l’urbain dans les pays du Sud se bâtit pour une large partie en dehors du cadre délimité par les instances officielles. De larges pans de l’espace bâti sont produit par les résidents eux-mêmes, que ce soit pour leur logement familial ou pour ce qui a trait aux réseaux techniques : eau, assainissement, électricité, ou voirie. L’intervention des autorités publiques s’opère « après-coup » et doit tenir compte de la ville informelle. Cependant, de nombreux chercheurs tels que M. Bassand (2000) et son équipe de recherche-action sur le développement durable de la ville de Ho Chi Minh-Ville (Vietnam), expliquent depuis plus d’une décennie que nier la contribution conceptuelle et matérielle des groupes communautaires et repenser l’existant « en vase clos » aboutit systématiquement à l’échec.

Toutefois, F. Navez-Bouchanine (2002), relève que les innovations auxquelles on a pu assister depuis une vingtaine d’années, en ce qui a trait aux formes auto-gestionnaires ou participatives de planification et de développement de l’habitat et de la ville, ne doivent pas occulter le fait que la collectivité ou les pouvoirs publics, au niveau local, régional ou national, demeurent, malgré leurs carences et doivent demeurer, des acteurs prédominants et indispensables en terme de régulations. La reconstruction d’un lien social entre les acteurs institutionnels et les diverses catégories d’acteurs de la société civile ne pouvant se faire qu’en réintégrant l’acteur public dans ce qui devrait être sa fonction première : celle de gestionnaire commun. En effet, bien souvent les populations sont livrées à elles-mêmes, et leurs interventions spontanées, en l’absence de contrôle et de régulation publique, engendrent des situations qui tendent à devenir souvent ingérables et accentuent la dégradation du milieu urbain et naturel.

Cela est particulièrement vrai dans les villes du Sud de la Méditerranée où, comme l’indiquent plusieurs rapports et études du Plan Bleu, les villes, autrefois compactes se déploient aujourd’hui en « taches d’huile », sous forme tentaculaire. Cette extension est souvent (mais pas toujours) nourrit par l’habitat dit « spontané ». Selon les pays et les agglomérations 30 à 70% des citadins ne parviennent à construire leur logement qu’en recourant à des filières informelles pour l’achat de terrain à bâtir, ceci se traduit par un développement de friches sociales en périphérie et des conditions difficiles d’accès à l’eau, à l’assainissement et autres services de base. De plus, l’établissement de Schémas Directeurs d’Aménagement dans les villes du Sud de la Méditerranée est un outil qui s’est révélé peu efficace en raison du manque de moyens réglementaires et financiers pour les appliquer et surtout de la non-maitrise des ressources foncières, comme cela est le cas pour la plupart des villes maghrébines. Les spécificités du marché foncier, l’évolution des modes de vie, et l’absence d’une réelle stratégie de maîtrise du sol urbain expliquent les limites à l’intervention. C’est pourquoi, il serait préférable de privilégier les schémas d’orientation adaptés et évolutifs.

Déjà, en 2001, la CMDD (Commission  Méditerranéenne du Développement Durable) recommandait l’implication le plus en amont possible des différents acteurs de la société civile par l’établissement d’Agendas 21 locaux ou autres initiatives similaires tels que les Plans de Stratégie Urbaines. De même, dans le cadre de la recherche d’un développement qui se voudrait durable, M. Bassand et son équipe expliquait en 2000 qu’il fallait que se multiplient les points de rencontre entre dynamiques socio-politiques ascendantes et descendantes, c’est-à-dire que se généralisent les pratiques de démocratie locale, dans lesquelles la prise en compte des besoins des habitants sera effective, non seulement par principe mais parce qu’elle permet d’améliorer le contenu du projet urbain. Pourtant aujourd’hui encore, la question de l’implication des citadins dans la gestion urbaine et/ou le développement local des villes maghrébines, et la forme que pourrait prendre cette implication, demeure posée (Bannour M., 2006), à l’heure où ponctuellement plusieurs projets « vitrines » présentés comme « durables » sont mis en œuvre par les pouvoirs publics.

Conclusion 

En Europe et en Amérique du Nord, il semble que le concept de développement urbain durable tente d’intégrer dans les décisions et les processus d’aménagement,  la prise en compte des effets environnementaux néfastes engendrés par des  décennies de croissance économique et d’augmentation de la population urbaine, alors que les mentalités demeurent difficiles à changer en particulier en ce qui concerne l’intégration des enjeux sociaux.

Dans les pays du Sud, et au Maghreb en particulier, des pistes restent à trouver, au-delà des effets d’annonce et des projets « vitrines », d’une part, pour associer la dimension environnementale dans les processus de développement urbain afin d’améliorer la qualité de vie, tout en préservant les ressources naturelles et d’autre part,  pour établir une complémentarité entre gouvernance et participation citoyenne, afin de relever les nombreux défis sociaux.

Bibliographie 

BANNOUR  M.   Logique institutionnelle et logique citadine à l’œuvre dans les villes du Maghreb   Revue électronique    Urbamag  2     (21 décembre 2006)

BASSAND  M., NGOC DU  T., TARRADELLAS  J., CUNHA  A., BOLAY J. C.   Métropolisation, crise écologique et développement durable. L’eau et l’habitat précaire à Ho Chi Minh-Ville, Vietnam  Collection Science, Technique, Société.  Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 299 p.    (2000)

BLASSINGAME  L.   Sustainable cities : Oxymoron, Utopia ou inevitability ?  The Social Science Journal, Vol. 35, n°1, p.1-13,  (1998)

BOIDIN  B.   Développement humain, développement durable et « pays en développement » : Comment articuler et mesurer les différentes dimensions ? Revue Développement Durable et Territoires, mis en ligne  le 17 février 2004

BOLAY  J.C., PEDRAZZINI  Y., RABINOVITCH  A.   Quel sens au “développement durable” dans l’urbanisation du Tiers Monde ?  Les Annales de la Recherche  urbaine,       n° 86,  pp.77-84   (2000)

CE- Commission Européenne  Villes Durables Européennes, Rapport du Groupe d’Experts sur l’Environnement Urbain, Commission  Européenne, 242 p.  (1996)

CHEVALIER  J.   Les réponses à la problématique de l’étalement urbain en Amérique du Nord   Communication  au Colloque International de Sfax : « Les villes au défi du développement urbain : quelle maîtrise de l’étalement urbain et des ségrégations associées »  (24-25 novembre 2005)

COMMISSION MEDITERRANEENNE DU DEVELOPPEMENT DURABLE, CMDD, PLAN BLEU, PNUE, PAM   Plan d’Action pour la Méditerranée. Gestion des villes et Développement Durable en Méditerranée, 12p.   (novembre 2001)

CUNHA  A.   Transformations Urbaines et Urbanisme Durable, Vues sur la Ville, n° 17, 8p. Observatoire Universitaire de la Ville et de Développement Durable, Université de Lausanne, (Avril 2007)

DJELLOULI Y., EMELIANOFF C., BENNASR A., CHEVALIER J., 2010. L’étalement urbain : un processus incontrôlable ?  Rennes,  Presses Universitaires de Rennes, 258 p.

EMELIANOFF  C.   Les quartiers durables en Europe, un tournant urbanistique ? ,  URBIA   Les cahiers du développement urbain durable,   n°04   pp.11-30,    Institut de géographie, Université de Lausanne,   (juin 2007)

NAVEZ- BOUCHANINE  F. – Conclusion Générale-  in  DANSEREAU F., NAVEZ- BOUCHANINE F,    Gestion du développement urbain et stratégies résidentielles des habitants  Collection Villes et Entreprises, Editions L’Harmattan, Paris,   356p.     (2002)

PLAN BLEU, PNUE, PAM   Espaces urbains, L’Avenir en Méditerranée se jouera dans les villes  Les  Notes du Plan Bleu, Environnement et Développement en Méditerranée,     n°7, 4p. (septembre 2007)

[1] Organe indépendant, crée par la Commission Européenne en 1991, composé de représentants nationaux et d’experts de plusieurs pays européens

B.K.

Pour citer ce billet :  « Retour sur une référence devenue incontournable au Nord comme au Sud : Le développement urbain durable”     par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 26 avril 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/936#more-936


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.