Alejandro Aravena, un architecte, militant de l’équité sociale, reçoit le prix Pritzker 2016

La Fondation Hyatt vient de décerner ce 13 janvier 2016, le prix Pritzker à l’architecte chilien Alejandro Aravena, connu pour son travail tourné en particulier vers la construction de logements sociaux pour les plus démunis. Alejandro Aravena qui dirige l’agence Elemental depuis 2006, déclare vouloir construire de meilleurs quartiers afin que le « développement casse le cercle vicieux de l’inégalité« . Sa philosophie repose sur une utilisation de ressources limitées, en tentant de « faire plus avec les mêmes moyens ». L’architecte souhaite contribuer « à  élever le niveau de vie au Chili, en utilisant la ville comme une ressource illimitée pour construire l’égalité « . 

Le président de la Fondation Hyatt, Tom Pritzker, a expliqué : « Le jury a porté son choix sur un architecte  qui est un pionnier de la pratique collaborative, qui sait produire des architectures pleines de force, et relever les défis du XXIe siècle. Ses constructions participent à offrir des opportunités aux plus défavorisés, à atténuer les effets des catastrophes naturelles, à réduire la facture énergétique et à procurer des espaces publics accueillants. Innovant et inspirant, il nous montre comment l’architecture, à son meilleur niveau, peut améliorer la vie des gens ».

L’architecte entend « faire » et « prouver » plutôt que « théoriser », ainsi lorsqu’il s’est vu confier le projet de la  reconstruction de la ville de Constitución, détruite en 2010 par un tremblement de terre et un tsunami, Il affirmait, dans un entretien publié dans une revue chilienne : «A Constitución, nous avions ‘naturellement’ une pression sociale qui obligeait à avoir des réponses rapides. Le défi était de faire en sorte que l’urgence n’engendre pas la médiocrité mais soit, au contraire, une opportunité pour que les reconstructions constituent un saut en avant en matière de standard».

Une philosophie et un parcours à méditer, en particulier, dans nos pays du Maghreb, où l’urgence, la pression sociale, ou encore le manque de moyens sont souvent invoqués pour expliquer la  qualité très relatives des quartiers de relogement et des aménagements urbains en général. Pourtant, il semble qu’une bonne partie de l’explication soit ailleurs…. 

b.k

Pour citer ce billet :  “Alejandro Aravena, un architecte, militant de l’équité sociale, reçoit le prix Pritzker 2016”     par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 13 janvier 2016.      Lien:  http://ruralm.hypotheses.org/895


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.