Jean Jacques Deluz et Alger

J.J Deluz arrive à Alger en 1956, il travaille à l’Agence du Plan d’Alger avec Gerald Hanning à qui il succède en 1959. En 1963, il ouvre son propre bureau d’architecte, rue des Bananiers. En même temps, entre 1964 et 1988, il enseigne à l’EPAU d’Alger.

Il dit lui-même : «Alger est ma ville d’adoption. C’est celle que j’aime et que je connais plus que toutes les autres. Elle a été ma vie, avec les amertumes et les bonheurs qui en font le sel», pourtant, suite à la dégradation de la situation sécuritaire, il est contraint de la quitter en 1993. Cependant, l’attachement à sa ville est plus fort et il est de retour en 1997 pour continuer à y travailler: à concevoir mais aussi à écrire. Après avoir publié en 1988 « L’urbanisme et l’architecture d’Alger« , il publie en 2001, « Alger, chronique urbaine« , un livre dans lequel il décrit Alger telle qu’il l’a vue, telle qu’elle est mais également telle que les architectes et les urbanistes ont voulu qu’elle soit…

Il faut dire que dans ces écrits (entre autres  en 2008 :Fantasmes et réalités (réflexions sur l’architecture), et en 2009 : Le tout et le fragment ), J.J. Deluz n’a de cesse de traduire sa pensée architecturale et urbanistique, faite de respect pour le contexte et pour l’esprit du lieu; et d’indignation pour les incohérences des périphéries sans âmes, construites à la hâte, et composées de bâtiments à l’architecture stéréotypée. Modestement, il se défend de prôner une quelconque théorie et dit au contraire avoir  toujours été sceptique sur le bien-fondé de toutes les théories dans ce domaine, théories qui, tout en ayant des qualités de stimulation (mais aussi de stérilisation) sont à la clé de toutes les illusions et justifient tant d’erreurs, jusqu’à ce que d’autres théories les remplacent et entraînent à d’autres illusions et à d’autres erreurs. (…)

Les œuvres (écrites, dessinées, construites) transmises par cet Homme, naît en Suisse en 1930, qui se disait inspiré par Breughel le vieux, Bosch, Carpaccio, Max Ernst, et Diderot, Jarry, Breton, et Chopin, et Murnau, Bunuel, et Aalto, Gaudi et L’Alhambra de Grenade et le petit Trianon de Gabriel; qui était, à la fois, architecte, enseignant, écrivain, penseur, mais également peintre; et qui avait fait d’Alger où il s’est éteint en avril 2009, sa ville d’adoption; sont un héritage précieux, riche d’enseignements  à (re)découvrir et à méditer …

b.k.

Pour citer ce billet :  “Jean Jacques Deluz et Alger”     par   Keira Bachar.                         Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 7 décembre 2015.   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/859


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *