Université de Setif : Une rencontre scientifique sous le signe de  l’interdisciplinarité

 

DSC04332Le colloque organisé par l’Université Ferhat Abbes de Sétif (Algérie) en collaboration avec l’Université du Maine (Le Mans, France) et qui vient de se tenir du 27 au 29 octobre 2015, Sétif, était international mais également (et surtout) interdisciplinaire.                                                                                                 La salle de conférences  où s’est tenu le colloque                                                          Photo bachar k. octobre 2015

En effet, si les colloques relatifs à l’aménagement urbain sont nombreux, de même que ceux prenant pour thème la biologie et/ou l’écologie végétales, ils sont, en général organisé par leurs départements respectifs.

En revanche, il est plus rare de trouver un département de biologie et d’écologie végétales qui organise une rencontre relative à l’aménagement urbain, comme cela a été fait par l’équipe du colloque de Setif, d’où son intérêt à l’heure où des notions telles que l’interdisciplinarité, la transdisciplinarité ou encore la pluridisciplinarité engagent à intégrer à des degrés divers, plusieurs enseignements et/ou pratiques pour faire prévaloir l’échange, le dialogue et le débat dans un esprit d’ouverture, et en particulier dans les actions en faveur  d’un développement qui se voudrait « durable ».

C’est ce qui a tenté d’être fait au cours de ce colloque (dont on doit saluer les efforts des organisateurs). En effet, en plus de  la qualité des conférences des Professeurs- invités (télécharger  le programme ci-joint programme_final_colloque_2015), qui ont fait profiter l’assistance présente (relativement peu nombreuse par rapport aux milliers d’étudiants et d’enseignants que compte l’université) de leurs savoirs et de leur grande maîtrise de leurs domaines respectifs, le débat et l’échange de points de vue furent  particulièrement fructueux et enrichissants.

Spécialistes de l’aménagement urbains mais également biologistes, et écologues ont confrontés leurs hypothèses et conclusions de recherche, ce qui va contribuer, (on le souhaite du moins) à enrichir la réflexion, sur la question du décloisonnement des disciplines, en particulier en matière de développement urbain, qui ne peut faire l’économie d’une meilleure prise en compte de toutes les dimensions qu’elles soient techniques, économiques, sociales, ou environnementales. Et c’est une question qui concerne autant les pays du Nord que ceux du Sud, et en Algérie, elle se pose avec acuité dans la recherche et l’action urbaines, aussi bien pour les villes côtières que pour les villes sahariennes, mais également pour les villes steppiques (sur lesquelles portait ma présentation, télécharger le résumé : Résumé renaturation bk).

b.k.

Pour citer ce billet :   “Université de Setif : Une rencontre scientifique sous le signe de  l’interdisciplinarité”    par Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville  Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 31 octobre 2015.                                                     Lien : http://ruralm.hypotheses.org/781


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.