Une di(sso)lution et des questions…

Suite au remaniement partiel du gouvernement algérien effectué en mai 2015, inutile de chercher le nom du nouveau ministre  de l’aménagement du territoire et de l’environnement (MATE) : il n’y en a pas !

En effet, dans la liste, publiée par le communiqué de l’Agence de Presse Algérienne (APS) le 14 mai dernier, ce portefeuille ministériel, pourtant créé en grandes pompes au début des années 2000, a carrément disparu.

Ainsi,  l’aménagement du territoire se retrouve dans un tout nouveau Ministère de l’Aménagement du Territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, alors que l’environnement a été ajouté au ……ministère des ressources hydriques, devenu pour la circonstance le Ministère des Ressources Hydriques et de l’Environnement  ! On a vraiment l’impression d’un simple « rajout » et on se demande pourquoi ?

Pourquoi cette « dilution »  d’un ministère qui, malgré ses lacunes et/ou ses défaillances avait au moins le mérite d’exister, et de tenter tant bien que mal de représenter et d’incarner les préoccupations relatives  à l’environnement en particulier?

Ou plutôt pourquoi cette « dissolution », car il semble que ce soit le terme qui convient dans ce cas, puisque l’ère  du MATE, créé par décret  n°2000/257 du 26 août 2000, avec pour mission de mener une nouvelle politique de préservation de  l’environnement dans toutes ses composantes, parait révolue.

Quel est le signal envoyé ? Ce changement traduit-il un recul de l’intérêt des pouvoirs publics pour  les problématiques environnementales ? Les problèmes environnementaux sont pourtant nombreux et variés dans ce vaste pays en plein développement, composé d’une succession d’écosystèmes sensibles et fragiles.

Bien sûr, on peut considérer que « l’environnement » est toujours représenté au gouvernement, ce qui est vrai,  mais on ne peut qu’être interpellé par ces nouvelles répartitions ministérielles (en réalité, très peu de voix se sont élevées pour relever ou commenter la disparition du MATE) et on peut même penser que c’est le début  d’une « errance ».

Au prochain remaniement,  quel sera le ministère « d’accueil » pour l’environnement ?

b.k.

Pour citer ce billet : “Une di(sso)lution et des questions…”  par Keira Bachar.           Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb     le 4 juillet 2015.   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/730

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.