Hommage à Abed Bendjelid (1944-2015)

 

Pour rendre hommage au professeur algérien Abed Bendjelid  qui vient de nous quitter le 9 février 2015,  ci-dessous l’émouvante lettre de ceux qui ont eu la chance de le côtoyer et de travailler avec lui, ses amis et collègues du CRASC (Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle) d’Oran:

IN MEMORIAM

ABED BENDJELID (1944 – 2015)

Le professeur, Abed Bendjelid vient de nous quitter en ce jour du 9 février 2015, à l’âge de soixante et onze ans.

Comme il savait le faire, il a combattu avec persévérance et courage la maladie qui a malheureusement fini par l’emporter. Pour ses collègues et amis, il sera cependant toujours là dans les coeurs et les mémoires, avec son intelligence, sa disponibilité pour la chose académique, et certainement aussi sa courtoisie et sa modestie. Il faisait en effet partie d’une génération et d’une école pour qui le labeur et le déploiement de l’activité scientifique ne nécessitaient pas l’excès narcissique de publicité pour être valorisés.

Géographe de formation et opérant une jonction avec l’anthropologie, il aura légué aux plus jeunes des dizaines si ce ne sont pas des centaines de travaux et autres contributions scientifiques accumulés au cours d’une carrière universitaire qui aura couru sur pas loin d’un demi-siècle.

Ses travaux sur la ville algérienne, la paysannerie, le Sahara ou la question de l’aménagement du territoire et quelques autres domaines continueront longtemps durant à constituer des références incontournables pour la recherche en sciences sociales. Ayant enseigné dans différentes universités algériennes (Constantine, Alger, Oran), et participé à nombre de colloques scientifiques et séminaires doctoraux aussi bien dans le pays qu’à l’étranger, il aura contribué ainsi à la formation de générations d’universitaires, en dirigeant notamment des mémoires de magistère et des thèses de doctorat, ou en participant aux jurys de soutenance.

De même ses collègues et amis du CRASC, ne pourront passer sous silence une contribution de plus de vingt ans au fonctionnement et au travail scientifique de leur institution. Il y activait non seulement comme chercheur associé avec le titre de directeur de recherche, participant à de nombreux projets et en dirigeant un grand nombre, mais aussi en acceptant de lourdes responsabilités comme membre du conseil scientifique du centre, directeur de la division de recherche « Villes et territoires » avant d’en devenir le conseiller scientifique, et bien entendu sa contribution indéniable à la vie de la revue Insaniyat. Il aura été membre de son comité de rédaction depuis sa création en 1997, avant d’être son directeur-adjoint puis directeur de la rédaction depuis l’année 2006 lorsqu’il succéda à Fouad Soufi, consacrant ainsi avec ses collègues, un temps précieux à la programmation des thématiques ciblées, à la lecture des articles et souvent à leur rewriting pour contribuer à l’initiation des jeunes chercheurs. Le défunt a été également collaborateur de la Revue Africaine des Livres ARB depuis sa création en 2004.

Comme il avait vécu, Abed vient donc de disparaitre dans la discrétion et la proximité de ses proches, son épouse Ina, sa fille Nadia, et son fils Cherif, sa belle-fille, son gendre, ses petits-enfants, ses frères et soeur dont notre collègue le professeur Fawzia Bendjelid, auxquels nous exprimons toutes nos condoléances et notre sympathie en ces moments douloureux. La disparition de Abed Bendjelid pourra difficilement être compensée ; mais grâce au travail investi par lui-même et d’autres qui nous ont quittés aussi ou sont toujours à l’oeuvre à l’intérieur ou à l’extérieur de l’institution, grâce au dévouement de chercheurs plus jeunes et à tout le personnel en activité, le travail entrepris en commun continuera à fleurir, Abed, cela tu le savais bien pour l’avoir souvent pensé et dit autour de toi !

Abed repose en paix

Tes collègues et amis du CRASC

  


3 réflexions sur « Hommage à Abed Bendjelid (1944-2015) »

  1. la promotion 84-85 de ses étudiants a été une réussite totale pour sa carrière pédagogique universitaire puisque il a réussit à rendre éligible tous ses élèves à des bourses d’études à l’étranger.Avec cette même promotion il a également a faire revivre de nombreuses “habitudes universitaires” ( les sorties amicales,
    match de foot entre prof et étudiants….) et autres acquis du cursus de formation comme les stages sur terrain et à l’étranger,les sorties en ville et autres visites pédagogique qu’il conduisait avec une équipe d’encadreurs aussi soucieux que lui ( Souiah,Semmoud,Kouti,Penven,Remaoun….).
    Une carrière universitaire internationale pleine et fructueuse jusqu’a son dernier passage au CRACS.C’était une véritable veille intellectuelle ……..

  2. Je me rappelle ce jeune homme timide qui avait fait une apparition timide par une belle matinee lumineuse d’automne comme ils savent naitre comme des gouttes tremblantes a Constantine. Il etait au fond de la classe. Personne n’y avait fait attention. D’ un coup cette mince forme, au visage emacie, rasee de pres, proprement vetue, s’etait mise a se mouvoir. Du coin de l’oeil je le voyais contourner gauchement des tables, pour finalement s’arreter devant la mienne pour me poser quelques questions sur mon travail, d’une voix douce. Une camarade se moqua de moi, apres le cours en imitant ma voix. Il parait qu’elle etait brusque. J’en etais surprise et desolee en meme temps. A ce moment C. comme rappelle a son devoir, nous introduisit Mr Bendjelid comme le nouveau chef du departement de Geographie. Nous savions que ce poste fut refuse par Les anciens eleves devenus assistants enseignants peut-etre par consideration et modestie. Nous le regardames curieusement, dubitativement. Mais dans un laps temps, il devint le meilleur ami de nos jeunes enseignants algeriens et leur donna plus de confiance en eux-meme. Il les fit participer a la gestion du departement. Ils etaient fin prets a le remplacer lorsqu’il s’envola comme un oiseau vers l’ouest, apres une courte periode. Il fut tres regrette mais laissa une solide structure. Il fit grincer les dents des cooperants francais qui ne firent rien pour former des Algeriens a des postes de responsabilites. Eh! Comment! Ils avaient la vie belle. Maitres incontestes au pouvoir illimite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.