Offre de foncier public dans le Sud et les Hauts-plateaux : Tirer les leçons des opérations antérieures

Afin de répondre aux demandes de la population en matière de logements, les pouvoirs publics algériens se sont engagés dans un important programme  de logements sociaux dont la mise en œuvre pose beaucoup de questions (se référer les billets précédents relatifs à ce sujet, sur ce blog), particulièrement  en ce qui concerne la consommation des ressources foncières et l’intégration socio-spatiale des nouvelles cités. Cependant, depuis peu, un nouveau front d’urbanisation extensive est en train de se mettre en place  dans  les wilayas du Sud et des Hauts-plateaux. En effet, les instructions interministérielles du 1er décembre 2012 et du 7 juillet 2014, relatives au développement de l’offre de foncier public  dans le Sud et dans les Hauts-plateaux, valident la mise en lotissement de plusieurs centaines d’hectares pour l’octroi de parcelles de terrains individuelles, avec une aide financière, au profit des citoyens qui répondent aux conditions fixées, afin qu’ils puissent construire eux-mêmes leur habitation dans le cadre de l’auto-construction.

Cette opération, lancée suite à des mouvements sociaux de protestation dans plusieurs villes du Sud,  n’est pas sans rappeler les opérations antérieures de distribution de lots de terrains à bâtir, qui ont eu pour résultat un appauvrissement de la qualité des espaces urbains, composés de quartiers entiers en manque d’infrastructures de viabilisation (que les programmes d’amélioration urbaine tentent aujourd’hui tant bien que mal de combler) et d’équipements publics, en plus d’avoir engendrer un paysage urbain médiocre. Les auto-constructeurs, souvent peu soucieux de l’application des règles de l’art de bâtir, construisent chacun  à sa guise et selon ses moyens, en l’absence quasi-totale d’encadrement et de suivi technique des chantiers. Auto-construction rime avec laisser-faire dans l’immense majorité des cas.

Malgré cet état des lieux connu et largement dénoncé,  les dispositions prises dans le cadre de cette nouvelle opération d’envergure  ne semblent pas différentes des précédentes. A titre d’exemple, et comme le rapporte l’APS (Algerie Presse Service), une première opération d’attribution de 10 718 parcelles, de 250 à 300m² chacune, destinées à l’auto-construction, avec une aide de l’Etat, a été lancée le 11/12/2014 à travers l’ensemble des communes de la wilaya de Ghardaïa, et le total doit atteindre 17 276 lots d’ici la fin du mois de décembre 2014. Cette annonce qui peut satisfaire les demandeurs de terrain à bâtir,  ne peut qu’inquiéter les nombreux partisans d’une urbanisation maitrisée et réfléchie, d’autant plus que pour répondre à la problématique de l’intégration au site, une méthode peu efficace, déjà mise en œuvre par le passé, est préconisée : les bénéficiaires sont sensés construire  en respectant l’une des trois variantes préparées par les services de l’Urbanisme afin de préserver le cachet architectural de la région. Si l’intention de s’inspirer de l’architecture des ksour, mondialement reconnue, est légitime, en revanche, la manière de faire laisse sceptique. En effet, les permis de construire établis selon des plans types à respecter (en théorie) ont déjà été expérimentés, ainsi, par exemple, la distribution des lots sociaux dans les années 1980, était accompagnée par des bons pour les matériaux de construction et par un permis de construire à suivre « impérativement ». Pourtant quasiment personne n’a respecté les plans, comme le prouve le désordre urbanistique et architectural qui règne dans les quartiers d’habitat individuel auto-construit, au cours des trente ou quarante dernières années, aussi bien à Ghardaia que dans les autres villes algériennes.

Etant donné la manière dont les choses se présentent, la situation aura du mal à s’améliorer et le risque est grand de la voir même s’aggraver d’un point de vue urbanistique et architectural, mais également d’un point de vue social et environnemental. Plutôt que d’imposer des formes « à reproduire » (dont on sait d’ailleurs, par expérience, qu’elles ne seront pas réalisées), l’enjeu ne serait-il pas plutôt de tenter d’infléchir les mentalités, en créant les conditions d’une prise de conscience et d’une implication collectives afin de (re)donner la priorité à la compréhension du milieu et, pour le cas de Ghardaia particulièrement, de retrouver l’esprit qui animait les bâtisseurs de la vallée  du Mzab ?

On ne peut s’empêcher de se demander pourquoi on revient toujours à des « solutions » qui ont pourtant déjà montré  leurs limites. Ne serait-il pas judicieux d’expérimenter des modes de faire innovants (au moins à petite échelle, dans le cadre d’opérations ponctuelles) au lieu d’investir massivement dans des « formules déjà testées » au risque de refaire encore les mêmes erreurs ?

B.K.

Pour citer ce billet : “Offre de foncier public dans le Sud et les Hauts-plateaux : Tirer les leçons des opérations antérieures”   par Keira Bachar.  Publié sur RURAL-M –  Etudes sur la ville –  Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb   le 22 décembre 2014.             Lien : http://ruralm.hypotheses.org/671


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.