Des journées d’études sur l’industrialisation du batiment qui laissent perplexe

Des journées d’études sur l’industrialisation du bâtiment se sont tenues,  le 30 septembre et le 1er octobre 2014 au Palais des Nations à Alger. Cette rencontre nationale, à laquelle ont été associés des partenaires nationaux et étrangers, visait, selon le ministre de l’habitat, de l’urbanisme et de la ville (MHUV)   «à réhabiliter le recours aux procédés du logement industriel que les grandes entreprises nationales de réalisation (DNC, Sonatiba… ) maîtrisaient déjà dans les années 1970″.

Bien que le premier ministre ait plaidé  dans son allocution d’ouverture des journées pour «une Industrialisation oui, mais pas à n’importe quel prix.», et pour «accélérer la cadence, tout en veillant  au respect de l’architecture nationale, des habitudes de vie des citoyens algériens, des normes internationales et de l’environnement.», quand on entend parler de “Réhabiliter le recours aux procédés du logement industriels en cours dans les années 1970”, on ne peut s’empêcher de penser aux ZHUN (Zones d’ Habitat Urbain Nouveau) et aux bâtiments préfabriqués qui ont envahis les périphéries de la plupart des villes algériennes dans les années 1970-1980, avec des typologies identiques du Nord au Sud.

Ces déclarations ne peuvent que laisser perplexe, étant donné l’uniformisation et la standardisation qui touche aujourd’hui encore le secteur de l’habitat, comme le prouve les milliers de logements construits chaque année, selon un modèle répétitif extensif, dans lequel la réflexion architecturale, mais surtout urbaine sont réduites au minimum.

Si  on peut considérer l’expérience des logements industrialisés comme positive du point de vue des délais de réalisation plus courts et des mises  en œuvre plus performantes, le constat est néanmoins quasi-unanime sur l’échec de ces réalisations et de  l’urbanisme de masse  aussi bien du point de vue de la diversité architecturale que de la composition urbaine, sans parler des conséquences socio-environnementales.

Loger décemment le plus grand nombre est évidement une nécessité, mais il parait cependant légitime de se poser des questions sur la manière de résoudre ce problème qui ne peut être dissocié du reste  de la problématique urbaine. Il semble utile voire incontournable  de bien définir ce qui est entendu par “industrialisation” et de  s’interroger sur la pertinence de revenir à des modes de faire déjà éprouvés et largement critiqués.                                                 S’interroger sur la possibilité  d’expérimenter de nouvelles lignes d’action  qui permettrait de tenter de traiter de manière globale  la situation urbaine critique dans laquelle se trouve les villes algériennes et  sur les conditions à mettre en place pour  améliorer  la prise en compte des spécificités sociales et environnementales propres à  chaque région de ce vaste pays aux conditions naturelles contrastées; est également  une nécessité pour éviter que “la solution” préconisée aujourd’hui pour combler le déficit en logements, n’entraine l’aggravation des problèmes socio-environnementaux et du malaise urbain déjà existants.

B.K.

Pour citer ce billet : “Des journées d’études sur l’industrialisation du bâtiment qui laissent perplexe”   par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 6 octobre 2014.                                      Lien :   http://ruralm.hypotheses.org/536

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.