La cité Diar Essada

En 1953, le maire d’Alger confie à Fernand Pouillon la construction de plusieurs projets d’habitat de masse, dont celui de Diar Essada (photos ci-dessous).

diar esaada1

photo Bachar k. 2014

diar esaada2

photo Bachar k. 2014

 

Face au problème de la quantité, et à défaut de parler de « qualité » qui reste difficile à définir, on peut néanmoins affirmer, sans crainte de se tromper, que F. Pouillon à répondu par la variété dans la typologie des bâtiments et le traitement des espaces et des volumes, aussi bien intérieurs qu’extérieurs.  Présentant un intérêt  certain pour la composition urbaine (barres, tours, dallages, galeries, fontaines, sculptures, jardins…) et le souci du détail, ses  réalisations n’ont rien à voir avec les cités de logements à typologie extensive, répétitive qui nourrissent l’uniformité et la monotonie des paysages des périphéries urbaines algériennes du Nord au Sud du pays, depuis plus quatre décennies.

B.K.

Pour citer ce billet : “La cité Diar Essada ”    par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 22 septembre  2014. Lien :  http://ruralm.hypotheses.org/507

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.