La gestion non maitrisée des ressources foncières au cœur des problématiques urbaines au Maghreb

Les villes des pays du Maghreb, historiquement compactes, comme le prouve entre autres, l’héritage des ksour et des médinas,  s’étalent aujourd’hui sous forme tentaculaire. Les extensions sont pour l’essentiel nourrit par l’habitat, qu’il soit « spontané » ou « programmé ». Etant donné l’explosion démographique, et sous l’effet de la pression populaire, l’action publique urbaine tente, en effet, de répondre aux revendications en matière de logement.

kairouan1

Ci-dessus: L’étalement “en éventail” de Kairouan, ville tunisienne de l’intérieur, fondée en 670 par le général omeyyade Okba ibn Nafaa et inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco (source: google earth)

Les villes connaissent deux phénomènes, simultanés mais disproportionnés : la consommation exponentielle d’espaces vierges et/ou agricoles par l’étalement urbain,  que l’accroissement démographique important, légitime et banalise; et la densification, au gré des disponibilités foncières de plus en plus convoitées. L’urbanisation excessive et rapide de terrains  entraine la raréfaction et l’augmentation de la valeur marchande du sol urbain, en particulier au niveau des tissus existants, aggravées par le phénomène de la spéculation foncière.

Pourtant, le sol, support de l’urbanisation est un bien non renouvelable, il est donc impératif d’en assurer une gestion cohérente, responsable et économe. Pour cela, il est urgent de remédier  aux manque d’outils d’évaluation du potentiel réel des territoires, aux retards de recensement des terrains dans le cadre des plans cadastraux et de la conservation foncière, mais aussi aux problèmes d’imbrications de prérogatives entre services administratifs locaux engendrant un manque de clarté dans les prises de décisions et de nombreux contentieux sur la nature juridique des terrains. Toutes ces raisons et d’autres du même ordre sont souvent invoquées pour expliquer et parfois même excuser le non respect des instruments d’urbanisme, et la prédominance d’implantation d’aménagements urbains insuffisamment planifiés.

L’élaboration de documents cadastraux fiables et finalisés est donc un préalable à toute planification urbaine applicable réellement sur le terrain. Loin de se réduire à une simple question technique, la gestion responsable du sol urbain nécessite une volonté politique disposée à mettre en œuvre tous les moyens humains et matériels nécessaires pour mener à bien les recensements de terrains, pour impulser des actions visant à organiser la concertation entre services administratifs, pour encourager à régler les contentieux fonciers etc..

Aujourd’hui, il est insuffisant que la maitrise des ressources foncières et la régulation du marché foncier soient des préoccupations pour les pouvoirs publics, elles doivent devenir des priorités. L’enjeu est d’arriver à établir une croissance urbaine basée sur un usage rationnel du sol urbain, en incitant à l’économie des sols en matière de construction et d’infrastructures, afin d’éviter de repousser toujours plus loin les limites des villes, et de rendre encore plus difficile la gestion des infrastructures et services collectifs déjà problématique dans la quasi-totalité des villes maghrébines.

Au Maghreb, comme ailleurs (et plus qu’ailleurs étant donné l’état des lieux existant), maitriser la gestion des ressources foncières est une condition sine qua non, pour assurer un développement urbain qui se voudrait durable, soucieux d’améliorer le bien-être social et de préserver les ressources naturelles.

B.K.

Pour citer ce billet : “La gestion non maîtrisée des ressources foncières au cœur des problématiques urbaines au Maghreb ”    par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb          le 27 avril  2014.   Lien :  http://ruralm.hypotheses.org/466

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.