Villes arabes : conflits et protestations

Villes arabes : conflits et protestations

N° 85 Printemps 2013  de ” Confluences Méditerranée”

confluences M 85” Villes et citadins constituent un thème d’étude majeur de la région arabe comme le montrent l’ancienneté, la diversité et l’abondance des écrits sur le sujet. Aire de civilisation urbaine multiséculaire, voire multimillénaire, la région est large- ment scrutée depuis ses cités. Celles-ci abritent aujourd’hui environ 180 millions de citadins (soit un taux d’urbanisation proche de 60 %) selon le rapport onusien sur le développement dans les pays arabes (2009). Certes, la définition de l’urbain varie d’un pays à l’autre et l’écart est grand entre les émirats pétroliers du Golfe qui détiennent des taux d’urbanisation record (89 % à Bahreïn, 96 % à Qatar ou 98 % à Koweït) et des pays encore marqués par l’ampleur du fait rural (Maroc, Egypte, Yémen).

En raison de son accélération entre les années 1950 et 1980, la croissance urbaine dans la région liée à l’exode rural, stimulée par la rente pétrolière ou accélérée par les migrations internationales (réfugiés ou travailleurs) a focalisé l’attention. Les politiques de planification urbaine destinées à régulariser ou limiter l’extension de l’habitat informel, à orienter la croissance du bâti pour protéger les terres agricoles ou à aménager des ensembles résidentiels pour classes moyennes ou aisées, sont amplement étudiées, tant au niveau des acteurs chargés de leur élaboration et de leur mise en œuvre, que des types de résistance ou de négociation suscitées au niveau local. L’essor des villes sahariennes, sous-tendu par des investissements d’Etat et/ou une fonction de transit puis d’accueil pour des migrants internationaux a donné lieu à une série d’analyses depuis deux décennies. D’autres monographies sont dévolues à certaines cités dont la situation demeure singulière : la ville disputée de Jérusalem, les villes palestiniennes occupées, ou encore Beyrouth et Bagdad qui sont soumises aux enjeux d’une reconstruction post- conflit. L’un des partis-pris de ce numéro est d’évoquer en priorité la situation et le sort des villes moyennes ou périphériques, banlieue de capitale, ville de second rang, à la position souvent marginale sur les plans socio-économique ou politique.”

Pour lire les résumés des articles du dossier : http://www.confluences-mediterranee.com/-Dossier-dirige-par-Karine-Bennafla-


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.