D’un ministère à l’autre : quelle “place” pour la ville?

En Algérie,  près de 66 % de la population, d’après le dernier recensement général (RPHP 2008), se concentrent dans les villes, c’est dire l’importance qui devrait en principe leur être accordée. En 2004, la création  d’un ministère délégué à la Ville  avec dans son sillage  l’adoption de la Loi n°06-06 du 20/02/2006 portant loi d’orientation de la ville et qui vise à définir la politique de la ville dans le cadre de la politique de l’aménagement du territoire et du développement durable, avait suscité un espoir pour la prise en charge de la question urbaine dans sa globalité. Espoir déçu, puisque la loi attend toujours ses décrets exécutifs et que le ministère, qui n’était pourtant que “délégué”, sous tutelle du ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement (MATE), disparu carrément en novembre 2008. 

Il faudra attendre 2012, pour voir réapparaitre la ville au sein de ce même ministère, devenu pour l’occasion le ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Environnement et de la Ville (MATEV).

Lors du dernier remaniement ministériel annoncé il y a quelques jours (le 11 septembre 2013), le MATEV est redevenu MATE et la ville est passée au  ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme précédemment (MHU), qui est devenu ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville (MHUV).

Au delà des changements de sigles des ministères,  ces changements systématiques sont symptomatiques du malaise qui existe. Il semble que cette difficulté à trouver “une place” stable pour la ville, reflète toute la complexité de la prise en charge des problèmes urbains.

N’est-il pas temps de réfléchir à une structure qui permettrait d’avoir une vision globale et intégrée de la ville, qui ne soit pas “ballotée” d’un ministère à l’autre, quand elle ne disparait pas carrément? Une structure qui serait à même de mettre en œuvre une véritable politique de la ville, qui fédérerait les différents secteurs  et permettrait la coordination et la concertation avec les collectivités locales …  Une structure qui s’inscrirait dans la continuité, avec sa propre organisation, et qui prouverait l’attention portée au lieu ou vit plus de la moitié de la population algérienne. Cette structure qui s’occuperait exclusivement de la ville, de son quotidien et de son devenir pourrait s’appeler tout simplement “le ministère de la Ville”.

B.K.

Pour citer ce billet : “D’un ministère à l’autre : quelle “place” pour la ville? ”    par Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb     le 16 septembre  2013. Lien : http://ruralm.hypotheses.org/272


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.