LES ESPACES DE L’ENTRE-DEUX

Encore quelques jours pour répondre à l’appel à contributions du numéro 7 de la revue « Les carnets de géographes », consacré aux ESPACES DE L’ENTRE-DEUX, et qui propose de comprendre et d’analyser quel est cet « entre « ?  Qu’y a‐t‐il « entre » l’urbain et le  rural, le bâti et le non bâti,l’ouvert et le fermé, le dedans et le dehors, le centre et la périphérie, le visible et l’invisible, le formel et l’informel?

L’appel:

« Ce septième numéro des Carnets de Géographes propose d’approcher des espaces de
l’entre‐deux, des  espaces  qui  présentent  des  natures,  des  fonctions,  des  temporalités,  des statuts  incertains, temporaires et/ou  tout  simplement  différents  par  rapport  aux  étendues dans lesquels ils  s’inscrivent: les « blancs »  de  nos  cartes  topographiques  (Vasset, 2007), les interstices  de  nos villes  (Tonnelat,  2003),  les  friches  de  toutes  sortes  (ferroviaires,  agricoles, industrielles notamment), les morceaux d’urbanisations dispersées (Sieverts, 2004), etc.
L’entre‐deux ne se laisse pas facilement nommer, définir, ni délimiter, ni dans l’espace,
ni dans le temps. Espaces de jonction, de transition, résiduels ou de rupture (ouverts/ fermés, bâti/non bâti… ), les espaces de l’entre‐deux voient se déployer des pratiques témoins de leur altérité par rapport au milieu ou au contexte qui les accueille.  Ils sont difficiles à appréhender du  fait de leurs degrés variés d’appropriation, car ils peuvent être éphémères, ancrés dans le
provisoire  (performances artistiques, constructions informelles, camps de  réfugiés…). Ils sontsoumis à des dynamiques juridiques, économiques, sociales, politiques qui construisent, voire consolident, leurs différences: la préservation  (zonages, naturalisation,  frontières, décharges, morceau  d’une  forêt( ?) …),  le contournement  (occupations  illégales,  pratiques  de corruption…), l’altération  (squats…), la  transaction  (lieux  de  rencontre et/ ou  de  dragues,  de circulations, de consommation…).
Etudiés  principalement  par  des  anthropologues  (voir  par  exemple les  travaux  de F.
Bouillon sur les squats ‐ 2011 ou de M. Agiersur les camps de réfugiés ‐ 2008), les espaces de l’entre‐deux interrogent également le regard des géographes car ils participent, en creux, à laconstruction des lieux qui nous entourent et révèlent des processus de transformations socio‐spatiales. Ce  numéro  des  Carnets souhaite  comprendre  et  analyser l’émergence  ou l’affirmation de ces espaces, car ces processus sont susceptibles de renouveler les  modes de catégorisations des espaces et des sociétés.
Quel est cet « entre » ? Qu’y a‐t‐il « entre » l’urbain et le  rural, le bâti et le non bâti,
l’ouvert et le fermé, le dedans et le dehors, le centre et la périphérie, le visible et l’invisible, le
formel et l’informel ? Si tant est que ces catégories aient encore de l’épaisseur ?
De quels désirs ou non désirs, voire rejets, ces espaces sont‐ils le fruit ? Comment sont‐
ils  pratiqués,  vécus ?  Ces espèces  d’espaces dont  G.  Pérec (1974) disait  qu’il  « y  en  a
aujourd’hui  de  toutes  tailles  et  de  toutes  sortes,  pour  tous  les  usages  et  pour  toutes  les fonctions » laissent‐ils  entrevoir  des  processus  de  fabrication  des  lieux  et  des  territoiresinédits, plus collaboratifs(initiatives associatives, familiales, etc.) voire même amener vers des  démarches plus transactionnelles(comme mettant en avant des relations interindividuelles  ou plus collectives et pouvant aller jusqu’au conflit) ? Face aux forces économiques, juridiques ou
politiques  qui  les  conditionnent  ne dévoilent‐ils  pas  des  formes de  négociations  et  de
médiations dans leur maintien ou dans leur mise en œuvre (Di Méo, 1991) ?
Les  espaces  de  l’entre‐deux  peuvent‐ils  et  doivent‐ils  être  pérennisés, 
institutionnalisés  et  délimités  par  la  puissance publique ?  Ne  le  sont‐ils  pas  en  creux ?    S’ils s’inscrivent  dans  les  mutations  des  espaces  contemporains  et  sont  souvent  sollicités  pour participer au renouvellement de l’urbanité, des manières d’être et de faire (Monnet etCapron,2000), et du projet urbain (au sens le plus large possible),sont‐ils pour autant les marqueurs
d’une alternative dans la manière dont les sociétés se projettent en espace ? Ou bien ne sont‐
ils que le signe de marquages, d’appropriations et réappropriations successives et cycliques en
face à face avec des logiques marchandes et institutionnelles ?
Le  caractère  hybride  de  l’objet  du dossier est  l’occasion  pour  les auteurs de  faire  état de nouveaux  terrains d’étude, de nouvelles dynamiques  socio-spatiales, de nouvelles approches théoriques et pratiques.

Les articles, accompagnés d’une présentation succincte de l’auteur sont attendues pour le 1er septembre. La publication du numéro est prévue pour avril 2014.

Pour en savoir plus: http://www.carnetsdegeographes.org/soumettre_article.php


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.