La ville « en transition » en attendant la ville « durable »…

La « ville durable » – comme le développement durable, dont elle est la traduction mais aussi un des moyens – n’existe pas encore…. C’est pourquoi, dans l’état actuel de la situation et des réalisations, des chercheurs comme C. Emelianoff et A. Levy (2011)[1], préfèrent parler de villes en transition vers cette « ville durable » souhaitée…L’accent est surtout mis sur la dimension environnementale et sur la problématique climatique.    Dans le sillage du DD, c’est aujourd’hui la notion de transition écologique et  énergétique qui tend à se généraliser dans un contexte international marqué par :

  • une urbanisation planétaire amplifiée par la pression démographique et les flux migratoires internationaux ;
  • des changements environnementaux globaux (changements climatiques, raréfaction des ressources naturelles, écosystèmes menacés) ;
  • et une mondialisation croissante des échanges (de biens, de personnes et de flux immatériels).                                                                                                           Le mot de transition, qui signifie « état intermédiaire » ou encore « passage graduel » s’est généralisé dans le domaine des études urbaines, depuis une dizaine d’année, notamment à partir du mouvement des villes en transition lancé en 2005 par Rob Hopkins. Ce professeur britannique de permaculture (signifiant « agriculture permanente ») a lancé ce mouvement et développer un mode d’action qui vise à concevoir des systèmes (urbains ou agricoles, mais cela peut- être appliqué à n’importe quel système) en s’inspirant du milieu naturel ou biomimétisme – Le biomimétisme consiste à s’inspirer du vivant et tirer parti des solutions et inventions qui y sont produites-. En prenant les systèmes biologiques comme modèles, certaines recherches ont démontré la possibilité de réconcilier les activités industrielles et le développement économique avec la préservation de l’environnement, des ressources et de la biodiversité ou écomimétisme et de la tradition. Il a inventé, expérimenté à Totness (Angleterre), puis théorisé – à travers son « Manuel de la transition » publié en 2008 – une des voies majeures de la transition qui est celle de la résilience des communautés locales.

La  résilience étant la capacité de persister et de s’adapter, appliquée à la ville, cette notion peut être définie comme la capacité d’un système urbain à absorber une perturbation et à retrouver ses fonctions à la suite de cette perturbation.S’inspirant de l’expérience de Rob Hopkins, il y a aujourd’hui, d’après les données consultables sur le site http://www.transitionnetwork.org/initiatives, plus de 2 000 initiatives de Transition dans le monde, en 50 pays; qui ont pour modes d’action privilégiés:

  • la relocalisation des activités,
  • l’utilisation des ressources locales,
  • le recyclage, circuits courts,
  • le développement d’énergies alternatives,
  • la sobriété et descente énergétique,
  • l’agriculture en ville, jardins partagés, permaculture,
  • les monnaies locales,
  • le financement participatif, coopératives de production ou d’achat …

Cependant, comme l’explique A. Donzel (2013)[2], la transition écologique, ne se réduit pas à une gestion purement technique du métabolisme urbain (dans le sens d’une plus grande sobriété énergétique, d’une diminution des émissions polluantes et des déchets, d’une préservation de la biodiversité et des paysages, etc.)  par une optimisation de la gestion de ses flux d’énergie, de matières ou de déchets.                                                C’est pourquoi une définition élargie de la ville en transition a vu le jour, abordant l’écosystème urbain dans ses déterminations, non seulement techniques (performance énergétique et énergies renouvelables par exemples), mais aussi économiques, sociales, politiques ou culturelles.                                                                                   La notion de « ville en transition » s’est alors imposée comme un cadre conceptuel intégrant trois grands types de préoccupations :

  • la gouvernance politique des villes,
  • leur viabilité économique
  • et leur habitabilité écologique.                                                                                                                                                                                                                        J. Theys (2017)[3] ajoute que si la transition énergétique a des objectifs clairs et faciles à identifier : sobriété et performance énergétique, énergies renouvelables, diminution des émissions polluantes …, ce n’est pas le cas de la transition écologique qui n’a pas de définition stabilisée. Cependant, ce concept comporte plusieurs idées directrices assez largement partagées :                                            
  • le constat que les limites écologiques ont été déjà franchies dans plusieurs domaines entre autres pour le climat, les sols, les océans ou la biodiversité
  • L’importance de transformer les modes de vie et de développement, les relations à la nature, les rapports au temps, à l’économie ou à la technique etc…   

Chaque ville est ainsi susceptible d’apporter des réponses particulières à la transition écologique en fonction de sa situation, ses ressources et de ses attentes en matière de développement urbain.                                                                                                  Dés lors, chaque ville doit faire son propre cheminement (sa propre « transition » donc) pour atteindre cet horizon ou ce but qu’est la ville « durable » (ou encore « viable », « inclusive », « soutenable », « intelligente », «verte», « aimable », «solidaire» etc… , les qualificatifs ne manquent pas…),, avec les étapes et les passages, plus ou moins semés d’embûches, qui correspondent à ses réalités, à ses problématiques, aux conditions et aux capacités économiques, sociales et environnementales de son milieu et de ses lieux,  aux besoins et aux aspirations de ses habitants…

[1] Emelianoff C., Levy A., (2011), « Quelle ville durable ? », éditorial », Espaces et sociétés « Quelle ville durable », n°147, 2011/4, 232 p.

[2] Donzel A., (2013) «  Comment l’écologie vient à la ville en Méditerranée ? Une comparaison entre Barcelone, Marseille et Sfax »  revue EUE Environnement Urbain Urban Environment N° 7-2013 177p.

[3] Theys J., (2017)  « Des transitions à la transition écologique/ Débats et controverses autour de la notion de transition » Colloque « Eduquer et former au monde de demain », 11 avril 2017   ESPE Clermont-Auvergne (France)

Pour citer ce billet : “La ville « en transition » en attendant « la ville durable« …”   par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.        le 16 janvier 2020            lien :https://ruralm.hypotheses.org/?p=1650


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.