L’urbanisation diffuse à l’aune du développement durable

Un appel à contribution pour un numéro des Cahiers de géographie du Québec, à paraitre en décembre 2014, et “visant à explorer les nouvelles manières de concevoir et de faire de l’aménagement rural et périurbain, en tenant compte à la fois de la réalité de l’urbanisation diffuse et des impératifs du développement durable”, dont l’argumentaire  parait pertinent, particulièrement pour les pays du  Sud de la Méditerranée, ou les villes s’étalent de manière tentaculaire, et ou les limites urbain/rural sont de plus en plus floues.

L’Argumentaire:

Les territoires ruraux et périurbains subissent, sous la poussée continue de l’urbanisation, d’importantes recompositions : mobilité accrue et multiplication des échanges, utilisation multifonctionnelle des espaces et mutations paysagères, nouvelles sensibilités idéologiques, etc. Dans le même temps, l’agriculture est aussi traversée par une profonde restructuration qui se traduit par l’apparition de modèles agricoles autres (biologique, circuit court, produit de qualité, etc.) à côté de l’agriculture conventionnelle et qui se déploie à des degrés variables selon les territoires. Les modes d’évolution des territoires ruraux et périurbains en sont profondément affectés. De rapports inédits se nouent ainsi entre les activités rurales et urbaines et les territoires qui les accueillent. Surgit du coup, pour les instances responsables de la gestion et de l’aménagement du territoire, la nécessité d’une meilleure intégration et d’une plus grande complémentarité entre la ville et la campagne, entre le développement urbain et la préservation de l’environnement et de l’agriculture, entre habiter et exploiter.

Les exigences d’un développement que l’on veut désormais durable – respect de la capacité de support des écosystèmes, préservation paysagère, cohabitation harmonieuse des usages, acceptabilité sociale, pour ne nommer que celles-là – posent aux autorités publiques un défi d’une ampleur considérable. De nouvelles politiques et des approches innovatrices cherchent à répondre à ce défi situé au cœur de l’aménagement et de l’urbanisme durables. Sur cette base, il apparait pertinent d’examiner plus spécifiquement les politiques récentes et les modalités émergentes d’aménagement qui prennent en compte ces recompositions. Les instances aménagistes avaient pris l’habitude d’isoler les diverses activités dans un système de zonage où l’urbanisation de la campagne apparaissait trop rapidement comme une incongruité, voire une déviation fautive à condamner. L’agriculture, alors souveraine sur son territoire, fut le plus souvent oubliée des instances aménagistes. Or, on assiste aujourd’hui à l’émergence de politiques qui abordent avec un regard moins réprobateur ces mutations et tentent de les accompagner afin de faire advenir des manières inédites d’habiter et, surtout, de cohabiter. L’avènement d’une urbanisation durable tient-il, en effet, essentiellement à la lutte à l’étalement urbain? Si la ville actuelle n’est pas durable, faut-il, pour qu’elle le devienne, qu’elle abandonne complètement son caractère diffus et se résigne qu’à n’être compacte? Une ville diffuse – où ayant les attributs d’une certaine diffusion – ne pourrait-elle pas être durable ou est-ce une option à écarter d’emblée? Parallèlement, dans quelle mesure l’agriculture ne pourrait-elle pas bénéficier du développement d’une nouvelle culture aménagiste à l’égard du territoire agricole?

Considérant les échecs encaissés par la lutte à l’étalement urbain depuis trente ans et la solidité de l’ancrage culturel de l’urbanisation diffuse, n’est-il pas prudent d’envisager, ne serait-ce que temporairement, un aménagement durable de l’urbanisation diffuse? Si oui, quels sont les moyens, actuellement à la disposition de l’urbanisme ou sur sa planche à dessin, qui peuvent être utiles à cet effet ? Et comment concilier ces mesures avec la recherche d’une compacité urbaine, qui, même dans ce contexte, ne perd pas nécessairement sa pertinence? Faut-il alors chercher à orienter l’agriculture vers certains modèles dans ces territoires d’urbanisation diffuse au risque éventuel d’abandonner d’autres territoires à un modèle productiviste dont la durabilité a été profondément remise en cause?

Le numéro thématique envisagé vise ainsi à explorer les nouvelles manières de concevoir et de faire de l’aménagement rural ou périurbain en tenant compte à la fois de la réalité de l’urbanisation diffuse et des impératifs du développement durable. Les réflexions proposées, s’inscrivant dans le cadre d’une géographie appliquée, tenteront de comprendre comment, de nos jours, on conçoit une urbanisation responsable des territoires ruraux et périurbains, où s’effacent les distinctions traditionnelles de la ville et de la campagne et quelles y sont les modalités d’une complémentarité avec les activités agricoles. Ces réflexions seront illustrées par des exemples de politiques ou de projets en milieu rural ou périurbain qui participent du renouvèlement de l’aménagement de ces territoires d’urbanisation diffuse.

La date limite de soumission des contributions : décembre 2013

Pour plus de détails   http://calenda.org/250852


1 réflexion sur « L’urbanisation diffuse à l’aune du développement durable »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.