Le devenir des “nouvelles villes” et des “pôles urbains” retient enfin l’attention

Il semble que la situation des “nouvelles villes” et des “pôles urbains” ait  été au centre des préoccupations des pouvoirs publics puisqu’un communiqué de l’APS (Algérie Presse Service) annonce qu’une réunion interministérielle consacrée à l’examen de l’état des nouvelles villes et pôles urbains, et des perspectives de leur promotion, s’est tenue dimanche 21 juillet.

La situation des “villes nouvelles” (ou si on préfère “nouvelles villes”) de Sidi Abdallah (Alger), Bouinane (Blida), Boughezoul (Médea-Djelfa), El Menia (Ghardaïa), Hassi Messaoud (Ouargla),et des “pôles urbains” Ali Mendjeli et Aïn Nehas (Constantine), Draa Errich (Annaba) et Ahmed Zabana (Oran) a été plus particulièrement abordée.

Le communiqué explique que la situation « a démontré une disparité entre le taux d’avancement des projets de logements et autres structures publiques, indispensables à la vie ordinaire des citoyens, en raison des entraves enregistrées en terme d’assiettes foncières destinées à abriter ces structures, et de certains projets à l’arrêt pour un manque de financement et de coordination entre les secteurs concernés, en sus de l’absence d’une organisation favorable à la gestion et à la coordination des différentes activités au sein des villes et pôles urbains ». La situation complexe et problématique des ces nouveaux espaces urbains est donc enfin officiellement reconnue.

Dans la foulée plusieurs décisions ont été prises (pour le détail, lire l’article de l’APS : http://www.aps.dz/algerie/92268-l-etat-des-nouvelles-villes-et-poles-urbains-au-centre-de-la-reunion-du-conseil-interministeriel  ) pour assurer un suivi efficace du dossier de redynamisation des nouvelles villes et des pôles urbains avec l’accélération de la cadence de leur réalisation.

La création d’un comité ad-hoc avec cinq sous-comités, l’accélération de la concrétisation de la décentralisation de la gestion des nouvelles villes et pôles urbains, l’élaboration d’une étude prospective ou encore la libération de l’investissement dans les structures publiques de proximité sont autant de « décisions » annoncées par le communiqué et en même temps il est question d’organiser, en plus de tout cela, une conférence élargie avec la participation de tous les intervenants, les opérateurs économiques et les experts pour traiter les questions relatives à l’organisation et la gestion des nouvelles villes ainsi que le financement des projets qui y sont réalisés.

Bref, on constate un certain manque de clarté;  beaucoup d’éléments qui font craindre un chevauchement des initiatives et des prérogatives; reste à voir comment tout cela va évoluer et quels seront les impacts réels sur le terrain.

Au-delà des doutes, on peut tout de même apprécier que la problématique du développement urbain tous azimuts engendrés par ces cités composées essentiellement d’habitat collectif extensif, interpelle et retienne enfin l’attention. Quelque soit le nom qu’on leur donne : « ville nouvelle », « nouvelle ville » ou encore « pôle urbain »,  il s’agit de trouver des réponses pragmatiques afin d’essayer d’améliorer ce qui peut encore l’être et d’éviter que ces projets qu’on va parfois jusqu’à présenter comme  « durables », ne restent « durablement » inachevés, en manque d’équipements,  d’infrastructures et de services collectifs et en proie à de multiples problèmes de gestion et d’organisation.

Pour citer ce billet : “Le devenir des nouvelles villes et des pôles urbains retient enfin l’attention”   par Keira Bachar.    Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.        le 24 juillet  2019                                              lien :https://ruralm.hypotheses.org/1621

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.