Aménagement urbain en milieu steppique

steppe

Chantier de construction en zone steppique     Photo : Bachar k. 2014

Les  Hauts-plateaux algériens s’étendent d’Est en Ouest sur un espace intermédiaire entre le Nord et le Sud du pays. Ils représentent 9% du territoire, et constituent un tampon entre l’Algérie côtière et l’Algérie saharienne. Dans toute cette zone à l’écosystème steppique, la principale menace est la désertification, aggravée par les conséquences de l’aridité climatique et par l’impact des activités humaines sur le milieu naturel. La forte pression démographique soumet le milieu à une exploitation excessive et engendre une intensification des besoins des populations en matière de logements et d’infrastructures qui est à l’origine des mutations socio-urbaines importantes qu’a connues la région steppique au cours des dernières décennies.

La désertification n’est pas une avancée du désert mais une dégradation des zones semi-arides fragilisées. Elle affecte l’environnement et le mode de vie des populations rurales mais également urbaines car la progression rapide de l’ensablement concerne la quasi-totalité du territoire, menaçant aussi bien les terres agricoles que les agglomérations. Ses effets ont des retentissements locaux et globaux : diminution de la biodiversité, des ressources en eau, dégradation des aménagements etc…

Intégrer la lutte contre la désertification, comme norme d’action en milieu urbain et non plus seulement en milieu rural ou naturel (comme cela est le cas avec les actions de mise en défens et autres menées par le HCDS –Haut Commissariat au Développement de la Steppe- par exemple) semble dés lors constituer une piste de réflexion puis d’action pertinente, qui permettrait de tenter d’inverser, au moins en partie, la tendance à la dégradation des écosystèmes steppiques.

Les aménagements urbains pourraient jouer un rôle positif en créant un micro-climat  protégeant de la menace de la désertification, en améliorant le couvert végétal et la biodiversité, dont la tendance à la diminution, est aujourd’hui problématique et il est admis que l’urgence de la lutte contre la désertification de la steppe, à l’écosystème aride et semi-aride est imposée par la nature du processus qui tend à s’accélérer lui-même.

Pour citer ce billet : « Aménagement urbain en milieu steppique »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 28 août 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1020


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *