De la gestion problématique des ressources hydriques en milieu saharien

Les ressources en eau de l’Algérie sont limitées. Elles sont évaluées à 19.2milliards de m3, dont 12.4 milliards de m3 d’eau de surface (répartie essentiellement sur la partie Nord du pays), 1.9 milliards de m3 d’eau souterraine au Nord et 4.9 milliards de m3, exploitables dans le Sud (PNAE-DD, 2002). Ainsi, bien que pauvre en eau de  surface, le Sahara n’est pas dépourvu de ressources hydriques, puisqu’il contient de vastes nappes profondes, mais elles ont l’inconvénient majeur de n’être pas (ou peu) renouvelables.

Les recherches aquifères qui révélèrent ces ressources en eau fossile, au niveau de la nappe albienne, datent du début des années 1950. Cette découverte des eaux de la nappe profonde, devenue la principale ressource en eau de la région, entraîna la multiplication des forages de grandes profondeurs, entre 350 et 500 m, et la généralisation de l’usage des motopompes, en constante augmentation, pour répondre à la forte demande.

oued mzab

L’Oued M’zab qui traverse la ville de Ghardaia Photo Bachar k. 2014

Historiquement, en milieu saharien, l’eau a constitué historiquement le facteur essentiel de développement des oasis, puisque la présence de cette ressource était fondamentale pour la pratique de l’agriculture irriguée et notamment celle du palmier. Non seulement, les oueds environnants constituaient le prolongement des territoires des cités, mais le rythme de l’eau était aussi et surtout le facteur principal qui conditionnait la localisation, l’implantation et la structuration des villes (B. Benyoucef, 2009).

Avant la découverte des ressources hydrauliques souterraines profondes, la rareté de l’eau représentait une contrainte pour l’urbanisation, et une rigoureuse maîtrise de la gestion des ressources hydriques était appliquée. Chaque région du Sahara avait un mode de mobilisation de l’eau qui lui était propre : oasis à Foggaras dans le Touat ; oasis à Ghout dans le Souf tandis qu’au M’zab, la technique hydraulique ancestrale est le captage des eaux de ruissellement par la dérivation de l’Oued et l’exploitation des eaux de crues, au profit de l’irrigation et autres besoins, tout en modérant leur puissance. Ces systèmes, complets de l’amont à l’aval, permettaient de valoriser chaque goutte de pluie reçue. Chaque ksar,  avec son environnement immédiat où se développait une palmeraie,  était doté d’un système hydraulique de captage, de stockage et de distribution pour s’accommoder et  tirer avantage des eaux de crue, tout en se protégeant des inondations.

Aujourd’hui, ces systèmes sont ébranlés et les mécanismes de gestion séculaires des eaux de crues sont remis en cause  avec le développement urbain non maîtrisé.  Les crues s’avèrent parfois dévastatrices, et ont régulièrement affectées plusieurs villes du Sud au cours des dernières décennies (Ghardaia en 1991, 1994, 2004, 2008 ; Tamanrasset en 2002, Adrar en 2004, Illizi en 2006 etc…). En effet, les crues bénéfiques autrefois s’avèrent désormais meurtrières et dévastatrices.                                                   Si les ressources sont devenues importantes au Sahara algérien, la consommation l’est également, aussi bien pour les besoins urbains, en constante augmentation, que pour l’agriculture, car l’évapo-transpiration est forte, en particulier en été, et les cultures sans irrigations sont exclues. Ainsi, au  Sahara, aucun territoire agricole ne peut résister et perdurer s’il ne bénéficie pas d’une irrigation.

En milieu urbain, comme le relève M. Cote (2005), les villes sahariennes semblent avoir aujourd’hui, de gros problèmes avec l’eau, mais moins au niveau de la ressource, que de la gestion ; moins au niveau de l’approvisionnement que de l’assainissement. Ainsi, le phénomène d’hydromorphie (saturation des pores d’un sol en eau sur une période plus ou moins longue) est une préoccupation environnementale majeure. Dans ces régions, l’endoréisme exclut le drainage des eaux excédentaires vers les océans. Le cycle de l’eau, qui au cours des siècles avait conservé un certain équilibre, avec la stabilité démographique et la modestie des moyens de prélèvement, est aujourd’hui profondément modifié par les forages profonds et l’urbanisation massive (D. Dubost, G. Moguedet, 2002), entraînant une surconsommation et un excès de rejet des eaux usées qui gonfle l’aquifère superficiel. Les zones d’hydromorphie et de salinité ainsi engendrées, sont aggravées par l’occurrence des pluies fortes et soudaines, et nuisent aux aménagements urbains et à la fertilité des oasis. L’hydromorphie entraînant l’évaporation, la salinité ne fait qu’augmenter, entraînant un processus de désertification par le sel, dû non au manque d’eau mais à son excès (D. Dubost, G. Moguedet, 2002). C’est pourquoi, également, l’alimentation en eau potable est privilégiée à partir des forages profonds, où  le niveau de salinité est faible.

La problématique de l’eau est l’une des principales préoccupations environnementales, si les réserves souterraines profondes sont importantes, elles ne sont néanmoins pas inépuisables. Cependant, la réflexion sur une gestion rationnelle des ressources hydriques n’est pas uniquement une question d’équité inter-generationnelle, elle relève également de la préservation de l’équilibre du cycle hydraulique saharien, fortement perturbé aujourd’hui par l’ampleur du phénomène urbain.

Pour citer ce billet : « De la gestion problématique des ressources hydriques en milieu saharien »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 08 juillet 2016.     Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1002


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *