L’architecte algérien : un simple exécutant ?

En Algérie, le constat de la médiocrité de la production architecturale est quasi-unanime et reconnu au plus haut niveau de l’Etat, puisqu’en 2006, le Président de la République lui-même, lors des premières assises de l’architecture, dénonçait « la pauvreté et le caractère répétitif de la plupart des productions architecturales ».  On peut légitimement imputer la responsabilité de cet état de fait à l’architecte puisqu’il est (en principe) le concepteur, que c’est lui qui « créer » le projet. Cependant, dans la réalité, les choses sont loin d’être aussi simples, car le processus de production architecturale est complexe, mettant en jeu de nombreux acteurs et intervenants, du maitre d’ouvrage instigateur de « la commande » à l’entrepreneur chargé de réaliser la construction, en passant par les divers ingénieurs et autres techniciens associés au projet. S’il est vrai que l’architecte est sensé être le « coordinateur » de toute cette équipe et qu’il doit effectuer le suivi de la réalisation sur le terrain, il doit aussi, souvent, se plier comme l’expliquait si bien Jean Jacques Deluz (architecte suisse, décédé en 2009, qui a écrit, bâti, et enseigné en Algérie depuis 1956), à  une gestion bureaucratique de l’architecture qui, superposée à l’autorité du commanditaire, va imposer à l’architecte des modèles allant de la norme (qui, presque toujours, outrepasse son rôle initial de garde-fou) à la typification, ne laissant plus à l’architecte aucune autre marge d’indépendance que celle d’artifices formels.
Entre les règles administratives à suivre, les normes techniques à respecter et les modèles internationaux dont il faut s’inspirer, c’est finalement au niveau de ces artifices formels (quelques jeux de volumes mais surtout des traitements de façades) que se situent l’essentiel de la « création » architecturale puisque c’est le seul espace d’innovation laissé à l’architecte, tout le reste étant codifié, normalisé, encadré par des cahiers des charges et des exigences procédurales et administratives standardisantes.  Il semble qu’aujourd’hui, on n’attende moins de l’architecte qu’il exerce son métier comme un « chercheur» en quête des réponses spécifiques et personnalisées qui lui paraissent  les plus adaptées à une situation donnée ou comme un « artiste »   dont la création propre serait le maitre mot, que comme un « exécutant » qui doit se conformer, strictement, aux exigences des maitres d’ouvrage et parfois au diktat des entreprises, dans le cadre d’un certain « ordre » désormais établit qu’il ne faut surtout pas bousculer, quitte à faire de la REproduction architecturale ….
La nouvelle loi actuellement à l’étude concernant la maitrise d’œuvre architecturale et urbaine suscite l’espoir d’une organisation plus souple du métier d’architecte mais surtout celui d’un renouveau dans la perception du rôle qu’il devrait  jouer dans la création d’espaces à vivre (et non pas à subir) adaptés et identifiables, en fonction des réalités économiques, sociales, culturelles et environnementales qui sous-tendent chaque situation. J.J Deluz écrivait que les gens du pouvoir, qui se plaignent de la mauvaise architecture généralisée dans le pays, ont raison. Mais le changement n’est pas aussi simple qu’on pourrait le croire et dépend autant d’eux que des maîtres d’œuvre. En tant que praticien impliqué et qu’observateur pertinent de la scène urbaine et architecturale algérienne, il savait de quoi il parlait, et il avait, lui aussi, raison…. 
 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

About Keira Bachar

Après un parcours professionnel d'architecte, chargée de conception, dans une société publique de construction, d'architecture et d'urbanisme, un master 2 recherche m'a fait découvrir le monde de la recherche que je continue à explorer...
This entry was posted in Algérie, Billets. Bookmark the permalink.

One Response to L’architecte algérien : un simple exécutant ?

  1. Pingback: The Modern Algerian Architect – Nothing More than an Underling? | The GRID | Global Site Plans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">