Premier salon de la Ville d'Alger

La wilaya d'Alger organise le 1er salon de la ville d'Alger, du 8 au 10 décembre 2014  qui se propose de rassembler les  acteurs de la commande publique, les partenaires institutionnels, les organismes de recherche, les  maîtres d'œuvres, ainsi que  les  prestataires spécialisés dans la gestion, les services, l’aménagement et le développement des collectivités territoriales, autour de la  problématique de la ville et de la gestion urbaine. Pour l'occasion, une série de conférences est programmée, sur le thème   "Pour une meilleure maîtrise de l'ingénierie urbaine" . Pour télécharger le programme détaillé des conférences :

PROGRAMME Salon ALGER

 

Vent de colère chez les étudiants en architecture

Alors que les étudiants tunisiens de l’ENAU (Ecole Nationale de l’Architecture et d’Urbanisme) de Sidi Bou Said était en grève, début novembre 2014, pour demander une réforme globale du système pédagogique, créé en 1996, qu’ils considèrent comme obsolète, et qu’avant eux, en février 2014, les étudiants marocains de l’Ecole d’Architecture de Casablanca (EAC) protestaient contre la dévalorisation de leur diplôme sur le marché du travail par rapport à ceux des étudiants de l’ENA (Ecole Nationale d'Architecture), un vaste mouvement de grève est mené actuellement par les étudiants de la filière « Architecture »  dans plusieurs universités algériennes, à l’image de celles d’Oran, Bejaia, Tizi Ouzou, Tlemcen, Sétif, Laghouat ou encore Blida.

Le mouvement de protestation prend de l’ampleur; les étudiants  dénoncent  la non reconnaissance de leur diplôme de Master par le CNOA (Conseil National de l’Ordre des Architectes Algériens), et son refus de leur permettre de prêter serment, condition nécessaire pour obtenir l’agrément et pouvoir exercer la profession d’architecte. Pour leur part, les représentants du CNOA exigent (pour l’instant) un diplôme d’ingénieur d’Etat en architecture, ils  fustigent l’application du système  LMD, critiquant la fuite en avant quantitative et le nombre important de départements d’architecture créés (28 à l’échelle nationale). Ils déplorent également la non consultation de l’Ordre pour l’élaboration et le contenu des programmes, jugés trop académiques par rapport à ceux qui étaient dispensés dans les écoles et instituts d’architecture, avant la réforme (aujourd’hui, seule l’EPAU -Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger- continue à dispenser ce type d’enseignement).

Pourtant, la situation de cafouillage actuelle était prévisible dès la mise en place du système LMD pour la filière Architecture. Ainsi, même si, à terme, et après réajustement des programmes et remise à niveau de la formation,  on arrivera certainement à s’entendre et à considérer finalement que le  master 2 peut effectivement  permettre d’exercer la profession d’architecte, le problème restera posé pour les diplomés de 1er cycle, titulaires d’une licence d’architecture seule. Ces derniers, après trois années d’études, ne sont pas formés pour le dessin, comme des techniciens supérieurs ou des dessinateurs-projeteurs, et ils ne peuvent prétendre au titre d’architecte, dès lors quel est leur avenir ? Faut-il comme le revendiquent les étudiants grévistes permettre le passage automatique du niveau Licence au niveau Master, mais alors, quel est l’utilité de l’instauration du système LMD ? Bref, ces questions et bien d’autres, tel que le devenir du nombre exponentiel de diplômés qui risquent de se retrouver au chômage,  auraient évidemment dues être traitées en amont.

La grogne des étudiants en architecture vient s’ajouter au malaise  qui secoue la profession (se référer mon billet du 14 janvier 2014, http://ruralm.hypotheses.org/372) et fait écho  au désordre architectural et urbanistique qui caractérisent la plupart des villes algériennes.

Un minimum de réflexion et d’anticipation aurait permis d’éviter ces mouvements de colère, qui ont cependant contribué  à (re)mettre l’architecte sur le devant de la scène, et  qui auront, peut-être, le mérite d’ouvrir enfin un débat  de fond sur le rôle qu’il joue et surtout sur celui qu’il devrait jouer, dans l’édification de la ville en Algérie et au Maghreb.

Bachar k.

Relogement, la bombe à retardement

L'article qui suit a été publié dans le quotidien El Watan du 08 novembre 2013, il illustre bien les craintes que fait naitre la politique "de production de logements" qui est en cours en Algérie, focalisant l'essentiel de l'attention et des moyens  alors que la mise en place d'une véritable  politique "de la ville" est occultée dans les faits même si la loi existe.

--------------------------------------------------------------------

Des scènes de batailles rangées au milieu des tours. Des habitants terrorisés et impuissants. Si les forces de sécurité mettent en cause les gangs, l’alcool et la drogue, les professionnels de l’urbanisme pointent du doigt la politique de relogement systématique dans les cités-dortoirs.

Dimanche 3 novembre, des appartements de Baraki, dans la banlieue d’Alger, brûlent. Au pied des immeubles, les habitants de deux bâtiments voisins s’affrontent à coups de sabre et de pistolets de détresse. La police arrête une vingtaine de personnes, mais personne n’est dupe, les violences recommenceront. A Aïn El Malha, Dély Ibrahim ou Birtouta, ces affrontements font partie du quotidien des habitants. Les habitants mettent systématiquement en cause des «relogés» qui ne seraient «pas d’ici». Mais au-delà des populations, l’urbanisme est l’une des causes la flambée de violence. Lire la suite

Colloque international à Constantine "La Géomatique, ses applications en Géosciences et en Aménagement du Territoire."

La Faculté de Sciences de la Terre, de la Géographie et de l'Aménagement du Territoire de l'Université de Constantine 1 (Algérie) organise les 2 et 3 décembre 2014 un Colloque International sur la Géomatique intitulé :

"La Géomatique, ses applications en Géosciences et en Aménagement du Territoire."

Contexte et Objectifs du Colloque :

La Géomatique intègre l’ensemble des technologies permettant de modéliser, de représenter et d’analyser les territoires. Dans ses applications, elle est largement ouverte aux domaines des géosciences et de l’aménagement du territoire.

A la croisée de différentes disciplines, la géomatique est aujourd’hui indispensable aux collectivités, administrations et entreprises, pour gérer les territoires, appuyer et aider à la décision et définir les stratégies de développement.

Pour en savoir plus : http://umc.edu.dz/fst/

Une question de priorités

La dynamique d’aménagement et de construction qui est en cours depuis plus d’une décennie en Algérie, implique de nombreux acteurs que ce soit dans les actions publiques ou privées. Impulsée par l’Etat mais relayée et confortée à l’échelle locale par l'administration, les professionnels et les habitants, cette dynamique, basée sur la logique constructive, engendre des pratiques urbaines se concentrant essentiellement sur la construction, marginalisant les espaces non-bâtis et leurs aménagements, et occultant l’échelle urbaine, d’où cette juxtaposition de projets plus ou moins importants, sans réelle réflexion d’intégration ou de continuité.

Le paysage urbain demeure ainsi stigmatisé par le manque de réflexion urbanistique, qui reste le parent pauvre de l’intervention sur la ville, alors qu’il devrait en être la base.                                                                                    Cependant, même à l’échelle  architecturale, l'attention est dominée par un souci d’esthétique et de forme, au détriment d’une prise en compte des caractéristiques socio-environnementales du site ou de la recherche d’un fonctionnement optimal. En effet, les délais souvent très courts, le souci de rentabilité pour les projets privés et les critères attribuant les contrats au « moins-disant » pour les projets publics, en plus de cahiers des charges réducteurs, brident la réflexion qui se concentre plus sur l’aspect  extérieur du bâtiment,  l’enveloppe apparente, que sur des  problèmes de conception plus approfondis. Beaucoup dénoncent cette manière de faire qui réduit le projet d’architecture (ou d’urbanisme) à un simple produit financier, ou la logique purement économique n’accorde qu’une faible place aux idées et à la réflexion. Pourtant, souvent, les délais impartis ne sont pas respectés et les enveloppes financières, dépassées, sont revues  à la hausse, d’où l’inutilité d’une démarche uniformisante qui n’a pour résultat que l’appauvrissement de la qualité des productions urbaines.

Aujourd’hui la priorité des priorités est la construction, dans un contexte dominé par les enjeux économiques et le développement urbain tous azimuts. Les questions liées à la gestion du cadre de vie apparaissent comme secondaires, alors que celles relatives à la prise de conscience des risques sociaux et environnementaux qui pèsent sur l’espace urbain, sont  totalement occultées. Pourtant ces questions deviennent chaque jour plus préoccupantes étant donné l’importance des programmes publics de construction en cours, destinés à satisfaire les revendications de la population en termes de logements, d’infrastructures et d’équipements, qui entrainent une consommation considérable de l’espace, ainsi que des mutations spatiales et sociales engendrant des conséquences environnementales et des ségrégations sociales de plus en plus néfastes.

A l’heure ou les pouvoirs publics ambitionnent  de « garantir aux citoyens algériens une meilleure vie dans une meilleure ville » (propos du Ministre de l’Habitat et de l'Urbanisme en 2010), il est peut-être temps de redéfinir  les priorités en matière de développement urbain.

B. K.

Colloque international sur l'émergence des métropoles régionales à ANNABA

L’Université Badji Mokhtar – Sidi Amar, Annaba organise les 10 -11 novembre 2014 un colloque international sous le thème : “Emergence des métropoles régionales : approche internationale et prospective pour le cas algérien”.

Pour télécharger le programme de cette rencontre : http://prescriptor.info/file_download/261/programme+D%C3%A9finitif.pdf

Le Corbusier en Algérie (article issu de "la chronique urbaine " de J.J. Deluz)

Tout le monde sait que Le Corbusier est venu à plusieurs reprises à Alger.  C’est presque un mythe : on pense qu’il a construit ceci ou cela, et même le Guide bleu d’une ancienne édition lui attribue un immeuble quelconque à la jonction du boulevard Mohamed V et du carrefour des facultés. En réalité, il n’a rien construit en Algérie, non pas faute de démarches et d’ambition, mais parce que sa nature conquérante inquiétait les autorités locales. Le petit texte qui suit n’apprendra rien aux spécialistes (je pense en particulier à mon ami Alex Gerber, qui travailla plusieurs années en Algérie et qui fit sa thèse de doctorat en Suisse sur "Le Corbusier et l’Algérie", à J. P. Giordani, qui enseigna l’histoire de l’architecture à l’EPAU et fit également une thèse sur le sujet, etc.) mais, dans son raccourci, il rétablira pour beaucoup la vérité sur l’histoire.

C’est au début des années trente, à l’occasion d’une rencontre sur l’urbanisme organisée par les architectes d’Alger, qu’il débarque, puis revient à plusieurs reprises avec sa valise pleine de projets. Ses conférences enthousiastes, qui stimulent de jeunes architectes acquis à ses doctrines (De Maisonseul, Emery, entre autres) et son projet fracassant d’aménagement d’Alger sont sans doute à l’origine d’une "école corbusiste" algérienne à laquelle se joignirent de bons architectes comme Miquel ou Simounet.

Le projet d’Alger fut baptisé " projet Obus" parce qu’il pulvérisait toutes les idées reçues : le long du littoral, de Saint-Eugène à Maison Carrée (de Bologhine à El-Harrach), dans un geste magistral, Le Corbusier faisait sinuer un immeuble de plus de dix kilomètres, dont la toiture était une autoroute. Cet immeuble était conçu comme un meuble à casiers, chaque casier pouvant être aménagé en logement, avec sa propre façade, au gré de l’occupant ; on pourra même y faire du néo-mauresque,(je cite de mémoire), disait l’architecte. Les rues étroites de la ville coloniale, "où les gens se regardent d’une façade à l’autre et ne voient pas la mer" n’étaient, pour Le Corbusier, qu’un résidu urbain sans intérêt, autant les démolir ; à la place, des milliers de gens en première loge, feraient face à la Méditerranée. Quant à La Casbah, qui fut une découverte, voire même une révélation pour l’architecte, la route la survolait pour ne pas y toucher. On comprend la panique des notables. Démolir une partie de la ville coloniale, survoler La Casbah, investir d’un coup sur un ouvrage faramineux, paraissait (je dirais même : était) une véritable folie.

Je crois que Le Corbusier­ lui-même ne croyait pas sa réalisation possible ; c’était plutôt un geste doctrinal, une démonstration futuriste, une grande idée de ce qu’on appelle "une prise de site" qui, d’ailleurs, fit des émules dans le monde, de l’Italie à l’Amérique du Sud.  L’absurdité était sans doute de le faire sur un territoire déjà urbanisé.

Paradoxalement, l’acquis le plus positif de ses voyages algériens fut la découverte de La Casbah et celle de la vallée du M’zab ; c’est en marchant dans la médina d’Alger qu’il réalisa à quel point l’architecture n’était pas un "spectacle" mais une organisation dynamique d’espaces et de volumes ;  " l’architecture arabe nous donne un enseignement précieux. Elle s’apprécie à la marche, avec le pied : c’est en marchant, en se déplaçant, que l’on voit se développer les ordonnances de l’architecture. C’est un principe contraire à l’architecture baroque qui est conçue sur le papier autour d’un point fixe théorique. Je préfère l’enseignement de l’architecture arabe…", ou : "Tout est encore debout dans La Casbah d’Alger engorgée ; tous les éléments d’une architecture infiniment sensible aux besoins et aux goûts de l’homme. La ville européenne peut tirer un enseignement décisif, non qu’il s’agisse d’ânonner un glossaire d’ornements arabes, mais bien de discerner l’essence même d’une architecture et d’un urbanisme. D’autres problèmes sont alors posés, se référant à des coutumes différentes et devant satisfaire à d’autres besoins. Une base fondamentale est commune : le soleil d’Alger…" Il écrivit de nombreux textes sur La Casbah, qui sont parmi les meilleurs et les plus sensibles qui lui aient été consacrés. (Pour la petite histoire, rappelons qu’il fut agressé rue Sidi Abdellah par deux voyous qui, pour lui voler quelques francs, lui laissèrent toute sa vie des séquelles du coup qu’il reçut sur la nuque). Son influence sur la redécouverte des architectures dites traditionnelles, qui a par la suite remis en cause tout le concept académique du "monument historique" et celui de la composition classique des maisons et des palais, a été importante,  d’autant que la plupart des architectes "modernes" étaient tournés uniquement vers les techniques du futur. C’est là un des aspects les plus intéressants de Le Corbusier : le sens de la contradiction, la vision culturelle, au-delà de ses propres dogmatismes. Les visites au M’zab, qu’il survola dans le petit avion de Durafour avant de s’y promener, confirma et enrichit sa vision sur l’architecture vernaculaire.

Le Corbusier revint à Alger en 1942 et, sous l’influence de ses amis, fit partie de la commission chargée de rédiger un nouveau plan d’aménagement. A cette occasion, il présenta une variante assagie de son étude du centre de la ville ; au départ (dans les années 1930), il avait situé le gratte-ciel d’affaires sur la pointe de la Marine, commandant un espace de jardins où n’étaient conservés que les bâtiments à valeur historique. Dans le nouveau projet, il transporta l’immeuble sur le bastion de la Grande-Poste ; il dissocia clairement le quartier de la Marine et de la place des Martyrs, en tant que centre de la vie culturelle musulmane, et le bastion de la Poste, en tant que centre des affaires.  On peut se demander si la démarche n’avait pas un caractère ségrégatif en accentuant le dualisme colonial commun à toutes les villes d’Algérie. Ses projets n’aboutirent pas. La période était mauvaise, il avait tenté de s’appuyer sur le régime de Vichy (qu’il quitta peu après en les traitant de crétins), mais la libération était proche et il fut mis à l’écart.

Pendant toute cette période (1930 – 1942), il produisit plusieurs projets : le projet Durand sur le plateau d’Ouchaya (où l’on dit qu’il dessina le club de tennis qui, en réalité, fut construit par l’architecte local Tombarel), une maison à Cherchell, un plan d’urbanisme à Nemours (dans l’ouest algérien) où il laissa Emery exploiter sans imagination les principes de la ville radieuse.

Ce que voulait Le Corbusier, c’était à la fois démontrer et bâtir. On peut regretter de ne pas avoir en Algérie de témoin tangible de son œuvre parce que son talent était immense, quelles que soient les impasses doctrinaires dans lesquelles il conduisit ses "disciples" et quelles que soient ses ambiguïtés politiques. Il était toujours à la recherche d’un pouvoir fort qui imposerait ses vues. Il ne le trouva pas à Alger, mais, plus tard, rencontra Nehru et réalisa, au sommet de sa maturité, les beaux bâtiments de Chandigarh.

En 1957, Gérald Hanning, qui dirigeait l’Agence du Plan d’Alger, proposa de reprendre le projet de la Marine en y intégrant le building de Le Corbusier (à l’agence duquel il avait travaillé précédemment), mais en l’accompagnant d’un tissu urbain et commercial dense, faisant continuité avec la médina.  En 1963 (sauf erreur), avec C. E. Bachofen qui dirigeait l’Atelier d’urbanisme de la wilaya, nous ressortîmes encore une fois le projet des tiroirs pour contrer celui de l’hôtel Aurassi qui, sur le plan du site d’Alger, allait être une verrue disproportionnée (même après que, pour des raisons de fondations, l’architecte Moretti ait réduit sa hauteur de moitié). Pour appuyer nos arguments, nous avions organisé, rue Pasteur, une exposition sur l’œuvre de Le Corbusier.

Parmi les œuvres marquées par son influence à Alger, ce sont évidemment l’Aérohabitat (architecte principal Miquel) qui reprend certains principes de l’"unité d’habitation" en y ajoutant l’implantation remarquable dans le site, l’utilisation du dénivelé pour créer la galerie commerciale entre le niveau 0 amont et le niveau 0 aval ; et Djenane el Hassane (architecte Simounet) dont l’inspiration plastique, les voûtes étagées dans une pente abrupte, viennent des projets "Roc et Rob" que Le Corbusier imagina sur un versant montagneux du Midi de la France, ainsi que les nombreux projets d’Emery, réalisés avec le soin et le sérieux d’un émigré suisse : je laisse aux chercheurs le soin d’en dresser l’inventaire.

 Jean Jacques Deluz   ( "chronique urbaine"  publiée dans l'hebdomadaire "Les débats"  - semaine du 20 au 26 juin 2007)

Architecte et urbaniste, ayant essentiellement travaillé à Alger, J.J. Deluz est décédé le 30 avril 2009.  L'ensemble de ses chroniques publiées en 2007, dans l'hebdomadaire "Les débats" a été rassemblé dans un ouvrage  :   Fantasmes et réalités : Réflexions sur l’architecture, 167 pages, Editions Barzakh, 2008, Alger.

 

Les projets urbains labellisés "verts"; "éco" ou "durables" au Maroc

 

Il semble que  la décennie en cours soit celle des projets urbains labellisés "durables" au Maroc. Plusieurs chercheurs relèvent qu'à l'échelle du pourtour arabe méditerranéen, le pays est même, en nombre,  le champion  des projets urbains labellisés de la sorte depuis la fin des années 2000 (Barthel, Pierre-Arnaud, Clerc, Valérie et Philifert, Pascale. 2013. « La “ville durable” précipitée dans le monde arabe : essai d’analyse généalogique et critique », Environnement urbain/Urban Environment, vol. 7, p. 16‑30.)

Ainsi, depuis 2010, deux projets de villes nouvelles pilotés par le groupe privé Al Omrane sous la tutelle directe du ministère marocain de l’Habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville : « Sahel Lahyiata » et « Chrafate » sont présentées sous  le qualificatif de ville « écologique » ou « durable », auxquels on peut ajouter les projets de CDG Développement, holding privée notamment « Rabat Al Boustane », « Éco-cité Zénata », « Casa Green Town » ou encore ceux du développeur privé Alliances « Bab Drâa », « Casa-Sindibad ». De même,  les projets de développement urbain pilotés par l’Office chérifien des phosphates (numéro un mondial du secteur) , villes ou morceaux de villes, tel que le projet « Ville verte » à Benguérir, ou ceux d'Ifrane, de Rabat et de Benslimane s'inscrivent dans cette dynamique.

Ces nouveaux projets mobilisent une expérience  internationale et particulièrement française en faisant appel à des bureaux d'études et  des agences d'urbanisme de renom. La question est de savoir si ces projets vont permettre d'impulser une évolution des modes de faire vers des réalisations urbaines plus soucieuses de l'intégration des préoccupations environnementales mais également sociales propres à chaque région , ou s'il va  s'agir plutôt de se mettre en phase avec un "modèle international de l'urbanisme durable" composé de "bonnes pratiques", supposées transposables.

Cette question n'est d'ailleurs pas spécifique au terrain marocain mais se pose pour tous les contextes urbains qui importent des expertises, car si l'échange d'expérience et de savoir-faire s'avère utile et même nécessaire, les efforts d'adaptation des savoir-faire d'urbanisme "durable"  pour répondre aux réalités environnementales et socio-économiques des pays dans lesquels ils sont engagés sont  confrontés à de nombreuses incertitudes.

B.K.

 

 

Appel à contributions pour le workshop : "Les médinas à l’époque contemporaine (XX-XXIe siècles) : oscillations entre patrimonialisation et marginalisation ?"

Appel à contributions pour le workshop :  Les médinas à l’époque contemporaine (XX-XXIe siècles) : oscillations entre patrimonialisation et marginalisation ? organisé dans le cadre du programme ANR Marges et qui est prévu à Alger les 13 et 14 février 2015. Lire la suite

Publication : Livre Blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans

Le Groupement d'intérêt scientifique (GIS)  du CNRS,  a publié, avec la contribution du CJB (Centre Jacques Berque),  en septembre 2014, "Le livre Blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans".
Pour  lire  le livre au format PDF:
Publication :  Livre Blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans