Le Corbusier en Algérie (article issu de “la chronique urbaine ” de J.J. Deluz)

Tout le monde sait que Le Corbusier est venu à plusieurs reprises à Alger.  C’est presque un mythe : on pense qu’il a construit ceci ou cela, et même le Guide bleu d’une ancienne édition lui attribue un immeuble quelconque à la jonction du boulevard Mohamed V et du carrefour des facultés. En réalité, il n’a rien construit en Algérie, non pas faute de démarches et d’ambition, mais parce que sa nature conquérante inquiétait les autorités locales. Le petit texte qui suit n’apprendra rien aux spécialistes (je pense en particulier à mon ami Alex Gerber, qui travailla plusieurs années en Algérie et qui fit sa thèse de doctorat en Suisse sur “Le Corbusier et l’Algérie”, à J. P. Giordani, qui enseigna l’histoire de l’architecture à l’EPAU et fit également une thèse sur le sujet, etc.) mais, dans son raccourci, il rétablira pour beaucoup la vérité sur l’histoire.

C’est au début des années trente, à l’occasion d’une rencontre sur l’urbanisme organisée par les architectes d’Alger, qu’il débarque, puis revient à plusieurs reprises avec sa valise pleine de projets. Ses conférences enthousiastes, qui stimulent de jeunes architectes acquis à ses doctrines (De Maisonseul, Emery, entre autres) et son projet fracassant d’aménagement d’Alger sont sans doute à l’origine d’une “école corbusiste” algérienne à laquelle se joignirent de bons architectes comme Miquel ou Simounet.

Le projet d’Alger fut baptisé ” projet Obus” parce qu’il pulvérisait toutes les idées reçues : le long du littoral, de Saint-Eugène à Maison Carrée (de Bologhine à El-Harrach), dans un geste magistral, Le Corbusier faisait sinuer un immeuble de plus de dix kilomètres, dont la toiture était une autoroute. Cet immeuble était conçu comme un meuble à casiers, chaque casier pouvant être aménagé en logement, avec sa propre façade, au gré de l’occupant ; on pourra même y faire du néo-mauresque,(je cite de mémoire), disait l’architecte. Les rues étroites de la ville coloniale, “où les gens se regardent d’une façade à l’autre et ne voient pas la mer” n’étaient, pour Le Corbusier, qu’un résidu urbain sans intérêt, autant les démolir ; à la place, des milliers de gens en première loge, feraient face à la Méditerranée. Quant à La Casbah, qui fut une découverte, voire même une révélation pour l’architecte, la route la survolait pour ne pas y toucher. On comprend la panique des notables. Démolir une partie de la ville coloniale, survoler La Casbah, investir d’un coup sur un ouvrage faramineux, paraissait (je dirais même : était) une véritable folie.

Je crois que Le Corbusier­ lui-même ne croyait pas sa réalisation possible ; c’était plutôt un geste doctrinal, une démonstration futuriste, une grande idée de ce qu’on appelle “une prise de site” qui, d’ailleurs, fit des émules dans le monde, de l’Italie à l’Amérique du Sud.  L’absurdité était sans doute de le faire sur un territoire déjà urbanisé.

Paradoxalement, l’acquis le plus positif de ses voyages algériens fut la découverte de La Casbah et celle de la vallée du M’zab ; c’est en marchant dans la médina d’Alger qu’il réalisa à quel point l’architecture n’était pas un “spectacle” mais une organisation dynamique d’espaces et de volumes ;  ” l’architecture arabe nous donne un enseignement précieux. Elle s’apprécie à la marche, avec le pied : c’est en marchant, en se déplaçant, que l’on voit se développer les ordonnances de l’architecture. C’est un principe contraire à l’architecture baroque qui est conçue sur le papier autour d’un point fixe théorique. Je préfère l’enseignement de l’architecture arabe…”, ou : “Tout est encore debout dans La Casbah d’Alger engorgée ; tous les éléments d’une architecture infiniment sensible aux besoins et aux goûts de l’homme. La ville européenne peut tirer un enseignement décisif, non qu’il s’agisse d’ânonner un glossaire d’ornements arabes, mais bien de discerner l’essence même d’une architecture et d’un urbanisme. D’autres problèmes sont alors posés, se référant à des coutumes différentes et devant satisfaire à d’autres besoins. Une base fondamentale est commune : le soleil d’Alger…” Il écrivit de nombreux textes sur La Casbah, qui sont parmi les meilleurs et les plus sensibles qui lui aient été consacrés. (Pour la petite histoire, rappelons qu’il fut agressé rue Sidi Abdellah par deux voyous qui, pour lui voler quelques francs, lui laissèrent toute sa vie des séquelles du coup qu’il reçut sur la nuque). Son influence sur la redécouverte des architectures dites traditionnelles, qui a par la suite remis en cause tout le concept académique du “monument historique” et celui de la composition classique des maisons et des palais, a été importante,  d’autant que la plupart des architectes “modernes” étaient tournés uniquement vers les techniques du futur. C’est là un des aspects les plus intéressants de Le Corbusier : le sens de la contradiction, la vision culturelle, au-delà de ses propres dogmatismes. Les visites au M’zab, qu’il survola dans le petit avion de Durafour avant de s’y promener, confirma et enrichit sa vision sur l’architecture vernaculaire.

Le Corbusier revint à Alger en 1942 et, sous l’influence de ses amis, fit partie de la commission chargée de rédiger un nouveau plan d’aménagement. A cette occasion, il présenta une variante assagie de son étude du centre de la ville ; au départ (dans les années 1930), il avait situé le gratte-ciel d’affaires sur la pointe de la Marine, commandant un espace de jardins où n’étaient conservés que les bâtiments à valeur historique. Dans le nouveau projet, il transporta l’immeuble sur le bastion de la Grande-Poste ; il dissocia clairement le quartier de la Marine et de la place des Martyrs, en tant que centre de la vie culturelle musulmane, et le bastion de la Poste, en tant que centre des affaires.  On peut se demander si la démarche n’avait pas un caractère ségrégatif en accentuant le dualisme colonial commun à toutes les villes d’Algérie. Ses projets n’aboutirent pas. La période était mauvaise, il avait tenté de s’appuyer sur le régime de Vichy (qu’il quitta peu après en les traitant de crétins), mais la libération était proche et il fut mis à l’écart.

Pendant toute cette période (1930 – 1942), il produisit plusieurs projets : le projet Durand sur le plateau d’Ouchaya (où l’on dit qu’il dessina le club de tennis qui, en réalité, fut construit par l’architecte local Tombarel), une maison à Cherchell, un plan d’urbanisme à Nemours (dans l’ouest algérien) où il laissa Emery exploiter sans imagination les principes de la ville radieuse.

Ce que voulait Le Corbusier, c’était à la fois démontrer et bâtir. On peut regretter de ne pas avoir en Algérie de témoin tangible de son œuvre parce que son talent était immense, quelles que soient les impasses doctrinaires dans lesquelles il conduisit ses “disciples” et quelles que soient ses ambiguïtés politiques. Il était toujours à la recherche d’un pouvoir fort qui imposerait ses vues. Il ne le trouva pas à Alger, mais, plus tard, rencontra Nehru et réalisa, au sommet de sa maturité, les beaux bâtiments de Chandigarh.

En 1957, Gérald Hanning, qui dirigeait l’Agence du Plan d’Alger, proposa de reprendre le projet de la Marine en y intégrant le building de Le Corbusier (à l’agence duquel il avait travaillé précédemment), mais en l’accompagnant d’un tissu urbain et commercial dense, faisant continuité avec la médina.  En 1963 (sauf erreur), avec C. E. Bachofen qui dirigeait l’Atelier d’urbanisme de la wilaya, nous ressortîmes encore une fois le projet des tiroirs pour contrer celui de l’hôtel Aurassi qui, sur le plan du site d’Alger, allait être une verrue disproportionnée (même après que, pour des raisons de fondations, l’architecte Moretti ait réduit sa hauteur de moitié). Pour appuyer nos arguments, nous avions organisé, rue Pasteur, une exposition sur l’œuvre de Le Corbusier.

Parmi les œuvres marquées par son influence à Alger, ce sont évidemment l’Aérohabitat (architecte principal Miquel) qui reprend certains principes de l’”unité d’habitation” en y ajoutant l’implantation remarquable dans le site, l’utilisation du dénivelé pour créer la galerie commerciale entre le niveau 0 amont et le niveau 0 aval ; et Djenane el Hassane (architecte Simounet) dont l’inspiration plastique, les voûtes étagées dans une pente abrupte, viennent des projets “Roc et Rob” que Le Corbusier imagina sur un versant montagneux du Midi de la France, ainsi que les nombreux projets d’Emery, réalisés avec le soin et le sérieux d’un émigré suisse : je laisse aux chercheurs le soin d’en dresser l’inventaire.

 Jean Jacques Deluz   ( ”chronique urbaine”  publiée dans l’hebdomadaire “Les débats”  – semaine du 20 au 26 juin 2007)

Architecte et urbaniste, ayant essentiellement travaillé à Alger, J.J. Deluz est décédé le 30 avril 2009.  L’ensemble de ses chroniques publiées en 2007, dans l’hebdomadaire “Les débats” a été rassemblé dans un ouvrage  :   Fantasmes et réalités : Réflexions sur l’architecture, 167 pages, Editions Barzakh, 2008, Alger.

 

Les projets urbains labellisés “verts”; “éco” ou “durables” au Maroc

 

Il semble que  la décennie en cours soit celle des projets urbains labellisés “durables” au Maroc. Plusieurs chercheurs relèvent qu’à l’échelle du pourtour arabe méditerranéen, le pays est même, en nombre,  le champion  des projets urbains labellisés de la sorte depuis la fin des années 2000 (Barthel, Pierre-Arnaud, Clerc, Valérie et Philifert, Pascale. 2013. « La “ville durable” précipitée dans le monde arabe : essai d’analyse généalogique et critique », Environnement urbain/Urban Environment, vol. 7, p. 16‑30.)

Ainsi, depuis 2010, deux projets de villes nouvelles pilotés par le groupe privé Al Omrane sous la tutelle directe du ministère marocain de l’Habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville : « Sahel Lahyiata » et « Chrafate » sont présentées sous  le qualificatif de ville « écologique » ou « durable », auxquels on peut ajouter les projets de CDG Développement, holding privée notamment « Rabat Al Boustane », « Éco-cité Zénata », « Casa Green Town » ou encore ceux du développeur privé Alliances « Bab Drâa », « Casa-Sindibad ». De même,  les projets de développement urbain pilotés par l’Office chérifien des phosphates (numéro un mondial du secteur) , villes ou morceaux de villes, tel que le projet « Ville verte » à Benguérir, ou ceux d’Ifrane, de Rabat et de Benslimane s’inscrivent dans cette dynamique.

Ces nouveaux projets mobilisent une expérience  internationale et particulièrement française en faisant appel à des bureaux d’études et  des agences d’urbanisme de renom. La question est de savoir si ces projets vont permettre d’impulser une évolution des modes de faire vers des réalisations urbaines plus soucieuses de l’intégration des préoccupations environnementales mais également sociales propres à chaque région , ou s’il va  s’agir plutôt de se mettre en phase avec un “modèle international de l’urbanisme durable” composé de “bonnes pratiques”, supposées transposables.

Cette question n’est d’ailleurs pas spécifique au terrain marocain mais se pose pour tous les contextes urbains qui importent des expertises, car si l’échange d’expérience et de savoir-faire s’avère utile et même nécessaire, les efforts d’adaptation des savoir-faire d’urbanisme “durable”  pour répondre aux réalités environnementales et socio-économiques des pays dans lesquels ils sont engagés sont  confrontés à de nombreuses incertitudes.

 

 

Appel à contributions pour le workshop : “Les médinas à l’époque contemporaine (XX-XXIe siècles) : oscillations entre patrimonialisation et marginalisation ?”

Appel à contributions pour le workshop :  Les médinas à l’époque contemporaine (XX-XXIe siècles) : oscillations entre patrimonialisation et marginalisation ? organisé dans le cadre du programme ANR Marges et qui est prévu à Alger les 13 et 14 février 2015. Lire la suite

Publication : Livre Blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans

Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS)  du CNRS,  a publié, avec la contribution du CJB (Centre Jacques Berque),  en septembre 2014, “Le livre Blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans“.
Pour  lire  le livre au format PDF:
Publication :  Livre Blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans

Un nouveau siège pour le parlement algérien

Le projet du  nouveau siège du parlement algérien comprend l’Assemblée Populaire Nationale, le Conseil de la nation (Sénat), la Salle des séances (Congrès) et un Hôtel Résidence pour les parlementaires.

Nouveau siège parlement algerienFiche Technique :

Nom officiel du projet : Parlement – Sénat – Congrès / République Algérienne Démocratique et Populaire

Localisation : Alger (Algérie)

 

* Architectes/designers :Consortium Algérien : Cosider, Vinci Grands Projets, CFE, Bureau Architecture Méditerannée (Thierry CHAMBON  / Maxime  REPAUX  / Frédéric ROUSTAN)                                                                                                                           * Responsables du projet : Frédéric ROUSTAN / Yassine ALLICHE                                  * Équipe de design : Collaborateurs : Sergii MITAKI / Ievgen GRYTSENKO / Laura MARCHEPOIL / Guillermo PANDO DE PRADO / Jean Christophe JODRY / David FROMAIN / Olivier VANEL / Jonathan TOURTOIS / Antony LONGEREY / Louise CATIN / Thérésa TOPOUKA                                                                                               * Architectes paysagistes : Bureau Architecture Méditerranée                                                                                                                      * Design d’éclairage : Bureau Architecture Méditerranée                                                  * Superficie du projet : 220 000 m2                                                                                                                                              * Coût des travaux :  non communiqué                                                                                                                      * Date de finalisation du projet : 2019

Pour en savoir plus, consulter l’article qui lui est consacré sur le site :                              http:// cyberarchi.com

Appel à contributions pour le numéro thématique des Cahiers d’EMAM : « Espace public et espaces publics en Méditerranée.Nouvelles pratiques et nouveaux enjeux »

La revue  Les Cahiers d’EMAM, Etudes sur le Monde Arabe et la Méditerranée lance un appel à contributions pour son numéro thématique : “Espace public et espaces publics en Méditerranée. Nouvelles pratiques et nouveaux enjeux“.

Argumentaire

L’espace public, au sens de formes urbaines accessibles à tous ou supposées comme telles, engendre le débat politique en révélant les spécificités de la société dans son ensemble. C’est dans la rencontre de l’espace abstrait du politique et de l’espace concret de l’appropriation par le public que réside une des caractéristiques essentielles de l’espace public. À l’origine d’importants enjeux sociaux, l’espace public est le cadre du cheminement des individus et des groupes oscillant entre expositions et évitements, entre fermeture et ouverture, entre dedans et dehors, entre public et privé. Ce numéro thématique vise à décrire et à comprendre les phénomènes sociaux liés à la formation de l’espace public et des espaces publics, ainsi que les règles auxquelles ils obéissent. Lire la suite

Appel à contributions pour le séminaire international : “Fabriquer et habiter les villes à l’ère de la mondialisation”

 

Les  Laboratoires de Recherche « Ressources Naturelles et Aménagement » et « Architecture et Urbanisme » de  l’Université Badji Mokhtar – Annaba – Algérie lancent  un  APPEL À COMMUNICATIONS  POUR UN SÉMINAIRE INTERNATIONAL, prévu les  20-21 Avril 2015 sur le thème :

“ FABRIQUER ET HABITER LES VILLES À L’ÈRE DE LA MONDIALISATION.  Les dynamiques paradoxales de l’urbanisation contemporaine”

Résumé :

Le séminaire « Fabriquer et habiter les villes à l’ère de la mondialisation. Les dynamiques paradoxales de l’urbanisation contemporaine » s’inscrit dans la continuité des travaux du Programme CMEP Tassili 10 MDU 805 regroupant un petit groupe de chercheurs algériens (Université Badji Mokhtar-Annaba) et français (ESO-Caen-UMR 6590 CNRS – Université de Caen-Basse Normandie).

Des modèles normés de fabrique de la ville émergent de nos jours ; et cela quel que soit le contexte géoculturel et quel que soit le niveau de la hiérarchie urbaine (des mégapoles aux petites villes) tant pour les pays dits du Nord que pour les pays dits du Sud. La circulation de ces modèles est telle que l’on peut les considérer comme mondialisés, c’est-à-dire servant de référence aux décideurs / Aménageurs comme solutions urbaines dans des villes et des contextes économiques, sociaux et culturels très différents, et parfois même opposés. Lire la suite

Appel à contributions pour le colloque : Mutations de la ville saharienne, Approches croisées sur le changement social et les pratiques urbaines

La Faculté des Sciences Sociales et Humaines  de l’Université Kasdi Merbah   de Ouargla (Algérie) lance un appel à communications pour le colloque : “Mutations de la ville saharienne, Approches croisées sur le changement social et les pratiques urbaines”, prévu les 03 et 04 Mars 2015.                        
                                       

Résumé :

Ce colloque aborde la question des mutations sociales qui sont en œuvre dans les villes sahariennes. L’urbanisation de ces dernières années atteste de la vitalité d’un phénomène bouleversant en profondeur les modes de vie, les structures sociales et les économies oasiennes. Lieux de nouvelles urbanités où les liens sociaux se recomposent, elles sont traversées par des tensions qui tiennent tant aux contextes locaux, aux conflits régionaux, qu’à celui de la globalisation. Le colloque permettra de faire le point sur les recherches en cours et réfléchira sur de nouvelles pistes de recherche. Les différents champs disciplinaires s’intéressant à la ville seront convoqués pour permettre une présentation, une confrontation, un croisement des différentes approches. Lire la suite

Exposition d’architecture à Annaba : « L’Architecture de Fernand Pouillon en Algerie »

Du lundi 15 septembre au mercredi 15 octobre 2014

Institut Français d’Annaba & Université Badji Mokhtar (Bibliothèque centrale)

L’exposition « L’Architecture de FERNAND POUILLON en Algerie »

Organisée en partenariat avec l’Université Badji Mokhtar est présentée conjointement à l’IF Annaba ainsi qu’a la bibliothèque centrale de l’Université Badji Mokhtar (Sidi Amar) du 15 au 30 septembre. Au département Architecture du 1er au 15 octobre.

Des journées d’études sur l’industrialisation du batiment qui laissent perplexe

Des journées d’études sur l’industrialisation du bâtiment se sont tenues,  le 30 septembre et le 1er octobre 2014 au Palais des Nations à Alger. Cette rencontre nationale, à laquelle ont été associés des partenaires nationaux et étrangers, visait, selon le ministre de l’habitat, de l’urbanisme et de la ville (MHUV)   «à réhabiliter le recours aux procédés du logement industriel que les grandes entreprises nationales de réalisation (DNC, Sonatiba… ) maîtrisaient déjà dans les années 1970″.

Bien que le premier ministre ait plaidé  dans son allocution d’ouverture des journées pour «une Industrialisation oui, mais pas à n’importe quel prix.», et pour «accélérer la cadence, tout en veillant  au respect de l’architecture nationale, des habitudes de vie des citoyens algériens, des normes internationales et de l’environnement.», quand on entend parler de “Réhabiliter le recours aux procédés du logement industriels en cours dans les années 1970″, on ne peut s’empêcher de penser aux ZHUN (Zones d’ Habitat Urbain Nouveau) et aux bâtiments préfabriqués qui ont envahis les périphéries de la plupart des villes algériennes dans les années 1970-1980, avec des typologies identiques du Nord au Sud.

Ces déclarations ne peuvent que laisser perplexe, étant donné l’uniformisation et la standardisation qui touche aujourd’hui encore le secteur de l’habitat, comme le prouve les milliers de logements construits chaque année, selon un modèle répétitif extensif, dans lequel la réflexion architecturale, mais surtout urbaine sont réduites au minimum.

Si  on peut considérer l’expérience des logements industrialisés comme positive du point de vue des délais de réalisation plus courts et des mises  en œuvre plus performantes, le constat est néanmoins quasi-unanime sur l’échec de ces réalisations et de  l’urbanisme de masse  aussi bien du point de vue de la diversité architecturale que de la composition urbaine, sans parler des conséquences socio-environnementales.

Loger décemment le plus grand nombre est évidement une nécessité, mais il parait cependant légitime de se poser des questions sur la manière de résoudre ce problème qui ne peut être dissocié du reste  de la problématique urbaine. Il semble utile voire incontournable  de bien définir ce qui est entendu par “industrialisation” et de  s’interroger sur la pertinence de revenir à des modes de faire déjà éprouvés et largement critiqués.                                                 S’interroger sur la possibilité  d’expérimenter de nouvelles lignes d’action  qui permettrait de tenter de traiter de manière globale  la situation urbaine critique dans laquelle se trouve les villes algériennes et  sur les conditions à mettre en place pour  améliorer  la prise en compte des spécificités sociales et environnementales propres à  chaque région de ce vaste pays aux conditions naturelles contrastées; est également  une nécessité pour éviter que “la solution” préconisée aujourd’hui pour combler le déficit en logements, n’entraine l’aggravation des problèmes socio-environnementaux et du malaise urbain déjà existants.