Appel à contributions: « Espace public et espaces publics en Méditerranée. Nouvelles pratiques et nouveaux enjeux »

Appel à contributions pour le numéro thématique des cahiers d’ EMAM (Études sur le Monde Arabe et la Méditerranée) :
« Espace public et espaces publics en Méditerranée.
Nouvelles pratiques et nouveaux enjeux »

Résumé

Ce numéro thématique des cahiers d’EMAM vise à décrire et à comprendre les phénomènes sociaux liés à la formation de l’espace public et des espaces publics ainsi que les règles auxquelles ils obéissent. Continue reading

Posted in Appel à contribution, Maghreb | Leave a comment

La gestion non maitrisée des ressources foncières au cœur des problématiques urbaines au Maghreb

Les villes des pays du Maghreb, historiquement compactes, comme le prouve entre autres, l’héritage des ksour et des médinas,  s’étalent aujourd’hui sous forme tentaculaire. Les extensions sont pour l’essentiel nourrit par l’habitat, qu’il soit « spontané » ou « programmé ». Etant donné l’explosion démographique, et sous l’effet de la pression populaire, l’action publique urbaine tente, en effet, de répondre aux revendications en matière de logement.

kairouan1Les villes connaissent deux phénomènes, simultanés mais disproportionnés : la consommation exponentielle d’espaces vierges et/ou agricoles par l’étalement urbain,  que l’accroissement démographique important, légitime et banalise; et la densification, au gré des disponibilités foncières de plus en plus convoitées. L’urbanisation excessive et rapide de terrains  entraine la raréfaction et l’augmentation de la valeur marchande du sol urbain, en particulier au niveau des tissus existants, aggravées par le phénomène de la spéculation foncière.                                                                       Ci-contre: L’étalement “en éventail” de Kairouan, ville  tunisienne de l’intérieur, fondée en 670 par le général omeyyade Okba ibn Nafaa et inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco (source: google earth)

Pourtant, le sol, support de l’urbanisation est un bien non renouvelable, il est donc impératif d’en assurer une gestion cohérente, responsable et économe. Pour cela, il est urgent de remédier  aux manque d’outils d’évaluation du potentiel réel des territoires, aux retards de recensement des terrains dans le cadre des plans cadastraux et de la conservation foncière, mais aussi aux problèmes d’imbrications de prérogatives entre services administratifs locaux engendrant un manque de clarté dans les prises de décisions et de nombreux contentieux sur la nature juridique des terrains. Toutes ces raisons et d’autres du même ordre sont souvent invoquées pour expliquer et parfois même excuser le non respect des instruments d’urbanisme, et la prédominance d’implantation d’aménagements urbains insuffisamment planifiés.

L’élaboration de documents cadastraux fiables et finalisés est donc un préalable à toute planification urbaine applicable réellement sur le terrain. Loin de se réduire à une simple question technique, la gestion responsable du sol urbain nécessite une volonté politique disposée à mettre en œuvre tous les moyens humains et matériels nécessaires pour mener à bien les recensements de terrains, pour impulser des actions visant à organiser la concertation entre services administratifs, pour encourager à régler les contentieux fonciers etc..

Aujourd’hui, il est insuffisant que la maitrise des ressources foncières et la régulation du marché foncier soient des préoccupations pour les pouvoirs publics, elles doivent devenir des priorités. L’enjeu est d’arriver à établir une croissance urbaine basée sur un usage rationnel du sol urbain, en incitant à l’économie des sols en matière de construction et d’infrastructures, afin d’éviter de repousser toujours plus loin les limites des villes, et de rendre encore plus difficile la gestion des infrastructures et services collectifs déjà problématique dans la quasi-totalité des villes maghrébines.

Au Maghreb, comme ailleurs (et plus qu’ailleurs étant donné l’état des lieux existant), maitriser la gestion des ressources foncières est une condition sine qua non, pour assurer un développement urbain qui se voudrait durable, soucieux d’améliorer le bien-être social et de préserver les ressources naturelles.

 

Posted in Billets, Maghreb | Leave a comment

Appel à contribution : Le rôle des villes littorales du Maghreb dans l’histoire

Appel à contribution pour  un colloque international ayant pour thème : “Le rôle des villes littorales du Maghreb dans l’histoire “  qui aura lieu les

29 et 30 octobre 2014  à

l’ Ecole Nationale Supérieure Maritime de BouSmail  (Tipasa, Algérie) Continue reading

Posted in Appel à contribution, Colloques, Séminaires, Rencontres Scientifiques, Maghreb | Leave a comment

Appel à communications: L’agriculture périurbaine : impacts du fait urbain, stratégies et jeux d’acteurs

Un appel à communications pour un Colloque international, ayant pour thème:

L’agriculture péri-urbaine – comparaison Europe – Maghreb                                  

prévu les 12 et 13 novembre 2014 

Université Larbi Ben M’hidi (Oum El Bouaghi, Algérie) Laboratoire Ressources Naturelles et Aménagement des milieux Sensibles   (RNAMS)
en collaboration avec l’INRA Écodéveloppement2 (Avignon, France)
et dans le cadre du programme DAUME3
Pour en savoir plus , télécharger l’ Appel : ID8434_AAC_agriculture_periurbaine_nov2014

Posted in Appel à contribution, Colloques, Séminaires, Rencontres Scientifiques, Maghreb | Leave a comment

Installation de l’Observatoire national algérien de la ville

D’après l’APS (Algérie Presse Service), le ministre de l’Habitat, de l’urbanisme et de la ville, Abdelmadjid Tebboune, a procédé lundi 21 avril 2014, à Alger à l’installation de l’Observatoire national de la ville chargé de l’amélioration du “cadre de vie du citoyen à l’intérieur des villes algériennes” . Continue reading

Posted in Algérie, Projets en cours | Leave a comment

LA 3ème ÉDITION DU FESTIVAL CULTUREL INTERNATIONAL DE PROMOTION DES ARCHITECTURES DE TERRE

La 3ème édition du Festival culturel international de promotion des architectures de terre aura lieu du 19 au 24 avril 2014 à l’Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme (EPAU) d’Alger. Continue reading

Posted in Algérie, Projets en cours | Leave a comment

Appel à articles: 100 ans d’urbanisme à Casablanca

100 ans d’urbanisme à Casablanca

Résumé

“Appel à articles organisé par l’École supérieure d’architecture de Casablanca, dans la perspective du colloque des 23 et 24 octobre 2014 sur les 100 ans d’urbanisme de la ville. Le colloque rassemblant des architectes, des urbanistes, des historiens, des sociologues et des économistes se donne pour objet d’étudier l’histoire de l’urbanisation de la ville, de s’interroger sur la fonction du plan et de son impact sur le fait urbain, tout en ouvrant des perspectives pour une vision quant à l’avenir de la métropole.”

Pour en savoir plus : http://calenda.org/279839   ou   http://www.ecole-archi-casa.com/

 

 

Posted in Colloques, Séminaires, Rencontres Scientifiques, Maghreb | Leave a comment

5èmes Journnées Géographiques Algériennes

En collaboration avec le laboratoire EGEAT,  le  département de Géographie et de l’Aménagement du Territoire de l’Université d’Oran Es-Senia organise les 10 et 11
décembre 2014 les cinquièmes journées géographiques algériennes.

Pour télécharger l’appel et  en savoir plus : ID8349_JGA_2014

Posted in Algérie, Colloques, Séminaires, Rencontres Scientifiques | Leave a comment

Workshop de Tunis: “Politiques urbaines et production des inégalités socio-spatiales en Méditerranée à l’heure néolibérale”

Continue reading

Posted in Colloques, Séminaires, Rencontres Scientifiques, Maghreb | Leave a comment

De l’harmonie du cadre bâti

De nombreuses voix ont dénoncé la médiocrité du paysage urbain algérien, pourtant, depuis quelques temps, on constate un regain d’intérêt pour l’esthétique architecturale et en particulier pour le traitement des façades qui  rivalisent  de décorations éclectiques parfois  ostentatoires, utilisant des matériaux divers et variés, de plus en plus nombreux sur le marché national.

Les façades étant les premiers éléments perçus d’un bâtiment, on accorde à leur traitement une attention particulière. C’est l’élément « accrocheur », qui s’offre au regard, et c’est peut-être  pourquoi, ces  dernières années, en Algérie, les bâtiments nouvellement construits ou rénovés, qu’ils soient publics ou privés affichent une « esthétique» qui  aboutit à la juxtaposition  de tous les styles architecturaux.  Par exemple, au niveau d’une même artère, on passe allègrement des arcades arabo-mauresques,  aux colonnades  et frontons antiques du style néo-classique, en passant par les imposants panneaux multicolores et vitrés du style moderne. En effet, une multitude de revêtements, placages et éléments préfabriqués, qu’ils soient importés ou locaux  permet de maquiller parfois outrageusement les façades.

Il semble que la réflexion soit  concentrée le plus souvent sur le volume et l’ornement à  l’échelle du bâtiment, sans se soucier du cadre environnant, comme si le projet était seul dans l’espace, l’échelle urbaine est secondaire, quand elle n’est pas carrément occultée. Tout se passe comme si, pour améliorer la qualité du cadre bâti et des aménagements urbains,  il suffisait de juxtaposer  de « belles » façades, (la « beauté » étant d’ailleurs une valeur tout à fait relative et subjective) qui s’ignorent les unes les autres. On risque ainsi de tomber dans une autre forme de médiocrité urbaine, dans laquelle le désordre architectural  faisant  étalage de formes diverses et de matériaux  parfois luxueux et très couteux, remplace l’harmonie basée sur la qualité du rapport  entre les différentes constructions, même très simples, composant  une entité urbaine. Il suffit de visiter le peu de sites vernaculaires qui sont encore bien conservés, tels que les ksour de la vallée du Mzab, par exemples, pour s’en persuader.

Des architectes précurseurs tels qu’André Ravereau, Hassan Fathi ou Jean Jacques Deluz ont consacré leur vie à essayer  de transmettre une autre façon de concevoir et à rappeler que le nécessaire, le suffisant, la juste mesure, la simplicité, le respect du lieu et des conditions socio-environnementales, sont aussi des critères de qualité pour un projet architectural et/ou urbain.     Jean Jacques Deluz, dans ses chroniques urbaines (2007), notait fort justement que: « tout problème de composition architecturale se pose en termes de rapport et de proportions. Le reste est accessoire, c’est la décoration….L’harmonie est dans l’essentiel, la décoration est dans l’accessoire ».

La question de l’harmonie se pose en effet, sachant que l’image d’une construction urbaine ne peut-être appréhendée individuellement, elle fait partie d’un tout : d’une rue,  d’un quartier, bref, d’un morceau de ville, dans lequel elle doit en principe s’intégrer au mieux pour tenter de préserver ou de renforcer l’unité de l’ensemble afin de tendre vers une composition harmonieuse de l’espace urbain.

Posted in Algérie, Billets | 1 Comment