Le numéro 123/2014 de la revue « Mediterranée »: « La qualité environnementale en milieu urbain; Évaluation pluridisciplinaire

Les articles du numéro 123/2014 de la revue « Méditerranée » ayant pour thème: « La qualité environnementale en milieu urbain :Évaluation pluridisciplinaire » sont consultables en ligne sur le portail Cairn.info.

Ce numéro de la revue « Méditerranée » rassemble des études en géographie, écologie, urbanisme, paysage… qui interrogent la qualité environnementale du cadre de vie dans 15 villes d’Europe et du Bassin méditerranéen; dont deux articles sur la ville d’Alger :

« La recherche d’intercommunalité par l’évaluation des performances environnementales locales à Alger ‪(Ewa Berezowska-Azzag et al.) et « Le concept de « corridors écologiques » en milieux urbains: enjeux et contraintes d’une approche de requalification environnementale : Les exemples de renaturation de l’Oued El Harrach (Alger) et du Ruisseau des Aygalades (Marseille) » (Ewa Berezowska-Azzag et Mohamed Srir).

Le numéro propose de mettre en question les approches normatives qui sous-tendent aujourd’hui les produits immobiliers ou urbanistiques qui mobilisent la notion de « haute qualité environnementale », ainsi que le discours consensuel sur la « ville durable »…

Pour en savoir plus et consulter les articles : https://mediterranee.revues.org/7291 et http://www.cairn.info/revue-mediterranee-2014-2.htm

Ouvrage :  » La justice spatiale et la ville. Regards du Sud « 

 

La justice spatiale et la ville. Regards du Sud

Source :http://www.karthala.com/

A l’heure où l’on parle d’établir « un nouvel agenda urbain » qui promeut « la ville inclusive » et invite à « transformer les villes et en faire des moteurs de lutte contre la pauvreté et l’exclusion » (Habitat III, Déclaration de Quito, octobre 2016) ; la question de « la justice spatiale » semble incontournable, d’où l’intérêt de cet ouvrage, paru en 2014, aux éditions Karthala et qui s’intitule  » La justice spatiale et la ville. Regards du Sud « .
Le livre, fruit du travail de recherche de 25 contributeurs, sur des terrains, essentiellement africains, (dont le Maroc) explore cette notion de « justice spatiale » et postule que « l’injustice sociale se traduit dans l’espace et que réciproquement l’organisation de l’espace est productrice d’injustice sociale. C’est ce que traduit le concept de justice spatiale, c’est-à-dire l’approche spatiale de la justice sociale entendue dans ses différentes dimensions, tant de distribution équitable que de reconnaissance ».
Une recension de l’ouvrage, établie par Catherine Fournet-Guerin  est consultable en ligne sur :https://espacepolitique.revues.org/3423

Le n° 28 des Cahiers d’EMAM « Les espace(s) public(s) en Méditerranée. Mobilisations, médiations & citoyenneté », en ligne

Le n° 28/2016 des Cahiers d’EMAM intitulé « Les espace(s) public(s) en Méditerranée. Mobilisations, médiations & citoyenneté », est en ligne depuis juillet 2016.

Dans ce numéro, coordonné par Nassima Driss (Sociologue et urbaniste, Maître de conférences à l’Université de Rouen), sept pays du bassin méditerranéen (Italie, Malte, Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte, Liban) sont évoqués, avec une ouverture vers les pays du Golfe. Ce numéro thématique vise à décrire et à comprendre les phénomènes sociaux liés à la formation de l’espace public et des espaces publics ainsi que les règles auxquelles ils obéissent. Des contributions portent sur l’espace public au sens politique, tandis que d’autres explorent les espaces publics et les pratiques spatiales en public afin d’identifier des réalités socio-anthropologiques singulières et de saisir les interactions en public dans différentes catégories d’espace.

Pour accéder à la version en ligne : https://emam.revues.org/

 

Inauguration de la « ville nouvelle » de Sidi Abdallah : un « modèle » urbanistique?

sidi-abdallah

Une vue de Sidi Abdallah Source APS (Algérie Presse Service)

La première tranche de la « nouvelle ville » de Sidi Abdellah, a été inaugurée le 11 décembre 2016, par les plus hautes autorités de l’Etat. Situé à 25 km d’Alger, et s’étendant sur une superficie de 7.000 ha, dont 3.000 ha urbanisables et 4.000 ha d’espace protégés, ce projet est sensé disposer de toutes les commodités en matière d’éducation, de santé et de loisirs. Il doit même constituer à l’avenir un «  modèle » pour les nouvelles villes algériennes. C’est, du moins, ce qu’affirme la présentation officielle qui ne tarit pas d’éloges pour ce projet, dont elle souligne même l’orientation en tant que ville « verte » répondant aux « normes internationales » en matière d’écologie.

Cependant, s’il est prévu que des panneaux photovoltaïques soient installés pour l’éclairage public, que contrairement à ce qui se pratiquait auparavant, les cités doivent désormais disposer des commodités nécessaires tels les établissements scolaires, crèches, commerces de proximité, prestations bancaires, postales etc… espaces verts, jardins et espaces de jeux et de loisirs (c’est du moins ce qui est annoncé), et que concernant la propreté des cités, un plan de collecte des ordures a été élaboré ; il n’en demeure pas moins que la production reste très standardisée. Les organismes chargés du contrôle et du suivi préfèrent ici aussi reconduire des modes constructifs et des conceptions ayant fait leurs preuves, et se méfient des innovations qui risquent de compromettre l’avancement des travaux. Sur les 45000 logements prévus à terme (jusqu’en 2018), c’est une première tranche de plus de 3000 logements qui doit être livrée ces jours-ci et le moins que l’on puisse dire, c’est que la prise en compte des réalités socio-environnementales apparait plutôt marginale.

En effet, les considérations d’ordre écologique commencent à peine à faire  officiellement partie des critères de mise en œuvre dans la construction publique de logements (pour les logements HPE voir billet https://ruralm.hypotheses.org/62), et les considérations d’ordre social restent figées dans la vision  du  “tout logement, au plus tôt”, avec une percée de la notion vague de « qualité ». De plus,  on peut se poser des questions sur la pertinence de la création de « villes nouvelles » (ou ce qui est présenté comme tel) alors qu’il y  tant à faire pour gérer et  améliorer le cadre de vie dans les villes existantes, d’autant plus que cette « ville nouvelle », de même que celle de Bouinan d’ailleurs (voir le billet https://ruralm.hypotheses.org/93 ), est située aux portes d’Alger et qu’il est prévu de la doter d’équipements très importants (un pôle santé comportant des technologies de pointe, un pôle  pharmaceutique et biotechnologique, et un pôle universitaire universitaires de 22 000 places pédagogiques ; sont en cours de réalisation), ce qui pose la question de fond de la contradiction avec les orientations du SNAT 2030 et ses objectifs affichés concernant le rééquilibrage territorial et la  déconcentration de la bande Nord. Il semble, au contraire, qu’en pratique, on ne cesse de renforcer l’attractivité de la capitale avec des projets d’envergure.

En tous cas, pour l’instant, au-delà des effets d’annonce, ce projet, dont la livraison totale est prévue pour 2018,  n’apparait pas vraiment différent et s’inscrit plutot dans la lignée des autres projets d’urbanisme de masse en cours de réalisation à la périphérie des grandes villes. Reste à voir comment les choses vont évoluer et comment les habitants vont s’approprier ce nouvel espace urbanisé, qui, de toutes façons, est venu grignoter un peu plus de terrain naturel et accentuer encore l’étalement de la métropole algéroise…

Pour citer ce billet : “Inauguration de la « ville nouvelle » de Sidi Abdallah : un « modèle » urbanistique?”    par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 19 décembre 2016                                         Lien :https://ruralm.hypotheses.org/1113

Appel à communication : Journée des doctorants en urbanisme-aménagement de l’APEREAU

La journée des doctorants de l’APERAU Internationale aura lieu le vendredi 12 mai 2017 à Aix-en-Provence. Les doctorants de tous les laboratoires liés aux formations membres de l’APERAU Internationale, sont invités à proposer une communication. Ces propositions peuvent concerner l’ensemble des sujets de doctorat en aménagement et urbanisme.

Depuis 2010, l’APERAU organise des rencontres doctorales destinées à mettre en exergue les recherches en cours ou finalisées (à Brest en 2010, Constantine et Aix-en-Provence en 2011, Lausanne en 2012, Aix-en-Provence en 2013, Rennes en 2015, et Bruxelles en 2016). Cette septième édition, prévue le vendredi 12 mai, constitue une l’occasion pour les doctorants des laboratoires de recherche liés aux formations membres de l’APERAU de présenter leurs travaux, d’échanger entre eux mais également avec des enseignants-chercheurs et des professionnels de l’urbanisme et de l’aménagement.

Participation : Les doctorants de tous les laboratoires liés aux formations membres de l’APERAU Internationale, sont invités à proposer une communication. Ces propositions peuvent concerner l’ensemble des sujets de doctorat en aménagement et urbanisme.

Calendrier : * 27 janvier 2017 : date-limite d’envoi du résumé de la communication                                   * 17 février 2017 :notification aux auteurs de l’acceptation ou du refus                                   *  2 mai 2017 : date-limite d’envoi du texte de la communication.

Les résumés seront adressés à Séverine Bonnin-Oliveira (severine.bonnin-oliveira@univamu.fr). Pour faciliter le traitement de ces envois, le sujet de l’e-mail comportant la proposition de communication portera l’intitulé « Rencontre des doctorants de l’APERAU ».

Pour en savoir plus et telécharger l »appel : http://www.aperau.org/images/Appel_a_com_journ%C3%A9e_des_doctorants_Aix_2017.pdf

Une expérience innovante en marge des opérations de logements « standards » : Le ksar de Tafilelt, une nouvelle fois récompensé

main1

photo: Tafilelt.com

Le nouveau ksar de Tafilelt (Tafilelt Tadjdite), un projet d’habitat social, a été initié en 1997 par un promoteur privé (la Société civile immobilière, issue de la fondation « Amidoul »), au sud de Beni Isguen, dans la wilaya de Ghardaia, en s’inspirant de l’habitat traditionnel mozabite et en utilisant les matériaux locaux (la pierre, la chaux, le sable, le plâtre …). Ce projet s’inscrit dans une optique sociale et écologique, dont  le programme initial de 870 logements a été réalisé en cinq tranches, et s’est achevé en 2006 (le nombre est arrivé à 1050 logements actuellement). L’implication des habitants dans la conception et la construction est l’une des particularité de ce projet, qui fut l’un des premiers initiés par un promoteur privé avec l’aide de l’Etat. Les futurs habitants ont pu participer à la construction des maisons, en travaillant sur le chantier, le week-end ou en semaine selon les possibilités, dans une entraide collective, la « touiza », pratique ancestrale dans la vallée, qui met l’intérêt général au cœur de toutes les opérations, complétées aujourd’hui par des actions telles que la gestion des déchets ménagers, la densification et la préservation des espaces verts,  l’épuration naturelle et biologique des eaux usées de la cité ou encore la création d’un parc animalier et végétal des zones désertiques.

Cet ensemble a reçu en 2012, le 3ème prix du concours national d’architecture, ce qui est une reconnaissance pour une réalisation qui a été édifiée un peu en marge des circuits habituels. Il existe ainsi, à petite échelle, quelques expériences  de programmes d’habitat ksouriens intégrés, marquées par une volonté de réaliser de « nouveaux ksour », et de réinterpréter l’héritage urbain et architectural comme c’est le cas pour celui de Tafilelt.

En Algérie, les projets comme le nouveau ksar de Tafilelt sont très (trop) peu nombreux, et font figures d’exceptions dans un paysage urbain dominé par les pratiques uniformisées et uniformisantes (uniformité dans la démarche de mise en œuvre, au niveau de la gestion urbaine, dans les aménagements, les matériaux utilisés, les cahiers des charges et le choix architectural…), pourtant ces projets prouvent que même avant la promulgation des lois dites de « deuxième génération », ayant pour cadre le développement durable, le souci de mieux répondre aux réalités socio-environnementales n’était pas totalement absent des actions urbaines. D’ailleurs, outre le prix décerné par l’Etat algérien en 2012, le Ksar de Tafilelt est cité comme exemple dans un rapport de 2010 établit par l’Institut de La Méditerranée sur  « Les autorités locales et régionales dans la nouvelle gouvernance méditerranéenne », et  un autre rapport de 2009, toujours de l’Institut de La Méditérannée,  intitulé « Vers des quartiers durables méditerranéens- Evaluation qualitative des expériences de développement : durable »  pour le projet CAT-MED, qui n’hésite pas  à le qualifier comme étant digne des éco-quartiers européens.

Le ksar de Tafilelt avait obtenu également le premier prix de la ligue arabe de l’Environnement en 2014 et il vient d’etre encore récompensé du « coup de cœur des internautes City » lundi 14 novembre 2016 à Marrakech (Maroc) suite à un vote des internautes (plus de 600 voix des professionnels du monde). Cette consécration a été obtenue lors de la première édition du concours Green City Solutions Awards, organisée par le réseau Construction 21 qui milite pour la promotion des constructions et quartiers innovants et durables, à l’occasion de la 22e session de la Conférence des Parties (COP 22) de Marrakech.

Au-delà des appréciations et des récompenses, ce qui peut-être retenu de cette expérience, c’est la possibilité  institutionnelle de pouvoir aménager à l’initiative de la population locale, selon des critères spécifiques au site. En plus du résultat urbain et architectural obtenu, appréciable et original, du prix de revient jugé économique, c’est aussi le caractère participatif (Etat, bénéficiaires, et l’association Amidoul, pour une participation pas seulement financière) de la formule qui est intéressant, et le fait que cela ait pu se faire malgré une politique de l’habitat rigide laissant peu de place aux innovations et à la diversification des intervenants.

Pour en savoir plus sur ce projet :http://tafilelt.com/site/ et http://www.construction21.org/france/articles/fr/laureat-coup-de-coeur-city-gbcsawards-2016–cite-tafilelt-tajdite-algerie.html

Pour citer ce billet : « Une expérience innovante en marge des opérations de logements « standards » : Le ksar de Tafilelt,    une nouvelle fois récompensé»    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 22 novembre 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1101

A propos de la prévention et de la protection sur les chantiers

Quand on aborde le sujet  du bâtiment et des travaux publics au Maghreb et dans les pays dits «  en développement »,  on entend souvent parler du manque de moyens financiers, du manque de qualité des travaux exécutés, du manque de savoir- faire technique, du manque de matériaux de construction, du manque de main d’œuvre qualifiée, du manque de respect des délais impartis pour la réalisation des travaux,  mais on entend moins souvent parler du manque de prévention et de protection des ouvriers sur les chantiers. Pourtant le secteur du BTP est l’un des plus accidentogène, puisque d’après l’Organisation Internationale du Travail (OIT), environs un décès se produit toutes les dix minutes dans le secteur du bâtiment dans le monde.

En Algérie par exemple, pays en plein développement, où les chantiers de construction publics et privés,  prolifèrent aux quatre coins du territoire, les chefs d’entreprises de BTP, en particulier ceux des milliers de petites entreprises privées, embauchent  des dizaines de milliers d’ouvriers (spécialisés ou non) précaires,  anonymes, non déclarés, qui sont exposés à de nombreux risques et accidents, alors que les règles les plus élémentaires de protection (à commencer par les plus simples comme une tenue vestimentaire adéquate) et de sécurité (comme des échafaudages sécurisés et des planchers protégés ) sont ignorées et bafouées, dans l’indifférence générale.

Pourtant, le pays est doté (comme dans beaucoup d’autres domaines) d’un arsenal de textes législatifs non négligeable, relatifs à la sécurité en milieu professionnel, qui définissent un ensemble de dispositions visant à assurer de meilleures conditions d’hygiène, de sécurité et de médecine du travail (entre autres   la loi n°88-07 du 27/01/1988 relative à l’hygiène, la sécurité et la médecine du travail). De plus, l’Organisme de Prévention des Risques Professionnels dans les Activités du Bâtiment, des Travaux Publics et de l’Hydraulique par abréviation « OPREBATPH » a été crée par le décret exécutif n° 06-223 du 21 Juin 2006. C’est un établissement public à caractère industriel et commercial, placé sous la tutelle du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, dont la mission principale est de contribuer à la promotion de la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles dans les activités du BTPH. Cependant, dans les faits, les mesures de prévention et de sécurité ne sont pas respectées  sur les chantiers, les travailleurs sont, pour une bonne partie d’entre eux, recrutés « au noir » (c’est le cas, quasiment toujours, dans les projets privés qui ne sont généralement pas contrôlés par les services sociaux), c’est-à-dire sans aucune couverture sociale. La plupart des ouvriers ne possèdent même pas les équipements de base : ils travaillent têtes nues, mains nues, n’ont évidemment pas de chaussures de sécurité, et le nombre d’heures de travail réglementaire est souvent largement dépassé.

L’état des lieux en matière de prévention est tout à fait critique et la question est occultée la plupart du temps par les petits entrepreneurs (mais aussi souvent par bon nombre des plus grands et par les pouvoirs publics eux-mêmes) qui pensent que la prévention est une source de dépenses alors que ce serait plutôt une source d’économie (les ouvriers blessées sur les chantiers sont souvent soignés sans déclaration réglementaire, en partie au frais de l’entrepreneur, qui ,de toutes façons paye un très lourd tribut moral) et d’amélioration de la productivité puisqu’un travailleur bien équipé travaille mieux et plus. En même temps, une meilleure prise en charge des ouvriers sur les chantiers entrainerait certainement un regain d’intérêt pour ces emplois qui sont aujourd’hui boudés par les jeunes et les entreprises peinent à recruter malgré le chômage.

D’ailleurs, est-il vraiment raisonnable de parler de gains et de dépenses quand la santé d’un être humain est en jeu ? Est-il normal qu’encore en 2016, alors que l’on ne cesse de parler de « développement humain » et de « développement durable », et que  des sommes colossales sont engagées dans des projets sensés améliorer le bien-être des habitants, les conditions de travail sur les chantiers soient si déplorables, que les ouvriers soient si mal protégés, si mal assurés, si mal équipés et qu’en voulant gagner leur  vie, ils risquent de la perdre ou de rester invalides, alors que cela aurait pu être évité?

Pour citer ce billet : « A propos de la prévention et de la protection sur les chantiers   »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 11 novembre 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1096

 

Parution de l’ouvrage « La Méditerranée face au changement climatique »

A l’occasion de la COP22 organisée à Marrakech (Maroc) du 7 au 18 novembre 2016, les membres de l’Alliance nationale de recherche pour l’environnement (AllEnvi) publient un ouvrage de synthèse La Méditerranée face au changement climatique, qui tente de rendre compte de toute la complexité de l’objet Méditerranée dans une perspective de décloisonnement disciplinaire.

Cet ouvrage rassemble une large communauté scientifique (plus de 150 auteurs: décideurs, scientifiques, chercheurs et universitaires) des deux rives de la Méditerranée, pour comprendre les mécanismes du changement climatique dans la période actuelle et le passé ; les impacts du dérèglement climatique sur l’environnement, l’économie, la santé, les sociétés ; mais aussi pour suggérer et recommander des réponses, fondées sur l’ »évidence scientifique » en matière d’adaptation, de résilience, de conservation des ressources ou de prévention des risques.

Pour en savoir plus sur l’organisation de la  COP 22 à Marrakech : http://www.cop22-morocco.com/fr/ ; pour découvrir l’architecture du village qui accueillera l’évènement: http://www.batiactu.com/edito/canopee-18m-large-par-680m-long-accueillir-cop22-46867.php

Pour télécharger le document (rédigé en anglais, mais la préface, l’introduction et la conclusion sont également en français) « La Mediterranée face au changement climatique »http://www.ird.fr/ird.fr/toute-l-actualite/actualites/communiques-et-dossiers-de-presse/cp-2016/parution-de-l-ouvrage-la-mediterranee-face-au-changement-climatique

Appel à contribution pour le colloque : « Climat, ville et environnement »

L’université de Sfax en collaboration avec l’Association Tunisienne de Climatologie organise  le XXXe colloque de l’Association Internationale de Climatologie sous le thème : « Climat, ville et environnement » qui aura lieu du 03 au 06 juillet 2017 à Sfax – Tunisie.

Résumé : 

Les trois dernières décennies furent marquées par la rapidité de la croissance de la population urbaine, partout dans le monde. Cette croissance constitue l’un des enjeux majeurs du développement par son intensité, les transformations sociales, politiques et économiques que génère et surtout son impact sur des environnements, parfois fragiles, conduisant souvent à leur dégradation. L’urbanisation entraîne, en effet, de nombreuses conséquences, souvent négatives, qui peuvent concerner aussi bien les sols, l’eau que l’atmosphère.

Modalités de soumission

Les résumés d’une page sont à adresser à : aic.sfax2017@gmail.com  avant le 26 novembre 2016

Pour en savoir plus et lire l’argumentaire :  http://calenda.org/378741 ou sfaxpremiere_circulaireaic2017

Alger, « Capitale sans bidonvilles » s’expose à New-York

Tandis que l’opération d’éradication de l’habitat précaire se poursuit à Alger, une exposition, intitulée « Alger, première capitale africaine sans bidonvilles » a été organisée lundi 24 octobre 2016 au siège des Nations Unies à New-York, en marge d’un évènement de haut niveau sur « Le nouvel agenda urbain et l’avenir des villes« , qui s’est tenu mardi 25 octobre 2016 à l’ONU  et au cours duquel le Wali d’Alger a animé une conférence sur les actions menées par la Wilaya d’Alger pour l’éradication des bidonvilles.

Cette rencontre fait suite à la Conférence Habitat III qui a eu lieu du  17 au 20 octobre   à Quito (Équateur) du 17 au 20 octobre 2016 sur le thème : Le développement urbain durable : l’avenir de l’urbanisation ? Après Habitat I à Vancouver (Canada) en 1976 et Habitat II à Istanbul (Turquie) en 1996, Habitat III est la troisième conférence des Nations Unies sur le logement et le développement urbain durable, qui avait pour objectif de favoriser l’engagement mondial en faveur d’un nouvel agenda urbain, et a été adopté à Quito (pour en savoir plus :  https://habitat3.org/).

L’expérience de la wilaya d’Alger en matière de relogement était donc à l’honneur et ses actions présentées comme « une avancée historique dans la réalisation des objectifs de développement durable à l’horizon 2030 ».  Les chiffres sont, certes, très positifs : le nombre global des familles relogées depuis le lancement des opérations de relogement en juillet 2014 a atteint près de 46.000 familles à la fin de la quatrième phase de la 21ème opération de relogement qui a débuté en septembre 2016, ainsi, par exemple, en octobre 2015,  « Erramli » l’un des plus grand bidonvilles de la capitale, situé dans la commune de Gué de Constantine a été évacué et 4500 familles ont été relogées. Cependant, si d’une part, il y a consensus sur le fait que l’accès a un logement « décent » représente sans aucun doute une priorité en matière d’amélioration des conditions de vie et de lutte contre les inégalités, d’autre part, le recours quasi exclusif à la typologie des « grands ensembles» et à l’urbanisme extensif pose la question (maintes fois abordée dans les billets de ce carnet), de la pertinence et de la cohérence des choix urbanistiques, eu égard à une meilleure intégration des aspects sociaux et environnementaux dans les pratiques urbaines, intégration, par ailleurs indissociable de la recherche d’un développement urbain qui se voudrait « durable ».

La réponse à cette question, centrale pour l’avenir des villes, pourrait (devrait ?) occuper une place privilégiée dans l’ordre du jour, d’un «  nouvel agenda urbain algérien », qui pourrait, pourquoi pas, être mis en place, dans le sillage de l’engagement mondial en faveur du nouvel agenda urbain préconisé par la Conférence Habitat III.

Pour citer ce billet : « Alger, « Capitale sans bidonvilles », s’expose à New-York »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 26 octobre 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1080