Les sixièmes journées géographiques algériennes

Le laboratoire EGEAT et le département de Géographie et de l’Aménagement du Territoire de l’Université d’Oran 2 Mohamed Ben Ahmed organisent les sixièmes journées géographiques algériennes  les 13 et 14 décembre 2016.

Ces journées offrent aux chercheurs l’occasion de présenter leurs travaux soumis ainsi qu’au débat. Elles permettent aussi de suivre l’évolution de la recherche, d’entretenir et d’enrichir les échanges entre les spécialistes des sciences du territoire et des sciences sociales (géographes, urbanistes, sociologues, économistes etc.) Elles sont également le lieu  de rencontre et d’émergence d’interactions entre le milieu de la recherche sur les territoires et celui des acteurs directement impliqués dans leur développement, leur gouvernement et leur épanouissement : acteurs politiques, économiques, associatifs, planificateurs et gestionnaires de l’espace, producteurs de l’information etc.

En Algérie, la géographie a connu une double évolution remarquable. D’un côté, elle n’a cessé de mobiliser les derniers progrès de l’analyse spatiale, des SIG et de la modélisation. C’est ainsi que la géographie algérienne a pu consolider une position de choix parmi les disciplines concernées par la conception et la mise œuvre des différents projets de développement économique et social à plusieurs échelles.

De l’autre son ouverture sur diverses autres disciplines (sociologie, économie, archéologie, mathématiques, architecture, génie civil etc.) ne cesse de s’approfondir, rendant possibles des recherches multidisciplinaires, devenues nécessaires pour une appréhension réelle des territoires.

Les sixièmes journées géographiques sont ouvertes à tous les travaux de recherche en relation avec l’analyse territoriale multi-échelle et à toute expérience d’aménagement et de gestion spatiale de praticiens et de gestionnaires du territoire. Les démarches proposées gagnent à s’inscrire dans une vision spatiotemporelle où les interactions interdisciplinaires tant au niveau des méthodes d’approche que des efforts de systématisation et de synthèse enrichiraient l’analyse des espaces dans leurs réalités actuelles et proposeraient des visions et des organisations futures.

Envoi des résumés

Les chercheurs désirant participer à cette manifestation sont priés de nous envoyer leurs résumés long, en deux pages minimum, suivis de 5 à 8 mots clés, écrits en caractères Times New Roman, taille 12 avec interligne simple. Le résumé doit mettre en exergue la problématique centrale traité et les objectifs, la méthode d’approche et les principaux résultats.

Les renvois aux documents cités ou utilisés se font de façon séquentielle en chiffres arabes placés entre parenthèses, et sont regroupés à la fin du résumé selon l’ordre de leur apparition dans le texte.

Le résumé et la fiche d’inscription doivent être envoyés à l’adresse email du colloque avec une copie à l’adresse email du laboratoire EGEAT :

jga.6@yahoo.com

laboratoiregeat.oran2@yahoo.com

Date limite d’envoi des résumés

25 septembre 2016

Notification des résumés : 10 octobre 2016

Pour en savoir plus: http://calenda.org/374618

 

De la gestion problématique des ressources hydriques en milieu saharien

Les ressources en eau de l’Algérie sont limitées. Elles sont évaluées à 19.2milliards de m3, dont 12.4 milliards de m3 d’eau de surface (répartie essentiellement sur la partie Nord du pays), 1.9 milliards de m3 d’eau souterraine au Nord et 4.9 milliards de m3, exploitables dans le Sud (PNAE-DD, 2002). Ainsi, bien que pauvre en eau de  surface, le Sahara n’est pas dépourvu de ressources hydriques, puisqu’il contient de vastes nappes profondes, mais elles ont l’inconvénient majeur de n’être pas (ou peu) renouvelables.

Les recherches aquifères qui révélèrent ces ressources en eau fossile, au niveau de la nappe albienne, datent du début des années 1950. Cette découverte des eaux de la nappe profonde, devenue la principale ressource en eau de la région, entraîna la multiplication des forages de grandes profondeurs, entre 350 et 500 m, et la généralisation de l’usage des motopompes, en constante augmentation, pour répondre à la forte demande.

oued mzab

L’Oued M’zab qui traverse la ville de Ghardaia Photo Bachar k. 2014

Historiquement, en milieu saharien, l’eau a constitué historiquement le facteur essentiel de développement des oasis, puisque la présence de cette ressource était fondamentale pour la pratique de l’agriculture irriguée et notamment celle du palmier. Non seulement, les oueds environnants constituaient le prolongement des territoires des cités, mais le rythme de l’eau était aussi et surtout le facteur principal qui conditionnait la localisation, l’implantation et la structuration des villes (B. Benyoucef, 2009).

Avant la découverte des ressources hydrauliques souterraines profondes, la rareté de l’eau représentait une contrainte pour l’urbanisation, et une rigoureuse maîtrise de la gestion des ressources hydriques était appliquée. Chaque région du Sahara avait un mode de mobilisation de l’eau qui lui était propre : oasis à Foggaras dans le Touat ; oasis à Ghout dans le Souf tandis qu’au M’zab, la technique hydraulique ancestrale est le captage des eaux de ruissellement par la dérivation de l’Oued et l’exploitation des eaux de crues, au profit de l’irrigation et autres besoins, tout en modérant leur puissance. Ces systèmes, complets de l’amont à l’aval, permettaient de valoriser chaque goutte de pluie reçue. Chaque ksar,  avec son environnement immédiat où se développait une palmeraie,  était doté d’un système hydraulique de captage, de stockage et de distribution pour s’accommoder et  tirer avantage des eaux de crue, tout en se protégeant des inondations.

Aujourd’hui, ces systèmes sont ébranlés et les mécanismes de gestion séculaires des eaux de crues sont remis en cause  avec le développement urbain non maîtrisé.  Les crues s’avèrent parfois dévastatrices, et ont régulièrement affectées plusieurs villes du Sud au cours des dernières décennies (Ghardaia en 1991, 1994, 2004, 2008 ; Tamanrasset en 2002, Adrar en 2004, Illizi en 2006 etc…). En effet, les crues bénéfiques autrefois s’avèrent désormais meurtrières et dévastatrices.                                                   Si les ressources sont devenues importantes au Sahara algérien, la consommation l’est également, aussi bien pour les besoins urbains, en constante augmentation, que pour l’agriculture, car l’évapo-transpiration est forte, en particulier en été, et les cultures sans irrigations sont exclues. Ainsi, au  Sahara, aucun territoire agricole ne peut résister et perdurer s’il ne bénéficie pas d’une irrigation.

En milieu urbain, comme le relève M. Cote (2005), les villes sahariennes semblent avoir aujourd’hui, de gros problèmes avec l’eau, mais moins au niveau de la ressource, que de la gestion ; moins au niveau de l’approvisionnement que de l’assainissement. Ainsi, le phénomène d’hydromorphie (saturation des pores d’un sol en eau sur une période plus ou moins longue) est une préoccupation environnementale majeure. Dans ces régions, l’endoréisme exclut le drainage des eaux excédentaires vers les océans. Le cycle de l’eau, qui au cours des siècles avait conservé un certain équilibre, avec la stabilité démographique et la modestie des moyens de prélèvement, est aujourd’hui profondément modifié par les forages profonds et l’urbanisation massive (D. Dubost, G. Moguedet, 2002), entraînant une surconsommation et un excès de rejet des eaux usées qui gonfle l’aquifère superficiel. Les zones d’hydromorphie et de salinité ainsi engendrées, sont aggravées par l’occurrence des pluies fortes et soudaines, et nuisent aux aménagements urbains et à la fertilité des oasis. L’hydromorphie entraînant l’évaporation, la salinité ne fait qu’augmenter, entraînant un processus de désertification par le sel, dû non au manque d’eau mais à son excès (D. Dubost, G. Moguedet, 2002). C’est pourquoi, également, l’alimentation en eau potable est privilégiée à partir des forages profonds, où  le niveau de salinité est faible.

La problématique de l’eau est l’une des principales préoccupations environnementales, si les réserves souterraines profondes sont importantes, elles ne sont néanmoins pas inépuisables. Cependant, la réflexion sur une gestion rationnelle des ressources hydriques n’est pas uniquement une question d’équité inter-generationnelle, elle relève également de la préservation de l’équilibre du cycle hydraulique saharien, fortement perturbé aujourd’hui par l’ampleur du phénomène urbain.

Pour citer ce billet : « De la gestion problématique des ressources hydriques en milieu saharien »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 08 juillet 2016.     Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1002

Appel à communications : Projet d’atelier : « Les natures dans les villes du Moyen-Orient et du Maghreb »

Appel à communications : Projet d’atelier, Les natures dans les villes du Moyen-Orient et du Maghreb dans le cadre du  2e Congrès du Groupement d’Intéret Scientifique  « Moyen-Orient et mondes musulmans » qui aura lieu les  4-6 juillet 2017 (dates à confirmer) – INALCO  (65 rue des Grands Moulins Paris 13e).

Argumentaire:

« Les villes du Maghreb et du Moyen-Orient comptent parmi les plus vieilles du monde, où la nature a toujours eu une place privilégiée : les jardins de Babylone, de Damas, de Marrakech et de Bagdad, dont les modèles sont issus à la fois de l’héritage perse et des descriptions du Coran, ont marqué les imaginaires et étaient des éléments-clés de la ville islamique (Gillot 2006). Audelà de la fonction d’agrément, la fonction agricole, à travers l’agriculture urbaine et périurbaine, a toujours été constitutive du fait urbain dans le monde arabe (Nasr & Padilla 2004). Malgré cet héritage, la question de la place de la nature dans la ville maghrébine et moyenorientale se pose avec acuité. Plusieurs menaces pèsent sur la préservation des espaces de nature dans la ville : l’industrialisation, appliquée selon une idéologie développementaliste, l’émergence de mégaprojets dans des métropoles de plus en plus concurrentielles et le processus d’urbanisation, alimenté par la croissance démographique et l’exode rural (certes tari en Egypte et en Tunisie, mais qui se poursuit en Turquie et au Maroc par exemple), qui conduirait à un doublement de la population urbaine en 2050 (Barthel & Zaki 2011)…… »

Dans une perspective interdisciplinaire,  les personnes intéressées sont encouragées à proposer des communications intégrant au moins un des aspects suivants :

  • La place de la nature dans la pensée islamique,
  • L’influence de l’islamisme environnementaliste sur les politiques publiques,
  • Les politiques d’aménagement d’espaces verts,
  • Les stratégies de patrimonialisation des espaces végétalisés en ville,
  • Les représentations de la nature chez les acteurs de la ville,
  • Les représentations et/ou les pratiques de la nature en ville, plus particulièrement chez les néo-citadins,
  • La place de l’agriculture urbaine, en lien avec la question de l’autosuffisance alimentaire,
  • Les jardins vivriers des populations déplacées liés à l’habitat informel,
  • La mise en place de réseaux de solidarité en ville qui remettent en cause les modèles de consommation dominants,
  • L’émergence des « écologies de soi » (Adamiec 2014),
  • La convergence entre luttes urbaines et mouvements écologistes, notamment autour de l’idée de droit à la ville.

Les propositions de communication de 300 mots maximum(en français ou en anglais) + une brève présentation de l’auteur sont à envoyer à :   gis2017.natureville@gmail.com  avant le   7 juin 2016

Responsables d’atelier : Agathe Fautras (ENeC / IFEA) et Helin Karaman (EHESS / IFEA)

Pour en savoir plus:  https://iismm.hypotheses.org/25037

Appel à contribution : Colloque international : « Gestion des villes et patrimoine »

L’institut de gestion des techniques urbaines de l’université de M’sila (Algérie) organise  les 04 et le 05 Octobre 2016, un colloque international ayant pour thème:  “Gestion des villes et patrimoine ”.

Argumentaire:

« Sachant que le patrimoine est une représentation matérielle d’un niveau artistique très raffiné qui regroupe l’art et la beauté témoignant de la succession des civilisations et incarnant l’interaction de leurs valeurs culturelles , sociales, et économiques qui lui on permis de demeurer longtemps. Cela lui voua d’être un thème très important malgré qu’il soit très souvent marginalisé dans les études relatives a la ville, sa naissance, son développement, et son épanouissement qui nécessité des efforts de la part des chercheurs afin de mettre en évidence les tissus urbains anciens réussit, a travers leurs caractéristiques urbaines et architecturales pour stopper leurs dégradation et les protéger, les conserver et les réadapter aux exigences de la vie urbaines contemporaine. »

Conditions de soumissions:

– Envoi des résumés : La soumission de communication doit comporter : un titre, un résumé de 500 à 700 mots, incluant la problématique étudiée, la méthodologie de recherche et les principales idées, ainsi que 07 mots clés, le nom de l’auteur, l’institution d’appartenance, l’adresse mail, le numéro de téléphone et une bibliographie sommaire.

– Les projets d’intervention devront être envoyés impérativement a l’adresse électronique suivante : COLL2016GTU@yahoo.fr

Echéancier:

– Date limite d’envoi des résumés: 05 Juin 2016

– Notification des résultats des évaluations: 25 Juin 2016

– Date limite de soumission du texte final (full paper): 31 juilet 2016

– Envois des présentations: 31 Aout 2016

Pour en savoir plus : http://www.univ-msila.dz/fr/?p=1553

Les 18èmes rencontres internationales d’urbanisme de l’APERAU

Les 18èmes rencontres internationales d’urbanisme de l’APERAU se déroulent du 22 au 27 mai 2016 en Belgique et ont pour thème : LES NOUVELLES COOPÉRATIONS URBAINES ET TERRITORIALES

Après Rennes, c’est à Bruxelles et Louvain-la-Neuve que seront accueillis plus de 250 chercheurs, enseignants, doctorants et professionnels issus de 24 pays de la francophonie. De grandes conférences, des ateliers scientifiques, des tables-rondes des chercheurs des suds, des journées doctorales,etc…  sont programmés.

 » Dans un contexte de mutations importantes, la fabrique des villes et des territoires est de plus en plus collaborative.
Les grandes conférences aideront à comprendre et à analyser ce renouveau urbain.
Les ateliers scientifiques détailleront les résultats de recherches menées sur les objets et les lieux, les enjeux et les modalités des nouvelles formes de coopérations entre autorités publiques, promoteurs, bailleurs de fonds, habitants ou encore associations ».

  » Face aux défis de la métropolisation, comment les acteurs publics et privés collaborent-ils? Comment les associations, les habitants et les usagers deviennent-ils des gestionnaires et des producteurs de services, voire d’équipements dans nos villes et territoires ? Quels sont les objets et les lieux où les acteurs multiples interviennent désormais ? Quelles sont les modalités partenariales, coopératives, collaboratives ? La remise en cause des capacités financières et politiques de l’action publique ouvre la possibilité aux acteurs non institutionnels d’agir sur la ville. Les nouvelles technologies, les défis de la transition accentuent cette dynamique. Ces changements sont-ils sources de communautarisme, d’une privatisation des villes, de nouvelles exclusions ou au contraire de nouveaux modes de fabriquer la ville ? »

Plus particulièrement, les  processus et méthodes pour faire la ville autrement dans les suds et donc au Maghreb seront discutés par les intervenants.

Pour en savoir plus : http://www.aperau2016.be/P_24_MAI.html ou http://www.aperau2016.be/

 

Le nouveau PDAU d’Alger approuvé

Au terme  d’une longue phase d’études qui a duré plus de huit années, et après avoir  été exposé dans chaque commune de la wilaya d’Alger,  durant la période consacrée à l’enquête publique, allant du 15 février au 30 mars 2015, soit pendant 45 jours,  le PDAU  (Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme) de la capitale, à l’horizon 2030 (devenu 2035 aujourd’hui), a été présenté et  approuvé à la majorité lors d’une session ordinaire de l’ APW  (Assemblée Populaire de Wilaya d’Alger) le 11 mai 2016. Le PDAU se veut un instrument légal et obligatoire de planification spatiale et de gestion urbaine.                         Ce plan directeur détermine des prévisions d’urbanisme et des règles de gestion. Il fixe les orientations fondamentales de l’aménagement du territoire d’une ou de plusieurs communes. C’est le bureau d’études portugais Parque Expo 98 SA, intervenant également dans plusieurs pays, spécialisé  dans les projets de planification et de renouvellement urbain, qui a été chargé, depuis 2007, de coordonner un groupe plurisdisciplinaire pour travailler sur ce nouveau PDAU intercommunal d’Alger (il étudie les 57 communes de la wilaya), qui inclut une vision stratégique et de nombreux projets structurants (plusieurs de ces projets ont fait l’objet d’appels d’offres internationaux et sont en cours de réalisation à Alger : Universités, écoles supérieures, stades, quartiers d’affaires, sièges sociaux, parkings à étages…) et ont été intégrés au  master  plan (plan stratégique).                                                                                                                            

Source : http://www.parqueexpo.pt

Source : http://www.parqueexpo.pt

Pour Alger, le PDAU  prévoit zéro hectare de terres agricoles à l’urbanisation et entend assurer la défense de ce patrimoine en promouvant une politique volontariste de renouvellement urbain. La capitale semble donc être l’objet de toutes les attentions des pouvoirs publics qui ambitionnent  d’en faire  une « éco-métropole », sous l’impulsion de ce nouveau PDAU (versus master plan et vision stratégique) et  du projet en cours de l’Aménagement de la baie d’Alger, qui prévoit une promenade longue de plus de 50 km créant un espace public face à la mer, sur toute la longueur de la baie.

Les visions et les intentions ont été exprimées à travers les plans, les maquettes et les images de synthèse, reste maintenant à s’atteler et à se mobiliser pour tenter de les traduire au mieux dans la réalité …

Pour citer ce billet : « Le nouveau PDAU d’Alger approuvé »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 11 mai  2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/972

Démolir pour s’aligner sur des « standards » de mode de vie et de construction …

De plus en plus de propriétaires d’anciennes demeures, construites pour la plupart à la fin du 19ème  ou au début du 20ème  siècle, les jugent  « obsolètes » et les transforment de fond en comble, en  enlevant, par exemple, les charpentes, et démolissant les murs porteurs en pierre pour les remplacer par des poteaux et des dalles en béton armé, afin de construire des garages au rez de chaussée et plusieurs étages à la place.    

En effet, depuis le milieu des années 1970, ce mode constructif à base de ciment et d’acier, s’impose et domine le secteur du bâtiment en Algérie et on ne peut que constater la généralisation de son utilisation jusque dans la (re) construction des maisons individuelles, qui ont souvent tendance à ressembler à des « blocs de béton » de plusieurs étage.  Ce phénomène rejoint celui déjà bien répandu de la démolition de bâtisses situées dans les centre-ville et les grands boulevards des villes importantes, qui sont rachetées par des promoteurs immobiliers et remplacées par des immeubles flambant neufs destinés à devenir des équipements commerciaux, des cliniques privées, ou encore des immeubles de bureaux, à travers des opérations de démolition-reconstruction au niveau de tissus existants à forte valeur spéculative.

demolition

Une maison en cours de démolition/reconstruction Photo Bachar k

Cependant, le phénomène s’étend désormais à de nombreuses régions du pays (pour ne pas dire toutes) et touche même des quartiers modestes où les habitants aspirent à « refaire » leur maison, pour  la mettre au « goût du jour ». Ainsi, d’anciennes habitations basses avec structure en murs porteurs en pierres et couverture avec charpente en bois, recouverte de tuiles rouges en terre cuite, matériaux locaux et écologiques, ne répondent plus à l’esthétique, à la rentabilité, au confort, bref  aux standards de « vie moderne » recherchés aujourd’hui par leurs habitants. En l’absence d’informations et de moyens adéquats, leurs propriétaires,  au lieu  d’avoir recours à la rénovation, à la restauration  ou à la réhabilitation, qui nécessitent des études et une prise en charge particulières,  privilégient le plus souvent une solution rapide et radicale : elles sont, dans l’indifférence générale, entièrement détruites, rasées, quel que soit leur état,  pour être remplacées par des constructions « neuves » et « modernes », en béton armé.

Ces maisons humbles et anonymes, qui font partie du patrimoine, ne sont pas vraiment reconnues comme telles, elles sont ignorées et deviennent désormais, malheureusement, de plus en plus rares, elles sont pourtant les derniers témoins de savoir-faire oubliés …

Pour citer ce billet : « Démolir pour s’aligner sur des « standards » de mode de vie et de construction … »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 11 mai  2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/959

Colloque international : Ville et développement durable à l’Université de Sidi Bel Abbes (Algerie)

La Faculté de Droit et de Sciences Politiques de l’Université de Sidi Bel Abbes (Algerie) organise en collaboration avec le Laboratoire « Services Publics et Développement » et le Laboratoire « Activité Immobilière » et  avec L’appui de la Fondation Hans Seidel-Maghreb. Un colloque International Ville et développement durable les 03 et 04 mai 2016 à l’amphithéâtre BENDELHOUM Bénamar.

« … Ce colloque se veut être un lieu d’échanges d’expériences pluridisciplinaires, qui ne peut être uniquement l’œuvre des juristes mais également des urbanistes, des économistes, des aménageurs, des géographes, des démographes, des sociologues et des décideurs publics. Il s’inscrit également dans la continuité du projet du développement du tissu urbain de la ville de Sidi Bel Abbès à l’horizon 2020. Il se veut être un lieu d’échanges, de croisement de réflexion et de propositions…. »

Les axes du colloque :

Axe I : La problématique de la gestion du foncier

Axe II : Ville et infrastructure urbaine

Axe III : Les acteurs de la ville durable

Axe VI : Ville et perspectives.

Pour en savoir plus, prendre connaissance des participants et de leurs contributions, télécharger le document : durable

19ème salon International du Bâtiment, des Matériaux de Construction et des Travaux Publics (BATIMATEC)

Le 19ème salon International du Bâtiment, des Matériaux de Construction et des Travaux Publics (BATIMATEC) se déroulera du 03 au 07 mai 2016 au Palais des Expositions des Pins Maritimes à Alger.

En marge des expositions (plus de 1000 exposants sont annoncés en provenance de 25 pays), plusieurs journées techniques avec de nombreuses conférences sont prévues.

Pour en savoir plus et télécharger le programme des journées techniques: http://www.batimatecexpo.com/

Appel à contribution pour le colloque « QUELLES AMBIANCES URBAINES DANS LES OASIS DU SUD DE LA MÉDITERRANÉE? »

Le 17 et 18 octobre 2016 sera organisé à Tunis, un colloque qui aura pour thématique : « Quelles ambiances urbaines dans les oasis du sud de la Méditerranée? »

Un appel à contribution est donc lancé par le programme Zerka. Ces contributions peuvent prendre la forme de communication ou de poster scientifiques.

Le colloque souhaite interroger l’urbanisation des oasis de la Méditerranée à travers la question des ambiances afin de rendre compte d’un ensemble d’enjeux touchant à la gouvernance urbaine contemporaine et aux conceptions actuelles de l’aménagement des cités oasiennes.

Calendrier :

Date limite de soumission des propositions : 20 juin 2016.

Réponse du comité scientifique : fin juin 2016.

Livraison des textes et des posters (maximum 40 000 signes) : lundi 5 septembre 2016.

Colloque : 17-18 octobre 2016, Tunis.

Pour en savoir plus : https://zerka.hypotheses.org/652#more-652