Appel à contributions pour le workshop : “Les médinas à l’époque contemporaine (XX-XXIe siècles) : oscillations entre patrimonialisation et marginalisation ?”

Appel à contributions pour le workshop :  Les médinas à l’époque contemporaine (XX-XXIe siècles) : oscillations entre patrimonialisation et marginalisation ? organisé dans le cadre du programme ANR Marges et qui est prévu à Alger les 13 et 14 février 2015. Lire la suite

Publication : Livre Blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans

Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS)  du CNRS,  a publié, avec la contribution du CJB (Centre Jacques Berque),  en septembre 2014, “Le livre Blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans“.
Pour  lire  le livre au format PDF:
Publication :  Livre Blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans

Un nouveau siège pour le parlement algérien

Le projet du  nouveau siège du parlement algérien comprend l’Assemblée Populaire Nationale, le Conseil de la nation (Sénat), la Salle des séances (Congrès) et un Hôtel Résidence pour les parlementaires.

Nouveau siège parlement algerienFiche Technique :

Nom officiel du projet : Parlement – Sénat – Congrès / République Algérienne Démocratique et Populaire

Localisation : Alger (Algérie)

 

* Architectes/designers :Consortium Algérien : Cosider, Vinci Grands Projets, CFE, Bureau Architecture Méditerannée (Thierry CHAMBON  / Maxime  REPAUX  / Frédéric ROUSTAN)                                                                                                                           * Responsables du projet : Frédéric ROUSTAN / Yassine ALLICHE                                  * Équipe de design : Collaborateurs : Sergii MITAKI / Ievgen GRYTSENKO / Laura MARCHEPOIL / Guillermo PANDO DE PRADO / Jean Christophe JODRY / David FROMAIN / Olivier VANEL / Jonathan TOURTOIS / Antony LONGEREY / Louise CATIN / Thérésa TOPOUKA                                                                                               * Architectes paysagistes : Bureau Architecture Méditerranée                                                                                                                      * Design d’éclairage : Bureau Architecture Méditerranée                                                  * Superficie du projet : 220 000 m2                                                                                                                                              * Coût des travaux :  non communiqué                                                                                                                      * Date de finalisation du projet : 2019

Pour en savoir plus, consulter l’article qui lui est consacré sur le site :                              http:// cyberarchi.com

Appel à contributions pour le numéro thématique des Cahiers d’EMAM : « Espace public et espaces publics en Méditerranée.Nouvelles pratiques et nouveaux enjeux »

La revue  Les Cahiers d’EMAM, Etudes sur le Monde Arabe et la Méditerranée lance un appel à contributions pour son numéro thématique : “Espace public et espaces publics en Méditerranée. Nouvelles pratiques et nouveaux enjeux“.

Argumentaire

L’espace public, au sens de formes urbaines accessibles à tous ou supposées comme telles, engendre le débat politique en révélant les spécificités de la société dans son ensemble. C’est dans la rencontre de l’espace abstrait du politique et de l’espace concret de l’appropriation par le public que réside une des caractéristiques essentielles de l’espace public. À l’origine d’importants enjeux sociaux, l’espace public est le cadre du cheminement des individus et des groupes oscillant entre expositions et évitements, entre fermeture et ouverture, entre dedans et dehors, entre public et privé. Ce numéro thématique vise à décrire et à comprendre les phénomènes sociaux liés à la formation de l’espace public et des espaces publics, ainsi que les règles auxquelles ils obéissent. Lire la suite

Appel à contributions pour le séminaire international : “Fabriquer et habiter les villes à l’ère de la mondialisation”

 

Les  Laboratoires de Recherche « Ressources Naturelles et Aménagement » et « Architecture et Urbanisme » de  l’Université Badji Mokhtar – Annaba – Algérie lancent  un  APPEL À COMMUNICATIONS  POUR UN SÉMINAIRE INTERNATIONAL, prévu les  20-21 Avril 2015 sur le thème :

“ FABRIQUER ET HABITER LES VILLES À L’ÈRE DE LA MONDIALISATION.  Les dynamiques paradoxales de l’urbanisation contemporaine”

Résumé :

Le séminaire « Fabriquer et habiter les villes à l’ère de la mondialisation. Les dynamiques paradoxales de l’urbanisation contemporaine » s’inscrit dans la continuité des travaux du Programme CMEP Tassili 10 MDU 805 regroupant un petit groupe de chercheurs algériens (Université Badji Mokhtar-Annaba) et français (ESO-Caen-UMR 6590 CNRS – Université de Caen-Basse Normandie).

Des modèles normés de fabrique de la ville émergent de nos jours ; et cela quel que soit le contexte géoculturel et quel que soit le niveau de la hiérarchie urbaine (des mégapoles aux petites villes) tant pour les pays dits du Nord que pour les pays dits du Sud. La circulation de ces modèles est telle que l’on peut les considérer comme mondialisés, c’est-à-dire servant de référence aux décideurs / Aménageurs comme solutions urbaines dans des villes et des contextes économiques, sociaux et culturels très différents, et parfois même opposés. Lire la suite

Appel à contributions pour le colloque : Mutations de la ville saharienne, Approches croisées sur le changement social et les pratiques urbaines

La Faculté des Sciences Sociales et Humaines  de l’Université Kasdi Merbah   de Ouargla (Algérie) lance un appel à communications pour le colloque : “Mutations de la ville saharienne, Approches croisées sur le changement social et les pratiques urbaines”, prévu les 03 et 04 Mars 2015.                        
                                       

Résumé :

Ce colloque aborde la question des mutations sociales qui sont en œuvre dans les villes sahariennes. L’urbanisation de ces dernières années atteste de la vitalité d’un phénomène bouleversant en profondeur les modes de vie, les structures sociales et les économies oasiennes. Lieux de nouvelles urbanités où les liens sociaux se recomposent, elles sont traversées par des tensions qui tiennent tant aux contextes locaux, aux conflits régionaux, qu’à celui de la globalisation. Le colloque permettra de faire le point sur les recherches en cours et réfléchira sur de nouvelles pistes de recherche. Les différents champs disciplinaires s’intéressant à la ville seront convoqués pour permettre une présentation, une confrontation, un croisement des différentes approches. Lire la suite

Exposition d’architecture à Annaba : « L’Architecture de Fernand Pouillon en Algerie »

Du lundi 15 septembre au mercredi 15 octobre 2014

Institut Français d’Annaba & Université Badji Mokhtar (Bibliothèque centrale)

L’exposition « L’Architecture de FERNAND POUILLON en Algerie »

Organisée en partenariat avec l’Université Badji Mokhtar est présentée conjointement à l’IF Annaba ainsi qu’a la bibliothèque centrale de l’Université Badji Mokhtar (Sidi Amar) du 15 au 30 septembre. Au département Architecture du 1er au 15 octobre.

Des journées d’études sur l’industrialisation du batiment qui laissent perplexe

Des journées d’études sur l’industrialisation du bâtiment se sont tenues,  le 30 septembre et le 1er octobre 2014 au Palais des Nations à Alger. Cette rencontre nationale, à laquelle ont été associés des partenaires nationaux et étrangers, visait, selon le ministre de l’habitat, de l’urbanisme et de la ville (MHUV)   «à réhabiliter le recours aux procédés du logement industriel que les grandes entreprises nationales de réalisation (DNC, Sonatiba… ) maîtrisaient déjà dans les années 1970″.

Bien que le premier ministre ait plaidé  dans son allocution d’ouverture des journées pour «une Industrialisation oui, mais pas à n’importe quel prix.», et pour «accélérer la cadence, tout en veillant  au respect de l’architecture nationale, des habitudes de vie des citoyens algériens, des normes internationales et de l’environnement.», quand on entend parler de “Réhabiliter le recours aux procédés du logement industriels en cours dans les années 1970″, on ne peut s’empêcher de penser aux ZHUN (Zones d’ Habitat Urbain Nouveau) et aux bâtiments préfabriqués qui ont envahis les périphéries de la plupart des villes algériennes dans les années 1970-1980, avec des typologies identiques du Nord au Sud.

Ces déclarations ne peuvent que laisser perplexe, étant donné l’uniformisation et la standardisation qui touche aujourd’hui encore le secteur de l’habitat, comme le prouve les milliers de logements construits chaque année, selon un modèle répétitif extensif, dans lequel la réflexion architecturale, mais surtout urbaine sont réduites au minimum.

Si  on peut considérer l’expérience des logements industrialisés comme positive du point de vue des délais de réalisation plus courts et des mises  en œuvre plus performantes, le constat est néanmoins quasi-unanime sur l’échec de ces réalisations et de  l’urbanisme de masse  aussi bien du point de vue de la diversité architecturale que de la composition urbaine, sans parler des conséquences socio-environnementales.

Loger décemment le plus grand nombre est évidement une nécessité, mais il parait cependant légitime de se poser des questions sur la manière de résoudre ce problème qui ne peut être dissocié du reste  de la problématique urbaine. Il semble utile voire incontournable  de bien définir ce qui est entendu par “industrialisation” et de  s’interroger sur la pertinence de revenir à des modes de faire déjà éprouvés et largement critiqués.                                                 S’interroger sur la possibilité  d’expérimenter de nouvelles lignes d’action  qui permettrait de tenter de traiter de manière globale  la situation urbaine critique dans laquelle se trouve les villes algériennes et  sur les conditions à mettre en place pour  améliorer  la prise en compte des spécificités sociales et environnementales propres à  chaque région de ce vaste pays aux conditions naturelles contrastées; est également  une nécessité pour éviter que “la solution” préconisée aujourd’hui pour combler le déficit en logements, n’entraine l’aggravation des problèmes socio-environnementaux et du malaise urbain déjà existants.

 

 

Une maison construite à partir de déchets à Brighton

Rejoignant une thématique abordée dans le billet publié au mois de février 2014, qui posait la question de l’utilisation des déchets et des matériaux recyclés dans la construction (http://ruralm.hypotheses.org/date/2014/02), un article de la revue cyberarchi, s’intéresse à une maison permanente qui vient d’ouvrir ses portes au public en juin 2014 à Brighton, en Grande Bretagne, et qui est construite à partir de déchets de construction et autres ordures de la vie courante.

La maison des déchets de Brighton est un bâtiment négatif en carbone pour l’édification de laquelle ont été combinés  les dernières technologies renouvelables  avec entre autres,  2000 dalles de moquettes usées,  4000 cassettes vidéo, 19800 vieilles brosses à dents, deux tonnes de jeans, des morceaux de polystyrène et des blocs de béton jetés.

La maison de déchets de Brighton
source: © BBM Sustainable Design

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour lire l’article : http://www.cyberarchi.com/article/lavenir-de-la-construction-passe-t-il-par-les-dechets-25-09-2014-15302

La cité Diar Essada

En 1953, le maire d’Alger confie à Fernand Pouillon la construction de plusieurs projets d’habitat de masse, dont celui de Diar Essada (photos ci-dessous).

diar esaada1

photo Bachar k. 2014

diar esaada2

photo Bachar k. 2014

 

Face au problème de la quantité, et à défaut de parler de « qualité » qui reste difficile à définir, on peut néanmoins affirmer, sans crainte de se tromper, que F. Pouillon à répondu par la variété dans la typologie des bâtiments et le traitement des espaces et des volumes, aussi bien intérieurs qu’extérieurs.  Présentant un intérêt  certain pour la composition urbaine (barres, tours, dallages, galeries, fontaines, sculptures, jardins…) et le souci du détail, ses  réalisations n’ont rien à voir avec les cités de logements à typologie extensive, répétitive qui nourrissent l’uniformité et la monotonie des paysages des périphéries urbaines algériennes du Nord au Sud du pays, depuis plus quatre décennies.