Appel à contribution pour le colloque : L’habitat informel au Maghreb – Champs, processus et acteurs

Un appel à contribution est lancé pour un colloque ayant pour thème :  L’habitat informel au Maghreb – Champs, processus et acteurs, organisé par le Centre Arabe des Recherches et de l’Etude des Politiques (CAREP), les 24, 25 et 26 novembre 2016 à Tunis, Tunisie

RÉSUMÉ

Compte tenu de la complexité et de l’hétérogénéité de la réalité de l’habitat informel dans le monde et en particulier au Maghreb, et vu les transformations qu’a connues la région au cours de la dernière décennie, une relecture de la réalité informelle de l’habitat s’impose. Il s’agit de faire le point du coté de plusieurs spécialistes (urbanistes, géographes, sociologues, économistes, juristes, etc..) et de saisir le phénomène d’un point de vue pluridisciplinaire. Ce colloque essaiera d’examiner, les champs, les processus et les acteurs du phénomène informel de l’habitat, à travers plusieurs aspect, issus de la crise du logement connue par les pays du Maghreb.

Conditions de soumission

Langues du colloque : Arabe – Français – Anglais. Toute communication orale dans l’une de ces langues doit être appuyée par un résumé dans l’une des deux autres langues.

Envoi des projets de communication:

  • Remplir la fiche d’inscription ci-jointe
  • Envoi des résumés : La soumission de communication doit comporter : un titre, un résumé de 500 à 700 mots, incluant  la problématique étudiée, la méthodologie de recherche et les principales idées, 05 mots clés, une  bibliographie sommaire ainsi que le nom de l’auteur, l’institution d’appartenance, l’adresse mail, le numéro de téléphone.

Les projets d’intervention devront être envoyés impérativement aux deux adresses électroniques suivantes :

Echéancier

  • Date limite d’envoi des résumés: 15 Mars 2016
  • Notification des résultats des évaluations: 12 Mai 2016
  • Date limite de soumission du texte final (full paper): 15 Aout 2016
  • Colloque : 24, 25 et 26 novembre 2016

Informations générales

1-    Le Centre Arabe des Recherches et de l’Etude des Politiques (CAREP) prendra en charge :

  • pour les participants résidants à l’étranger : billet d’avion électronique – transfert hôtel-aéroport-hôtel, hébergement en pension complète pour 3 nuitées.
  • Pour les participants tunisiens : hébergement en pension complète pour 2 nuitées

Pour en savoir plus (argumentaire, thématiques, comité scientifique etc…) : http://calenda.org/352687

Alejandro Aravena, un architecte, militant de l’équité sociale, reçoit le prix Pritzker 2016

La Fondation Hyatt vient de décerner ce 13 janvier 2016, le prix Pritzker à l’architecte chilien Alejandro Aravena, connu pour son travail tourné en particulier vers la construction de logements sociaux pour les plus démunis. Alejandro Aravena qui dirige l’agence Elemental depuis 2006, déclare vouloir construire de meilleurs quartiers afin que le “développement casse le cercle vicieux de l’inégalité“. Sa philosophie repose sur une utilisation de ressources limitées, en tentant de faire plus avec les mêmes moyens”. L’architecte souhaite contribuer “à  élever le niveau de vie au Chili, en utilisant la ville comme une ressource illimitée pour construire l’égalité “. 

Le président de la Fondation Hyatt, Tom Pritzker, a expliqué : « Le jury a porté son choix sur un architecte  qui est un pionnier de la pratique collaborative, qui sait produire des architectures pleines de force, et relever les défis du XXIe siècle. Ses constructions participent à offrir des opportunités aux plus défavorisés, à atténuer les effets des catastrophes naturelles, à réduire la facture énergétique et à procurer des espaces publics accueillants. Innovant et inspirant, il nous montre comment l’architecture, à son meilleur niveau, peut améliorer la vie des gens ».

L’architecte entend “faire” et “prouver” plutôt que “théoriser”, ainsi lorsqu’il il s’est vu confier le projet de la  reconstruction de la ville de Constitución, détruite en 2010 par un tremblement de terre et un tsunami, Il affirmait, dans un entretien publié dans une revue chilienne : «A Constitución, nous avions ‘naturellement’ une pression sociale qui obligeait à avoir des réponses rapides. Le défi était de faire en sorte que l’urgence n’engendre pas la médiocrité mais soit, au contraire, une opportunité pour que les reconstructions constituent un saut en avant en matière de standard».

Une philosophie et un parcours à méditer, en particulier, dans nos pays du Maghreb, où l’urgence, la pression sociale, ou encore le manque de moyens sont souvent invoqués pour expliquer la  qualité très relatives des quartiers de relogement et des aménagements urbains en général. Pourtant, il semble qu’une bonne partie de l’explication soit ailleurs…. 

b.k

Pour citer ce billet :  “Alejandro Aravena, un architecte, militant de l’équité sociale, reçoit le prix Pritzker 2016”     par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 13 janvier 2016.      Lien:  http://ruralm.hypotheses.org/895

Cycle de conférences sur le thème de la ville et de l’urbanisation du Monde

“Les Mardis de la Philo” inaugurent une série de conférences, sur le thème de  la ville et de l’urbanisation du monde, animées par  Thierry Paquot (philosophe de l’urbain), Michel Lusseau (géographe) et Manola Antonioli (philosophe).

Le programme qui est prévu : 

Conférences : Le Devenir urbain du monde (T.Paquot et M. Lusseau)
Les mardis de 14h15 à 15h45

12 janvier 2016 : Les Villes, un objet pour la philosophie (Thierry Paquot)

 2 février : Terre, monde, univers (Michel Lussault)

 16 février : L’Homo urbanus, situationnel, relationnel et sensoriel (Thierry Paquot)

 22 mars : L’Habitation humaine (Michel Lussault)

 5 avril : Temporalités et territorialités de l’existence (Thierry Paquot)

 19 avril : Vous avez dit « Habiter » ? (Michel Lussault et Thierry Paquot)

Conférences : Philosophie de l’urbain. La Ville dans la pensée contemporaine (M. Antonioli)
Les mardis de 16h à 17h30

5 janvier 2016 : De la ville à l’urbain généralisé. Évolution des formes urbaines – Françoise Choay

 19 janvier : Des espaces autres. Qu’est ce qu’une « hétérotopie » ? – Michel Foucault

 9 février : L’impossible paysage urbain. Portraits de villes contemporaines – Jean-Luc Nancy

 15 mars : Globes et écumes. La ville comme mécanisme « socio-typologique » – Peter Sloterdijk

 29 mars : Ville et écosophie. Espaces urbains et territoires existentiels – Félix Gattari

 12 avril : La Smart City : entre fiction et réalité. Pratiques imaginaires de la « ville intelligente ».

 Les conférences auront lieu  : 4, place Saint-Germain-des-Prés  –  Paris 75006.              Pour en savoir plus : http://lesmardisdelaphilo.com/programme/#CYCLE14

Alger : une élimination totale (et définitive ?) des bidonvilles de la capitale, officiellement annoncée pour 2016

Dans le cadre du programme de Résorption de l’Habitat Précaire (RHP) et de l’évacuation des immeubles menaçant ruine,  ainsi que des caves et des terrasses illicitement transformées en espaces d’habitation, les autorités locales de la wilaya d’Alger ont amorcé, le 16 décembre 2015, le lancement de la 20ème phase du relogement, qui doit toucher 6000 familles d’ici fin 2016.
Le programme pour Alger, porte sur la réalisation de près de 85 000 « unités » de logements essentiellement de type socio-locatif  collectif, destinées à reloger à terme 73 000 familles (recensées en 2007).                        
Nouvelle image (1)Les différentes campagnes de relogement, débutées en juin 2014, largement suivies et relayées par les médias nationaux, en particulier les journaux télévisés, ont permis de reloger, à ce jour, plus de 30 000 familles, dans des cités de grands ensembles, situées dans différentes zones périphériques des communes de la wilaya d’Alger, mais également                                                                                       des wilayas de Blida ou Boumerdes.     Opération de relogement   Photo APS – Archives    

 Les pouvoirs publics qui annoncent vouloir faire d’Alger, une capitale sans bidonvilles,  d’ici fin 2016, ont investi des budgets colossaux dans les projets de construction de logements. Les questions (urbaines, sociales, environnementales…) posées par ce mode de production massive, intensive, standardifié, peu soucieux des spécificités socio-environnementales du milieu, ont été plusieurs fois abordées dans les billets de ce carnet. Pourtant, il faut peut-être nuancer le propos car l’ampleur du  problème, avec  l’explosion démographique que connait le pays (11 millions d’habitants en 1962, 40 millions en 2015),  est telle que la demande en logements est toujours largement supérieure à l’offre, d’où l’urgence de la situation, et le choix des responsables de miser sur la quantité « d’unités produites », et  d’aller « le plus vite possible », quitte à (re)produire les mêmes manières de faire (voire les mêmes erreurs..).

Ainsi, les habitants des « bidonvilles » qui  sont relogés dans ces nouveaux « pôles urbains », construits à la hâte, deviennent désormais des habitants de « cellule type » dans des  «unitévilles », et sont souvent partagés entre la satisfaction  d’avoir enfin obtenu  le logement  décent, promis et tant attendu ;  et la déception de se retrouver loin de leur environnement habituel,  dans des cités, dans la majorité des cas, encore sous-équipées et mal desservies par les transports en commun.

Si les besoins sont immenses et l’urgence réelle, fallait-il, pour autant, généraliser la même stratégie basée sur les mêmes modes opérationnels rigides, déjà expérimentés par le passé et largement critiqués? Une (petite) partie des importants moyens humains et financiers engagés dans la construction des millions « d’unités » réalisées à l’échelle nationale, depuis le début des années 2000, n’aurait-elle pas pu (du), être consacrée, à une véritable réflexion afin de pallier à l’absence de vision urbanistique et tenter de fabriquer la ville autrement que par une juxtaposition d’extensions répétitives, consommatrices de ressources et génératrices de nouvelles formes de ségrégations spatiale et sociale? Des interrogations qui reviennent inévitablement au sujet de l’habitat en Algérie, même en faisant un effort pour nuancer le propos …

Pour citer ce billet :  “Alger : une élimination totale (et définitive ?) des bidonvilles de la capitale, officiellement annoncée pour 2016”     par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 28 décembre 2015.      Lien:  http://ruralm.hypotheses.org/881

Ouverture à Alger des assises nationales sur l’aménagement du territoire

Les assises nationales sur l’aménagement du territoire se tiennent à Alger depuis hier, 14 décembre 2015, pour évaluer le Schéma National d’Aménagement du Territoire SNAT 2030, avec pour slogan : «La dynamique territoriale : une alternative pour un développement économique durable».

Le SNAT à l’horizon 2030, révisable tous les cinq ans, a été institué par la loi n° 01-20 du 12/12/2001 relative à l’aménagement et au Développement Durable du territoire, et approuvé par la loi n°  10-02 du 29 juin 2010  (l’élaboration de ce Schéma, a nécessité plus d’une décennie, entre temps l’intitulé est passé de SNAT 2025 à SNAT 2030). Officiellement, sept ateliers de travail, se pencheront pendant deux jours, sur  ” l’évaluation  de la situation générale du  SNAT,  la première phase du Schéma directeur d’aménagement touristique (SDAT, 2030),  la consolidation des orientations stratégiques du SNAT en tant que facteur de dynamique socio-économique générateur de richesse au niveau des territoires, et enfin  l’élaboration d’une feuille de route pour le développement du tourisme en Algérie“.

Le SNAT 2030 est l’instrument qui est sensé traduire et mettre en forme les orientations stratégiques de développement durable du territoire et constitue le  cadre de référence de l’action publique (document de synthèse, 2011) , en vertu de l’article 2 de la loi n° 10-02 du 29/06/2010, portant approbation du SNAT, qui stipule que : « les départements ministériels ainsi que les collectivités territoriales et les entreprises nationales et locales, sont tenus au respect des normes et règles du schéma national d’aménagement du territoire dans l’élaboration de leur projets et plans ».

La question est de savoir comment  cet “instrument” est  utilisé concrètement, autrement dit : comment les “orientations stratégiques de développement durable du territoire”  se traduisent dans les actions mises en oeuvre sur le terrain? Souhaitons que ces assises apportent un début de réponse ….

b.k.

Pour citer ce billet :  “Ouverture à Alger des assises nationales sur l’aménagement du territoire”     par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 15 décembre 2015. Lien http://ruralm.hypotheses.org/870

Jean Jacques Deluz et Alger

J.J Deluz arrive à Alger en 1956, il travaille à l’Agence du Plan d’Alger avec Gerald Hanning à qui il succède en 1959. En 1963, il ouvre son propre bureau d’architecte, rue des Bananiers. En même temps, entre 1964 et 1988, il enseigne à l’EPAU d’Alger.

Il dit lui-même : «Alger est ma ville d’adoption. C’est celle que j’aime et que je connais plus Alger, El Djezaïr, Chronique urbaineque toutes les autres. Elle a été ma vie, avec les amertumes et les bonheurs qui en font le sel», pourtant, suite à la dégradation de la situation sécuritaire, il est contraint de la quitter en 1993. Cependant, l’attachement à sa ville est plus fort et il est de retour en 1997 pour continuer à y travailler: à concevoir mais aussi à écrire. Après avoir publié en 1988 “L’urbanisme et l’architecture d’Alger“, il publie en 2001, “Alger, chronique urbaine“, un livre dans lequel il décrit Alger telle qu’il l’a vue, telle qu’elle est mais également telle que les architectes et les urbanistes ont voulu qu’elle soit…

Il faut dire que dans ces écrits (entre autres  en 2008 :Fantasmes et réalités (réflexions sur l’architecture), et en 2009 : Le tout et le fragment ), J.J. Deluz n’a de cesse de traduire sa pensée architecturale et urbanistique, faite de respect pour le contexte et pour l’esprit du lieu; et d’indignation pour les incohérences des périphéries sans âmes, construites à la hâte, et composées de bâtiments à l’architecture stéréotypée. Modestement, il se défend de prôner une quelconque théorie et dit au contraire avoir  toujours été sceptique sur le bien-fondé de toutes les théories dans ce domaine, théories qui, tout en ayant des qualités de stimulation (mais aussi de stérilisation) sont à la clé de toutes les illusions et justifient tant d’erreurs, jusqu’à ce que d’autres théories les remplacent et entraînent à d’autres illusions et à d’autres erreurs. (…)

Les œuvres (écrites, dessinées, construites) transmises par cet Homme, naît en Suisse en 1930, qui se disait inspiré par Breughel le vieux, Bosch, Carpaccio, Max Ernst, et Diderot, Jarry, Breton, et Chopin, et Murnau, Bunuel, et Aalto, Gaudi et L’Alhambra de Grenade et le petit Trianon de Gabriel; qui était, à la fois, architecte, enseignant, écrivain, penseur, mais également peintre; et qui avait fait d’Alger où il s’est éteint en avril 2009, sa ville d’adoption; sont un héritage précieux, riche d’enseignements  à (re)découvrir et à méditer …

b.k.

Pour citer ce billet :  “Jean Jacques Deluz et Alger”     par   Keira Bachar.                         Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 7 décembre 2015.   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/859

La palmeraie: une “forêt” plantée par l’homme

Alors que l’urbanisation  est  souvent présentée comme un problème environnemental et qu’elle est  opposée à “la nature” ; il existe certains écosystèmes urbains à l’image des oasis (qui sont fondées sur le triptyque “eau – habitat- palmeraie”), pour lesquels l’urbanisation  a été synonyme de symbiose entre l’urbain et la nature. Elle a même permis de prouver que l’homme pouvait vivre en sédentaire et en harmonie avec un milieu pourtant hostile, en respectant des règles d’organisation et d’aménagement qu’il avait lui-même établies, après avoir préalablement compris les réalités de ce contexte environnemental particulier.

Au Sahara, comme partout ailleurs, la végétation est le plus fidèle témoin du climat, qui est l’un des facteurs qui influe de manière significative sur son développement. Malgré des conditions climatiques très contraignantes à la survie spontanée des êtres vivants, l’écosystème saharien est un milieu vivant, où les espaces abiotiques (entièrement dépourvus de vie) sont relativement restreints. En dehors de ces espaces spécifiques, l’importance de la végétation est fonction directe de la quantité d’eau disponible.               De manière générale, la végétation saharienne est maigre et clairsemée, les plantes utilisent surtout les emplacements où le ravitaillement en eau se trouve un peu moins défavorable qu’ailleurs… La flore saharienne apparaît donc comme très pauvre si l’on compare le petit nombre d’espèces qui habitent ce désert  à l’énormité de la surface qu’il couvre (Ozenda, 1991).

Cependant, il existe des « forets » au Sahara, c’est en effet ainsi qu’est nommée la palmeraie par les habitants. Ce qui est notable et propre à ce désert, c’est que c’est à l’intervention de l’homme que sont dus les uniques espaces de concentration végétale. En effet,  en dehors des cultures anthropiques, et en particulier celle du palmier, les arbres sont rares et dispersés.  La culture du palmier est ancienne historiquement au Sahara, elle demeure la plus importante aujourd’hui (M. Cote, 2002). Pourtant, les besoins en eau de cet arbre sont importants, cependant, il supporte les températures très élevées (qui lui sont nécessaires pour son développement et la maturation de ses fruits), la sécheresse de l’air et la salure des sols. De plus, il présente un double avantage : écologiquement, il assure un cadre qui réduit l’évapotranspiration et permet un microclimat; économiquement, il assure un produit commercialisable et exportable, qui trouve sans trop de peine, un marché à l’étranger (M. Cote, 2002). Par ailleurs, ce fut, pendant des siècles, et c’est toujours (mais dans une moindre mesure) une ressource alimentaire de base pour les populations locales, car en plus des dattes, les palmiers procurent des zones d’ombre sous lesquelles d’autres cultures peuvent se développer, c’est ce qui est appelé « les trois étages » de l’oasis (le palmier à l’étage supérieur, les arbres fruitiers à l’étage moyen et au sol, des légumes ou des cultures arbustives).

Historiquement donc, au Sahara, contrairement à d’autres régions du Monde ou même du Maghreb,  c’est la création des cités qui a apporté avec elle des espaces de verdure dense qui n’existaient pas auparavant dans ce désert hyper aride. La végétation faisant partie intégrante du milieu urbain, l’un n’allant pas sans l’autre ; ici, l’homme n’avait détruit aucune végétation, pendant des siècles, au contraire. Pourtant, ce n’est plus le cas depuis plusieurs décennies, où l’on assiste à une dégradation des anciennes palmeraies mitagedue au vieillissement des palmiers mais aussi et surtout, due au mitage de l’espace  par une expansion urbaine démesurée.

 

 

Aujourd’hui malheureusement : Mitage des palmeraies par l’urbanisation (Ghardaia)   photo : b.k. 2013

Malgré ou plutôt à cause des conditions très difficiles du milieu saharien, des « forȇts » entières ont été plantées au cœur du désert, faisant partie intégrante de la cité (l’oasis) et assurant des bénéfices économiques et écologiques. Ces palmeraies, qui ne sont pas vraiment une ressource « naturelle » (puisque plantée par l’homme) constituent une réelle adaptation au site par opposition et prouve qu’il est possible de penser l’urbanisation autrement que négativement, à conditions de comprendre et de respecter les spécificités de chaque contexte environnemental.

b.k.

Pour citer ce billet : “La palmeraie : une forêt plantée par l’homme” par Keira Bachar. Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 24 novembre 2015.   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/808

Revue Internationale d’Urbanisme : RIURBA

Le premier numéro de la Revue Internationale d’Urbanisme RIURBA est en ligne à l’adresse suivante: http://riurba.net/

Cette nouvelle revue a pour ligne éditoriale  d’être une revue internationale de recherche sur et pour l’urbanisme. Le premier numéro, réalisé essentiellement par invitations, commence par interroger l’urbanisme, comme savoir et comme pratique, localisée ou internationale.

Pour voir le sommaire : http://riurba.net/revue/juil-dec-2015/

 

“L’âge des low-tech – Vers une civilisation techniquement soutenable ” par P. Bihouix

“L’âge des low-tech – Vers une civilisation techniquement soutenable”

Un ouvrage de Philippe Bihouix, paru le 03/04/2014 aux éditions du Seuil.

L’auteur, ingénieur centralien ayant travaillé dans différents secteurs industriels, se      penche sur un certain nombre de concepts très en vogue aujourd’hui.                                 Il propose d’autres alternatives de production et de consommation; et a le mérite de nous   faire réfléchir…

Résumé:

Philippe Bihouix - L'âge des low-tech - Vers une civilisation techniquement soutenable.Face aux signaux alarmants de la crise globale ; croissance en berne, tensions sur l’énergie et les matières premières, effondrement de la biodiversité, dégradation et destruction des sols, changement climatique et pollution généralisée, on cherche à nous rassurer. Les technologies “vertes” seraient sur le point de sauver la planète et la croissance grâce à une quatrième révolution industrielle, celle des énergies renouvelables, des réseaux intelligents, de l’économie circulaire, des nano-bio-technologies et des imprimantes 3D.
Plus consommatrices de ressources rares, plus difficiles à recycler, trop complexes, ces nouvelles technologies tant vantées nous conduisent pourtant dans l’impasse. Ce livre démonte un à un les mirages des innovations high tech, et propose de prendre le contre-pied de la course en avant technologique en se tournant vers les low tech, les “basses technologies”. Il ne s’agit pas de revenir à la bougie, mais de conserver un niveau de confort et de civilisation agréables tout en évitant les chocs des pénuries à venir.
Si l’auteur met à bas nos dernières illusions, c’est pour mieux explorer les voies possibles vers un système économique et industriel soutenable dans une planète finie.

 

Université de Setif : Une rencontre scientifique sous le signe de  l’interdisciplinarité

 

DSC04332Le colloque organisé par l’Université Ferhat Abbes de Sétif (Algérie) en collaboration avec l’Université du Maine (Le Mans, France) et qui vient de se tenir du 27 au 29 octobre 2015, Sétif, était international mais également (et surtout) interdisciplinaire.                                                                                                 La salle de conférences  où s’est tenu le colloque                                                          Photo bachar k. octobre 2015

En effet, si les colloques relatifs à l’aménagement urbain sont nombreux, de même que ceux prenant pour thème la biologie et/ou l’écologie végétales, ils sont, en général organisé par leurs départements respectifs.

En revanche, il est plus rare de trouver un département de biologie et d’écologie végétales qui organise une rencontre relative à l’aménagement urbain, comme cela a été fait par l’équipe du colloque de Setif, d’où son intérêt à l’heure où des notions telles que l’interdisciplinarité, la transdisciplinarité ou encore la pluridisciplinarité engagent à intégrer à des degrés divers, plusieurs enseignements et/ou pratiques pour faire prévaloir l’échange, le dialogue et le débat dans un esprit d’ouverture, et en particulier dans les actions en faveur  d’un développement qui se voudrait « durable ».

C’est ce qui a tenté d’être fait au cours de ce colloque (dont on doit saluer les efforts des organisateurs). En effet, en plus de  la qualité des conférences des Professeurs- invités (télécharger  le programme ci-joint programme_final_colloque_2015), qui ont fait profiter l’assistance présente (relativement peu nombreuse par rapport aux milliers d’étudiants et d’enseignants que compte l’université) de leurs savoirs et de leur grande maîtrise de leurs domaines respectifs, le débat et l’échange de points de vue furent  particulièrement fructueux et enrichissants.

Spécialistes de l’aménagement urbains mais également biologistes, et écologues ont confrontés leurs hypothèses et conclusions de recherche, ce qui va contribuer, (on le souhaite du moins) à enrichir la réflexion, sur la question du décloisonnement des disciplines, en particulier en matière de développement urbain, qui ne peut faire l’économie d’une meilleure prise en compte de toutes les dimensions qu’elles soient techniques, économiques, sociales, ou environnementales. Et c’est une question qui concerne autant les pays du Nord que ceux du Sud, et en Algérie, elle se pose avec acuité dans la recherche et l’action urbaines, aussi bien pour les villes côtières que pour les villes sahariennes, mais également pour les villes steppiques (sur lesquelles portait ma présentation, télécharger le résumé : Résumé renaturation bk).

b.k.

Pour citer ce billet :   “Université de Setif : Une rencontre scientifique sous le signe de  l’interdisciplinarité”    par Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville  Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 31 octobre 2015.                                                     Lien : http://ruralm.hypotheses.org/781