Appel à communications : séminaire international : L’AMÉNAGEMENT URBAIN À L’ HEURE DES RÉTROACTIONS ÉCOLOGIQUES

La Faculté des Sciences de la Nature & de la Vie  de l’ Université Farhat Abbes Setif  1 (UFAS1) (Algérie)  accueillera du 24 au 26 octobre 2015  le premier Séminaire international sur le thème de : ” l’Aménagement Urbain à l’heure des rétroactions écologiques”, organisé en collaboration avec  le laboratoire PUVIT (UFAS 1)), et le laboratoire Espaces et Sociétés de l’Université du Maine-Le Mans (France)

L’aménagement urbain à l’heure des rétroactions écologiques : biodiversité, métabolisme urbain, changements climatiques, injustices environnementales… Vers une seconde nature des villes.

Pour en savoir plus et/ou  télécharger l’appel à communications :                         http://www.univ-setif.dz/SEMINAIRE2015/  ou     ID9637_Depliant-Colloque-Setif-Octobre2015[1] Copy

5ème Édition du festival culturel international de promotion des architectures de terre

La 5ème édition du festival culturel  international de promotion des architectures  de terre se tiendra :

DU 19 AU 24 AVRIL 2015 à
l’ ÉCOLE POLYTECHNIQUE D’ARCHITECTURE
& D’URBANISME D’ALGER  (EPAU)

ET DU 25 & 26 AVRIL 2015                                                                                  UNIVERSITÉ AFRICAINE AHMED DRAIA D’ADRAR
Ce festival a pour  but  de promouvoir l’utilisation des matériaux locaux en particulier le matériau terre.

Pour télécharger le livret programme, avec tous les détails de cette édition 2015  : ARCHITERRE 2015 programme v6 copie

 

Cahiers des IFRE n°1 – 2015 – Urbanisme et dérèglement climatique

Parution, en février 2015, du numéro 1 des Cahiers des IFRE (Institut Français de Recherche à l’Etranger), ayant pour thème : Urbanisme et dérèglement climatique, avec deux articles et un encart portant sur le développement urbain durable dans les pays arabes et au Maghreb.Cahiers des IFRE n°1 - 2015 - Urbanisme et dérèglement climatique

Sommaire

Développement urbain et prise en compte de l’environnement

Où (en) sont les villes durables du monde arabe méditerranéen ?

La planification des villes chinoises : environnementaliser une machine hyper-fonctionnaliste ?

ENCART On ne pourra pas sortir de « l’air-pocalypse » urbaine par des mesures administratives

Analyse critique des dynamiques et enjeu de l’urbanisation à Johannesburg

L’impératif du développement durable à Istanbul : la domestication contrariée, partielle et opportuniste

Du changement climatique aux quartiers informels durables : une nouvelle vision stratégique pour les villes du Sud ?

ENCART Transformations spatiales et dynamiques socio-environnementales de l’oasis de Ouargla. Une analyse des perspectives de développement

Les coalitions multiniveaux d’action publique

Ce document est téléchargeable à l’adresse suivante  : http://www.ifre.fr/index.php/actualites/item/1884-cahiers-des-ifre-n1-2015-urbanisme-et-dereglement-climatique

Appel à communications : Patrimoine et Horizons – “Architecture traditionnelle et développement durable”

Un appel à communications pour le colloque organisé dans le cadre de la 2ème édition Patrimoine et Horizons, ayant pour thème: Architecture traditionnelle et développement durable.  du 1er au 3 décembre 2015 à Nefta – Tunisie Contexte général: Dans le cadre de la société traditionnelle,  l’équilibre entre l’homme et son environnement a été globalement maintenu. Dans ce cadre l’architecture traditionnelle, qui dépendait de son contexte, traduisait cet équilibre. Depuis le XXème siècle, le monde connait d’importants changements dus à l’industrialisation qui mène entre autre à des mutations sociales, urbaines et architecturales. Ces mutations touchent cet équilibre, qui devient de plus en plus vulnérable. Dans le cas de la Tunisie, de nouvelles villes sont apparues depuis les années 60. Les nouveaux matériaux commencent à apparaitre ainsi que de nouvelles configurations spatiales, tant au niveau urbain, qu’architectural.                                                                                         A partir des années 70 avec l’élaboration du rapport « Halte à la croissance » par le club de Rome et la crise pétrolière, une prise de conscience progressive commence à avoir lieu. Le concept de développement durable est né en 1987 avec le rapport Bruntland, comme étant un nouveau mode qui réconcilie le développement économique, l’équité sociale et les limites environnementales. Ce nouveau mode de développement apparait comme une éthique qui concerne tous les pays du monde, ainsi que toutes les pratiques, secteurs et métiers, entre autre l’architecture. De ce fait, différentes facettes d’architecture dite durable sont apparues, avec une multitude d’outils et de labels.

Les objectifs

Le colloque fixe les trois objectifs suivants : - Etudier le rapport entre l’architecture traditionnelle et le développement durable - Démontrer les limites de l’aspect durable de cette architecture - Comment investir les aspects durables de l’architecture traditionnelle dans les nouvelles productions

Dates

  • Appel à candidature : 1er Février 2015
  • Réception des résumés des articles et  des posters : 15 Mars 2015
  • Notification d’acceptation des résumés et des posters : 15 Avril 2015
  • Réception des textes des articles et des posters : 1er Juin 2015
  • Notification d’acceptation des articles : 1er  Juillet 2015
  • Inscription : 1er  Juillet 2015
  • Réception finale (résumés, articles, mots clés) : 1er  Septembre 2015
  • Colloque : 1er – 03 Décembre 2015

Pour en savoir plus:   http://calenda.org/318632?file=1 ou http://ph2015.sciencesconf.org/

 

Appel à communications, 2ème colloque OTMA : Les territoires à l’épreuve des changements dans le monde arabe

Appel à contribution pour un colloque ayant pour thème : les territoires à l’épreuve des changements dans le monde arabe

Les 4 et 5 juin 2015 à la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis

Argumentaire

Le territoire, comme objet de gouvernance constamment sollicité et souvent malmené, mais aussi comme forme d’appropriation individuelle sans cesse renouvelée, constitue un marqueur très pertinent des changements récents dans le monde arabe. Alors même que l’emprise de l’État-Nation s’estompe, le territoire (re)devient un référentiel identitaire et est revendiqué comme un droit. Si les disparités économiques et sociales des régions tunisiennes ont été en grande partie à l’origine de la révolte de 2011, ces inégalités s’observent aussi à l’échelle des individus par un déplacement des limites entre l’espace privé et l’espace public, mais aussi par une inégalité d’accès à l’espace public qui peut aller jusqu’à une confiscation des territoires par le pouvoir en place (ex : Le Caire). L’occupation d’un territoire, son appropriation illégale, sa réappropriation, deviennent alors des enjeux majeurs d’expression de la contestation et d’une volonté de changement….

Modalités de soumission

Les propositions de communication devront être rédigées en français et être envoyées à geraldine.sheik-adam@ined.fr     avant le 29 mars 2015.

La taille des résumés devra être comprise entre 5 000 et 8 000 signes (espaces compris).

Le comité scientifique donnera une réponse aux auteurs courant avril 2015.

Publication des communications

Les résumés des communications acceptées seront accessibles en ligne sur le site d’OTMA, et les communications sélectionnées seront publiées dans un ouvrage collectif aux éditions Karthala, courant 2016.

Les textes devront être remis en octobre 2015.

Pour en savoir plus:  http://calenda.org/318465?utm_source=lettre ou : http://calenda.org/318471?file=1 ou    http://www.gis-cist.fr/events/appel-a-communications-les-territoires-a-lepreuve-des-changements-dans-le-monde-arabe/

Hommage à Abed Bendjelid (1944-2015)

 

Pour rendre hommage au professeur algérien Abed Bendjelid  qui vient de nous quitter le 9 février 2015,  ci-dessous l’émouvante lettre de ceux qui ont eu la chance de le côtoyer et de travailler avec lui, ses amis et collègues du CRASC (Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle) d’Oran:

IN MEMORIAM

ABED BENDJELID (1944 – 2015)

Le professeur, Abed Bendjelid vient de nous quitter en ce jour du 9 février 2015, à l’âge de soixante et onze ans.

Comme il savait le faire, il a combattu avec persévérance et courage la maladie qui a malheureusement fini par l’emporter. Pour ses collègues et amis, il sera cependant toujours là dans les coeurs et les mémoires, avec son intelligence, sa disponibilité pour la chose académique, et certainement aussi sa courtoisie et sa modestie. Il faisait en effet partie d’une génération et d’une école pour qui le labeur et le déploiement de l’activité scientifique ne nécessitaient pas l’excès narcissique de publicité pour être valorisés.

Géographe de formation et opérant une jonction avec l’anthropologie, il aura légué aux plus jeunes des dizaines si ce ne sont pas des centaines de travaux et autres contributions scientifiques accumulés au cours d’une carrière universitaire qui aura couru sur pas loin d’un demi-siècle.

Ses travaux sur la ville algérienne, la paysannerie, le Sahara ou la question de l’aménagement du territoire et quelques autres domaines continueront longtemps durant à constituer des références incontournables pour la recherche en sciences sociales. Ayant enseigné dans différentes universités algériennes (Constantine, Alger, Oran), et participé à nombre de colloques scientifiques et séminaires doctoraux aussi bien dans le pays qu’à l’étranger, il aura contribué ainsi à la formation de générations d’universitaires, en dirigeant notamment des mémoires de magistère et des thèses de doctorat, ou en participant aux jurys de soutenance.

De même ses collègues et amis du CRASC, ne pourront passer sous silence une contribution de plus de vingt ans au fonctionnement et au travail scientifique de leur institution. Il y activait non seulement comme chercheur associé avec le titre de directeur de recherche, participant à de nombreux projets et en dirigeant un grand nombre, mais aussi en acceptant de lourdes responsabilités comme membre du conseil scientifique du centre, directeur de la division de recherche « Villes et territoires » avant d’en devenir le conseiller scientifique, et bien entendu sa contribution indéniable à la vie de la revue Insaniyat. Il aura été membre de son comité de rédaction depuis sa création en 1997, avant d’être son directeur-adjoint puis directeur de la rédaction depuis l’année 2006 lorsqu’il succéda à Fouad Soufi, consacrant ainsi avec ses collègues, un temps précieux à la programmation des thématiques ciblées, à la lecture des articles et souvent à leur rewriting pour contribuer à l’initiation des jeunes chercheurs. Le défunt a été également collaborateur de la Revue Africaine des Livres ARB depuis sa création en 2004.

Comme il avait vécu, Abed vient donc de disparaitre dans la discrétion et la proximité de ses proches, son épouse Ina, sa fille Nadia, et son fils Cherif, sa belle-fille, son gendre, ses petits-enfants, ses frères et soeur dont notre collègue le professeur Fawzia Bendjelid, auxquels nous exprimons toutes nos condoléances et notre sympathie en ces moments douloureux. La disparition de Abed Bendjelid pourra difficilement être compensée ; mais grâce au travail investi par lui-même et d’autres qui nous ont quittés aussi ou sont toujours à l’oeuvre à l’intérieur ou à l’extérieur de l’institution, grâce au dévouement de chercheurs plus jeunes et à tout le personnel en activité, le travail entrepris en commun continuera à fleurir, Abed, cela tu le savais bien pour l’avoir souvent pensé et dit autour de toi !

Abed repose en paix

Tes collègues et amis du CRASC

  

Des immeubles imprimés en 3D bientot au Maghreb?

Depuis quelques mois l’impression en 3D a franchi une étape tout à fait remarquable puisqu’elle permet désormais de construire des bâtiments!  En effet la société chinoise Winsun, basée à Shangai, a réussi à fabriquer, en 24 heures les premiers prototypes de maisons de 200m² à l’aide d’une imprimante géante, au mois de mars 2014.  Elle vient de frapper encore plus fort en réalisant, en janvier 2015 avec la même technique un immeuble de cinq étages. Cette technique est décrite comme éco-responsable puisqu’elle utilise comme “encre” pour l’imprimante (c’est à dire le matériau de construction), une mixture à base de déchets de construction recyclés, ce qui est, à priori, un avantage indéniable.Bientôt des immeubles issus de l’impression 3D au Maroc ?photo du batiment de cinq étages construit en janvier 2015 à Suzhou (ville située dans  l’est de la Chine)                                                                                                                              © Winsun

L’entreprise ne semble apparemment pas décidée à s’arrêter en si bon chemin puisque son PDG annonçait lors d’une conférence de presse, que sa société ambitionnait d’implanter plusieurs usines d’impression en 3D, dans plusieurs pays. Au cours des trois prochaines années, Winsun Global devrait ainsi construire des usines en Arabie Saoudite, aux Emirats Arabes Unis, au Qatar,  aux Etats-Unis, mais également au Maroc et en Tunisie  ainsi que dans plus de 20 autres pays. Elle va fournir des logements bon marché pour les familles à faible revenu. Les premières imprimantes 3D sont déjà prêtes à être expédiées à l’étranger.  La création d’usines dans le désert est même envisagée pour la fabrication d’imprimantes 3D à base de sable.

Cette technologie n’en est encore qu’à ses débuts mais elle pourrait bien révolutionner le monde de la construction d’où l’importance de commencer dés à présent à réfléchir et à se poser les bonnes questions sur les avantages et les inconvénients (aussi bien économiques, que sociaux et environnementaux) de ce qui semble être bien parti pour devenir “la norme” dans un avenir peut-être pas si lointain ….

 

Offre de foncier public dans le Sud et les Hauts-plateaux : Tirer les leçons des opérations antérieures

Afin de répondre aux demandes de la population en matière de logements, les pouvoirs publics algériens se sont engagés dans un important programme  de logements sociaux dont la mise en œuvre pose beaucoup de questions (se référer les billets précédents relatifs à ce sujet, sur ce blog), particulièrement  en ce qui concerne la consommation des ressources foncières et l’intégration socio-spatiale des nouvelles cités. Cependant, depuis peu, un nouveau front d’urbanisation extensive est en train de se mettre en place  dans  les wilayas du Sud et des Hauts-plateaux. En effet, les instructions interministérielles du 1er décembre 2012 et du 7 juillet 2014, relatives au développement de l’offre de foncier public  dans le Sud et dans les Hauts-plateaux, valident la mise en lotissement de plusieurs centaines d’hectares pour l’octroi de parcelles de terrains individuelles, avec une aide financière, au profit des citoyens qui répondent aux conditions fixées, afin qu’ils puissent construire eux-mêmes leur habitation dans le cadre de l’auto-construction.

Cette opération, lancée suite à des mouvements sociaux de protestation dans plusieurs villes du Sud,  n’est pas sans rappeler les opérations antérieures de distribution de lots de terrains à bâtir, qui ont eu pour résultat un appauvrissement de la qualité des espaces urbains, composés de quartiers entiers en manque d’infrastructures de viabilisation (que les programmes d’amélioration urbaine tentent aujourd’hui tant bien que mal de combler) et d’équipements publics, en plus d’avoir engendrer un paysage urbain médiocre. Les auto-constructeurs, souvent peu soucieux de l’application des règles de l’art de bâtir, construisent chacun  à sa guise et selon ses moyens, en l’absence quasi-totale d’encadrement et de suivi technique des chantiers. Auto-construction rime avec laisser-faire dans l’immense majorité des cas.

Malgré cet état des lieux connu et largement dénoncé,  les dispositions prises dans le cadre de cette nouvelle opération d’envergure  ne semblent pas différentes des précédentes. A titre d’exemple, et comme le rapporte l’APS (Algerie Presse Service), une première opération d’attribution de 10 718 parcelles, de 250 à 300m² chacune, destinées à l’auto-construction, avec une aide de l’Etat, a été lancée le 11/12/2014 à travers l’ensemble des communes de la wilaya de Ghardaïa, et le total doit atteindre 17 276 lots d’ici la fin du mois de décembre 2014. Cette annonce qui peut satisfaire les demandeurs de terrain à bâtir,  ne peut qu’inquiéter les nombreux partisans d’une urbanisation maitrisée et réfléchie, d’autant plus que pour répondre à la problématique de l’intégration au site, une méthode peu efficace, déjà mise en œuvre par le passé, est préconisée : les bénéficiaires sont sensés construire  en respectant l’une des trois variantes préparées par les services de l’Urbanisme afin de préserver le cachet architectural de la région. Si l’intention de s’inspirer de l’architecture des ksour, mondialement reconnue, est légitime, en revanche, la manière de faire laisse sceptique. En effet, les permis de construire établis selon des plans types à respecter (en théorie) ont déjà été expérimentés, ainsi, par exemple, la distribution des lots sociaux dans les années 1980, était accompagnée par des bons pour les matériaux de construction et par un permis de construire à suivre « impérativement ». Pourtant quasiment personne n’a respecté les plans, comme le prouve le désordre urbanistique et architectural qui règne dans les quartiers d’habitat individuel auto-construit, au cours des trente ou quarante dernières années, aussi bien à Ghardaia que dans les autres villes algériennes.

Etant donné la manière dont les choses se présentent, la situation aura du mal à s’améliorer et le risque est grand de la voir même s’aggraver d’un point de vue urbanistique et architectural, mais également d’un point de vue social et environnemental. Plutôt que d’imposer des formes « à reproduire » (dont on sait d’ailleurs, par expérience, qu’elles ne seront pas réalisées), l’enjeu ne serait-il pas plutôt de tenter d’infléchir les mentalités, en créant les conditions d’une prise de conscience et d’une implication collectives afin de (re)donner la priorité à la compréhension du milieu et, pour le cas de Ghardaia particulièrement, de retrouver l’esprit qui animait les bâtisseurs de la vallée  du Mzab ?

On ne peut s’empêcher de se demander pourquoi on revient toujours à des « solutions » qui ont pourtant déjà montré  leurs limites. Ne serait-il pas judicieux d’expérimenter des modes de faire innovants (au moins à petite échelle, dans le cadre d’opérations ponctuelles) au lieu d’investir massivement dans des « formules déjà testées » au risque de refaire encore les mêmes erreurs ?

B.K.

Premier salon de la Ville d’Alger

La wilaya d’Alger organise le 1er salon de la ville d’Alger, du 8 au 10 décembre 2014  qui se propose de rassembler les  acteurs de la commande publique, les partenaires institutionnels, les organismes de recherche, les  maîtres d’œuvres, ainsi que  les  prestataires spécialisés dans la gestion, les services, l’aménagement et le développement des collectivités territoriales, autour de la  problématique de la ville et de la gestion urbaine. Pour l’occasion, une série de conférences est programmée, sur le thème   Pour une meilleure maîtrise de l’ingénierie urbaine . Pour télécharger le programme détaillé des conférences :

PROGRAMME Salon ALGER

 

Vent de colère chez les étudiants en architecture

Alors que les étudiants tunisiens de l’ENAU (Ecole Nationale de l’Architecture et d’Urbanisme) de Sidi Bou Said était en grève, début novembre 2014, pour demander une réforme globale du système pédagogique, créé en 1996, qu’ils considèrent comme obsolète, et qu’avant eux, en février 2014, les étudiants marocains de l’Ecole d’Architecture de Casablanca (EAC) protestaient contre la dévalorisation de leur diplôme sur le marché du travail par rapport à ceux des étudiants de l’ENA (Ecole Nationale d’Architecture), un vaste mouvement de grève est mené actuellement par les étudiants de la filière « Architecture »  dans plusieurs universités algériennes, à l’image de celles d’Oran, Bejaia, Tizi Ouzou, Tlemcen, Sétif, Laghouat ou encore Blida.

Le mouvement de protestation prend de l’ampleur; les étudiants  dénoncent  la non reconnaissance de leur diplôme de Master par le CNOA (Conseil National de l’Ordre des Architectes Algériens), et son refus de leur permettre de prêter serment, condition nécessaire pour obtenir l’agrément et pouvoir exercer la profession d’architecte. Pour leur part, les représentants du CNOA exigent (pour l’instant) un diplôme d’ingénieur d’Etat en architecture, ils  fustigent l’application du système  LMD, critiquant la fuite en avant quantitative et le nombre important de départements d’architecture créés (28 à l’échelle nationale). Ils déplorent également la non consultation de l’Ordre pour l’élaboration et le contenu des programmes, jugés trop académiques par rapport à ceux qui étaient dispensés dans les écoles et instituts d’architecture, avant la réforme (aujourd’hui, seule l’EPAU -Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger- continue à dispenser ce type d’enseignement).

Pourtant, la situation de cafouillage actuelle était prévisible dès la mise en place du système LMD pour la filière Architecture. Ainsi, même si, à terme, et après réajustement des programmes et remise à niveau de la formation,  on arrivera certainement à s’entendre et à considérer finalement que le  master 2 peut effectivement  permettre d’exercer la profession d’architecte, le problème restera posé pour les diplomés de 1er cycle, titulaires d’une licence d’architecture seule. Ces derniers, après trois années d’études, ne sont pas formés pour le dessin, comme des techniciens supérieurs ou des dessinateurs-projeteurs, et ils ne peuvent prétendre au titre d’architecte, dès lors quel est leur avenir ? Faut-il comme le revendiquent les étudiants grévistes permettre le passage automatique du niveau Licence au niveau Master, mais alors, quel est l’utilité de l’instauration du système LMD ? Bref, ces questions et bien d’autres, tel que le devenir du nombre exponentiel de diplômés qui risquent de se retrouver au chômage,  auraient évidemment dues être traitées en amont.

La grogne des étudiants en architecture vient s’ajouter au malaise  qui secoue la profession (se référer mon billet du 14 janvier 2014, http://ruralm.hypotheses.org/372) et fait écho  au désordre architectural et urbanistique qui caractérisent la plupart des villes algériennes.

Un minimum de réflexion et d’anticipation aurait permis d’éviter ces mouvements de colère, qui ont cependant contribué  à (re)mettre l’architecte sur le devant de la scène, et  qui auront, peut-être, le mérite d’ouvrir enfin un débat  de fond sur le rôle qu’il joue et surtout sur celui qu’il devrait jouer, dans l’édification de la ville en Algérie et au Maghreb.

Bachar k.