Dossier : Villes et urbanités au Maghreb N° 12/2015 L’année du Maghreb

12 | 2015
Dossier : Villes et urbanités au Maghreb  N°12/2015  L’année du Maghreb

Ce numéro 12/2015 de la revue “L’année du Maghreb” propose un dossier consacré aux “Villes et urbanités au Maghreb”. Le dossier sous la direction de Saïd Belguidoum, Raffaele Cattedra et Aziz Iraki est composé de plusieurs articles qui sont tous disponibles en texte intégral sur le sitehttps://anneemaghreb.revues.org/2355 Continuer la lecture

Gestion des risques climatiques en Méditerranée (les notes du Plan – bleu n°27)

Les services climatiques : un outil d’aide à la décision pour l’adaptation

Le numéro de mai 2015 des “notes du Plan-bleu” revient sur l’adaptation à la variabilité et au changement climatique en Méditerranée.

notes27_cc_en“La région méditerranéenne est particulièrement vulnérable à la variabilité du climat et aux événements climatiques extrêmes. Elle est l’un des principaux « points chauds » du changement climatique. La mise en place de services climatiques dans le bassin méditerranéen est essentielle pour encourager le développement durable dans la région.”

Pour télécharger cette publication : http://planbleu.org/fr/publications/climate-risk-management-mediterranean-climate-services-decision-support-tool-adaptation  ou cliquer sur : notes27_cc_fr_web

Edition électronique du premier atlas région de la région Tadla Azilal ( Maroc)

Edition électronique du premier atlas région de la région Tadla Azilal ( Maroc)

L’atlas est en ligne sur le site d’archives ouvertes OKINA de l’université d’Angers: http://okina.univ-angers.fr/publications/ua9275

Présentation:

Atlas Régional Région du Tadla Azilal (Maroc)
AN Taïbi1-2, Y. El Khalki3, M. El Hannani1
1. Université d’Angers (France). ESO-Angers, UMR CNRS 6590
2. Université d’Angers (France). LETG-Angers, UMR CNRS 6554
3. Université Sultan Moulay Slimane de Beni Mellal (Maroc).
L’Atlas régional de la région du Tadla-Azilal au Maroc a été réalisé dans le cadre d’un Programme d’Action Intégrée Volubilis soutenu par le Comité Mixte Interuniversitaire Franco-Marocain de 2005 à 2008 associant ESO-Angers (UMR CNRS 6590) de l’Université d’Angers (France), l’Université Sultan Moulay Slimane de Beni Mellal (Maroc) et le LATES de l’EHESS de Paris (France).
L’atlas permet de mettre en perspective les éléments à valoriser et ceux à préserver et ainsi participer à apporter des réponses concrètes pour l’aménagement et le développement de cette région.
Après un état des lieux historique, physique et humain, sont développés les dynamiques et enjeux spécifiques aux trois unités régionales (montagne, piémont plaine) et les enjeux transversaux autour de l’eau, de la question migratoire, des risques et des patrimoines reconnus et potentiels.
ISBN : 978-2-915751-58-1

Cahiers des IFRE n°1 – 2015 – Urbanisme et dérèglement climatique

Parution, en février 2015, du numéro 1 des Cahiers des IFRE (Institut Français de Recherche à l’Etranger), ayant pour thème : Urbanisme et dérèglement climatique, avec deux articles et un encart portant sur le développement urbain durable dans les pays arabes et au Maghreb.Cahiers des IFRE n°1 - 2015 - Urbanisme et dérèglement climatique

Sommaire

Développement urbain et prise en compte de l’environnement

Où (en) sont les villes durables du monde arabe méditerranéen ?

La planification des villes chinoises : environnementaliser une machine hyper-fonctionnaliste ?

ENCART On ne pourra pas sortir de « l’air-pocalypse » urbaine par des mesures administratives

Analyse critique des dynamiques et enjeu de l’urbanisation à Johannesburg

L’impératif du développement durable à Istanbul : la domestication contrariée, partielle et opportuniste

Du changement climatique aux quartiers informels durables : une nouvelle vision stratégique pour les villes du Sud ?

ENCART Transformations spatiales et dynamiques socio-environnementales de l’oasis de Ouargla. Une analyse des perspectives de développement

Les coalitions multiniveaux d’action publique

Ce document est téléchargeable à l’adresse suivante  : http://www.ifre.fr/index.php/actualites/item/1884-cahiers-des-ifre-n1-2015-urbanisme-et-dereglement-climatique

Appel à communications : Patrimoine et Horizons – “Architecture traditionnelle et développement durable”

Un appel à communications pour le colloque organisé dans le cadre de la 2ème édition Patrimoine et Horizons, ayant pour thème: Architecture traditionnelle et développement durable.  du 1er au 3 décembre 2015 à Nefta – Tunisie Contexte général: Dans le cadre de la société traditionnelle,  l’équilibre entre l’homme et son environnement a été globalement maintenu. Dans ce cadre l’architecture traditionnelle, qui dépendait de son contexte, traduisait cet équilibre. Depuis le XXème siècle, le monde connait d’importants changements dus à l’industrialisation qui mène entre autre à des mutations sociales, urbaines et architecturales. Ces mutations touchent cet équilibre, qui devient de plus en plus vulnérable. Dans le cas de la Tunisie, de nouvelles villes sont apparues depuis les années 60. Les nouveaux matériaux commencent à apparaitre ainsi que de nouvelles configurations spatiales, tant au niveau urbain, qu’architectural.                                                                                         A partir des années 70 avec l’élaboration du rapport « Halte à la croissance » par le club de Rome et la crise pétrolière, une prise de conscience progressive commence à avoir lieu. Le concept de développement durable est né en 1987 avec le rapport Bruntland, comme étant un nouveau mode qui réconcilie le développement économique, l’équité sociale et les limites environnementales. Ce nouveau mode de développement apparait comme une éthique qui concerne tous les pays du monde, ainsi que toutes les pratiques, secteurs et métiers, entre autre l’architecture. De ce fait, différentes facettes d’architecture dite durable sont apparues, avec une multitude d’outils et de labels.

Les objectifs

Le colloque fixe les trois objectifs suivants : – Etudier le rapport entre l’architecture traditionnelle et le développement durable – Démontrer les limites de l’aspect durable de cette architecture – Comment investir les aspects durables de l’architecture traditionnelle dans les nouvelles productions

Dates

  • Appel à candidature : 1er Février 2015
  • Réception des résumés des articles et  des posters : 15 Mars 2015
  • Notification d’acceptation des résumés et des posters : 15 Avril 2015
  • Réception des textes des articles et des posters : 1er Juin 2015
  • Notification d’acceptation des articles : 1er  Juillet 2015
  • Inscription : 1er  Juillet 2015
  • Réception finale (résumés, articles, mots clés) : 1er  Septembre 2015
  • Colloque : 1er – 03 Décembre 2015

Pour en savoir plus:   http://calenda.org/318632?file=1 ou http://ph2015.sciencesconf.org/

 

Appel à communications, 2ème colloque OTMA : Les territoires à l’épreuve des changements dans le monde arabe

Appel à contribution pour un colloque ayant pour thème : les territoires à l’épreuve des changements dans le monde arabe

Les 4 et 5 juin 2015 à la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis

Argumentaire

Le territoire, comme objet de gouvernance constamment sollicité et souvent malmené, mais aussi comme forme d’appropriation individuelle sans cesse renouvelée, constitue un marqueur très pertinent des changements récents dans le monde arabe. Alors même que l’emprise de l’État-Nation s’estompe, le territoire (re)devient un référentiel identitaire et est revendiqué comme un droit. Si les disparités économiques et sociales des régions tunisiennes ont été en grande partie à l’origine de la révolte de 2011, ces inégalités s’observent aussi à l’échelle des individus par un déplacement des limites entre l’espace privé et l’espace public, mais aussi par une inégalité d’accès à l’espace public qui peut aller jusqu’à une confiscation des territoires par le pouvoir en place (ex : Le Caire). L’occupation d’un territoire, son appropriation illégale, sa réappropriation, deviennent alors des enjeux majeurs d’expression de la contestation et d’une volonté de changement….

Modalités de soumission

Les propositions de communication devront être rédigées en français et être envoyées à geraldine.sheik-adam@ined.fr     avant le 29 mars 2015.

La taille des résumés devra être comprise entre 5 000 et 8 000 signes (espaces compris).

Le comité scientifique donnera une réponse aux auteurs courant avril 2015.

Publication des communications

Les résumés des communications acceptées seront accessibles en ligne sur le site d’OTMA, et les communications sélectionnées seront publiées dans un ouvrage collectif aux éditions Karthala, courant 2016.

Les textes devront être remis en octobre 2015.

Pour en savoir plus:  http://calenda.org/318465?utm_source=lettre ou : http://calenda.org/318471?file=1 ou    http://www.gis-cist.fr/events/appel-a-communications-les-territoires-a-lepreuve-des-changements-dans-le-monde-arabe/

Des immeubles imprimés en 3D bientot au Maghreb?

Depuis quelques mois l’impression en 3D a franchi une étape tout à fait remarquable puisqu’elle permet désormais de construire des bâtiments!  En effet la société chinoise Winsun, basée à Shangai, a réussi à fabriquer, en 24 heures les premiers prototypes de maisons de 200m² à l’aide d’une imprimante géante, au mois de mars 2014.  Elle vient de frapper encore plus fort en réalisant, en janvier 2015 avec la même technique un immeuble de cinq étages. Cette technique est décrite comme éco-responsable puisqu’elle utilise comme “encre” pour l’imprimante (c’est à dire le matériau de construction), une mixture à base de déchets de construction recyclés, ce qui est, à priori, un avantage indéniable.Bientôt des immeubles issus de l’impression 3D au Maroc ?photo du batiment de cinq étages construit en janvier 2015 à Suzhou (ville située dans  l’est de la Chine)                                                                                                                              © Winsun

L’entreprise ne semble apparemment pas décidée à s’arrêter en si bon chemin puisque son PDG annonçait lors d’une conférence de presse, que sa société ambitionnait d’implanter plusieurs usines d’impression en 3D, dans plusieurs pays. Au cours des trois prochaines années, Winsun Global devrait ainsi construire des usines en Arabie Saoudite, aux Emirats Arabes Unis, au Qatar,  aux Etats-Unis, mais également au Maroc et en Tunisie  ainsi que dans plus de 20 autres pays. Elle va fournir des logements bon marché pour les familles à faible revenu. Les premières imprimantes 3D sont déjà prêtes à être expédiées à l’étranger.  La création d’usines dans le désert est même envisagée pour la fabrication d’imprimantes 3D à base de sable.

Cette technologie n’en est encore qu’à ses débuts mais elle pourrait bien révolutionner le monde de la construction d’où l’importance de commencer dés à présent à réfléchir et à se poser les bonnes questions sur les avantages et les inconvénients (aussi bien économiques, que sociaux et environnementaux) de ce qui semble être bien parti pour devenir “la norme” dans un avenir peut-être pas si lointain ….

b.k.

Pour citer ce billet : “Des immeubles imprimés en 3D bientôt au Maghreb?”                  par Keira Bachar.  Publié sur RURAL-M –  Etudes sur la ville Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb    le 1 fevrier 2015.   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/677

 

Premier salon de la Ville d’Alger

La wilaya d’Alger organise le 1er salon de la ville d’Alger, du 8 au 10 décembre 2014  qui se propose de rassembler les  acteurs de la commande publique, les partenaires institutionnels, les organismes de recherche, les  maîtres d’œuvres, ainsi que  les  prestataires spécialisés dans la gestion, les services, l’aménagement et le développement des collectivités territoriales, autour de la  problématique de la ville et de la gestion urbaine. Pour l’occasion, une série de conférences est programmée, sur le thème   Pour une meilleure maîtrise de l’ingénierie urbaine . Pour télécharger le programme détaillé des conférences :

PROGRAMME Salon ALGER

 

Vent de colère chez les étudiants en architecture

Alors que les étudiants tunisiens de l’ENAU (Ecole Nationale de l’Architecture et d’Urbanisme) de Sidi Bou Said était en grève, début novembre 2014, pour demander une réforme globale du système pédagogique, créé en 1996, qu’ils considèrent comme obsolète, et qu’avant eux, en février 2014, les étudiants marocains de l’Ecole d’Architecture de Casablanca (EAC) protestaient contre la dévalorisation de leur diplôme sur le marché du travail par rapport à ceux des étudiants de l’ENA (Ecole Nationale d’Architecture), un vaste mouvement de grève est mené actuellement par les étudiants de la filière « Architecture »  dans plusieurs universités algériennes, à l’image de celles d’Oran, Bejaia, Tizi Ouzou, Tlemcen, Sétif, Laghouat ou encore Blida.

Le mouvement de protestation prend de l’ampleur; les étudiants  dénoncent  la non reconnaissance de leur diplôme de Master par le CNOA (Conseil National de l’Ordre des Architectes Algériens), et son refus de leur permettre de prêter serment, condition nécessaire pour obtenir l’agrément et pouvoir exercer la profession d’architecte. Pour leur part, les représentants du CNOA exigent (pour l’instant) un diplôme d’ingénieur d’Etat en architecture, ils  fustigent l’application du système  LMD, critiquant la fuite en avant quantitative et le nombre important de départements d’architecture créés (28 à l’échelle nationale). Ils déplorent également la non consultation de l’Ordre pour l’élaboration et le contenu des programmes, jugés trop académiques par rapport à ceux qui étaient dispensés dans les écoles et instituts d’architecture, avant la réforme (aujourd’hui, seule l’EPAU -Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger- continue à dispenser ce type d’enseignement).

Pourtant, la situation de cafouillage actuelle était prévisible dès la mise en place du système LMD pour la filière Architecture. Ainsi, même si, à terme, et après réajustement des programmes et remise à niveau de la formation,  on arrivera certainement à s’entendre et à considérer finalement que le  master 2 peut effectivement  permettre d’exercer la profession d’architecte, le problème restera posé pour les diplomés de 1er cycle, titulaires d’une licence d’architecture seule. Ces derniers, après trois années d’études, ne sont pas formés pour le dessin, comme des techniciens supérieurs ou des dessinateurs-projeteurs, et ils ne peuvent prétendre au titre d’architecte, dès lors quel est leur avenir ? Faut-il comme le revendiquent les étudiants grévistes permettre le passage automatique du niveau Licence au niveau Master, mais alors, quel est l’utilité de l’instauration du système LMD ? Bref, ces questions et bien d’autres, tel que le devenir du nombre exponentiel de diplômés qui risquent de se retrouver au chômage,  auraient évidemment dues être traitées en amont.

La grogne des étudiants en architecture vient s’ajouter au malaise  qui secoue la profession (se référer mon billet du 14 janvier 2014, http://ruralm.hypotheses.org/372) et fait écho  au désordre architectural et urbanistique qui caractérisent la plupart des villes algériennes.

Un minimum de réflexion et d’anticipation aurait permis d’éviter ces mouvements de colère, qui ont cependant contribué  à (re)mettre l’architecte sur le devant de la scène, et  qui auront, peut-être, le mérite d’ouvrir enfin un débat  de fond sur le rôle qu’il joue et surtout sur celui qu’il devrait jouer, dans l’édification de la ville en Algérie et au Maghreb.

b. k.

Pour citer ce billet : “Vent de colère chez les étudiants en architecture”   par Keira Bachar.  Publié sur RURAL-M –  Etudes sur la ville –  Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb    le 24 novembre 2014.  Lien : http://ruralm.hypotheses.org/625

Colloque international à Constantine “La Géomatique, ses applications en Géosciences et en Aménagement du Territoire.”

La Faculté de Sciences de la Terre, de la Géographie et de l’Aménagement du Territoire de l’Université de Constantine 1 (Algérie) organise les 2 et 3 décembre 2014 un Colloque International sur la Géomatique intitulé :

“La Géomatique, ses applications en Géosciences et en Aménagement du Territoire.”

Contexte et Objectifs du Colloque :

La Géomatique intègre l’ensemble des technologies permettant de modéliser, de représenter et d’analyser les territoires. Dans ses applications, elle est largement ouverte aux domaines des géosciences et de l’aménagement du territoire.

A la croisée de différentes disciplines, la géomatique est aujourd’hui indispensable aux collectivités, administrations et entreprises, pour gérer les territoires, appuyer et aider à la décision et définir les stratégies de développement.

Pour en savoir plus : http://umc.edu.dz/fst/