Les projets de villes nouvelles de nouveau à l’ordre du jour en Algérie

Le propos de ce billet n’est pas de discuter la pertinence de la création de ces villes nouvelles ; même s’il y aurait beaucoup à dire sur le sujet, étant donné qu’il y a tant à faire pour améliorer le cadre de vie dans les villes algériennes existantes et que des projets beaucoup plus modestes, à l’image des cités d’habitat, par exemple, ne sont pas réalisées de manière satisfaisante et souffrent pratiquement toutes  de déficit en matière d’infrastructures et de difficultés de gestion . Il s’agit seulement de faire une présentation rapide de 04 d’entre elles, dites de première génération (car plusieurs autres sont prévues, à plus long terme), qui ont (re) fait parler d’elles au cours de ces derniers mois. Ces projets ne sont pas nouveaux, puisque certains datent même  de plus de vingt ans.

Deux se situent autour de la métropole algéroise : Sidi Abdellah et Bouinan, une, au sein des Hauts-plateaux centraux : Boughezoul et enfin, Hassi Messaoud dans le Sud.

–  La ville nouvelle de Sidi Abdellah, située à 25 km à l’Ouest d’Alger, a été lancée dans le milieu des années 1990, avec pour but de désengorger la capitale. Le projet, présenté comme une technopole, a accumulé beaucoup de retard, il est sensé accueillir 30000 logements, autour du projet stratégique du « cyberparc ». Le sujet a déjà fait couler beaucoup d’encre et de multiples annonces ont été faites, dont la dernière en date,  en mai 2013, prévoyant le lancement d’une opération de grande envergure  de réalisation d’équipements et de programmes spécifiques (dont 12000 logements et 18 projets structurants ) au titre d’un partenariat entre le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et de la Ville et les secteurs de l’Habitat et de l’Urbanisme, de la Culture, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, dans une première étape, pour rendre effective le lancement de la Ville Nouvelle de Sidi Abdellah.

-La ville nouvelle de Bouinan est prévue à 50 km d’Alger, à l’emplacement de l’actuel village du même nom, dans la wilaya de Blida, en contrebas de la montagne de Chréa. La première pierre des travaux de 5000 logements a été posée et le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme ainsi que le ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Environnement et de la Ville ont donné officiellement  le coup d’envoi du projet de cette ville nouvelle, au mois de Juin 2013,  en assurant que  « ce ne sera pas une cité-dortoir, mais une cité avec tous les équipements nécessaires à la vie des habitants ». En tous cas, sur le papier, le projet prévoit 32000 logements, tous types confondus, pour 150000 habitants, ainsi qu’un complexe sportif géant, un centre de business international et d’autres structures socio-économiques.

-Le projet de la ville nouvelle de Boughezoul est le plus ancien, il a été reporté maintes fois  depuis les années 1980. Située à 170 km d’Alger, au sud de la wilaya de Médéa, elle fut d’abord présentée comme l’éventuelle future capitale du pays. Puis le projet fut quasi abandonné, avant d’être ressorti des tiroirs en 2004, avec l’ambition d’en faire  un centre d’excellence  où domine le tertiaire supérieur pour le développement des hautes technologies, la biotechnologie, et les énergies renouvelables.En 2011, un projet initié par le gouvernement algérien avec le soutien financier du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) et l’assistance technique du PNUE, visait même à faire de la ville de Boughezoul la première ville « à faible émission de carbone ». Cependant sur le terrain, les choses avancent très lentement : aujourd’hui les travaux de viabilisation du site ne sont pas encore terminés, et ceux de la phase d’urbanisation et d’aménagement sont encore à l’étude.

maquette_boughzoul Maquette du projet de Boughezoul

-Le cas de la ville nouvelle de Hassi Messaoud (située dans la wilaya de Ouargla)  est particulier puisqu’il s’agit de délocaliser l’actuelle ville de Hassi Messaoud, située à proximité d’un important site d’exploitation d’hydrocarbures, et déclarée zones à risques majeurs. Il est donc prévu la construction d’une nouvelle ville, pour reloger la population, sur un site plus sur, à 70 km de la première. Les études d’aménagement de cette « ville- oasis » sont en cours, une fois le dossier approuvé par le gouvernement,  la première phase de réalisation des travaux devrait être lancés avant la fin de l’année 2013. 

h messaoud Maquette du projet de Hassi Messaoud

Les dossiers de présentations de ces mégaprojets urbanistiques proposent des réalisations répondant aux exigences du développement durable : respectueuses de l’environnement, économes en énergie et ressources naturelles, adaptées aux conditions de vie des habitants, conçues sur le principe de la mixité sociale et fonctionnelle, mettant l’accent sur la qualité de vie et le bien-être ….

Reste à savoir si les manières de faire, les moyens techniques et humains et les modes de gestion mis en œuvre sur le terrain, réussiront à évoluer pour être en phase avec les exigences de ce nouveau référentiel d’aménagement, ce qui n’est pas le cas, pour l’instant, concernant les projets en cours de réalisation dans les villes existantes. Il semble, en effet, si difficile de trouver des pistes et moyens d’actions permettant d’engager concrètement ces dernières dans un processus de développement urbain durable, cela serait-il plus aisé dans des villes créées ex nihilo ?

B.K.

Pour citer ce billet : “Les projets de villes nouvelles de nouveau à l’ordre du jour en Algérie ”    par Keira Bachar.      Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb.       le 22 juillet  2013.                                                     Lien : http://ruralm.hypotheses.org/93

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *