Une question de priorités

La dynamique d’aménagement et de construction qui est en cours depuis plus d’une décennie en Algérie, implique de nombreux acteurs que ce soit dans les actions publiques ou privées. Impulsée par l’Etat mais relayée et confortée à l’échelle locale par l’administration, les professionnels et les habitants, cette dynamique, basée sur la logique constructive, engendre des pratiques urbaines se concentrant essentiellement sur la construction, marginalisant les espaces non-bâtis et leurs aménagements, et occultant l’échelle urbaine, d’où cette juxtaposition de projets plus ou moins importants, sans réelle réflexion d’intégration ou de continuité.

Le paysage urbain demeure ainsi stigmatisé par le manque de réflexion urbanistique, qui reste le parent pauvre de l’intervention sur la ville, alors qu’il devrait en être la base.                                                                                    Cependant, même à l’échelle  architecturale, l’attention est dominée par un souci d’esthétique et de forme, au détriment d’une prise en compte des caractéristiques socio-environnementales du site ou de la recherche d’un fonctionnement optimal. En effet, les délais souvent très courts, le souci de rentabilité pour les projets privés et les critères attribuant les contrats au « moins-disant » pour les projets publics, en plus de cahiers des charges réducteurs, brident la réflexion qui se concentre plus sur l’aspect  extérieur du bâtiment,  l’enveloppe apparente, que sur des  problèmes de conception plus approfondis. Beaucoup dénoncent cette manière de faire qui réduit le projet d’architecture (ou d’urbanisme) à un simple produit financier, ou la logique purement économique n’accorde qu’une faible place aux idées et à la réflexion. Pourtant, souvent, les délais impartis ne sont pas respectés et les enveloppes financières, dépassées, sont revues  à la hausse, d’où l’inutilité d’une démarche uniformisante qui n’a pour résultat que l’appauvrissement de la qualité des productions urbaines.

Aujourd’hui la priorité des priorités est la construction, dans un contexte dominé par les enjeux économiques et le développement urbain tous azimuts. Les questions liées à la gestion du cadre de vie apparaissent comme secondaires, alors que celles relatives à la prise de conscience des risques sociaux et environnementaux qui pèsent sur l’espace urbain, sont  totalement occultées. Pourtant ces questions deviennent chaque jour plus préoccupantes étant donné l’importance des programmes publics de construction en cours, destinés à satisfaire les revendications de la population en termes de logements, d’infrastructures et d’équipements, qui entrainent une consommation considérable de l’espace, ainsi que des mutations spatiales et sociales engendrant des conséquences environnementales et des ségrégations sociales de plus en plus néfastes.

A l’heure ou les pouvoirs publics ambitionnent  de « garantir aux citoyens algériens une meilleure vie dans une meilleure ville » (propos du Ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme en 2010), il est peut-être temps de redéfinir  les priorités en matière de développement urbain.

B. K.

Pour citer ce billet : “Une question de priorités”   par Keira Bachar.  Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville –  Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb    le 10 novembre 2014. Lien : http://ruralm.hypotheses.org/607


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.