Les projets urbains labellisés “verts”; “éco” ou “durables” au Maroc

 

Il semble que  la décennie en cours soit celle des projets urbains labellisés “durables” au Maroc. Plusieurs chercheurs relèvent qu’à l’échelle du pourtour arabe méditerranéen, le pays est même, en nombre,  le champion  des projets urbains labellisés de la sorte depuis la fin des années 2000 (Barthel, Pierre-Arnaud, Clerc, Valérie et Philifert, Pascale. 2013. « La “ville durable” précipitée dans le monde arabe : essai d’analyse généalogique et critique », Environnement urbain/Urban Environment, vol. 7, p. 16‑30.)

Ainsi, depuis 2010, deux projets de villes nouvelles pilotés par le groupe privé Al Omrane sous la tutelle directe du ministère marocain de l’Habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville : « Sahel Lahyiata » et « Chrafate » sont présentées sous  le qualificatif de ville « écologique » ou « durable », auxquels on peut ajouter les projets de CDG Développement, holding privée notamment « Rabat Al Boustane », « Éco-cité Zénata », « Casa Green Town » ou encore ceux du développeur privé Alliances « Bab Drâa », « Casa-Sindibad ». De même,  les projets de développement urbain pilotés par l’Office chérifien des phosphates (numéro un mondial du secteur) , villes ou morceaux de villes, tel que le projet « Ville verte » à Benguérir, ou ceux d’Ifrane, de Rabat et de Benslimane s’inscrivent dans cette dynamique.

Ces nouveaux projets mobilisent une expérience  internationale et particulièrement française en faisant appel à des bureaux d’études et  des agences d’urbanisme de renom. La question est de savoir si ces projets vont permettre d’impulser une évolution des modes de faire vers des réalisations urbaines plus soucieuses de l’intégration des préoccupations environnementales mais également sociales propres à chaque région , ou s’il va  s’agir plutôt de se mettre en phase avec un “modèle international de l’urbanisme durable” composé de “bonnes pratiques”, supposées transposables.

Cette question n’est d’ailleurs pas spécifique au terrain marocain mais se pose pour tous les contextes urbains qui importent des expertises, car si l’échange d’expérience et de savoir-faire s’avère utile et même nécessaire, les efforts d’adaptation des savoir-faire d’urbanisme “durable”  pour répondre aux réalités environnementales et socio-économiques des pays dans lesquels ils sont engagés sont  confrontés à de nombreuses incertitudes.

B.K.

Pour citer ce billet : “Les projets urbains labellisés “verts”; “éco” ou “durables” au Maroc” par Keira Bachar. Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 25 octobre 2014.   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/589

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.