Circuits financiers et production urbaine dans les Suds

La deuxième journée d’étude de l’ANR Finurbasie aura lieu à Paris le mardi 5 novembre 2013, de 10h à 17h, sur le thème : Circuits financiers et production urbaine dans les Suds.

LIEU : Bâtiment Le France, salle 638, 6eme étage – 190 avenue de France
Paris, France (75013)

Le Centre d’Etudes Français de la Chine contemporaine (CEFC), le Laboratoire Techniques Territoires Sociétés (LATTS), le laboratoire Géographie-Cités et le Réseau Asie-Pacifique ont le plaisir de vous inviter à la deuxième journée d’étude de l’ANR Finurbasie consacrée au thème : Circuits financiers et production urbaine dans les Suds

Participation gratuite et ouverte à tous, mais enregistrement souhaité auprès de : hortense.rouanet@enpc.fr

Programme

10h– Accueil et présentation du projet ANR Finurbasie : Natacha Aveline (Géographie-cités, CEFC) et Ludovic Halbert (LATTS)

Matinée Moyen-Orient et Afrique du nord

Session en français présidée par Aurélie Varrel (CEIAS)

  • 10h30 – Burcu Ozdirlik (Lab’Urba) : La structuration de l’industrie immobilière turque et les nouveaux circuits de financement: l’exemple du nouveau centre d’affaires d’Istanbul. Discussion: Eric Denis (Géographie-cités)
  •  11h30 – Pierre-Arnaud Barthel (LATTS-IFU) et Leila Vignal (ESO-Université de Rennes 2) : Grands projets urbains après le « printemps arabe » (2011) : business as usual ou signes de rupture dans l’économie politique de ces morceaux de ville ? Discussion : Eric Denis (Géographie-cités)

12h30 – Déjeuner buffet

Après-midi Hong Kong et Chine

Session en anglais présidée par Ludovic Halbert (LATTS)

  • 13h30 – Natacha Aveline (Géographie cités, CEFC) : Spatial and social impact of capital liquidity in real estate – the experience of the Hong Kong REITs. Discussion : Thierry Theurillat (Université de Neuchâtel)
  • 14h30 – Thomas Vendryes (ENS Cachan, Centre d’Economie de la Sorbonne) : Real estate investments and land rights in rural China. Discussion : Thierry Theurillat (Université de Neuchâtel)

15h30 – Pause café

  • 16h – Manuel Aalbers (Université de Leuven): Présentation du projet de recherche (ERC starting grant) sur Hong Kong et la Chine : The Real Estate / Financial Complex.  Discussion : Thierry Theurillat (Université de Neuchâtel)

 Concernant les pays arabes et le Maghreb, ci-dessous le résumé de l’intervention de Pierre-Arnaud Barthel (LATTS-IFU) et Leila Vignal (ESO-Université de Rennes 2) : Grands projets urbains après le « printemps arabe » (2011) : business as usual ou signes de rupture dans l’économie politique de ces morceaux de ville ? 

“Depuis les années 2000 surtout (quelques projets ont été précurseurs dans les années
1980-90), l’urbanisme des grands projets a profondément influencé la façon de concevoir le développement urbain dans la région MENA, dans un contexte général de désengagement de l’Etat et/ou de rôle croissant des acteurs privés. Du point de vue économique , les grands projets ont été un véhicule important de l’investissement privé national et international dans les pays de la région. Politiquement, ces projets ont bénéficié du soutien des régimes en place, y compris au plus haut niveau (Roi, président), et ont souvent été présentés comme la clef du développement et de l’insertion dans la mondialisation. Portés par de grands groupes, nationaux et étrangers (et dans ce cas principalement du Golfe), les grands projets sont, selon notre hypothèse, un moteur puissant de captation de la rente foncière et immobilière par et pour des élites économiques proches du pouvoir politique central. Cet article propose d’esquisser un bilan de cette fabrication et de bien mettre en évidence les logiques qui prévalent à leur production (financiarisation des développeurs, régime d’exception, informalisation des rapports entre parties prenantes). Puis, la communication propose d’examiner en quoi les changements politiques récents depuis 2011 dans un grand nombre de pays de la région remettent en cause ou non l’économie politique en place qui sous-tend ces opérations, et alors même que la crise économique mondiale avait déjà sérieusement commencé à diminuer les sources de financements (public, privé et étranger) disponibles pour ces projets”

pour plus d’informations : http://calenda.org/260062


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.