Une organisation adaptée à un environnement naturel hostile : l’oasis, entre durabilité et dégradation

S’étendant de l’Océan Atlantique jusqu’à la Mer Rouge, le territoire du  Sahara recouvre plus de 8 millions de km². Les espaces sahariens, composés de milieux fragiles et hostiles, dont la caractéristique principale est l’aridité, sont particulièrement inhospitaliers pour la vie humaine, pourtant on y  trouve des ensembles urbains, dénommés ksour (pluriel de ksar), associés à des ensembles agricoles, les palmeraies, implantés dans le désert, tout le long des itinéraires caravaniers depuis plusieurs siècles.

Si l’oasis était fondée sur la complémentarité entre l’espace bâti (le ksar) et la palmeraie, c’est la présence de l’eau qui a guidé son implantation, c’est pourquoi elles se situent le plus souvent dans les vallées et les lits d’oueds, dont les crues périodiques étaient utilisées pour l’irrigation des palmeraies ou l’on pratiquaient différentes cultures étagées à l’ombre du palmier dattier, qui, s’il a besoin de températures très élevées pour faire murir ses fruits, est également un grand consommateur d’eau.

palmeraie-ghardaia-1photo: palmeraie de Ghardaia (www.Algerie-Monde.com)

Les rudes conditions naturelles alliant sécheresse, chaleur intense et rareté de la ressource en eau ont obligé les populations à faire preuve de beaucoup d’ingéniosité et d’adaptabilité, que ce soit dans les domaines de l’urbanisme, de l’architecture, de l’agriculture ou encore de l’hydraulique, domaine essentiel pour le développement de la cité, étant donné la nécessité absolue d’irriguer les plantations (puisqu’on ne peut compter sur les précipitations qui sont rares et imprévisibles). Les systèmes de captage des eaux ingénieux, variés, (galeries drainantes, appelées « foggaras », dérivation des eaux de l’oued,  puits, différentes techniques d’entretien des réseaux et de répartition des eaux…),  bénéficient aujourd’hui d’un regain d’intérêt, de même d’ailleurs que les spécificités architecturales et urbanistiques. Le ksar, circonscrit dans ses fortifications, est différent d’une région à l’autre, mais on retrouve  certaines constantes  dans l’urbanisme arabo-musulman saharien, entre autres : la compacité du tissu urbain, les rues sinueuses imbriquées, profondes, plus hautes que larges, afin d’augmenter les zones d’ombre et améliorer le confort extérieur, la structure organique et la hiérarchisation des espaces du public vers le privé, l’utilisation des matériaux locaux (pierres, terres, argiles, chaux, sable, palmiers ….) et des constructions à l’échelle humaine. Pour lutter contre l’intensité du soleil du désert, les murs sont pleins et les ouvertures petites, les formes architecturales permettent de favoriser la ventilation et la climatisation naturelle.

Cependant ce qui semble le plus remarquable, c’est la relation d’interdépendance entre l’espace bâti et l’espace végétal, tous deux entièrement réalisés par l’homme. En effet, dans le désert, les palmeraies sont les seuls point de concentration végétale, (ailleurs les espaces de verdure existent mais sont clairsemés), elles faisaient  partie intégrante des cités, dès leur création, assurant des bénéfices économiques (sécurité alimentaire pour les populations, vente des dattes), écologiques et sociaux ( création d’un micro-climat, amélioration de l’état de l’humidité de l’air, sensation de bien-etre pour l’homme).

Depuis l’introduction du concept de développement urbain durable, on constate une attention croissante pour l’organisation de ces espaces, certains concepteurs de renom, s’en inspire même pour la mise en œuvre de leurs aménagements (par exemple Norman Foster pour Masdar City à Abou Dhabi). D’ailleurs, cet intérêt n’est pas nouveau, d’autres architectes et urbanistes, au début du 20ème siècle (entre autres Le Corbusier) avaient déjà relevé l’harmonie de ces entités architecturales, dans un environnement pourtant très particulier.

Cependant aujourd’hui, les oasis sont menacées, les ksar sont abandonnés, pour la plupart, au profit de cités d’habitat plus modernes car les agglomérations sahariennes connaissent un accroissement démographique et une urbanisation accompagnés de mutations socio-spatiales importantes, tandis que les anciennes palmeraies  se dégradent, suite au vieillissement des palmiers et au mitages des espaces par l’urbanisation. L’équilibre ancestral établit entre l’homme et son milieu est de plus en plus fragile. Paradoxalement, ces établissements humains, qui ont prouvé leur durabilité puisqu’ils ont traversé les siècles, et qui sont étudiés, reconnus et même copiés, se vident et se délabrent en réalité, de plus en plus. S’adaptant difficilement aux standards des modes de vie actuels (accès et circulation automobile, confort à l’intérieur des logements, eau courante, chauffage, climatisation etc..), ils sont souvent délaissés par leurs habitants….

B.K.

 Pour citer ce billet : “ Une organisation adaptée à un environnement naturel hostile : l’oasis, entre durabilité et dégradation”    par Keira Bachar.                                     Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville  – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb   le 29 juillet 2013.      Lien : http://ruralm.hypotheses.org/135


1 réflexion sur « Une organisation adaptée à un environnement naturel hostile : l’oasis, entre durabilité et dégradation »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Répondre à Équipe hypotheses.org Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.