Une expérience innovante en marge des opérations de logements « standards » : Le ksar de Tafilelt, une nouvelle fois récompensé

main1

photo: Tafilelt.com

Le nouveau ksar de Tafilelt (Tafilelt Tadjdite), un projet d’habitat social, a été initié en 1997 par un promoteur privé (la Société civile immobilière, issue de la fondation « Amidoul »), au sud de Beni Isguen, dans la wilaya de Ghardaia, en s’inspirant de l’habitat traditionnel mozabite et en utilisant les matériaux locaux (la pierre, la chaux, le sable, le plâtre …). Ce projet s’inscrit dans une optique sociale et écologique, dont  le programme initial de 870 logements a été réalisé en cinq tranches, et s’est achevé en 2006 (le nombre est arrivé à 1050 logements actuellement). L’implication des habitants dans la conception et la construction est l’une des particularité de ce projet, qui fut l’un des premiers initiés par un promoteur privé avec l’aide de l’Etat. Les futurs habitants ont pu participer à la construction des maisons, en travaillant sur le chantier, le week-end ou en semaine selon les possibilités, dans une entraide collective, la « touiza », pratique ancestrale dans la vallée, qui met l’intérêt général au cœur de toutes les opérations, complétées aujourd’hui par des actions telles que la gestion des déchets ménagers, la densification et la préservation des espaces verts,  l’épuration naturelle et biologique des eaux usées de la cité ou encore la création d’un parc animalier et végétal des zones désertiques.

Cet ensemble a reçu en 2012, le 3ème prix du concours national d’architecture, ce qui est une reconnaissance pour une réalisation qui a été édifiée un peu en marge des circuits habituels. Il existe ainsi, à petite échelle, quelques expériences  de programmes d’habitat ksouriens intégrés, marquées par une volonté de réaliser de « nouveaux ksour », et de réinterpréter l’héritage urbain et architectural comme c’est le cas pour celui de Tafilelt.

En Algérie, les projets comme le nouveau ksar de Tafilelt sont très (trop) peu nombreux, et font figures d’exceptions dans un paysage urbain dominé par les pratiques uniformisées et uniformisantes (uniformité dans la démarche de mise en œuvre, au niveau de la gestion urbaine, dans les aménagements, les matériaux utilisés, les cahiers des charges et le choix architectural…), pourtant ces projets prouvent que même avant la promulgation des lois dites de « deuxième génération », ayant pour cadre le développement durable, le souci de mieux répondre aux réalités socio-environnementales n’était pas totalement absent des actions urbaines. D’ailleurs, outre le prix décerné par l’Etat algérien en 2012, le Ksar de Tafilelt est cité comme exemple dans un rapport de 2010 établit par l’Institut de La Méditerranée sur  « Les autorités locales et régionales dans la nouvelle gouvernance méditerranéenne », et  un autre rapport de 2009, toujours de l’Institut de La Méditérannée,  intitulé « Vers des quartiers durables méditerranéens- Evaluation qualitative des expériences de développement : durable »  pour le projet CAT-MED, qui n’hésite pas  à le qualifier comme étant digne des éco-quartiers européens.

Le ksar de Tafilelt avait obtenu également le premier prix de la ligue arabe de l’Environnement en 2014 et il vient d’etre encore récompensé du « coup de cœur des internautes City » lundi 14 novembre 2016 à Marrakech (Maroc) suite à un vote des internautes (plus de 600 voix des professionnels du monde). Cette consécration a été obtenue lors de la première édition du concours Green City Solutions Awards, organisée par le réseau Construction 21 qui milite pour la promotion des constructions et quartiers innovants et durables, à l’occasion de la 22e session de la Conférence des Parties (COP 22) de Marrakech.

Au-delà des appréciations et des récompenses, ce qui peut-être retenu de cette expérience, c’est la possibilité  institutionnelle de pouvoir aménager à l’initiative de la population locale, selon des critères spécifiques au site. En plus du résultat urbain et architectural obtenu, appréciable et original, du prix de revient jugé économique, c’est aussi le caractère participatif (Etat, bénéficiaires, et l’association Amidoul, pour une participation pas seulement financière) de la formule qui est intéressant, et le fait que cela ait pu se faire malgré une politique de l’habitat rigide laissant peu de place aux innovations et à la diversification des intervenants.

Pour en savoir plus sur ce projet :http://tafilelt.com/site/ et http://www.construction21.org/france/articles/fr/laureat-coup-de-coeur-city-gbcsawards-2016–cite-tafilelt-tajdite-algerie.html

Pour citer ce billet : « Une expérience innovante en marge des opérations de logements « standards » : Le ksar de Tafilelt,    une nouvelle fois récompensé»    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 22 novembre 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1101

A propos de la prévention et de la protection sur les chantiers

Quand on aborde le sujet  du bâtiment et des travaux publics au Maghreb et dans les pays dits «  en développement »,  on entend souvent parler du manque de moyens financiers, du manque de qualité des travaux exécutés, du manque de savoir- faire technique, du manque de matériaux de construction, du manque de main d’œuvre qualifiée, du manque de respect des délais impartis pour la réalisation des travaux,  mais on entend moins souvent parler du manque de prévention et de protection des ouvriers sur les chantiers. Pourtant le secteur du BTP est l’un des plus accidentogène, puisque d’après l’Organisation Internationale du Travail (OIT), environs un décès se produit toutes les dix minutes dans le secteur du bâtiment dans le monde.

En Algérie par exemple, pays en plein développement, où les chantiers de construction publics et privés,  prolifèrent aux quatre coins du territoire, les chefs d’entreprises de BTP, en particulier ceux des milliers de petites entreprises privées, embauchent  des dizaines de milliers d’ouvriers (spécialisés ou non) précaires,  anonymes, non déclarés, qui sont exposés à de nombreux risques et accidents, alors que les règles les plus élémentaires de protection (à commencer par les plus simples comme une tenue vestimentaire adéquate) et de sécurité (comme des échafaudages sécurisés et des planchers protégés ) sont ignorées et bafouées, dans l’indifférence générale.

Pourtant, le pays est doté (comme dans beaucoup d’autres domaines) d’un arsenal de textes législatifs non négligeable, relatifs à la sécurité en milieu professionnel, qui définissent un ensemble de dispositions visant à assurer de meilleures conditions d’hygiène, de sécurité et de médecine du travail (entre autres   la loi n°88-07 du 27/01/1988 relative à l’hygiène, la sécurité et la médecine du travail). De plus, l’Organisme de Prévention des Risques Professionnels dans les Activités du Bâtiment, des Travaux Publics et de l’Hydraulique par abréviation « OPREBATPH » a été crée par le décret exécutif n° 06-223 du 21 Juin 2006. C’est un établissement public à caractère industriel et commercial, placé sous la tutelle du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale, dont la mission principale est de contribuer à la promotion de la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles dans les activités du BTPH. Cependant, dans les faits, les mesures de prévention et de sécurité ne sont pas respectées  sur les chantiers, les travailleurs sont, pour une bonne partie d’entre eux, recrutés « au noir » (c’est le cas, quasiment toujours, dans les projets privés qui ne sont généralement pas contrôlés par les services sociaux), c’est-à-dire sans aucune couverture sociale. La plupart des ouvriers ne possèdent même pas les équipements de base : ils travaillent têtes nues, mains nues, n’ont évidemment pas de chaussures de sécurité, et le nombre d’heures de travail réglementaire est souvent largement dépassé.

L’état des lieux en matière de prévention est tout à fait critique et la question est occultée la plupart du temps par les petits entrepreneurs (mais aussi souvent par bon nombre des plus grands et par les pouvoirs publics eux-mêmes) qui pensent que la prévention est une source de dépenses alors que ce serait plutôt une source d’économie (les ouvriers blessées sur les chantiers sont souvent soignés sans déclaration réglementaire, en partie au frais de l’entrepreneur, qui ,de toutes façons paye un très lourd tribut moral) et d’amélioration de la productivité puisqu’un travailleur bien équipé travaille mieux et plus. En même temps, une meilleure prise en charge des ouvriers sur les chantiers entrainerait certainement un regain d’intérêt pour ces emplois qui sont aujourd’hui boudés par les jeunes et les entreprises peinent à recruter malgré le chômage.

D’ailleurs, est-il vraiment raisonnable de parler de gains et de dépenses quand la santé d’un être humain est en jeu ? Est-il normal qu’encore en 2016, alors que l’on ne cesse de parler de « développement humain » et de « développement durable », et que  des sommes colossales sont engagées dans des projets sensés améliorer le bien-être des habitants, les conditions de travail sur les chantiers soient si déplorables, que les ouvriers soient si mal protégés, si mal assurés, si mal équipés et qu’en voulant gagner leur  vie, ils risquent de la perdre ou de rester invalides, alors que cela aurait pu être évité?

Pour citer ce billet : « A propos de la prévention et de la protection sur les chantiers   »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 11 novembre 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1096

 

Parution de l’ouvrage « La Méditerranée face au changement climatique »

A l’occasion de la COP22 organisée à Marrakech (Maroc) du 7 au 18 novembre 2016, les membres de l’Alliance nationale de recherche pour l’environnement (AllEnvi) publient un ouvrage de synthèse La Méditerranée face au changement climatique, qui tente de rendre compte de toute la complexité de l’objet Méditerranée dans une perspective de décloisonnement disciplinaire.

Cet ouvrage rassemble une large communauté scientifique (plus de 150 auteurs: décideurs, scientifiques, chercheurs et universitaires) des deux rives de la Méditerranée, pour comprendre les mécanismes du changement climatique dans la période actuelle et le passé ; les impacts du dérèglement climatique sur l’environnement, l’économie, la santé, les sociétés ; mais aussi pour suggérer et recommander des réponses, fondées sur l’ »évidence scientifique » en matière d’adaptation, de résilience, de conservation des ressources ou de prévention des risques.

Pour en savoir plus sur l’organisation de la  COP 22 à Marrakech : http://www.cop22-morocco.com/fr/ ; pour découvrir l’architecture du village qui accueillera l’évènement: http://www.batiactu.com/edito/canopee-18m-large-par-680m-long-accueillir-cop22-46867.php

Pour télécharger le document (rédigé en anglais, mais la préface, l’introduction et la conclusion sont également en français) « La Mediterranée face au changement climatique »http://www.ird.fr/ird.fr/toute-l-actualite/actualites/communiques-et-dossiers-de-presse/cp-2016/parution-de-l-ouvrage-la-mediterranee-face-au-changement-climatique

Appel à contribution pour le colloque : « Climat, ville et environnement »

L’université de Sfax en collaboration avec l’Association Tunisienne de Climatologie organise  le XXXe colloque de l’Association Internationale de Climatologie sous le thème : « Climat, ville et environnement » qui aura lieu du 03 au 06 juillet 2017 à Sfax – Tunisie.

Résumé : 

Les trois dernières décennies furent marquées par la rapidité de la croissance de la population urbaine, partout dans le monde. Cette croissance constitue l’un des enjeux majeurs du développement par son intensité, les transformations sociales, politiques et économiques que génère et surtout son impact sur des environnements, parfois fragiles, conduisant souvent à leur dégradation. L’urbanisation entraîne, en effet, de nombreuses conséquences, souvent négatives, qui peuvent concerner aussi bien les sols, l’eau que l’atmosphère.

Modalités de soumission

Les résumés d’une page sont à adresser à : aic.sfax2017@gmail.com  avant le 26 novembre 2016

Pour en savoir plus et lire l’argumentaire :  http://calenda.org/378741 ou sfaxpremiere_circulaireaic2017