Alger, « Capitale sans bidonvilles » s’expose à New-York

Tandis que l’opération d’éradication de l’habitat précaire se poursuit à Alger, une exposition, intitulée « Alger, première capitale africaine sans bidonvilles » a été organisée lundi 24 octobre 2016 au siège des Nations Unies à New-York, en marge d’un évènement de haut niveau sur « Le nouvel agenda urbain et l’avenir des villes« , qui s’est tenu mardi 25 octobre 2016 à l’ONU  et au cours duquel le Wali d’Alger a animé une conférence sur les actions menées par la Wilaya d’Alger pour l’éradication des bidonvilles.

Cette rencontre fait suite à la Conférence Habitat III qui a eu lieu du  17 au 20 octobre   à Quito (Équateur) du 17 au 20 octobre 2016 sur le thème : Le développement urbain durable : l’avenir de l’urbanisation ? Après Habitat I à Vancouver (Canada) en 1976 et Habitat II à Istanbul (Turquie) en 1996, Habitat III est la troisième conférence des Nations Unies sur le logement et le développement urbain durable, qui avait pour objectif de favoriser l’engagement mondial en faveur d’un nouvel agenda urbain, et a été adopté à Quito (pour en savoir plus :  https://habitat3.org/).

L’expérience de la wilaya d’Alger en matière de relogement était donc à l’honneur et ses actions présentées comme « une avancée historique dans la réalisation des objectifs de développement durable à l’horizon 2030 ».  Les chiffres sont, certes, très positifs : le nombre global des familles relogées depuis le lancement des opérations de relogement en juillet 2014 a atteint près de 46.000 familles à la fin de la quatrième phase de la 21ème opération de relogement qui a débuté en septembre 2016, ainsi, par exemple, en octobre 2015,  « Erramli » l’un des plus grand bidonvilles de la capitale, situé dans la commune de Gué de Constantine a été évacué et 4500 familles ont été relogées. Cependant, si d’une part, il y a consensus sur le fait que l’accès a un logement « décent » représente sans aucun doute une priorité en matière d’amélioration des conditions de vie et de lutte contre les inégalités, d’autre part, le recours quasi exclusif à la typologie des « grands ensembles» et à l’urbanisme extensif pose la question (maintes fois abordée dans les billets de ce carnet), de la pertinence et de la cohérence des choix urbanistiques, eu égard à une meilleure intégration des aspects sociaux et environnementaux dans les pratiques urbaines, intégration, par ailleurs indissociable de la recherche d’un développement urbain qui se voudrait « durable ».

La réponse à cette question, centrale pour l’avenir des villes, pourrait (devrait ?) occuper une place privilégiée dans l’ordre du jour, d’un «  nouvel agenda urbain algérien », qui pourrait, pourquoi pas, être mis en place, dans le sillage de l’engagement mondial en faveur du nouvel agenda urbain préconisé par la Conférence Habitat III.

Pour citer ce billet : « Alger, « Capitale sans bidonvilles », s’expose à New-York »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 26 octobre 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1080

Appel à contribution : Participation citoyenne et habitante au développement social et urbain

Appel à contribution pour le colloque international, organisé par l’Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme -EPAU /Laboratoire Ville, Urbanisme & Développement Durable – VUDD et  l’Université d’Alger 2 /Laboratoire de recherche LASADET, les 17 et 18 mai 2017 à Alger,  ayant pour thème:

Participation citoyenne et habitante au développement social et urbain : Entre « bonnes pratiques » et slogan politique. Regards croisés dans le contexte algérien et international

Résumé:

Si la question de la participation citoyenne et habitante aux projets de développement social et urbain s’est creusée une place centrale dans les débats autour des voies et moyens permettant le développement durable, la décision urbanistique reste en Algérie marquée par l’absence de l’implication des usagers et citoyens comme acteurs de base de la fabrication de la ville.

Thématiques:

La participation : concepts, formes, échelles et limites :

Il s’agit d’une tentative de mise au point théorique sur la question, l’objectif est de cerner le débat autour de la participation en essayant de comprendre les tenants et les aboutissants du concept, mais aussi de saisir son sens dans les différents contextes culturels. Sa référence à la fois historique et sociale, puis son importance dans les théories urbaines. Ses échelles et ses implications dans la pratique urbaine et dans l’exercice de la citoyenneté. Il s’agira également explorer les zones floues et non encore investies.

La participation dans les politiques urbaines :

Il nous importe d’examiner la mise en relation du concept avec la décentralisation ainsi que les dispositifs notamment juridiques de participation institutionnalisée. La décentralisation comme dans certains contextes européens ou étrangers représente–t-elle une condition intrinsèque à la participation ? Les actions Top-down sont-t-elles une arme à double tranchants ? Quelles implications politiques, la participation pourrait-elle induire dans des contextes fortement centralisés, mais également quels atouts pour les pays en crise ?

La participation des habitants au développement urbain et à l’amélioration du cadre de vie :

Comment la participation peut-elle devenir un atout pour la réussite des projets urbains quel que soit leur nature, qu’il s’agisse de réhabilitation, de requalification ou même de restauration et de construction ex-nihilo. L’implication de tous les acteurs pourrait être porteur de succès de projets parce que partagés et acceptés par tous. Il importe de voir quelles sont les bonnes pratiques en la matière et comment certaines expériences réussies, mais aussi ayant accusé échec, peuvent nous apprendre plus sur la mise en œuvre du processus participatif.

Démarches participatives et projet urbain, méthodes, outils, etc.

Comment impulser le processus participatif en amont, dans la planification et à quel moment ; Puis dans les différentes étapes de réalisation des projets ? Quelles démarches et outils pourraient contribuer à la mise en place d’approches collaboratives, plus intégrées et moins sectorielles. Comment rendre à la commune, donc au pouvoir local, la place qu’elle mérite dans le développement urbain ? Il importe de comprendre, entre autres, l’importance des technologies de l’information et de la communication et leur rôle dans l’instauration des démarches participatives.

Dates et consignes

  • Envoi des résumés : 30 novembre 2016
  • Notification d’acceptation des résumés : 10 décembre 2016
  • Envoi des communications (texte complet) : 10 février 2017
  • Notification d’acceptation des communications : 20 avril 2017
  • Notification définitive (traitement des réserves) : 30 avril 2017
  • Colloque International à Alger : 17-18 mai 2017

CONTACTS : Laboratoire Ville, Urbanisme et Développement Durable (VUDD)
courriel : coll [dot] vudd-lasadet [dot] 2017 [at] epau-alger [dot] edu [dot] d

Pour en savoir plus, télécharger le fichier : plakat_depliant_final ou cliquer sur :http://calenda.org/379722 ou sur http://www.epau-alger.edu.dz/index.php/post-graduation/recherche-developpement/laboratoires/v-u-d-d/colloque-vudd-lasadet

La politique de la ville en Algérie

La Loi n°06-06 du 20/02/2006 portant loi d’orientation de la ville  vise à définir la politique de la ville dans le cadre de la politique de l’aménagement du territoire et du développement durable ; elle est conçue et élaborée suivant un processus concerté et coordonné, elle est mise en œuvre dans le cadre de la déconcentration, de la décentralisation et de  la gestion de proximité. Cette loi comporte plusieurs volets : concernant le volet urbain, elle a pour objectifs, entre autre, la maîtrise de la croissance urbaine, la correction des déséquilibres urbains, la restructuration, la réhabilitation et la modernisation du tissu urbain pour le rendre fonctionnel. Concernant le volet social, elle vise, entre autre, la lutte contre la dégradation de la vie dans les quartiers, la promotion et la préservation de l’hygiène et de la santé publique. Pour le volet de la gestion, elle a pour objectif de promouvoir la bonne gouvernance par, entre autre, la réaffirmation de la responsabilité des pouvoirs publics et la participation du mouvement associatif et des citoyens dans la gestion de leur ville. Par ailleurs la Loi conforte les instruments de planification urbaine déjà existants « PDAU et POS », dans leur rôle.

Selon l’article 03 de la loi 06-06, portant orientation de la ville, il est entendu par « ville », toute agglomération urbaine ayant une taille de population et disposant de fonctions administratives, économiques, sociales et culturelles. La loi n° 01-20 du 12/12/01 relative à l’aménagement et au développement durable du territoire; définissait la métropole, l’aire métropolitaine, la grande ville, la ville nouvelle et la zone urbaine sensible, tandis que la loi 06-06 définit la ville moyenne, la petite ville, l’agglomération urbaine et le quartier, en indiquant à l’article 05 (dont les modalités d’application sont sensées être fixées par voie réglementaires), qu’outre leur classement selon la taille de leur population, les villes sont classées selon leurs fonctions et leur rayonnement au niveau local, régional, national et international particulièrement leur patrimoine historique, culturel et architectural.

En juillet 2013, lors d’une journée d’étude sur la ville initiée par le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et de la Ville [1] (MATEV), le Ministre reconnaissait la dégradation du cadre urbain et « les problèmes liés entre autres à la qualité du cadre de vie, aux inégalités sociales entre les quartiers et les territoires, et à une gestion urbaine de proximité peu efficiente » et il expliquait que son département visait à « produire un référentiel partagé de la politique de la ville et à mettre à disposition des acteurs publics une vision globale et intégrée de la politique de la ville, en mesure de pallier les déséquilibres existants, d’assurer une croissance harmonieuse des villes et de planifier le développement durable des villes». Est donc mise en cause l’absence d’une vision globale et intégrée de la politique la ville. Pourtant, la politique de la ville a été instituée depuis 2006,  par la loi 06-06 du 20 février 2006 portant loi d’orientation de la ville, dont l’objet principal est de fixer les dispositions particulières visant à définir les éléments de la politique de la ville dans le cadre de la politique de l’aménagement du territoire et du développement durable. Elle est sensée être mise en œuvre dans le cadre de la déconcentration, de la décentralisation et de la gestion de proximité (article 1er). Cette loi explicite la politique de la ville à travers 29 articles, déclinés au sein de 06 chapitres :

  • Les principes généraux,
  • Les définitions et les classifications des villes,
  • Le cadre et les objectifs,
  • Les acteurs et les compétences,
  • Les instruments et les organes (ce chapitre se décline en 06 section : instruments de planification spatiale et urbaine, instruments de planification et d’orientation sectoriels, instruments de partenariats, instruments d’information, de suivi et d’évaluation, instruments de financement, et enfin l’observatoire national de la ville.
  • Les dispositions finales.

La politique de la ville est « définie » à l’article 14 qui indique : les pouvoirs publics définissent la politique de la ville en :

  • arrêtant une stratégie tout en fixant les priorités pour le développement durable de la ville
  • réunissant les conditions de concertation et de débat entre les différents intervenants dans la politique de la ville ;
  • arrêtant les normes et les indicateurs urbains ainsi que les éléments d’encadrement, d’évaluation et de correction des programmes et actions arrêtés ;
  • trouvant des solutions pour la réhabilitation de la ville, la requalification de ses ensembles immobiliers et la restructuration des zones urbaines sensibles ;
  • concevant et en mettant en œuvre des politiques de sensibilisation et d’information destinées aux citoyens ;
  • mettant en place les instruments d’intervention et d’aide à la prise de décision pour la promotion de la ville ;
  • favorisant le partenariat entre l’Etat, les collectivités territoriales et les opérateurs économiques et sociaux pour la mise en œuvre des programmes de la politique de la ville
  • veillant à la cohérence des instruments liés à la politique de la ville et en assurant le contrôle et l’évaluation de sa mise en œuvre.

La politique de la ville est réaffirmée par le SNAT (Schéma National d’Aménagement du Territoire), qui propose en plus des objectifs, une stratégie et  un programme d’action  (Tableau -1-)

           OBJECTIFS

         STRATEGIE

 PROGRAMME  D’ACTION

Mettre en place une ville algérienne qualitative, compétitive, attractive et durable, capable de répondre aux besoins de ses habitants et aux mutations productives ainsi que de contribuer à une véritable culture et identité urbaine.

– Promouvoir une ville durable

-Assurer la qualité et le renouvellement de la forme urbaine

-Adapter la ville aux exigences des activités économiques

-Préserver et valoriser l’écosystème urbain

-Mettre la ville « hors risques »

-Maitriser la gestion urbaine

-Lutter contre les exclusions et les marginalisations et mettre à niveau les « Zones Urbaines à Handicaps » (Z.U.H)

– La rénovation urbaine

-Le rattrapage et la rénovation des Zones Urbaines à Handicaps (Z.U.H.)

-La réforme de la gestion et du management urbains

Tableau -1-     « PAT 18 » : le renouvellement urbain et la politique de la ville                    Etabli par Bachar k. d’après la synthèse SNAT 2030, les racines du futur (2011)

Il semble qu’il existe donc bien une « vision globale » et un programme d’action. Chacune des trois actions du programme d’action est  explicitée de manière plus détaillée, et la politique de la ville, consacrée par la loi 06-06, est présentée comme l’une des déclinaisons territoriales du SNAT, visant  à orienter et à coordonner toutes les interventions et particulièrement celles relatives à :

  • l’urbanisme ;
  • la maîtrise des plans de transport, de déplacement et de circulation ;
  • la bonne gestion des services de base liés à l’environnement, la sécurité, les réseaux divers, l’aménagement urbain, l’amélioration du cadre de vie et le système productif qui fait vivre la ville.

Cependant, malgré une politique de la ville aux objectifs définis par la loi, et confirmés par le SNAT, le décalage entre les objectifs affichés et les réalités urbaines demeure, d’où la necessité de mettre en place les conditions pour passer à l’action afin de réduire ce décalage…

[1] Ce ministère est redevenu le MATE depuis septembre 2013, tandis que « la ville » « passait » au ministère l’Habitat et de l’Urbanisme. Un changement symptomatique du malaise à trouver une « place » stable pour la ville et ses problématiques en Algérie.

Pour citer ce billet : « La politique de la ville en Algérie »    par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 21 octobre 2016.      Lien: https://ruralm.hypotheses.org/1065

7ème édition du salon international de la construction et de la gestion urbaine : « Oran Expo B.T.P.H. »

La 7ème édition du salon international de la construction et de la gestion urbaine « ORAN EXPO BTPH »  se tiendra du 10 au 13 Octobre 2016 au centre de conventions Mhamed ben Ahmed ,El Akid Lotfi à Oran (Algerie).

A noter, en marge du salon, la journée de conférences du Mercredi 11 Octobre sur le thème : Bâtiments et villes durables : Enjeu de la lutte contre le changement climatique

Pour en savoir plus : http://www.oranexpobtph.com/oranexpo/?page_id=436

Colloque international : Quelles ambiances urbaines dans les oasis de la Méditerranée ?

Le colloque « Quelles ambiances urbaines dans les oasis de la Méditerranée ?  » aura lieu les 17 et 18 octobre 2016 à l’Hotel Sidi Bou Said (Tunis, Tunisie).

Ce colloque souhaite interroger l’urbanisation des oasis de la Méditerranée à travers la question des ambiances afin de rendre compte d’un ensemble d’enjeux touchant à la gouvernance urbaine contemporaine et aux conceptions actuelles de l’aménagement des cités oasiennes.

Il est ouvert au public dans la mesure des places disponibles après inscription à travers le questionnaire en ligne suivant  https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeWGUKZXJ4L

Jx7etBu9WIgC8zPKo0YGPvkHL7iKRCMD8ZoG4g/viewform 

Pour en savoir plus et consulter le programme : http://calenda.org/378892  ou  https://zerka.hypotheses.org/658#more-658