Alger : une élimination totale (et définitive ?) des bidonvilles de la capitale, officiellement annoncée pour 2016

Nouvelle image (1)

Opération de relogement Photo APS – Archives

Dans le cadre du programme de Résorption de l’Habitat Précaire (RHP) et de l’évacuation des immeubles menaçant ruine,  ainsi que des caves et des terrasses illicitement transformées en espaces d’habitation, les autorités locales de la wilaya d’Alger ont amorcé, le 16 décembre 2015, le lancement de la 20ème phase du relogement, qui doit toucher 6000 familles d’ici fin 2016.
Le programme pour Alger, porte sur la réalisation de près de 85 000 « unités » de logements essentiellement de type socio-locatif  collectif, destinées à reloger à terme 73 000 familles (recensées en 2007).
Les différentes campagnes de relogement, débutées en juin 2014, largement suivies et relayées par les médias nationaux, en particulier les journaux télévisés, ont permis de reloger, à ce jour, plus de 30 000 familles, dans des cités de grands ensembles, situées dans différentes zones périphériques des communes de la wilaya d’Alger, mais également des wilayas de Blida ou Boumerdes.                           Les pouvoirs publics qui annoncent vouloir faire d’Alger, une capitale sans bidonvilles,  d’ici fin 2016, ont investi des budgets colossaux dans les projets de construction de logements. Les questions (urbaines, sociales, environnementales…) posées par ce mode de production massif, intensif, standardisé, peu soucieux des spécificités socio-environnementales du milieu, ont été plusieurs fois abordées dans les billets de ce carnet. Pourtant, il faut peut-être nuancer le propos car l’ampleur du  problème, avec  l’explosion démographique que connait le pays (11 millions d’habitants en 1962, 40 millions en 2015),  est telle que la demande en logements est toujours largement supérieure à l’offre, d’où l’urgence de la situation, et le choix des responsables de miser sur la quantité « d’unités produites », et  d’aller « le plus vite possible », quitte à (re)produire les mêmes manières de faire (voire les mêmes erreurs..).

Ainsi, les habitants des « bidonvilles » qui  sont relogés dans ces nouveaux « pôles urbains », construits à la hâte, deviennent désormais des habitants de « cellule type » dans des  «unitévilles », et sont souvent partagés entre la satisfaction  d’avoir enfin obtenu  le logement  décent, promis et tant attendu ;  et la déception de se retrouver loin de leur environnement habituel,  dans des cités, dans la majorité des cas, encore sous-équipées et mal desservies par les transports en commun.

Si les besoins sont immenses et l’urgence réelle, fallait-il, pour autant, généraliser la même stratégie basée sur les mêmes modes opérationnels rigides, déjà expérimentés par le passé et largement critiqués? Une (petite) partie des importants moyens humains et financiers engagés dans la construction des millions « d’unités » réalisées à l’échelle nationale, depuis le début des années 2000, n’aurait-elle pas pu (du), être consacrée, à une véritable réflexion afin de pallier à l’absence de vision urbanistique et tenter de fabriquer la ville autrement que par une juxtaposition d’extensions répétitives, consommatrices de ressources et génératrices de nouvelles formes de ségrégations spatiale et sociale? Des interrogations qui reviennent inévitablement au sujet de l’habitat en Algérie, même en faisant un effort pour nuancer le propos …

Pour citer ce billet :  “Alger : une élimination totale (et définitive ?) des bidonvilles de la capitale, officiellement annoncée pour 2016”     par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 28 décembre 2015.      Lien:  http://ruralm.hypotheses.org/881

Ouverture à Alger des assises nationales sur l’aménagement du territoire

Les assises nationales sur l’aménagement du territoire se tiennent à Alger depuis hier, 14 décembre 2015, pour évaluer le Schéma National d’Aménagement du Territoire SNAT 2030, avec pour slogan : «La dynamique territoriale : une alternative pour un développement économique durable».

Le SNAT à l’horizon 2030, révisable tous les cinq ans, a été institué par la loi n° 01-20 du 12/12/2001 relative à l’aménagement et au Développement Durable du territoire, et approuvé par la loi n°  10-02 du 29 juin 2010  (l’élaboration de ce Schéma, a nécessité plus d’une décennie, entre temps l’intitulé est passé de SNAT 2025 à SNAT 2030). Officiellement, sept ateliers de travail, se pencheront pendant deux jours, sur   » l’évaluation  de la situation générale du  SNAT,  la première phase du Schéma directeur d’aménagement touristique (SDAT, 2030),  la consolidation des orientations stratégiques du SNAT en tant que facteur de dynamique socio-économique générateur de richesse au niveau des territoires, et enfin  l’élaboration d’une feuille de route pour le développement du tourisme en Algérie« .

Le SNAT 2030 est l’instrument qui est sensé traduire et mettre en forme les orientations stratégiques de développement durable du territoire et constitue le  cadre de référence de l’action publique (document de synthèse, 2011) , en vertu de l’article 2 de la loi n° 10-02 du 29/06/2010, portant approbation du SNAT, qui stipule que : « les départements ministériels ainsi que les collectivités territoriales et les entreprises nationales et locales, sont tenus au respect des normes et règles du schéma national d’aménagement du territoire dans l’élaboration de leur projets et plans ».

La question est de savoir comment  cet « instrument » est  utilisé concrètement, autrement dit : comment les « orientations stratégiques de développement durable du territoire »  se traduisent dans les actions mises en oeuvre sur le terrain? Souhaitons que ces assises apportent un début de réponse ….

b.k.

Pour citer ce billet :  “Ouverture à Alger des assises nationales sur l’aménagement du territoire”     par   Keira Bachar.   Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 15 décembre 2015. Lien http://ruralm.hypotheses.org/870

Jean Jacques Deluz et Alger

J.J Deluz arrive à Alger en 1956, il travaille à l’Agence du Plan d’Alger avec Gerald Hanning à qui il succède en 1959. En 1963, il ouvre son propre bureau d’architecte, rue des Bananiers. En même temps, entre 1964 et 1988, il enseigne à l’EPAU d’Alger.

Il dit lui-même : «Alger est ma ville d’adoption. C’est celle que j’aime et que je connais plus que toutes les autres. Elle a été ma vie, avec les amertumes et les bonheurs qui en font le sel», pourtant, suite à la dégradation de la situation sécuritaire, il est contraint de la quitter en 1993. Cependant, l’attachement à sa ville est plus fort et il est de retour en 1997 pour continuer à y travailler: à concevoir mais aussi à écrire. Après avoir publié en 1988 « L’urbanisme et l’architecture d’Alger« , il publie en 2001, « Alger, chronique urbaine« , un livre dans lequel il décrit Alger telle qu’il l’a vue, telle qu’elle est mais également telle que les architectes et les urbanistes ont voulu qu’elle soit…

Il faut dire que dans ces écrits (entre autres  en 2008 :Fantasmes et réalités (réflexions sur l’architecture), et en 2009 : Le tout et le fragment ), J.J. Deluz n’a de cesse de traduire sa pensée architecturale et urbanistique, faite de respect pour le contexte et pour l’esprit du lieu; et d’indignation pour les incohérences des périphéries sans âmes, construites à la hâte, et composées de bâtiments à l’architecture stéréotypée. Modestement, il se défend de prôner une quelconque théorie et dit au contraire avoir  toujours été sceptique sur le bien-fondé de toutes les théories dans ce domaine, théories qui, tout en ayant des qualités de stimulation (mais aussi de stérilisation) sont à la clé de toutes les illusions et justifient tant d’erreurs, jusqu’à ce que d’autres théories les remplacent et entraînent à d’autres illusions et à d’autres erreurs. (…)

Les œuvres (écrites, dessinées, construites) transmises par cet Homme, naît en Suisse en 1930, qui se disait inspiré par Breughel le vieux, Bosch, Carpaccio, Max Ernst, et Diderot, Jarry, Breton, et Chopin, et Murnau, Bunuel, et Aalto, Gaudi et L’Alhambra de Grenade et le petit Trianon de Gabriel; qui était, à la fois, architecte, enseignant, écrivain, penseur, mais également peintre; et qui avait fait d’Alger où il s’est éteint en avril 2009, sa ville d’adoption; sont un héritage précieux, riche d’enseignements  à (re)découvrir et à méditer …

b.k.

Pour citer ce billet :  “Jean Jacques Deluz et Alger”     par   Keira Bachar.                         Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 7 décembre 2015.   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/859