La palmeraie: une « forêt » plantée par l’homme

Alors que l’urbanisation  est  souvent présentée comme un problème environnemental et qu’elle est  opposée à « la nature » ; il existe certains écosystèmes urbains à l’image des oasis (qui sont fondées sur le triptyque « eau – habitat- palmeraie »), pour lesquels l’urbanisation  a été synonyme de symbiose entre l’urbain et la nature. Elle a même permis de prouver que l’homme pouvait vivre en sédentaire et en harmonie avec un milieu pourtant hostile, en respectant des règles d’organisation et d’aménagement qu’il avait lui-même établies, après avoir préalablement compris les réalités de ce contexte environnemental particulier.

Au Sahara, comme partout ailleurs, la végétation est le plus fidèle témoin du climat, qui est l’un des facteurs qui influe de manière significative sur son développement. Malgré des conditions climatiques très contraignantes à la survie spontanée des êtres vivants, l’écosystème saharien est un milieu vivant, où les espaces abiotiques (entièrement dépourvus de vie) sont relativement restreints. En dehors de ces espaces spécifiques, l’importance de la végétation est fonction directe de la quantité d’eau disponible.               De manière générale, la végétation saharienne est maigre et clairsemée, les plantes utilisent surtout les emplacements où le ravitaillement en eau se trouve un peu moins défavorable qu’ailleurs… La flore saharienne apparaît donc comme très pauvre si l’on compare le petit nombre d’espèces qui habitent ce désert  à l’énormité de la surface qu’il couvre (Ozenda, 1991).

Cependant, il existe des « forets » au Sahara, c’est en effet ainsi qu’est nommée la palmeraie par les habitants. Ce qui est notable et propre à ce désert, c’est que c’est à l’intervention de l’homme que sont dus les uniques espaces de concentration végétale. En effet,  en dehors des cultures anthropiques, et en particulier celle du palmier, les arbres sont rares et dispersés.  La culture du palmier est ancienne historiquement au Sahara, elle demeure la plus importante aujourd’hui (M. Cote, 2002). Pourtant, les besoins en eau de cet arbre sont importants, cependant, il supporte les températures très élevées (qui lui sont nécessaires pour son développement et la maturation de ses fruits), la sécheresse de l’air et la salure des sols. De plus, il présente un double avantage : écologiquement, il assure un cadre qui réduit l’évapotranspiration et permet un microclimat; économiquement, il assure un produit commercialisable et exportable, qui trouve sans trop de peine, un marché à l’étranger (M. Cote, 2002). Par ailleurs, ce fut, pendant des siècles, et c’est toujours (mais dans une moindre mesure) une ressource alimentaire de base pour les populations locales, car en plus des dattes, les palmiers procurent des zones d’ombre sous lesquelles d’autres cultures peuvent se développer, c’est ce qui est appelé « les trois étages » de l’oasis (le palmier à l’étage supérieur, les arbres fruitiers à l’étage moyen et au sol, des légumes ou des cultures arbustives).

mitage

Aujourd’hui malheureusement : Mitage des palmeraies par l’urbanisation (Ghardaia) photo : b.k. 2013

Historiquement donc, au Sahara, contrairement à d’autres régions du Monde ou même du Maghreb,  c’est la création des cités qui a apporté avec elle des espaces de verdure dense qui n’existaient pas auparavant dans ce désert hyper aride. La végétation faisant partie intégrante du milieu urbain, l’un n’allant pas sans l’autre ; ici, l’homme n’avait détruit aucune végétation, pendant des siècles, au contraire. Pourtant, ce n’est plus le cas depuis plusieurs décennies, où l’on assiste à une dégradation des anciennes palmeraies due au vieillissement des palmiers mais aussi et surtout, due au mitage de l’espace  par une expansion urbaine démesurée.                

Malgré ou plutôt à cause des conditions très difficiles du milieu saharien, des « forȇts » entières ont été plantées au cœur du désert, faisant partie intégrante de la cité (l’oasis) et assurant des bénéfices économiques et écologiques. Ces palmeraies, qui ne sont pas vraiment une ressource « naturelle » (puisque plantée par l’homme) constituent une réelle adaptation au site par opposition et prouve qu’il est possible de penser l’urbanisation autrement que négativement, à conditions de comprendre et de respecter les spécificités de chaque contexte environnemental.

b.k.

Pour citer ce billet : « La palmeraie : une forêt plantée par l’homme » par Keira Bachar. Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb le 24 novembre 2015.   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/808

Revue Internationale d’Urbanisme : RIURBA

Le premier numéro de la Revue Internationale d’Urbanisme RIURBA est en ligne à l’adresse suivante: http://riurba.net/

Cette nouvelle revue a pour ligne éditoriale  d’être une revue internationale de recherche sur et pour l’urbanisme. Le premier numéro, réalisé essentiellement par invitations, commence par interroger l’urbanisme, comme savoir et comme pratique, localisée ou internationale.

Pour voir le sommaire : http://riurba.net/revue/juil-dec-2015/

 

« L’âge des low-tech – Vers une civilisation techniquement soutenable  » par P. Bihouix

« L’âge des low-tech – Vers une civilisation techniquement soutenable »

Un ouvrage de Philippe Bihouix, paru le 03/04/2014 aux éditions du Seuil.

L’auteur, ingénieur centralien ayant travaillé dans différents secteurs industriels, se      penche sur un certain nombre de concepts très en vogue aujourd’hui.                                 Il propose d’autres alternatives de production et de consommation; et a le mérite de nous   faire réfléchir…

Résumé:

Philippe Bihouix - L'âge des low-tech - Vers une civilisation techniquement soutenable.Face aux signaux alarmants de la crise globale ; croissance en berne, tensions sur l’énergie et les matières premières, effondrement de la biodiversité, dégradation et destruction des sols, changement climatique et pollution généralisée, on cherche à nous rassurer. Les technologies « vertes » seraient sur le point de sauver la planète et la croissance grâce à une quatrième révolution industrielle, celle des énergies renouvelables, des réseaux intelligents, de l’économie circulaire, des nano-bio-technologies et des imprimantes 3D.
Plus consommatrices de ressources rares, plus difficiles à recycler, trop complexes, ces nouvelles technologies tant vantées nous conduisent pourtant dans l’impasse. Ce livre démonte un à un les mirages des innovations high tech, et propose de prendre le contre-pied de la course en avant technologique en se tournant vers les low tech, les « basses technologies ». Il ne s’agit pas de revenir à la bougie, mais de conserver un niveau de confort et de civilisation agréables tout en évitant les chocs des pénuries à venir.
Si l’auteur met à bas nos dernières illusions, c’est pour mieux explorer les voies possibles vers un système économique et industriel soutenable dans une planète finie.