Gestion des risques climatiques en Méditerranée (les notes du Plan – bleu n°27)

Les services climatiques : un outil d’aide à la décision pour l’adaptation

Le numéro de mai 2015 des « notes du Plan-bleu » revient sur l’adaptation à la variabilité et au changement climatique en Méditerranée.

notes27_cc_en« La région méditerranéenne est particulièrement vulnérable à la variabilité du climat et aux événements climatiques extrêmes. Elle est l’un des principaux « points chauds » du changement climatique. La mise en place de services climatiques dans le bassin méditerranéen est essentielle pour encourager le développement durable dans la région. »

Pour télécharger cette publication : http://planbleu.org/fr/publications/climate-risk-management-mediterranean-climate-services-decision-support-tool-adaptation  ou cliquer sur : notes27_cc_fr_web

André Ravereau et la vallée du Mzab

André Ravéreau découvre la vallée du M’Zab  en 1949 alors qu’il est encore étudiant en architecture à l’École des Beaux-Arts de Paris. Après l’obtention de son diplôme, il retourne en Algérie et fonde en 1959, son « atelier du désert » qui verra se succéder « plusieurs générations de jeunes architectes venus se confronter à cette gestion du territoire respectueuse des traditions culturelles et du contexte naturel ».

Dans son ouvrage « Le M’zab, une leçon d’architecture » préfacé par Hassan Fathi, un autre grand défenseur de « l’esprit du lieu », A. Ravereau livre toute sa passion pour l’architecture et l’urbanisme mozabite:  « Ce qui frappe l’observateur ici, c’est l’unité générale de caractère, il n’y a pas deux gestes, que l’on construise le barrage, la mosquée, la maison… Les bâtisseurs ont réduit et épuré toutes les raisons d’influence ou de prestige et choisit des solutions égalitaires : pas de palais, au M’Zab…Ils se sont confrontés aux seuls problèmes de défense et d’environnement. .. On ne veut pas droit, on ne veut pas courbe. Ce n’est pas une position esthétique, on fait ce qui s’impose » A. Ravereau   In « le Mzab, une leçon d’architecture », 1981.  De même, dans  «André Ravéreau, l’atelier du désert», dirigé par Rémi Baudouï et Philippe Potié (éditions Parenthèses), plusieurs articles sur l’oeuvre de cet architecte sont réunis.

ravereauPour A. Ravereau: « L’architecture  n’est pas une recherche de forme pour l’œil. Elle est avant tout recherche d’accord maximal avec le climat, qui lui, est permanent et avec les conditions de vie qui, elles changent constamment. »   A. Ravereau , in Technique et Architecture, n° 329, mars 1980

Il propose, bien avant  le concept de « développement  urbain durable » de «s’intéresser au lieu, aux traditions, au climat, pour inscrire le projet d’architecture dans l’épaisseur d’une culture, privilégiant l’enracinement dans le site». En 2006, lors de son passage à Bruxelles, à l’invitation du Civa pour donner une conférence dans le cadre d’une exposition  sur l’alter architecture, A. Ravereau, alors âgé de  86 ans, constatait que l’environnement s’est à ce point dégradé qu’il devient difficile de bâtir encore à partir des solutions locales et séculaires. « Le M’Zab, disait-il,  était traditionnellement protégé des moustiques et on pouvait l’été dormir sur les terrasses. Mais aujourd’hui, on a tant rejeté d’eau dans les nappes phréatiques que les moustiques sont venus. Il n’y a plus moyen de dormir sur les terrasses et les gens doivent installer un conditionnement d’air dans leurs chambres. On doit dorénavant construire des scaphandres pour habiter sur terre. A la Méditerranée, il y a tant de pollutions diverses, y compris sonore, que les modes de vie anciens ne sont plus possibles. On cherche à habiter sur la lune mais on ne sait plus habiter sur terre. Il faut absolument retrouver un art de vivre sur terre. Même le climat fout le camp, si important pourtant dans la manière de concevoir l’architecture, y compris le gothique du sud qui n’a pas les verrières du nord. Si j’ai un conseil à donner aux jeunes architectes, c’est de s’attaquer à la pollution et à tout ce qui détruit notre mode de vie. J’ai cru satisfaire un milieu physique par mon architecture mais ce dernier disparaît. Cette nature à qui j’ai tout dédié, il faut la préserver, c’est la leçon de ma vie.» (source : Guy Duplat, La Libre Belgique, 2006).

A la base, la société mozabite est une société « égalitaire », dans laquelle la recherche de l’intérêt général prime sur celui de l’individu quelque soit sa position sociale, et cela transparaissait dans l’unité des constructions. Cependant,  les ksour de la pentapole ne représentent plus aujourd’hui que des îlots ponctuels, certes remarquables par leur urbanisme et leur architecture, dont on peut (doit ?) tirer de nombreux enseignements, mais qui sont noyés dans le reste de l’urbanisation qui s’effectue tous azimuts, pour répondre à des besoins toujours plus grands, et sans grands égards pour la fragilité de l’écosystème oasien. Les systèmes de référence symboliques urbanistiques mais également socio-spatiaux qui caractérisaient l’espace  tendent à disparaître laissant la place à un étalement urbain avec éclatement des centralités et à des mutations socio-urbaines qui sont à l’origine de nombreux problèmes de gestion des infrastructures et des services collectifs d’accompagnement, avec des effets environnementaux mais également sociaux  très néfastes.

La question de la pertinence et de la cohérence des choix effectués en matière de développement urbain se pose avec acuité pour tenter de retrouver l’équilibre socio-environnemental de la vallée, qui est aujourd’hui sérieusement ébranlé.

b.k.

Pour citer ce billet : “André Ravereau et la vallée du Mzab”  par Keira Bachar.           Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb         le 20 juillet 2015.   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/744

Une di(sso)lution et des questions…

Suite au remaniement partiel du gouvernement algérien effectué en mai 2015, inutile de chercher le nom du nouveau ministre  de l’aménagement du territoire et de l’environnement (MATE) : il n’y en a pas !

En effet, dans la liste, publiée par le communiqué de l’Agence de Presse Algérienne (APS) le 14 mai dernier, ce portefeuille ministériel, pourtant créé en grandes pompes au début des années 2000, a carrément disparu.

Ainsi,  l’aménagement du territoire se retrouve dans un tout nouveau Ministère de l’Aménagement du Territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, alors que l’environnement a été ajouté au ……ministère des ressources hydriques, devenu pour la circonstance le Ministère des Ressources Hydriques et de l’Environnement  ! On a vraiment l’impression d’un simple « rajout » et on se demande pourquoi ?

Pourquoi cette « dilution »  d’un ministère qui, malgré ses lacunes et/ou ses défaillances avait au moins le mérite d’exister, et de tenter tant bien que mal de représenter et d’incarner les préoccupations relatives  à l’environnement en particulier?

Ou plutôt pourquoi cette « dissolution », car il semble que ce soit le terme qui convient dans ce cas, puisque l’ère  du MATE, créé par décret  n°2000/257 du 26 août 2000, avec pour mission de mener une nouvelle politique de préservation de  l’environnement dans toutes ses composantes, parait révolue.

Quel est le signal envoyé ? Ce changement traduit-il un recul de l’intérêt des pouvoirs publics pour  les problématiques environnementales ? Les problèmes environnementaux sont pourtant nombreux et variés dans ce vaste pays en plein développement, composé d’une succession d’écosystèmes sensibles et fragiles.

Bien sûr, on peut considérer que « l’environnement » est toujours représenté au gouvernement, ce qui est vrai,  mais on ne peut qu’être interpellé par ces nouvelles répartitions ministérielles (en réalité, très peu de voix se sont élevées pour relever ou commenter la disparition du MATE) et on peut même penser que c’est le début  d’une « errance ».

Au prochain remaniement,  quel sera le ministère « d’accueil » pour l’environnement ?

b.k.

Pour citer ce billet : “Une di(sso)lution et des questions…”  par Keira Bachar.           Publié sur RURAL-M  Etudes sur la ville – Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb     le 4 juillet 2015.   Lien : http://ruralm.hypotheses.org/730