Vent de colère chez les étudiants en architecture

Alors que les étudiants tunisiens de l’ENAU (Ecole Nationale de l’Architecture et d’Urbanisme) de Sidi Bou Said était en grève, début novembre 2014, pour demander une réforme globale du système pédagogique, créé en 1996, qu’ils considèrent comme obsolète, et qu’avant eux, en février 2014, les étudiants marocains de l’Ecole d’Architecture de Casablanca (EAC) protestaient contre la dévalorisation de leur diplôme sur le marché du travail par rapport à ceux des étudiants de l’ENA (Ecole Nationale d’Architecture), un vaste mouvement de grève est mené actuellement par les étudiants de la filière « Architecture »  dans plusieurs universités algériennes, à l’image de celles d’Oran, Bejaia, Tizi Ouzou, Tlemcen, Sétif, Laghouat ou encore Blida.

Le mouvement de protestation prend de l’ampleur; les étudiants  dénoncent  la non reconnaissance de leur diplôme de Master par le CNOA (Conseil National de l’Ordre des Architectes Algériens), et son refus de leur permettre de prêter serment, condition nécessaire pour obtenir l’agrément et pouvoir exercer la profession d’architecte. Pour leur part, les représentants du CNOA exigent (pour l’instant) un diplôme d’ingénieur d’Etat en architecture, ils  fustigent l’application du système  LMD, critiquant la fuite en avant quantitative et le nombre important de départements d’architecture créés (28 à l’échelle nationale). Ils déplorent également la non consultation de l’Ordre pour l’élaboration et le contenu des programmes, jugés trop académiques par rapport à ceux qui étaient dispensés dans les écoles et instituts d’architecture, avant la réforme (aujourd’hui, seule l’EPAU -Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger- continue à dispenser ce type d’enseignement).

Pourtant, la situation de cafouillage actuelle était prévisible dès la mise en place du système LMD pour la filière Architecture. Ainsi, même si, à terme, et après réajustement des programmes et remise à niveau de la formation,  on arrivera certainement à s’entendre et à considérer finalement que le  master 2 peut effectivement  permettre d’exercer la profession d’architecte, le problème restera posé pour les diplomés de 1er cycle, titulaires d’une licence d’architecture seule. Ces derniers, après trois années d’études, ne sont pas formés pour le dessin, comme des techniciens supérieurs ou des dessinateurs-projeteurs, et ils ne peuvent prétendre au titre d’architecte, dès lors quel est leur avenir ? Faut-il comme le revendiquent les étudiants grévistes permettre le passage automatique du niveau Licence au niveau Master, mais alors, quel est l’utilité de l’instauration du système LMD ? Bref, ces questions et bien d’autres, tel que le devenir du nombre exponentiel de diplômés qui risquent de se retrouver au chômage,  auraient évidemment dues être traitées en amont.

La grogne des étudiants en architecture vient s’ajouter au malaise  qui secoue la profession (se référer mon billet du 14 janvier 2014, http://ruralm.hypotheses.org/372) et fait écho  au désordre architectural et urbanistique qui caractérisent la plupart des villes algériennes.

Un minimum de réflexion et d’anticipation aurait permis d’éviter ces mouvements de colère, qui ont cependant contribué  à (re)mettre l’architecte sur le devant de la scène, et  qui auront, peut-être, le mérite d’ouvrir enfin un débat  de fond sur le rôle qu’il joue et surtout sur celui qu’il devrait jouer, dans l’édification de la ville en Algérie et au Maghreb.

b. k.

Pour citer ce billet : “Vent de colère chez les étudiants en architecture”   par Keira Bachar.  Publié sur RURAL-M –  Etudes sur la ville –  Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb    le 24 novembre 2014.  Lien : http://ruralm.hypotheses.org/625

Relogement, la bombe à retardement

L’article qui suit a été publié dans le quotidien El Watan du 08 novembre 2013, il illustre bien les craintes que fait naitre la politique « de production de logements » qui est en cours en Algérie, focalisant l’essentiel de l’attention et des moyens  alors que la mise en place d’une véritable  politique « de la ville » est occultée dans les faits même si la loi existe.

——————————————————————–

Des scènes de batailles rangées au milieu des tours. Des habitants terrorisés et impuissants. Si les forces de sécurité mettent en cause les gangs, l’alcool et la drogue, les professionnels de l’urbanisme pointent du doigt la politique de relogement systématique dans les cités-dortoirs.

Dimanche 3 novembre, des appartements de Baraki, dans la banlieue d’Alger, brûlent. Au pied des immeubles, les habitants de deux bâtiments voisins s’affrontent à coups de sabre et de pistolets de détresse. La police arrête une vingtaine de personnes, mais personne n’est dupe, les violences recommenceront. A Aïn El Malha, Dély Ibrahim ou Birtouta, ces affrontements font partie du quotidien des habitants. Les habitants mettent systématiquement en cause des «relogés» qui ne seraient «pas d’ici». Mais au-delà des populations, l’urbanisme est l’une des causes la flambée de violence. Lire la suite

Colloque international à Constantine « La Géomatique, ses applications en Géosciences et en Aménagement du Territoire. »

La Faculté de Sciences de la Terre, de la Géographie et de l’Aménagement du Territoire de l’Université de Constantine 1 (Algérie) organise les 2 et 3 décembre 2014 un Colloque International sur la Géomatique intitulé :

« La Géomatique, ses applications en Géosciences et en Aménagement du Territoire. »

Contexte et Objectifs du Colloque :

La Géomatique intègre l’ensemble des technologies permettant de modéliser, de représenter et d’analyser les territoires. Dans ses applications, elle est largement ouverte aux domaines des géosciences et de l’aménagement du territoire.

A la croisée de différentes disciplines, la géomatique est aujourd’hui indispensable aux collectivités, administrations et entreprises, pour gérer les territoires, appuyer et aider à la décision et définir les stratégies de développement.

Pour en savoir plus : http://umc.edu.dz/fst/

Une question de priorités

La dynamique d’aménagement et de construction qui est en cours depuis plus d’une décennie en Algérie, implique de nombreux acteurs que ce soit dans les actions publiques ou privées. Impulsée par l’Etat mais relayée et confortée à l’échelle locale par l’administration, les professionnels et les habitants, cette dynamique, basée sur la logique constructive, engendre des pratiques urbaines se concentrant essentiellement sur la construction, marginalisant les espaces non-bâtis et leurs aménagements, et occultant l’échelle urbaine, d’où cette juxtaposition de projets plus ou moins importants, sans réelle réflexion d’intégration ou de continuité.

Le paysage urbain demeure ainsi stigmatisé par le manque de réflexion urbanistique, qui reste le parent pauvre de l’intervention sur la ville, alors qu’il devrait en être la base.                                                                                    Cependant, même à l’échelle  architecturale, l’attention est dominée par un souci d’esthétique et de forme, au détriment d’une prise en compte des caractéristiques socio-environnementales du site ou de la recherche d’un fonctionnement optimal. En effet, les délais souvent très courts, le souci de rentabilité pour les projets privés et les critères attribuant les contrats au « moins-disant » pour les projets publics, en plus de cahiers des charges réducteurs, brident la réflexion qui se concentre plus sur l’aspect  extérieur du bâtiment,  l’enveloppe apparente, que sur des  problèmes de conception plus approfondis. Beaucoup dénoncent cette manière de faire qui réduit le projet d’architecture (ou d’urbanisme) à un simple produit financier, ou la logique purement économique n’accorde qu’une faible place aux idées et à la réflexion. Pourtant, souvent, les délais impartis ne sont pas respectés et les enveloppes financières, dépassées, sont revues  à la hausse, d’où l’inutilité d’une démarche uniformisante qui n’a pour résultat que l’appauvrissement de la qualité des productions urbaines.

Aujourd’hui la priorité des priorités est la construction, dans un contexte dominé par les enjeux économiques et le développement urbain tous azimuts. Les questions liées à la gestion du cadre de vie apparaissent comme secondaires, alors que celles relatives à la prise de conscience des risques sociaux et environnementaux qui pèsent sur l’espace urbain, sont  totalement occultées. Pourtant ces questions deviennent chaque jour plus préoccupantes étant donné l’importance des programmes publics de construction en cours, destinés à satisfaire les revendications de la population en termes de logements, d’infrastructures et d’équipements, qui entrainent une consommation considérable de l’espace, ainsi que des mutations spatiales et sociales engendrant des conséquences environnementales et des ségrégations sociales de plus en plus néfastes.

A l’heure ou les pouvoirs publics ambitionnent  de « garantir aux citoyens algériens une meilleure vie dans une meilleure ville » (propos du Ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme en 2010), il est peut-être temps de redéfinir  les priorités en matière de développement urbain.

B. K.

Pour citer ce billet : “Une question de priorités”   par Keira Bachar.  Publié sur RURAL-M Etudes sur la ville –  Réalités URbaines en Algérie et au Maghreb    le 10 novembre 2014. Lien : http://ruralm.hypotheses.org/607

Colloque international sur l’émergence des métropoles régionales à ANNABA

L’Université Badji Mokhtar – Sidi Amar, Annaba organise les 10 -11 novembre 2014 un colloque international sous le thème : “Emergence des métropoles régionales : approche internationale et prospective pour le cas algérien”.

Pour télécharger le programme de cette rencontre : http://prescriptor.info/file_download/261/programme+D%C3%A9finitif.pdf