Maroc: Le projet du siège du groupe industriel OCP vise la certification environnementale LEED

L’Office Cherifien des Phosphates OCP représente un élément moteur du paysage industriel marocain, qui vise  une certification  environnementale LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) pour le projet de son nouveau siège.

La présentation du projet indique la recherche d’une réduction du gaspillage énergétique et de la pollution. La conception architecturale et technique de la construction ayant suivi un concept énergétique global reposant sur les normes internationales de Haute Qualité Environnementale (HQE) dont : la préservation de l’environnement et des ressources naturelles ; l’économie d’énergie grâce aux énergies renouvelables ; l’utilisation durable de l’eau ; la diminution et élimination réfléchie des déchets ; le respect des exigences de confort, de qualité de vie et de santé des occupants Le bâtiment, tout en respectant les critères HQE dans sa conception, devra faire l’objet d’un suivi environnemental tout au long de la réalisation du projet et au;delà lors de l’usage du bâtiment (entretien, rénovation etc.). En outre, sur la toiture du bâtiment seront implantés horizontalement des panneaux solaires photovoltaïques qui vont compenser une partie de l’énergie électrique nécessaire au fonctionnement et assureront aussi, en parallèle des installations conventionnelles, l’énergie thermique pour les postes d’eau courante sanitaire. Les capteurs solaires seront intégrés aussi dans la résille de la façade du même bâtiment elliptique. Un système géothermique pour le traitement de l’air devra être également étudié, en vue de l’emplacement d’un réseau de fluide enterré et d’une pompe à chaleur pour prélever les calories de la terre et les redistribuer dans l’ensemble du bâtiment par le biais du système de ventilation.                                                                                                   L’ensemble sera régi par un système domotique qui va régulariser l’éclairage artificiel et la commande par zones, la production d’eau chaude, la consommation de gaz ainsi que la gestion du conditionnement de l’air, en fonction de la température extérieure, de l’ensoleillement et du graphique des heures de pointe. Cela va assurer aussi la gestion de l’ensemble des alarmes techniques de l’établissement.

Source: http://www.cyberarchi.com/actus&dossiers/projets/index.php?dossier=76&article=14947

« De Terre et d’Argile »: version itinérante de l’exposition

terreLe centre algérien du patrimoine culturel bâti en terre, établissement public du ministère de la Culture chargé de la promotion des architectures de terre, dont le siège est installé à Timimoun (Algérie), présentera la version itinérante de l’exposition « De Terre et d’Argile » , dans le cadre de la 4ème édition du festival des Arts de l’Ahaggar, qui se tiendra à Tamanrasset (Algérie) du 13 au 18 novembre 2013. Il organisera également, en marge de cette exposition, un atelier d’initiation à une technique contemporaine de construction en terre : le bloc de terre comprimé (BTC).

Les ateliers d’initiation à la technique du bloc de terre comprimée dureront une journée complète et recevront, pour des raisons pédagogiques, un nombre limité de 15 personnes par jour du 14 au 18 Novembre. Les personnes intéressées pourront s’inscrire sur le stand la veille de chaque journée d’atelier ou par mail en écrivant dès le 05-10-2013 à l’adresse suivante: architerre.dz@gmail.com. Inscriptions dans la limite des places disponibles.

« L’urbanisme en Algérie, échec des instruments ou instruments de l’échec?  » ouvrage sous la direction de R. Sidi Boumedine

feX_2PlWParution de l’ouvrage : « L’urbanisme en Algérie, échec des instruments ou instruments de l’échec?  » réalisé sous la direction de Rachid Sidi Boumedine, enseignant-chercheur en urbanisme à l’institut de sociologie d’Alger , aux éditions « les Alternatives Urbaines ».                      

La quatrième de couverture :(cliquer sur l’image pour l’agrandir)feX_2Pmg

 

 

Pourquoi pas des centres-villes « piétonniers » ?

le centre-ville de Tipasa

Le centre-ville de Tipasa           photo Bachar k. 2013

Etant donné l’augmentation du nombre  des  véhicules particuliers ces dernières années, il est devenu difficile de circuler  et trouver une place pour se garer, en particulier dans les centres-villes algériens qui datent pour la plupart du 19 ème siècle (tracés en damier de l’époque coloniale) et dont les rues n’ont pas été conçues pour un tel trafic.   Dés lors, ne serait-il pas judicieux de réfléchir à en réserver l’accès uniquement aux piétons ? On y gagnerait au moins deux choses importantes : moins de stress et moins de pollutions…